AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Neverused est en cours de déplacement vers le Forum Pokéstrat
Vous y retrouverez toutes les fiches à jour, avec une présentation bien plus agréable !



 

 [Fiction] Équilibre


Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Membre Saphir
Ranyel 
Membre Saphir 

Messages : 290
Age : 21

MessageSujet: [Fiction] Équilibre - Ven 8 Mai - 0:25

Salut à tous et à toutes !

Alors voilà cela faisait un petit moment que cette histoire me traînait dans la tête... du coup je l'ai tapé sur ordi, puis je me suis dit tant qu'à faire, autant la partager ! De plus, cela me permettra d'avoir des avis critiques sur ma manière de raconter une histoire (C'est ma première vraie fiction dans laquelle j'essaie d'investir un minimum d'efforts) dans l'univers de Pokémon (thx Captain) en essayant de ne pas aborder celui-ci ni de manière niaise, sans tomber dans le grimdark troloul non plus. Les thèmes abordés seront divers et variés et moi-même je ne pourrais dire de quel genre mon histoire fait partie.

Vous verrez au cours des chapitres, que j'alterne entre les points de vue des personnages (et même des Pokémons) en mettant une ligne. Cela pourra paraître troublant mais vous verrez donc la narration changer, puisque tous les personnages n'ont pas la même personnalité et façon de voir les choses. Par ailleurs, les dialogues seront écrits en plus petit, et les phrases prononcées via télépathie seront inscrites en italique. D'ailleurs, je met ça au clair avant que l'on me demande : dans cette fiction, il est établi que les Pokémons évolués de type psy peuvent communiquer avec les humains, et que leur intelligence peut rivaliser, si ce n'est dépasser, avec la notre. Et aussi, beaucoup de Pokémon spectres, s'ils ont suffisamment vécu près de nous, savent parler notre langage.

Aussi, j'ai beaucoup hésité à ce propos et je sais que tous le monde ne sera pas fan, mais je vous propose d'écouter de la musique en lisant mes chapitres, dont je fournirais les liens dans le texte, et qui est donc censé vous mettre dans l'ambiance. Bien évidemment, si ça vous gonfle ou que vous n'arrivez pas à lire avec ces musiques, tant pis, coupez-les. Les musiques seront souvent des vidéos sur Youtube dont les liens sont cachés dans les images de Meloetta (désolé pour les gens sur portable, quoi que vous y arriverez ptet) à ouvrir dans un nouvel onglet de préférence (si si !) et à fermer en cas de nouvelle musique, si vous voyez un délicieux petit Voltorbe, ou alors que celle-ci est tout simplement arrivée à sa fin.

Musique
Pas musique

Pour ce qui est du rythme de parution, je peux pas promettre que ça sera régulier, mais j'essaierai de faire au moins un ou deux chapitres par semaine.
Bref, assez causé, place au texte ! Je compte sur vous pour me dire ce que vous en pensez !

/!\ Attention, cette fiction contient des scènes de violence. Je vous déconseille de la lire si vous avez moins de 12 ans. /!\



Sommaire

Prologue - Il est écrit sur ce post !

Acte I
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13

Acte II
Chapitre 14
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
Chapitre 18
Chapitre 19
Chapitre 20
Chapitre 21
Chapitre 22
Chapitre 23
Chapitre 24
Chapitre 25
Chapitre 26
Chapitre 27
Chapitre 28

Acte III
Chapitre 29



Prologue


Lucas



-Où es-tu, Nouche ?

Je regardai attentivement dans les hautes herbes à gauche du manoir, un endroit du jardin un peu moins bien entretenu que le reste. Je finis alors par distinguer une boule de poils bruns, en train de creuser le sol avec ses petites pattes frêles d'évoli.

-Je te tiens !

Alors que je me jetai sur l'animal pour le saisir dans mes bras, il esquiva agilement en poussant un petit cri, et alla se réfugier dans les fourrés. Si elle croyait s'enfuir comme ça, elle se trompait !

-Tu ne m'échapperas pas !

-Tu t'y prends mal, idiot !


La voix venait de derrière moi, et en me retournant, je vis qu'il s'agissait de ma grande sœur. Comme à son habitude, elle me prenait pour un enfant alors que je pouvais très bien me débrouiller seul.

-Encore en train de m'embêter ! Va voir ailleurs si j'y suis !

-Tu n'arrives même pas à te faire respecter par ton évoli et tu me parles sur ce ton ? Gamin !

-Tu n'as que 13 ans, toi aussi t'es une gamine !

-Oui, mais moi, mon pokémon me respecte ! Pas vrai Néval ?


Un funécire bondit de derrière ma sœur, comme s'il était caché là depuis le début. Il se mit alors à se dandiner, comme pour me narguer.

-Et bien si t'es si forte que ça, vas-y, attrape Nouche !

-Très bien. Alors...


Elle s'approcha de quelques pas de la canaille qui me servait de compagnon, avant de ne plus bouger du tout, et fixa Nouche droit dans les yeux . Cette dernière s'arrêta également, et quelques secondes s'écoulèrent. Rapidement, ma sœur avança sa main gauche et frappa du sol de sa jambe gauche, ce qui fit fuir l'évoli dans le sens opposé, tandis que ma sœur se jeta vers la droite et attrapa la bête par une patte, avant de se relever, tenant l'animal impuissant par la patte.

-Tu vois ? On appelle ça une feinte ! Alors, qu'est-ce que tu... AIE !

Nouche tomba au sol après avoir griffé ma sœur, puis se cacha derrière moi.

-Méchante Nouche !

-Tu la tenais mal !

-Mais non, je...




Un grand bruit sourd se produisit, en provenance de la maison, suivi d'un bruit étrange, et d'un cri. Poussé par ma mère.

-Maman !

Nous courûmes tous les deux vers l'arrière de la maison. Ma mère gisait sur le sol, entouré par ses pokémons qui essayaient de l'aider. Arrivant près d'elle, je constatai avec horreur qu'elle crachait du sang et n'arrivait même pas à parler. Elle semblait agiter vainement son bras vers moi, puis vers ma soeur. Cette dernière fonça à l'intérieur de la maison, sans doute pour appeler des secours avec le téléphone. Maman sembla paniquée de la voir faire ça et tenta de l'en dissuader, avant de se remettre à cracher du sang.

-No... ulie, eurk !

Je ne savais pas quoi faire. Je me mis à pleurer, face au visage de Maman déformé par la douleur,a lors qu'elle me tenait la main. J'entendis alors un hurlement de ma soeur, qui me sortit de mon état de paralysie. Mais au moment où je me disait qu'il fallait absolument que j'aille l'aider, ma mère essaya de me retenir, avant d'être pris d'un spasme et de soudainement lâcher prise. Choqué, je reculai de quelques pas, la voyant se replier sur elle-même dans un gémissement de douleur, avant de détourner le regard et de partir au secours de ma soeur. En entrant dans la maison, je vis qu'il faisait très sombre. Je pouvais à peine voir à deux mètres alors que, dehors, le soleil brillait de mille feux et que les rideaux étaient ouverts. En arrivant dans le salon, je vis ma soeur inconsciente sur le sol, et à côté d'elle...

Cette chose...
J'eus à peine le temps de voir une silhouette difforme avant de perdre subitement la vue, et d'entendre un hurlement strident. Et puis...

...

Des sirènes de polices et d'ambulances, des bruits de pas, de la lumière... Quelqu'un penché sur moi. Plusieurs personnes en fait, ou plutôt, un policier, ma soeur et le gardevoir de ma mère, Sophiane.

-Lucas ! Tu vas bien ?

Elle me serra dans ses bras et se mit à pleurer.

-Où est maman ?

Un silence. Un sanglot de Julie, et Sophiane se mit à se regarder le sol, en tremblant.  Au bout d'un moment, l'agent de l'ordre se mordit la lèvre et prit la parole.

-Je suis désolé, mon petit. Ta mère nous a quitté.




Sophiane



Je n'avais pas réussi à la protéger de cette chose. J'avais échoué, et à ce moment, elle était morte, ses enfants n'avaient plus de parents, et nous étions tous suspectés de meurtre. J'avais vraiment l'impression de rêver, que l'on me donnerait une claque et que je réaliserai que rien ne s'était passé. Mais c'était vraiment arrivé.

