AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Neverused est en cours de déplacement vers le Forum Pokéstrat
Vous y retrouverez toutes les fiches à jour, avec une présentation bien plus agréable !



 

 [Fiction] Équilibre


Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Membre Rouge
Cuian 
Membre Rouge 

Messages : 29
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Sam 9 Avr - 12:56

Nice.

_____________________________________________

Membre Cristal
Plumae,(m) 
Membre Cristal 

Messages : 105
Age : 13

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Sam 9 Avr - 13:00

Super chapitre !!
C'est sympa de voir des morceaux de l'histoire vu par Alice, ça éclaircit un peu certaine zone du texte

_____________________________________________

Mes fiertés

Ma Fanfiction en cours ici
Le chapitre VI est désormais disponible ! Pour le lire, clique ici !
Un concept pour nerf des attaques, c'est ici !
Mon premier article en Pokésciences sur le Calimero de Pokémon, ici !

Et une image pour finir !
( source )
Membre Saphir
Ranyel 
Membre Saphir 

Messages : 290
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Dim 17 Avr - 18:35

Coucou !

Merci pour les posts, ça me fait plaisir o/
Et voici le premier chapitre du troisième acte. Je suis sûr que vous vous attendiez pas à le voir sortir aussi vite, héhé
(Malheureusement, le prochain prendra du temps, car je vais avoir des partiels bientôt...)

Enfin bon, bonne lecture !



Acte III
Chapitre 29



Alicène

Alors que j'étais en train de lire dans ma chambre, j'entendis des hurlements au rez-de-chaussée. Cela faisait déjà un moment que mes parents se disputaient avec lui, mais je ne les avais jamais entendu crier aussi fort. Je n'arrivais plus à me concentrer sur le texte, et je commençais même à avoir peur. Donc je décidai de descendre voir ce qui se passait, au prix d'éventuellement me faire gronder comme tout à l'heure. Arrivée dans le salon, je vis ma mère à terre, qui me criait de partir.

Elle se tenait le ventre et pleurait. Quant à mon père, il était à genoux, face à Obsidienne. Celui-ci remarqua ma présence.

-Oh non... non...

Papa se releva et se jeta sur lui en criant :

-JE VAIS TE TUER !

Mais il fut violemment repoussé contre le mur derrière lui, et tomba, inanimé. Maman parvint jusqu'à moi et me prit dans ses bras.

-Laisse Alice ! Elle n'a rien à voir avec ça !

-Maman, qu'est-ce que...


Obsidienne s'approcha.

-Je suis désolé, Alicène.

Un hurlement strident, et tout devint noir.

Je me réveillai dans mon lit en poussant un petit cri de frayeur, avant de me reprendre en quelques instants. C'était juste un cauchemar. Enfin, c'était véritablement arrivé, malheureusement. Même si il ne faisait pas vraiment chaud dans la chambre, je suais à grosses gouttes. Après quelques instants, je me décidais à me lever pour aller boire quelque chose car j'avais soif : de toute façon, je ne me sentais pas capable de me rendormir de suite. Je me rendis dans la salle de bain afin de m'essuyer avec une serviette.

J'observai pendant un instant mon reflet, vêtu d'un t-shirt et d'une culotte, éclairé par la seule lumière de la lune au-dehors. J'avais véritablement changé en six mois. Je n'étais plus la frêle adolescente que j'étais en juillet : j'avais maintenant un poids correct, et des "formes" comme aimait si bien dire Déborah, que ce soit au niveau des hanches que des membres, et même autre part. J'avais un teint de peau qui ne me faisait plus passer pour une revenante,et mes yeux n'étaient plus troubles : une seule âme se cachait derrière eux désormais. Cela faisait peut-être narcissique, mais je prenais souvent le temps de me regarder. Ce corps me paraissait presque étranger car je l'avais ignoré pendant huit ans : c'était sans doute pour cette raison que j'avais pris autant de plaisir à me remettre en forme et à admirer cette évolution.

J'avais également faim, donc je décidai de descendre à la cuisine pour aller grignoter quelque chose. Cependant, j'entendis le bruit d'une porte qui se ferme, puis quelques pas. Cette porte était celle de la cuisine, qui donnait sur le jardin, et la personne qui venait de rentrer m'avait sans doute également entendue, puisqu'elle avait cessé de faire du bruit elle aussi. Prudemment, je m'avançais la porte en question, après avoir passée la cuisine. Une main se posa sur mon épaule. Je me précipitai en avant, me retournai, et m'apprêtai à crier avant de voir...