Ces policiers... ils nous suspectaient de l'avoir tuée. Ils étaient beaucoup, et avaient même amené quelques dresseurs d'élites et des pokélogues, et observaient mes compagnons pokémon à qui ils avaient ordonné de se tenir en rang. L'un d'entre eux franchit les dix mètres qui séparaient ce groupe et nous, puis s'adressa à moi.

-Bonjour, je me présente, Arnaud Epani. Je suis pokélogue et je serai votre interprète auprès de la police. Avant toute chose, quelle est votre nom ?

-Mon nom est Sophiane.

-Bien. Tout d'abord, sachez que, même si vous restez suspecte dans cette affaire, nos premières observations nous permettent d'affirmer que ce n'est pas un membre de votre espèce qui a commis ce crime, ni votre compagnon xatu.


Ce dernier se tenait à côtés des autres pokémons de Madame, immobile en scrutant l'herbe teintée de sang, l'air impassible. Même s'il semblait n'éprouver aucune émotion à ce moment-là, je sentis que s'il le pouvait, il fondrait en larmes.

-Pouvez-vous nous résumer ce qu'il s'est passé ?

-Nous étions en train de classer les dossiers de Madame, mais n'avons pas compris ce qu'il s'est passé. Une chose invisible et amenant l'obscurité l'a attaqué, sans que nous puissions faire quoi que ce soit. Nous avons alors décidé de sortir de la maison, mais cette chose à réussit à la blesser juste avons que nous soyons au-dehors.

-Vous répondez la même chose que les autres. J'ai du mal à croire cela, mais je suppose qu'il est possible de "simuler" une telle chose avec des pouvoirs suffisants ?

-Je ne saurais vous répondre, monsieur.

-Mais nous savons que madame Dénamien était une kinésiste hors pair, elle aurait donc pu parer n'importe quelle attaque psychique. Par conséquent, puisque nous sommes presque sûrs que ce n'est pas vous qui l'avez tuée, et que vous pouvez sentir les émotions des gens et des pokémons, nous avons pris la décision de vous demander qui vous semblait être le coupable. Est-ce le spectrum ?


Je me doutais qu'il le suspecteraient en premier. Les autorités avaient tendance à accuser les spectres dès qu'ils le pouvaient, alors qu'il les connaissaient en général très mal. Evidemment, des trois espèces de spectres qui accompagnait Madame, c'était bel et bien le spectrum qui souffrait de la pire réputation. Taros étant en ce moment même en train de regarder les policiers d'un air mauvais, et si je ressentais une grande colère et de la frustation chez lui, il y avait également de la tristesse.

-Non.

-Et le momartik ?


Après avoir rapidement sondé ses émotions, je lui répondit, encore une fois, par une négation. Elle était bien trop affectée, et, de plus, n'avait certainement pas la force nécessaire pour faire une telle chose.

-Et ce magirêve ?

Sûrement pas. Il est de loin celui le plus affecté par sa mort, et semblait complètement perdu. L'ayant vu naître et l'ayant accompagnée jusque dans ses études, il se sentait sans doute coupable de ne pas avoir su la protéger et semblait regretter quelque chose, mais éprouvait également un grand désarroi.

-Non plus, monsieur.

-Vous êtes en train de me dire que c'est n'est aucun de ces spectres ? Qui est-ce alors ? L'absol qui garde l'entrée ? Un des pokémons des enfants ?

-Non.


L'homme commença à perdre patience, et frappa le sol du pied avant de me crier dessus.

-Vous vous foutez de moi ? Les pokélogues sont formels ; il n'y a personne d'autre ici ! Vous couvrez le supect, avouez ! Ou alors vous vous êtes trompée ? Sondez-les encore une fois !

Certainement pas. Je me retenais depuis tout à l'heure de pleurer et les sonder une fois de plus ne ferait que me faire fondre en larmes. De plus, je n'ai pas à faire cela, je sais déjà qu'ils sont innocents.

-Je regrette monsieur, mais cela est très éprouvant pour moi de sonder les émotions, surtout en ce moment difficile, et...

-Assez ! Vous racontez tous la même connerie, et vous vous couvrez vos compagnons ! Que vous a-t-elle fait pour que vous vous en preniez à elle, et à ses enfants ?


Il était fou. Il croyait donc que nous avions planifié de la tuer ? Au moment où je m'apprêtai à lui répondre, j'entendis le ton monter de l'autre côté du jardin. Taros était sorti du rang des suspects et faisait face à deux dresseurs, son visage tordu en une espèce de grimace qui évoquait de l'impatience et de la colère. Un policier derrière eux se mit à crier.

-Qu'est-ce que vous attendez pour le coffrer ? Allez-y !

Le spectrum se mit alors à crier, et donna un violent coup de poing spectral à l'un des deux dresseurs avant même qu'il ait eu le temps de faire quoi ce soit, l’assommant sur le coup, alors qu'un arcanin surgit d'une pokéball lancé par l'autre.

-Mords-le !

Il sauta vers le spectre, prêt à le mordre, tandis que ce dernier attendait qu'il arrive à sa hauteur pour le frapper violemment par surprise, projetant l'arcanin sur l'une des voitures de police dans un grand fracas. Pendant que les autres dresseurs rappliquaient, Taros s'enfonça alors dans les arbres en hurlant, avec les dresseurs et les policiers à ses trousses. L'homme qui m’interrogeait, après s'être remis de cette surprise, me regarda, un sourire mauvais aux lèvres.

-Il semblerait que nous avons trouvé notre coupable. Je passerai l'éponge sur le fait que vous avez tenté de le couvrir, uniquement par pitié pour ces deux enfants. Je sais que vous comptez pour eux. Cela dit, nous n'en avons pas fini avec vous.

Bien entendu, pas de pitié pour moi. Certains pokélogues me dégoûtaient profondément, et celui-ci en faisait bien évidemment partie. Mais je savais que Taros n'est pas coupable. Il n'avait sans doute pas supporté qu'on l'accuse, ou savait peut-être comment ça finirait si les policiers n'arrivait pas à trouver le coupable.

Le pokélogue s'entretint pendant un court moment avec le policier, et s'adressa à moi.

-Nous sommes demandés là-bas, nous vous faisons donc confiance et vous laissons les enfants. Leur oncle arrivera d'ici un quart d'heure. Sachez toutefois que nous vous tenons à l’œil.

-Entendu.


Ils s'éloignèrent vers le groupe, qui semblait commencer à organiser une chasse au spectrum dans la forêt. Ils étaient pas prêt de le retrouver. Je me tournai vers les enfants, qui ne disaient rien et fixaient la forêt, en serrant leur pokémons contre eux. Silencieuse, je m’asseyais prêt d'eux et les serrai dans mes bras, tandis que mes larmes commençaient à couler.

_____________________________________________

Ces Pokémons cachent des secrets, clique sur eux !


Image de sign'  faite par célia2312



Dernière édition par Ranyel le Dim 17 Avr - 18:36, édité 40 fois
Membre Blanc
Eeveechou 
Membre Blanc 

Messages : 1877
Age : 12

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Ven 8 Mai - 11:40

waw bravo! j ai lu jusqu a la fin, c'est vraiment accrocheur et j adore les musiques! gw ! j ai hhate de lire le prochain chapitre (NB: c'est tres are que j acroche a une fic)

_____________________________________________

Vient voir mon forum si tu veut, et s'il vous plait (si ca vous plait) créez un conte #pub
Pinkie, t'est génialissime pour cette signature et cet avatar!!! ♥



merci a viktyny pour ces magnifique carte qui me sert de signature et merci a xela pour:  les cosplays de évoli et mentali !  type celia by mirorB !
En tout cas, vous êtes super hyper sympa de m'avoir gentiment fait ces images qui sont magnifiques!
Tu est moche petit Pikachu.
Membre Saphir
Ranyel 
Membre Saphir 

Messages : 290
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Ven 8 Mai - 22:59

Ah par contre j'ai fait une boulette, j'ai oublié de préciser qu'il y aura parfois de la violence dans cette fiction, et je l'aurai bien déconseillé au moins de 12 ans... bon vu si t'as lu cette partie sans problème ça devrait aller je pense

Je posterai la suite dans quelques jours

_____________________________________________

Ces Pokémons cachent des secrets, clique sur eux !


Image de sign'  faite par célia2312

Membre Blanc
Eeveechou 
Membre Blanc 

Messages : 1877
Age : 12

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Ven 8 Mai - 23:07

cool ;) (moin de 10 ans serait plus adaptée) j'ai hate

_____________________________________________

Vient voir mon forum si tu veut, et s'il vous plait (si ca vous plait) créez un conte #pub
Pinkie, t'est génialissime pour cette signature et cet avatar!!! ♥



merci a viktyny pour ces magnifique carte qui me sert de signature et merci a xela pour:  les cosplays de évoli et mentali !  type celia by mirorB !
En tout cas, vous êtes super hyper sympa de m'avoir gentiment fait ces images qui sont magnifiques!
Tu est moche petit Pikachu.
Membre Emeraude
Lombric 
Membre Emeraude 

Messages : 310
Age : 15

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Sam 9 Mai - 9:15

J'aime beaucoup, si tu as le temps, utiliser quelques illustrations pour appuyer ton récit pourrait être sympa.

J'attends la suite avec impatience, ta fiction m'a l'air.. originale. :P

_____________________________________________

doudidar

Spoiler:
 
Membre Saphir
Ranyel 
Membre Saphir 

Messages : 290
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Dim 10 Mai - 18:06

Oups j'avais pas vu ton post Lombric, ben merci pour le compliment. J'adorerais pour les illustrations, mais hélas je ne sais pas dessiner :x Je pourrais bien prendre des images de paysages sur le net par exemple, mais je pourrai pas en trouver pour tout  et du coup certaines scènes seront illustrées et d'autres non, donc c'est pas top

Puis je pense que si je met des illustrations je vais me laisser aller pour les descriptions et c'est pas le but. Déjà que les musiques c'est un petit peu tricher puisque normalement pour vous mettre dans l'ambiance je ne devrais compter que sur le texte...

Aussi, j'ai pas tendance à faire des chapitres de longueur fixe, et je les fais finir quand j'en ressens le besoin, mais faut pas hésiter à me dire si vous les trouvez trop courts, je pourrai peut-être alors en réunir deux en un (puisque je change de point de vue assez souvent).

Bref, la suite !



Acte I
Chapitre 1



Lucas

Bien. Je supposais qu'il était temps d'y aller. En fermant mon livre d'un coup sec, j'enfilai mon manteau tandis que Sophiane ferma le sien et alla les ranger sur l'étagère. Ma voisine de lecture, vêtue d'un pelage couleur lavande, venait de faire tourner une page du livre sans le toucher et continuait sa lecture, imperturbable. J'imagine qu'elle voulait finir sa page. Attendant que cela soit fait, je vérifiai qu'il n'y avait pas d'épi dans mes cheveux bruns, en regardant dans le miroir le plus proche. Ceux-ci étaient courts et contrastaient avec ma peau légèrement pâle et mes yeux bleus. Un peu frêle et d'une taille moyenne, j'aimais porter des manteaux amples pour ne pas mettre ce trait en valeur. Après un court moment, celle que j'attendais ferma son livre par la seule force de sa pensée et me regarda droit dans les yeux, son joyau rouge scintillant faiblement du peu de lumière apportée par le ciel gris.

-Tu es prête, Nouche ?

-Oui.




Tandis que mon mentali et moi nous dirigions vers le jardin, Sophiane alla voir son enfant pour lui dire que nous nous absentions pendant un moment. Arrivés dehors, nous vîmes Kerne se lever et venir à notre rencontre.

-On va au cimetière, tu viens avec nous ?

Alors que je caressais sa tête, il l'agita doucement pour signifier son accord. Il était toujours très calme, bien que ce soit un trait connu chez les absols, mais aussi affectueux même si les inconnus le dérangeaient un peu. Une fois rejoints par Sophiane, nous entamâmes notre marche vers le cimetière de Doublonville, là où les restes de ma mère reposait, en ce jour du huitième anniversaire de sa mort. Le voyage jusqu'à ce lieu se fit dans un silence empreint des seuls bruits de pas de notre curieux cortège.

Arrivé au cimetière, nous constatâmes qu'il n'y avait personne, à part le gardien et ce qui semblait être un spectre au fond. Le premier, plutôt âgé s'adressa à nous d'une voix peu assurée.

-Bonjour, euh, est-ce que vous connaissez ce pokémon, là-bas? Un magirêve nommé... Label, je crois... Libel ?

-Oui, c'est le cas. Vous aurait-il causé des ennuis ?

-Oh non, pas du tout, il est même plutôt charmant. Mais vous savez, je me méfie des pokémons qui viennent rôder par ici, surtout des spectres qui veulent parfois effrayer les visiteurs... Mais après avoir constaté qu'il portait un collier aux couleurs de votre famille, je l'ai cru.


Le gardien du cimetière savait bien que les pokémons de la famille Denamien portaient tous un accessoire, comme un bracelet ou un collier, de couleur violet et noir, couleurs de notre maison. Cette tradition n'avait pas été instaurée tant dans le but d'exhiber leur appartenance à la maison, mais nous préférerions faire ainsi pour ne pas qu'ils soient capturés par d'autres dresseurs, vu qu'ils étaient très rarement enfermés dans leur pokéball. En fait, nous nous servions de cet outil qu'en cas de besoin et avions tendance à mépriser cette pratique qui est d'enfermer nos compagnons dans ces sphères de métal. Après avoir quitté cet homme, nous allâmes vers la tombe que ce spectre regardait.

-Bonjour, Lambel.

L'intéressé se tourna vers moi et nous salua tous avant d'être enlacé par Sophiane. Plutôt gêné, il écourta ce moment de contact avant de demander des nouvelles de leur enfant, un jeune tarsal âgé d'un an.

-Comment se porte Priam ?

-Il se porte très bien. Mais, je suppose que tu auras le temps de passer le voir au manoir ce soir ?

-Exact.

-Alors nous en parlerons à notre retour.




Une fois cet échange terminé, le silence revint alors que nous regardions tous la tombe de ma mère, sur laquelle je venais de déposer un bouquet de fleurs. La pierre affichait Marie Denamien, ainsi que ses dates, avec un portrait qui datait d'à peu près un an avant l'accident, sur laquelle on la voyait sourire, une partie de son visage recouvert de ses longs cheveux bruns, alors que ses yeux bleus reflétaient une partie de la lumière du soleil.

Après un temps sans dialogues, nous finîmes par partir du cimetière pour rentrer chez nous. Au moment de descencdre la colline sur laquelle était bâti le cimetière, je jetai un regard vers ce manoir, au loin... ce manoir que nous avions vendu, il y a quelques années, pour acheter une maison en banlieue de la ville. Nous ne voulions pas vivre dans un lieu empreints de tel souvenirs.

Notre nouvelle maison était plus petite, bien que nous avons tenu à prendre une habitation assez spacieuse pour accueillir les nombreuses bibliothèques du manoir. Cette maison était même un peu trop grande, surtout depuis que ma soeur était partie en voyage il y a de ça quelques mois. Heureusement qu'il y avait encore mes pokémons pour me tenir compagnie, et mes amis qui passaient à l'occasion.

En arrivant un portail, je vis une enveloppe grossièrement scotchée au portail. Une fois celle-ci retirée et ouverte, je lus le mot écrit dessus.

"Yo lulu, j'étais passée te filer une invit pour le combat de vendredi, mais t'étais pas là alors je te la laisse. Je compte sur ta présence pour me soutenir face à cette chose qui est ma soeur. Je la bat largement, mais bon, on sait jamais. On se voit demain !"

J'entendis un bruit de buisson dans ma dos et je sentis quelque chose me foncer dessus. Au dernier moment, je fis un pas de côté et mon agresseur faillit se vautrer sur le portail. S'étant redressée, mon amie prit la parole :



-Comment t'as pu me prévoir ? Encore tes trucs de kinésiste, sale tricheur !

-Même pas besoin de ça, t'es à peu près aussi discrète qu'un mammochon.

-Hey ! De toute façon, qui a besoin de discrétion ? Certainement pas moi ! Tu verras, vendredi, je vais lui mettre la misère à ma soeur !