Déborah.



-Ben alors petite, on se lève en pleine nuit ? Je suppose que tu veux grignoter. C'EST PAS BIEN.

Habillée chaudement car elle venait de braver le froid dehors, elle me barrait la route. Je pouvais repartir à l'étage, mais l'accès aux placards m'était prohibé par 1m85 d'autorité concentrée. Je ne savais pas quoi faire.

-Je t'ai grillée, mignonne ! Pourquoi tu fais ça ? T'es presque par-faite ! Mais non, tu vas bouffer des vieux gâteaux de mort, et BIM tu vas devenir obèse... tous ces exercices physiques pour rien. Révoltant. Révoltant !

Déborah semblait à la fois se réjouir de m'avoir prise sur le fait, et énervée que je ne prenne pas son programme au sérieux. Alors qu'elle otait son écharpe et son bonnet, puis son manteau, elle continuait de me sourire d'un air moqueur.

-Tu les veux ces gâteaux ? Il faudra m’abattre pour ça…

En posture de combat, elle me jetait un regard de défiance. Elle faisait presque deux têtes de plus que moi... J'avais aucune chance. Mais je voulais vraiment manger un biscuit. Maudite soit-elle...

-Tu n'as plus le choix. Pour me battre, tu dois devenir plus forte. Et pour ça, tu dois t'entraîner. Et donc, arrêter de faire n'importe quoi avec le super régime que je t'ai concocté. Allez, va t-en !

Je la savais stricte en ce qui concerne les régimes, mais là, c'était trop. Cependant, elle n'avait vraiment pas l'air disposée à discuter. Mais peut-être que changer de sujet pourrait m'aider...

-Mais, euh... Pourquoi t'es ici ?

-Je suis venue... Ben heureusement que je suis venue, sinon tu te serais goinfrée,et...


Je l'avais visiblement déstabilisée en lui demandant ça. Elle fronça les sourcils et répondit férocement :

-Minute, charmillon ! C'est moi qui pose les questions ici. Je suis adulte, et toi, non ! Alors tu te tais quand je parle ! Et puis...

-T'es venue voir Lucas c'est ça ?

-AH !


Malgré la faible luminosité, je pouvais clairement voir qu'elle était complètement prise au dépourvu et gênée. Finalement, elle se mit à trépigner comme un enfant en proie à un dilemme infernal :

-Mais ! Occupe-toi-de-tes-affaires ! T'es trop jeune pour... Euh.

-J'ai que deux ans de moins...

-Oui, mais... mais... Bon t'as gagné pour cette fois. Je vais te laisser te goinfrer. Je n'ai aucun remord cela dit, car tu as tellement du suer de panique en me voyant que tu as sans doute perdu des calories ! J'aurai ma revanche, morveuse.


Et elle prit la fuite vers l'étage. Je ne comprenais toujours pas ce qu'elle était venue faire ici à cette heure-ci. En voyant l'horloge, je vis qu'il était minuit. Je pensais qu'il était beaucoup plus tard, mais j'avais sans doute du m'endormir très tôt. Après avoir mangé un biscuit et bu de l'eau, je retournai vers ma chambre. En passant devant la porte de la chambre à Lucas, j'entendis des voix mais parvint à résister à la tentation de les écouter. Qu'avait-elle de si important à lui dire, pour venir à une heure pareille ? Enfin bon, ça ne me regardait pas. Une fois revenue dans ma chambre, je vis qu'un momartik m'y attendait. Comme à son habitude, Anne s'adressa à moi en parlant lentement et faiblement :

-Tu as fait un mauvais rêve ?

Je m'assis sur le lit et lui répondit.

-Oui… Je vais essayer de me rendormir.

-Puis-je rester avec toi ?


Je lui répondit par l'affirmative en hochant de la tête. Depuis qu'Obsidienne était parti, le momartik semblait vouloir se rapprocher de moi, et me surveillait, en quelque sorte. Pourtant, j'avais entendu de la part des autres qu'Anne était très passive et avait plutôt tendance à passer ses journées dans un des bracelets de Julie. Je me demandais toujours pourquoi elle s'en faisait autant pour moi. Au bout de quelques instants passés sous la couette, je demandai gentiment au pokémon de s'éloigner du lit car il émanait du froid, puis m'endormis.