Elle prit une posture de victoire. Ses cheveux rouges sombre lui collant un peu à la peau, je supposai qu'elle revenait d'un entrainement, ou qu'elle avait au moins couru pour venir ici. De plus, elle était vêtue de sa tenue classique lors des sessions d'entraînement avec ses pokémons : un vieux T-shirt aux manches arrachées, un short pour garçon et des chaussures de courses. L'absence de manche de ses vêtements laissaient donc apparaître ses membres relativement musclés et encore congestionnés, ainsi que sa silhouette athlétique. Au bout d'un moment, constatant que son enthousiasme me faisait à peine sourire, elle s'arrêta et me fixa en souriant. En supposant qu'elle s'attendait à ce que je la regarde dans ses yeux de couleur noisette, je décidai de lever légèrement la tête puisqu'elle était un peu plus grande que moi, faisant un bon mètre 85.

-Tu seras là pour me supporter hein ? Non pas que j'en ai besoin, mais... tu pourrais en prendre de la graine !

-Oui, je serais là, ne t'inquiètes pas.

-Super. Bon, je vais rentrer, n'oublie pas de te coucher tôt, champion, on commence à 8h demain.


Avant de partir en trotinnant, Deborah tapa dans ma main et me salua.

-À demain !

C'était vraiment gentil de sa part de passer me voir. Elle n'ignorait pas quel jour c'était, et elle aurait pu me donner cette invitation le lendemain. Je savais bien qu'elle était venue juste pour essayer de me changer les idées.



Une fois rentré, je déposai mes affaires tandis que mes pokémons se dispersaient dans la maison. Lambel, quant à lui, avait suivi Sophiane pour aller voir comment allait leur fils. Du couloir, je parvenais à entendre quelques bribes; le magirêve semblait être content de voir les progrès que le jeune Tarsal avait faits. S'il ne passait pas souvent et semblait avoir des rapports assez distants avec Sophiane et Priam, il serait en revanche faux de dire qu'il n'éprouvait pas une certaine affection à leur égard.



Après une douche plutôt rapide, je décidai de suivre le conseil de Deborah et de me coucher tôt. Un peu las, je me dirigeai vers mon lit sans trop de conviction.

-Lucas...

Après avoir tourné la tête, je vis que Nouche assise sagement sur le pas de la porte, derrière moi.

-...Je sais que ce ne n'est pas facile. Mais il ne faut pas te laisser abattre, ce n'est pas ce que Marie aurait voulu. Tu as déjà réussi à surmonter ton chagrin, par le passé, et il ne faut pas baisser les bras.

Mon amie faisait référence aux années durant lesquelles je déprimais après le décès de ma mère. Cette période durant laquelle je ne faisais pas grand-chose à part me morfondre avait duré 3 ans, mais même si cette époque était désormais révolue, mon mentali avait raison : depuis un moment déjà, j'avais ressenti une baisse de moral certaine.

-Je sais, Nouche. Mais... je ne peux pas juste l'oublier comme ça. Et nos recherches piétinent...

En y repensant j'avais vraiment envie d'être seul. Tous ces gens qui essayaient de me remonter le moral, alors que c'était peine perdue...

...

J'avais juste envie de dormir.

Une fois déshabillé, je me glissai dans mon lit. Quelques temps plus tard, je sentis le lit s'alourdir près de moi, et quelque de plus léger se posa sur moi, tandis qu'un bruit de pas légers se faisait entendre. En ouvrant légèrement les yeux, je vis dépasser la corne bleue d'un absol dépasser du pied du lit, Nouche blottie contre moi, et Sophiane allongée à mes côtés.

Je ne pouvais même cacher ma tristesse face à Déborah, alors comment aurais-je pu leur cacher, à eux ? Il tenait absolument à moi, à me protéger... ils m'aidaient de toute leur force, depuis cet accident Pendant ces huit longues années, ils sont restés auprès de moi, me supportant dans nos recherches qui ne faisaient pourtant pas de gros progrès. À défaut de me coucher sans être chagriné, je pouvais au moins espérer passer une bonne nuit.

Car lorsque nous dormions proches les uns des autres, je savais qu'elles m'accompagnaient dans mes rêves, que nos esprits étaient connectés, tant notre lien était fort.

_____________________________________________

Ces Pokémons cachent des secrets, clique sur eux !


Image de sign'  faite par célia2312



Dernière édition par Ranyel le Lun 5 Oct - 0:12, édité 3 fois
Membre Noir
SimiaK 
Membre Noir 

Messages : 2947
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Dim 10 Mai - 18:52

omg, écoutes cette fic est juste superbe ♥

J'accroche totalement, l'idée de donner des musiques est géniale, ça ajoute une putain d'ambiance au truc, et l'histoire commence très bien !
Grand bravo a toi, j'espère que tu continueras a la produire encore longtemps, gg !

_____________________________________________

Tout est relatif sauf ce qui ne l'est pas

Je ne jures que par trois choses.
La Folie                                                          La Dépression


et la manière incroyable qu'on a de pouvoir se foutre de ce qui ne nous intéresse pas


 
Membre Platine
Marianna 
Membre Platine 

Messages : 1098
Age : 17

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Dim 10 Mai - 19:41

En effet, très bonne idée les musiques et la lecture est assez fluide (et ce n'est pas langue maternelle !) donc, un grand bravo et continue sur cette lancée :-)

_____________________________________________

Me connais-tu vraiment ?
http://www.quisontmesamis.com/quizz/f3028540




Parole de membres:
 
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Dim 10 Mai - 19:57

C'est pas à déconseillé au moins de 12 ans... (sinon, la mienne, je la déconseille au - 18 ans quoi)

J'attends de lire la suite pour vraiment me prononcer. Mais ça manque de malsain à mon sens.
Parce que j'aime quand c'est malsain.

Après, c'est un autre style, donc why not.

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12
Membre Platine
Cheshire 
Membre Platine 

Messages : 1408
Age : 18

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Dim 10 Mai - 20:17

Alors je ne suis pas un écrivain professionnel ni rien de cela mais je me permet de te laisser un commentaire concernant le début de ta fic.

Alors tout d'abord je ne tient pas à te descendre mais il y a quelques petites choses que je voudrais te faire remarquer. D'après moi, qui suis très tatillon sur la mise en place, tu balance trop d'informations en même temps qui ne laisse pas place à une vrai introduction. D'après moi le chapitre 1 fait plus office de prologue car tu y présente les personnages. De plus c'est un avis personnel mais je trouve certain passages un peu trop enfantin. Après si c'est une atmosphère que tu veux donner à ta fic j'en prend compte dans mon commentaire.

Et pour une fic qui contient des meurtres, je trouve ça trop peu malsain pour faire ressentir des sentiments au lecteur. (Cheshire High5 Unpuis) J'attend de voir comment tu développe la suite pour me prononcer plus sur ce point mais je trouve à titre personnel le meurtre du prologue peu convaincant.

Enfin je te souhaite tout de même bon courage je garderais un œil sur ta fic pour voir comment tu la fait évoluer.

_____________________________________________

Membre Saphir
Ranyel 
Membre Saphir 

Messages : 290
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Dim 10 Mai - 20:41

Je vous remercie de vos conseils. C'est vrai que c'est un peu bourratif niveau information à certains moments. Par contre, à aucun moment j'ai indiqué que cette fic serait axée horreur/meurtre, je crois qu'il y a un malentendu. Il y a certes une personne qui meurt dans le prologue, à cause d'une créature un peu creepy, mais au final il y aura pas de morts tous les deux chapitres hein. Le but n'est pas d'avoir une ambiance malsaine, il y aura des conflits certes, mais pas dès le début.

Pour le fait de déconseiller au moins de 12 ans, ce n'était pas que pour ce passage-là mais je préfère laisser une marge pour ne pas avoir à me limiter niveau description si à l'avenir des morts plus violentes surviennent. De toute façon tout le monde s'en fiche des limites d'âge.
oui celia t'as 11 ans mais bon ça ira allez lis quand même

Ce que j'essaye de faire surtout avec cette fanfic, c'est deux choses : écrire un récit sur Pokémon le plus réaliste possible (en respectant l'univers, c'est pas tout le temps évident) dans le sens où tout le monde n'enferme pas forcément ses pokémons dans des pokéballs. Contrairement à la série, dans l'univers de ma fiction il est complètement interdit de se lancer des attaques feu (voire de se battre) dans beaucoup d'endroits, par exemple. Question de bon sens. En revanche, il y a quand même des dresseurs qui se battent en arènes ou sur les routes. L'autre chose, c'est de parler des problèmes liés à Pokémon qui peuvent être transposés à l'IRL (exemple : considération des Pokémons par les humains, les types psy sont aussi intelligents que nous mais sont parfois traités comme des animaux), mais bon vous verrez.

tl;dr : c'est pas une fic d'horreur en fait

_____________________________________________

Ces Pokémons cachent des secrets, clique sur eux !


Image de sign'  faite par célia2312

Membre Saphir
Ranyel 
Membre Saphir 

Messages : 290
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Mar 12 Mai - 17:38

Plop

Avant de vous laisser lire le prochain chapitre, je voulais vous dire que si une musique s'arrête avant que vous voyez un Voltorbe ou un Meloetta, c'était fait exprès : sinon, je m'assure généralement de mettre un morceau largement assez long (une version extended).

Bonne lecture !



Chapitre 2


Julie

-Il revient quand Lambel, déjà ?

-Il me semble qu'il avait dit qu'il serait de retour demain soir... s'il ne manque pas le vol pour Charbourg.

-Tss, se cacher dans une valise pour prendre l'avion...  Ce n'est pas le magirêve prétentieux et fier de lui que je connais.

-Il n'a pas tellement le choix, hein. Puis, oh, au lieu de dire des bêtises tu veux pas plutôt m'aider ?


J'étais en ce moment même en train de me battre avec des planches clouées sur la porte d'une maison abandonnée... et pas n'importe laquelle. Les habitants l'appelaient le Vieux Château, et avaient rapportés beaucoup de rumeurs à son propos. Je n'étais pas réellement venue à Sinnoh pour voir ça mais vu que c'était sur mon chemin... cela aurait été dommage de passer à côté. Mon interlocuteur ricana légèrement.

-Et comment veux-tu que je t'aide ? Tu veux que j'y mette le feu ?

Il a pas tort. Mais en même temps, j'avais plus dit ça dans l'espoir qu'il se taise que pour réellement m'assister. Cela dit, le fait d'éclairer mes alentours en pleine nuit à l'aide sa flamme violette de mélancolux m'aidait déjà bien assez.

Au bout d'un moment de lutte, je finis enfin par arracher les planches de la porte, pour enfin pénétrer dans le manoir.

-On est entrés, Anna.



Mon bracelet au bras gauche se mit à scintiller, et une Momartik en sortit. Elle regarda le hall du manoir, éclairé faiblement par la flamme de Neval. Après avoir un peu observé la pièce, je commencai à marcher vers la porte en face de nous, suivie par mes pokémons, sans un bruit. Je savais que beaucoup de gens seraient terrorisés à l'idée de d'aller dans ce lieu en pleine nuit, mais le simple fait que mes compagnons soient eux aussi des spectres me rassuraient déjà beaucoup. De plus, j'avais une grande connaissance des spectres et ce n'était pas le premier lieu hanté que je visitais.

Tandis que mes pas laissaient des traces dans la fine couche de poussière au sol, nous progressâmes dans une nouvelle pièce qui se trouvait être une vaste salle à manger. Après avoir observé la salle, j'avançai vers ce qui semblait être la cuisine... quand je sentis une vibration dans la poche de mon pantalon. Je sortis alors mon portable et ouvris le sms que je venait de recevoir, de la part de Deborah.

"Yo Julie
Je suis passé voir ton frère tout à l'heure, il a vraiment pas l'air d'avoir le moral... Mais t'inquiètes pas, je veille sur lui ! Tu m'appelles demain, quand tu pourras ? Je ne tiens pas à te déranger dans tes affaires louches de sorcière"

S'il y avait bien une manière de reconnaître ses messages, c'était le fait qu'elle me traite de sorcière. Cela dit, je n'avais pas à me plaindre, puisque moi-même j'utilisais souvent les noms "brute" ou "bête" pour la désigner. Je n'étais pas vraiment enchantée d'entendre que le moral de Lucas ne s'arrangeait pas vraiment ces derniers temps. Peut-être que j'aurais dû attendre un peu avant d'entreprendre ce voyage, que je devrais l'aider... En tout cas, je l'appellerai le lendemain, me dis-je avant de verrouiller mon téléphone, qui affichait un écran noir reflétant clairement le visage d'un vieil homme.

Après un léger sursaut que j'ai rapidement essayé de supprimer, Je rangeai le téléphone dans ma poche et explorai la cuisine.

-Tu t'amuses bien, spectre ?

Pas de réponse. Bah, je supposai qu'il allait encore essayer de me faire peur. Au moins je savais que cette demeure contenait bel et bien des spectres. Je me disais que maintenant que j'en avais trouvé un, autant ne pas traîner davantage dans la cuisine et aller dans un lieu plus intéressant, comme une bibliothèque ou un bureau, pièces que je pensais probablement trouver dans ce manoir. Avec un peu de chance, cela fera réagir davantage le petit farceur qui hantait ces lieux.

En montant l'un des escaliers du hall, je sentis alors Anne tirer légèrement sur ma manche. Elle pointait du doigt l'une des portes de l'étage.

-Là... il y en a... plusieurs.

-Ah ? Intéressant. J'espère qu'ils seront pas trop agressifs.


Une fois rentrée dans la pièce, je constatai qu'il s'agissait d'une bibliothèque, et aussi, qu'un livre plutôt épais me fonçait dessus. Heureusement, j'eus le temps de me pencher, tandis que Neval en arrêta un autre, avant de les provoquer.

-Ce n'est pas une manière d'accueillir des visiteurs ! Montrez-vous, bande de lâches !

Plusieurs livres sortirent d'une étagère et volèrent dans notre direction, doucement arrêtés par Anne, alors que Neval encaissa un poing spectral probablement lancé par un spectrum, qui fût attaqué en retour par le mélancolux. Celui-ci hurla alors et sortit de la pièce. La pièce semblait être devenue calme.

-Anne ?

-Il en reste... deux, je crois. Les autres sont partis. Attends...


Je voyais bien que la momartik essayait de se concentrer. Après un court instant, elle pointa un vieil ordinateur éteint.

-L'un des deux est là...

Sans doute un motisma. Je remarquai aussi qu'un tableau me regardait d'une manière un peu trop insistante.

-Merci. Et j'ai déjà trouvé l'autre.

En un instant, les yeux du portait devinrent normaux, et j'entendis un grincement derrière moi. Dans l'encadrement de la porte, une femme de taille moyenne, aux cheveux châtains foncés coiffés en carré et aux yeux verts me regardait l'air vide. Elle portait également un jean et une veste noire. Un peu surprise, je ne pus réprimer un léger sursaut.

Pourquoi avait-il pris mon apparence ?

-Tu n'es pas très inventif.

-Partez...


Il parlait avec ma voix, évidemment. Contente d'avoir trouvé ce que je voulais, un spectre qui parle notre langue, je me décidai à jouer le jeu.

-Je ne peux pas, tu me barres la route.

Au moment où il se mit en mouvement, je dégainai rapidement une chaîne de ma manche et la lança vers lui. Celle-ci se heurta au spectre, et sembla flottait en l'air pendant l'espace d'un instant, avant de violemment se resserrer autour de lui, légèrement enveloppée d'une aura bleue. Après s'être débattu pendant un moment, le spectre prit sa vraie forme : c'était un ectoplasma.

-Comment est-ce possible ? Que m'as-tu fait, humaine ?

-Ceci est une chaîne spectrale. Elle est capable de toucher l'intangible, et je me sers de ma psychokinésie pour la serrer autour de toi.


Cet objet n'était guère connu, que ce soit chez les humains ou les spectres, puisqu'il avait été inventé par ma grand-mère, et l'avait gardée pour nous. Le spectre me lança un regard mauvais et arrêta de se débattre.

-Que me veux-tu ? Me capturer ?

-Non. Je veux juste te poser des questions. Quel est ton nom ?

-...

-Réponds, ou je serre.

-... Achille.


Même s'il ne se débattait plus, je sentais que le fait d'être complètement impuissant et interrogé de cette façon devait le mettre hors de lui.

-Qui t'as donné ce nom ?