Néval



Je m'ennuyais vraiment. Julie dormait, et s'infiltrer dans la chambre de Lucas était probablement une mauvaise idée puisque Déborah s'y trouvait actuellement. Et je ne pouvais même pas tourmenter cet idiot de Lambel, qui manquait à l'appel. Enfin, je pouvais toujours aller taper la causette avec la petite, si elle ne s'était pas couchée à cette heure-là.

Sans aucun avertissement, je fis irruption dans sa chambre. Contrairement aux autres, elle ne me demandait pas de signaler mon arrivée au préalable car elle disait elle-même qu'elle n'avait rien à cacher. Elle dormait, et Anne lévitait dans un coin de la chambre, sans rien faire. De la manière la plus discrète dont j'étais capable, j'engageai une conversation avec elle :

-Hey Anne. Tu fais quoi ?

Elle me regarda d'un air passif.

-Elle a fait un cauchemar, donc je veille sur elle.

-Tu peux empêcher qu'elle en refasse d'autres ?


Une pause.

-Pas vraiment...

Elle ne dit plus rien. Je savais bien qu'elle n'était pas très bavarde, mais quand même…

-Pourquoi t'intéresse t-elle autant ?

-Elle a souffert, et a besoin d'aide.


Son but était donc de veiller sur elle, et de l'aider quand elle avait besoin. Mais pourtant, elle était rarement présente lorsque Julie et Lucas étaient en difficulté…

-Oui, mais tu n'as jamais été comme ça avec Julie et Lucas.

-Ils ont déjà des êtres pour les supporter mieux que je ne le ferais jamais, comme Lambel et Sophiane. Mais Alicène… elle n'a personne, à part Julie et toi, d'une certaine manière.


Elle me voyait vraiment comme quelqu'un sur qui on pouvait se reposer ? Quelle idée saugrenue.

-Moi, un support ? Effectivement, je suis un support… table.

L'expression d'Anne resta absolument inchangée face à ma boutade de génie. Moment gênant. Je repris un ton qui se voulait sérieux :

-Enfin, blague à part… Je ne suis pas vraiment bon pour ce genre de choses…

-C'est pour ça que je veille sur elle. Julie est déjà un excellent support pour elle. Mais elle ne pourra pas toujours être là pour elle. Alors qu'un pokémon, si. C'est ainsi pour beaucoup de dresseurs, n'est-ce pas ?


Anne faisait partie de ces pokémons que je trouvais un peu trop "loyaux" et qui n'hésitaient pas à mettre leurs envies personnelles de coté tant que leur dresseur était heureux. Je n'étais pas vraiment de cet avis-là, et c'est bien pour ça que je n'en faisais qu'à ma tête. Je décidai tout de même de ne pas la contredire sur ce point car je ne me sentais pas d'humeur à débattre. Mais pour le momartik… il était vrai qu'elle ne semblait avoir aucun autre but que de supporter les humains, en fin de compte. Quant à Julie, elle ne la servait que quelques rares fois quand nous allions dénicher des spectres. En parlant de ça…

-Pourquoi tu n'avais pas senti qu'Alice était possédée ?

Son regard revint vers moi.

-J'étais toujours confuse et très mal à l'aise en sa présence. J'avais effectivement une drôle d'impression avec elle, mais… j'ai juste cru que j'étais défaillante. Contrairement à toi, je n'ai pas été envoûtée par Obsidienne, mais plutôt inconsciemment repoussée… J'ai donc passé tout mon temps dans le bracelet de Julie, en attendant que ça passe.

-D'accord.


Défaillante ? Je ne savais même pas quel âge elle avait, à vrai dire. J'étais au moins sûr qu'elle était moins âgée que ce vieux croûton de Lambel… Mais elle avait beaucoup servi la mère de Julie, il se semble. Sachant que Sophiane était son premier pokémon… Bon, au pire, c'était pas un détail important. Nous ne disions plus rien depuis un moment, et seule la respiration lente et profonde de la jeune fille se faisait maintenant entendre dans la pièce.