-Personne. Je sais juste que c'est mon nom. Une fois je l'ai entendu, et j'ai cru qu'on parlait de moi.

-Intéressant. Te souviens-tu de ce que tu étais avant d'être un ectoplasma ?

-Non.

-Pourquoi habites-tu ici ?

-Je sais pas. Je... suis comme attaché à cet endroit. Je dois le défendre des vivants. Des morveux comme toi qui viennent fouiner ici...

-D'ailleurs, dans cette demeure, il y a t-il des livres qui parlent des spectres ?

-Non. Mais même si c'était le cas, nous ne te laisserons pas toucher à nos affai...

-Ce ne sont pas vos affaires. Elles ont appartenu à des gens autrefois. Penses-tu être l'une de ces personnes ?

- J'en sais rien !

-J'ai vu un vieil homme tout à l'heure, et des gens affirment également qu'ils ont vu une petite fille ici. Qui sont-ils ?

-....

-Réponds ou je serre.

-Tu peux bien serrer, je n'en sais rien. Mais ça devait sûrement être des gens qui habitaient ici...

-L'un des occupants de cette demeure s'appelait-il Achille ?

-Non. Personne ne s'appelait ainsi ici.

-Comment tu peux savoir ça ?


Pendant un instant, le spectre sembla presque choqué de ma question. Il le savait sans le savoir. Un long moment de silence passa. Il ne savait évidemment pas quoi répondre, et cela parût le mettre encore plus en colère qu'auparavant, au point qu'il commença à se débattre à nouveau.

-... Relâche-moi.

-Sinon quoi ?


J'avais presque oublié les autres spectres. Au moment où je vis un livre voler vers moi, je regrettai de ne pas savoir faire de la psychokinésie sans les mains, et me le prit en pleine face.

-Putain !

Déconcentrée, ma chaîne se desserra et tomba au sol. L'ectoplasma me fonça dessus, mais se prit de plein fouet deux balles spectrales lancées par mes compagnons, le mettant à terre. Un espèce de grincement produit dans mon dos m'indiqua que les bibliothèques commençaient à bouger, et qu'il valait mieux pas qu'on reste ici. Ramassant ma chaîne au passage, nous sortîmes du manoir le plus vite possible. Ils ne semblaient pas vouloir nous poursuivre dehors, heureusement. Neval fit alors un semblant de bras d'honneur au manoir et crachant quelques insultes, avant de m'adresser la parole.

-Quel interrogatoire, on aurait presque pu se croire au commissariat !

-Pfff... il ne nous pas pas dit grand-chose d'utile, du moins rien qu'on ne savait pas... je vais quand même prendre la peine de noter ce qu'il a dit avant d'oublier. Si seulement Lucas était avec nous... lui au moins, peut manier la chaîne sans mobiliser ses mains.

-Il n'est pas prêt... Il est encore... fragile.

-Oui, Anne. Et puis, il aurait été obligé de sécher ses cours. En fin de compte, peut-être que c'est moi qui suis partie en voyage trop tôt. Bon, on va pas traîner ici plus longtemps. On va finir la nuit à l'hôtel de Vestigion, et demain nous partirons pour Charbourg.


Mes deux compagnons acquiescèrent, et Anne rentra dans mon bracelet tandis que je commençai à prendre des notes sur un calepin que je venais de sortir de ma poche, la lumière de Neval m'aidant à écrire correctement. Une fois cela fait, je jetai un dernier regard au manoir avant de partir. Une petite fille brune me regardait par la fenêtre.

_____________________________________________

Ces Pokémons cachent des secrets, clique sur eux !


Image de sign'  faite par célia2312



Dernière édition par Ranyel le Lun 5 Oct - 0:21, édité 3 fois
Membre Blanc
Eeveechou 
Membre Blanc 

Messages : 1877
Age : 12

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Mar 12 Mai - 20:09

waw encore un tres beau chapitre, GW!

_____________________________________________

Vient voir mon forum si tu veut, et s'il vous plait (si ca vous plait) créez un conte #pub
Pinkie, t'est génialissime pour cette signature et cet avatar!!! ♥



merci a viktyny pour ces magnifique carte qui me sert de signature et merci a xela pour:  les cosplays de évoli et mentali !  type celia by mirorB !
En tout cas, vous êtes super hyper sympa de m'avoir gentiment fait ces images qui sont magnifiques!
Tu est moche petit Pikachu.
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Mer 13 Mai - 19:15


_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12
Membre Saphir
Ranyel 
Membre Saphir 

Messages : 290
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Dim 17 Mai - 20:21

Le week-end en famille... x_x

Voilà la suite avec un peu de retard, mais ce chapitre est plus long :3



Chapitre 3


Déborah

-Tu manques d'énergie ce soir !

C'était un euphémisme. Il arrêtait avec toute la peine du monde mes coups, pourtant lents et faibles, que je lui assénais. Aucun tonus... Il avait vraiment pas la forme. C'est à peine s'il avait réagi quand je lui ai dit ça, en faisant revenir son attention sur moi plutôt que sur mes poings.

-C'est pas plutôt toi qui déborbe d'énergie ? Comme à chaque fois que tu t'entraînes pour un match...

-Je m'entraîne pas pour le match, là ! C'est toi que j'entraîne bonhomme ! Et tu sais, je... SURPRISE !


Rapidement, je lui assénai un coup de pied, visant son flanc droit. Je senti à peine une résistance avant que celui-ci s'écrase contre la zone de son corps que je visais, le projetant à terre dans un gémissement de douleur. Une fois cela fait, je l'aidai à se relever. J'espérais ne pas lui avoir fait trop mal.

-Ça va, champion ?

-Mouais... t'as senti que j'ai essayé de t'arrêter ?

-Pas trop. On fait une pause ? Je vais chercher des boissons.

-Ça marche. Euh attends, Deborah ?

-Yep ?

-Tu pourras me ramener tes petits haltères s'il te plaît ? Ceux dont tu te sers pour les jabs ?

-Ah oui, ils sont dans le salon. Je reviens !


Je sortai du garage, ou plutôt de ma salle d'entraînement, étant donné que je l'avais aménagée avec des tatamis et d'autres ustensiles, et me dirigeai vers le salon, qui comprenait d'ailleurs une petite cuisine aménagée, à l'américaine. En entrant, je vis mon lockpin en train de flâner sur le canapé, alors que mes autres pokémons devaisent sans doute être dans le jardin. Une fois les verres de jus de pomme et les haltères dans mes bras, je m'empressais de les apporter au garage. Lucas était maintenant assis en tailleur, ses bras nonchalamment posés sur ses jambes, qui saisirent par la suite le verre que je lui tendais, le portèrent à ses lèvres et me le restituèrent peu après. Je posai alors les deux haltères face à lui, tandis qu'il semblait être en train de se mettre en condition pour ses exercices de psychokinésie.



Après un instant, il avança ses mains dans le vide, et fixa les objets. Ceux-ci se mirent alors à vibrer et à luire d'une aura bleue, et décollèrent du sol, avant de se mettre à tourner lentement sur eux-même. Par la suite, les haltères bougèrent en harmonie avec les mouvements effectués par Lucas. C'était toujours aussi relaxant de le voir faire ça, même après l'avoir vu pratiquer cette exercice autant de fois. Mais ce n'était que l'échauffement.

Au bout d'un moment, alors que les haltères continuaient de se mouvoir, Lucas, très lentement, ferma ses mains et commença à les ramener vers lui. Les mouvements des haltères commençèrent alors à devenir moins précis, moins fluides et ils s'étaient même mis à trembler. Pourtant, Lucas arrivait à maintenir son contrôle sur eux, bien qu'amoindri, et je voyais bien sur son visage qu'il essayait de se concentrer du mieux qu'il pouvait. Soudainement, son regard croisa le mien, et les haltères tombèrent au sol en un instant, perdant leur aura bleue. Il frappa le sol en marmonnant un juron, alors que je détournai le regard, un peu gênée.

-Excuse-moi...

-Non, ce n'est pas de ta faute. Si un regard suffit à me déconcentrer, qu'en sera-t-il en combat ? Je vais réessayer.


Je me souvenais encore qu'à une époque, au mieux de sa forme, il arrivait parfaitement à contrôler ces haltères. Mieux, il arrivait à amortir mes coups de pieds par la pensée à un tel point que le choc le faisait à peine vaciller. Bien évidemment, cela demandait plus de puissance de contrôler des objets plus lourds, dôté d'une vitesse importante, ou quand le temps de concentration disponible était limité, ce qui faisait qu'il était bien plus dur d'arrêter des coups que de contrôler des objets légers et inertes. La psychokinésie, je le reconnaissais, était une compétence formidable qui pouvait rivaliser avec la force brute. Mais son défaut, et sa qualité, résident dans le fait qu'elle dépendait énormément du mental de la personne qui l'utilise. En l'occurence, les piètres performances de Lucas en ce moment étaient même l'indicateur le plus fidèle de son moral, qui était plutôt bas actuellement.

Cela faisait maintenant 4 ans que nous nous entrainions ensemble. Le but était pour lui de s'exercer en psychokinésie de manière pratique, tout en apprenant à se défendre correctement, et moi de m'entraîner à donner des coups et à me battre contre les kinésistes, adversaires qui à l'époque me mettaient à terre sans souci. Il s'est avéré que si ces entraînements se sont révélés profitables pour nous deux, nous avons également appris à mieux nous connaître et nous sommes au final devenus de très bons amis par ce moyen, même si à ce moment-là nous nous connaissions déjà depuis 5 ans, lorsque nous sommes allés chercher nos évolis issus de la même portée au centre pokémon.

J'entendis alors une sonnerie au loin, et au moment où je m'empressai d'aller dans le salon,  Alban, toujours sur le canapé, me tendit le téléphone.

-Allo ? Ici Julie !

-Yo Juju. Ça va ?

-Ouais. Enfin, j'ai visité un manoir hier soir et ça ne s'est pas vraiment bien passé... on a littéralement été chassés, j'ai même mangé un livre dans la tronche.

-Ben t'aimes ça fourrer ta tête dans les livres, non ?


Un soufflement inintelligible au combiné m'indiqua un mélange de soupir et de rire.

-Super drôle. Sinon, là on est à Charbourg et on attends que Lambel arrive. Si j'en crois le sms que Lucas m'a envoyé, il sera bientôt là.

-T'as trouvé des trucs intéressants, alors ?

-Pas trop... j'ai des infos qui se recoupent, mais rien de neuf. Mais bon j'espère en apprendre beaucoup plus avec la spécialiste que je vais rencontrer bientôt. Comment va Lucas ?


Je jetai un coup d'oeil rapide au garage, où il était concentré sur les haltères, avant de m'éloigner de quelques pas vers la cuisine.

-Pas des masses. Il est chez moi là, on s'entraîne. Et franchement c'est pas fameux ce qu'il fait avec les haltères là... Ça fait déjà quelques semaines qu'il est en déprime, ça s'arrange pas...

-Hmmm... Je pourrais revenir, mais ça ne serait pas une solution durable... Ou alors il faudrait faire des progrès dans la recherche.

-Plus facile à dire qu'à faire, j'imagine ?

-Exact.


Un silence de courte durée.

-Tu sais, je pense que je peux m'en occuper. Tu veux que je te le passe ?

-Ouais, s'il te plaît.


Une fois revenue dans le garage, je tendis le téléphone à Lucas, qui arrêta son exercice.

-C'est Julie.

-Oh, merci. Allo ?


Je repartis dans le salon histoire de leur laisser un peu d'intimité, voyant alors mon martiali rentrer du jardin, sans doute pour prendre une pause dans son entraînement avec mon dernier pokémon, qui lui restait assis dans l'herbe.

-Tu veux une baie figuy,  Élude ?

L'animal acquiesca et bondit au moment où je lançai le fruit en l'air, à ma hauteur, avant de retomber sur ses pattes, ses crocs plantés dans le fruit. Élude était le premier specimen de martiali recensé, l'évolition associée aux pokémons combattants. Celle-ci ressemblait à un evoli mais en plus grand, élancé, et musclé, et sans duvet de poils blancs. Les oreilles étaient plus longues et son regard plus dur et perçant, ressemblant aux yeux d'un mentali mais en noir. Les poils le recouvrant étaient moins longs, plus fins, et plus sombres, sauf sur la queue qui demeurait assez touffue. En l'observant avec quelques pokélogues, on avait d'ailleurs appris qu'Élude était capable d'utiliser ses quatres membres pour se battre efficacement, mais aussi que sa queue qui pouvait asséner des coups puissants, ou même s'enrouler autour d'objets. C'était un peu comme un combattant à cinq bras, qui était de plus très agile ; combiné au fait que peu de personnes connaissaient les capacités de ce pokémon, cela faisait de lui un combattant redoutable. Les spécialistes avaient dit que cette évolution était dû à son environnement, au fait qu'il ai appris à se battre avec rigueur et discipline, mais aussi parce qu'il avait été entouré de combattants dès son plus jeune âge ; par conséquent, le fait qu'il n'y ai eu aucun martiali auparavant était logique puisque les evolis étaient surtout populaires chez les enfants, qui disposaient rarement ce genre d'environnement.

Pour éviter d'attirer trop d'attention sur elle, ou même des ennuis, j'avais tenu à ce que son existence reste secrète : j'étais alors obligée, à contrecoeur, de l'enfermer dans une pokéball à chaque déplacement, et de l'utiliser en combat un uniquement face à des personnes de confiance, ce qui faisait qu'Élude n'avait au final que très peu combattu face à des dresseurs, c'est à dire ma soeur, Lucas et Julie. Je m'étais arrangée avec les pokélogues pour que son espèce ne soit révélée qu'une fois que j'estimais que l'on serait prêt, elle et moi. Et ce moment-là serait vendredi prochain, où Élude fera ses preuves dans un match restransmis à la télévision.

-Deborah !

Sorie de mes pensées par l'appel de Lucas, je me précipitai vers lui, reprenant le combiné qu'il me tendait. Une sourire faible parsemant son visage, je devinais que sa soeur avait fait son possible pour essayer de lui remonter le moral, mais que ça n'avait pas suffi. Plutôt que de lui infliger une autre session de coups, je lui proposai alors de passer au repas.



Après un dîner sans histoires, je le raccompagnais vers la sortie sud de la ville, en longeant la mer, marchant tranquillement sur les quais de bois.Il était sur son vélo, et moi en rollers, roulant à la même vitesse, sous un soleil de crépuscule. Tout d'un coup, un draco surmonté d'une personne surgit de l'eau, nous éclaboussant presque. Cette dernière n'était personne d'autre que William, un ami de l'université.

-Hahaha ! Salut vous deux !

Son pokémon le déposa sur le quai, avant de nous rejoindre. William était un homme au teint mat de grande taille, plutôt bien bâti. Originaire d'Ébenelle, il avait des cheveux courts et gris, ainsi que des yeux verts. Vêtu d'une combinaison de plongée, il était probablement en train de s'amuser avec son pokémon.

-Salut William ! Tes vacances à Ébenelle se sont-elles bien passées ?

-Au poil ! Ma cérémonie de passage à l'âge adulte était nickel, et comme vous pouvez le voir, Iria a même évoluée ! Je suis revenu ce matin, et là je nageais un peu avec elle et je vous ai vu en train de rouler, alors j'ai décidé de vous surprendre ! Chaude pour vendredi, Deb ?

-A fond ! Je vais la démolir.

-Euh... comment tu vas expliquer ta semaine d'absence aux profs ?


William posa une main mouillée sur l'épaule de Lucas er soupira avant de répondre.

-Les traditions, mon petit Lucas... de toute manière, j'ai de trop bonne notes pour qu'ils puissent dire quoi que ce soit sur mon travail ou mon assiduité !

-T'as encore essayé de convaincre tes parents de bouger à Doublonville ?

-Ouais, ben non, ils veulent rester à Ébenelle... mais je finirai par y arriver, en tout cas je retournerai pas là-bas après mes études, il y a vraiment rien à faire dans cette ville, pas comme ici. Au fait, il est quelle heure ?

-21h.


Le visage de William devint d'un coup plus pâle.

-Putain de merde ! J'avais dit à ma copine qu'à 20h je serais chez elle ! Elle va me défoncer ! Euh, à demain, si je suis encore en vie ! Allez, grouille Iria !