N'ayant plus rien à lui dire, je lui souhaitai bonne nuit et m'en alla dehors, car je n'avais toujours pas envie d'aller dormir. En plus, ça serait risquer de réveiller Julie si je tentais de rentrer dans mon bracelet. Arrivé dans le salon, je vis Sophiane et son fils dormir ensemble sur la banquette, qui paraissait très confortable. Tout bien réfléchi, Lambel était sans doute dans le collier du gardevoir ou du jeune tarsal. Je décidai de me rendre dans la bibliothèque, et entendis des pokémons parler : il s'agissait de Nouche et Élude, toutes deux allongées sur la table. Tandis que le martiali me salua chaleureusement, sa sœur me lança un regard suspicieux.

-Tu n'es pas venu pour nous ennuyer ? Ne fais pas de bruit, tout le monde dort…

-Roh, tout de suite. En plus, c'est faux. Je sais que vos dresseurs ne dorment pas, hihi.


Elles se regardèrent, étonnées, puis Élude s'exclama :

-Mais oui en fait, elle vient ici pourquoi ?

Le mentali hocha doucement la tête, d'un air dépité.

-Je pensais que tu le savais… Cela dit, je n'en ai aucune idée…

J'aurais bien tenté d'aller espionner une fois de plus, mais le risque que je me fasse attraper à nouveau était trop grand. La dernière fois, j'avais subi un long discours de Julie et Lucas à propos du respect de la vie d'autrui… Quelles conneries. En plus, ils étaient juste en train de parler quand je suis rentré, il n'y avait vraiment pas de quoi en faire tout un foin. J'aurais du être plus discret !

-Ils bavardent sans doute, mais sinon… je sais pas. Enfin, que faites-vous de beau ?

-Je disais à Nouche que j'avais rencontré un baggaïd trop cool !


Le mentali leva les yeux au ciel avant de soupirer.

-Tu vas encore t'attirer des ennuis...

-Mais non ! Puis toi, tu sais pas t'amuser !


Classique. L'une tentait de raisonner l'autre, et cette dernière la voyait comme une coincée. J'avais l'impression d'avoir déjà vécue cette scène des dizaines de fois… Enfin bon, l'envie d'embêter Nouche était beaucoup trop forte. J'avais dit que je ne serais pas chiant, mais…

-Mais si, elle m'a moi ! Ne suis-je pas le meilleur des amants, chérie ?

Un moment de silence avant qu'Élude ne se mette à se moquer de sa sœur, qui se leva et déclara d'un air dépité :

-Vous m'ennuyez, vous deux. Je vais dormir.

C'est après quelques excuses pas si sincères de notre part qu'elle revint vers nous. Le martiali aborda alors un tout autre sujet :

-Déborah s'ennuie beaucoup en ce moment. C'est une période plutôt creuse niveau combats de pokémons, et elle n'a rien d'autre à part nos entraînements et les exercices avec Alice.

Nouche sembla réfléchir un instant avant de répondre :

-Hé bien… Lucas envisageait d'aller à Rosalia prochainement. Maintenant qu'il s'est occupé de la machine…

Le martiali lui demanda ce qu'il avait fait de celle-ci.

-On en a longtemps parlé avec Alicène… Et il finalement suivi la suggestion de Lambel : copier toutes les données, y compris ses plans de création, puis la détruire. Comme ça, les travaux de Guéranel ne sont pas perdus, et ne risquent pas de tomber entre les mains de n'importe qui.

"L'idée de Lambel"… N'importe qui aurait pu avoir cette idée, pff. Enfin bon, je me disais que cette expédition à Rosalia allait être divertissante au moins, car on commençait vraiment à s'ennuyer ici.

_____________________________________________

Ces Pokémons cachent des secrets, clique sur eux !


Image de sign'  faite par célia2312

Membre Blanc
Mar1162 
Membre Blanc 

Messages : 1586
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Lun 18 Avr - 3:47

super chapitre comme d'habitude Ranyel

_____________________________________________


Merci a Viktyny pour la carte et a célia2312 pour l'image de dimoret et le type
le Mammochon des fête par Branette123 Merci a elle  
insulte en me traitant de noob et il rage quitte parce que je gagne  
pire pokémon du seasonal
lC vs le reste du monde

[Fiction] Équilibre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 :: Pokéworld :: Discussions Pokémon-