Le jeune homme et son compagnon repartirent aussi vite qu'ils étaient venus. À nouveau seule avec Lucas, j'en profitai alors pour lui poser ma main sur son épaule encore humide. C'était le moment d'en parler.

-Je vais être franche, Lucas. Je sais bien qu'en ce moment ce n'est pas trop ça. Mais vous allez y arriver, crois-moi. Si t'as un problème, tu peux compter sur moi et Julie, ou même William.

Mon interlocuteur soupira et détourna le regard.

-Je sais, Deborah.

Je passai mon autre main sur le côté de sa tête, et la fit tourner de manière à nous regarder droit dans les yeux.

-Lucas. Laisse-moi t'aider comme tu m'as aidé autrefois. Je ne veux pas que tu te renfermes sur toi-même.. Promets-moi de ne pas faire passer ces recherches avant ton bien-être, prends donc une pause de quelques jours. De toute façon tu n'arriveras pas à être productif avec cet état d'esprit.

Un instant passa et un sourire finit par apparaître sur son visage.

-Tu as raison. Merci, Deborah.

Sans un mot, nous continuâmes notre route vers le sud. Je savourais intérieurement d'avoir réussi à le faire sourire, et je souriais moi-même en me disant que les prochains jours allaient être riches en évènements. Je ne me trompais pas.



Merci à Noyle pour avoir trouvé le nom de Déborah et un nom d'espèce potable pour l'évolition de type combat.

_____________________________________________

Ces Pokémons cachent des secrets, clique sur eux !


Image de sign'  faite par célia2312



Dernière édition par Ranyel le Lun 5 Oct - 0:31, édité 2 fois
Membre Rouge
Cuian 
Membre Rouge 

Messages : 29
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Dim 17 Mai - 23:54

Cette fic fera ma petite lecture du moment je pense ^^

_____________________________________________

Membre Saphir
Ranyel 
Membre Saphir 

Messages : 290
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Mer 20 Mai - 20:11

Chapitre 4


Julie



-Nous ne sommes plus très loin.

Lambel, lévitant auprès de Neval et Anne, se tourna vers moi.

-J'espère que ce que cette spécialiste va nous dire en vaut la peine... C'est la principale raison pour laquelle nous sommes venus à Sinnoh,  ça serait regrettable qu'elle ne nous apprenne rien de nouveau.

Le mélancolux se secoua devant lui, ce qui sembla l'agacer.

-T'as pris Julie pour une gourde ? Evidemment que ça va servir !

-Pardonne-moi d'émettre des doutes et de ne pas croire aveuglement en elle, petite lanterne.

-Tu remets toujours les autres en question, mais alors toi tu...

-Chut.


Les deux spectres se détournèrent l'un de l'autre au moment où je leur avait ordonné de se taire. Ce qu'ils pouvaient être agaçants parfois. De vrais enfants. De toute manière, nous étions bientôt arrivés à Bonville, je voyais déjà la Tour Perdue étant donné que nous avions traversé le dernier pont de cette route. Consciente que mes compagnons pouvaient effrayer la population locale, je leur demandai de se cacher dans mes accessoires, comme d'habitude. Cependant, leur dispute inutile reprit.

-C'est une punition, c'est ça ? Voilà, encore puni à cause de Lambel, parce qu'il casse les coui...

-Je n'en peux plus de lui... Julie, dis-lui de se taire, je t'en supplie... Je ne peux plus supporter ce morveux.


Commençant à perdre ma patience, je finis par lever la tête pour leur crier dessus, pendant que nous avancions.

-Fermez-là et cachez-vous dans mes bracelets bons sang !

-Attends, attends, je vais pas...

-Neval !

-... Julie...

-Quoi, Anne ?

-Tu vas tomber...


Je sentis mon pied... ne rien rencontrer du tout, et je tombai tête la première dans un trou, finissant par rouler jusqu'en bas, d'un manière peu élégante et légèrement douloureuse.

-Putain de merde ! Pourquoi il y a un trou ici ?

-Tout va bien, jeune fille ?


En levant la tête, j'aperçus une femme blonde habillée en noir me regarder depuis le bord du trou. Tout en esseyant de me rendre présentable, je lui adressai la parole.

-Vous êtes Cynthia ?

-En effet. Aurais-je affaire à Julie Dénamien ?

-C'est exact. Aide-moi à sortir, Lambel, s'il te plaît.


Mes compagnons étant restés silencieux depuis ma chute, l'intéressé sembla un peu pris au dépourvu, et, l'air un peu gêné pour avoir été un des coupables de ma perte d'attention, il se concentra afin d'utiliser ses pouvoir psychiques pour me soulever et me reposer sur l'herbe, avec eux.

-Tes pokémons portent des noms ?

-Oui... mais ils ne sont pas civilisés pour autant. Sauf Anne, qui sait se tenir.


Neval et Lambel détournèrent le regard alors que Cynthia les regardait en pouffant de rire.

-J'ai cru entendre ça, en effet... Avez-vous fait bon voyage ?

Tout en prononçant ces paroles, elle me sera la main et me fit signe de me suivre, alors que mes pokémons se cachaient dans mes bracelets. Elle se dirigeait vers une espèce de petite tour en ruine, qu'on pourrait résumer à un amas de pierres et de poutres en bois.

-Oui, et cette région est plutôt agréable... j'ai visité le Vieux Château, mais cela ne m'a pas été très utile.

-Je vois. Dans ce cas, j'espère que je vous serai d'une plus grande utilité. Donc, d'après ce que vous m'aviez dit au téléphone, vous vouliez me rencontrer car je possède un spiritomb ?

-Oui. On entend beaucoup de rumeurs à propos de ce pokémon méconnu, notamment le fait qu'il contiendrai 108 âmes... je voulais donc avoir l'avis d'un spécialiste sérieux sur la question.


Arrivées à la ruine, l'archéologue posa ses mains sur l'un des murets et me fit face, l'air grave.



-L'autre jour, au téléphone, tu as, d'une manière plutôt adroite, éludé mes questions concernant le but de cet entretien. Poursuis-tu les études de ta mère ?

Je savais bien qu'elle finirait par me poser la question.

-... Oui. Elle voulait découvrir le lien entre les spectres et les vivants. Si... l'on devenait des spectres à notre mort. Et nous continuerons ses travaux.

Un regard intense de l'ancienne maitresse de la ligue de Sinnoh.

-C'est un chemin long et tortueux sur lequel vous vous engagez... vous êtes sûrs de vouloir emprunter la même voie que votre mère ?

Par chemin, elle faisait bien évidemment référence à ce qui avait mis fin à sa vie. Beaucoup de gens  pensaient que Marie Denamien, descendante d'une illustre famille de kinésistes et spectrologues, reconnue dans le monde de la recherche, avait été en quelque sorte châtiée à cause du sujet sur lequel elle menait ses recherches. Même avant cet événement, une partie des scientifiques et chercheurs lui avait tourné le dos, ce sujet d'études étant jugé trop peu sérieux, d'autant plus que les spectrologues n'étaient plus tellement crédibles à leurs yeux à cause de la grande proportion d'illuminés et de fous qui revendiquaient cette profession. Moi-même j'aurai été incapable de citer un spectrologue reconnu autre que ceux de ma famille, ou d'une autre époque.

-Oui. Rien ne nous fera reculer.

-Pas même la peur de connaître la vérité ? Ou que la société l'apprenne ?


Ses yeux verts toujours plongés dans les miens, je me demandai ce qu'elle sous-entendait par là. Pourrions nous apprendre quelque chose qui ne devrait pas l'être ? Qu'en savait-elle, à la fin ? Elle finit par secouer la tête et me sourit.

-Excuse-moi de t'avoir embêtée avec ça. Mais vous êtes si jeunes, alors je vous conseille de progresser prudemment et d'agir avec sagesse. Par respect des travaux de votre mère et de votre famille, sachez que je suis prête à vous aider du mieux que je peux. Je ne vais cependant pas mentir en disant que j'y aurai peut-être réfléchi à deux fois si vous aviez besoin d'une aide financière !

Sa tentative de détendre l'atmosphère était louable mais le seul signe d'hilarité que je manifestai fût un soufflement du nez, qu'elle ne manqua pas de remarquer.

-Bien. Alors, je t'ai amené ici pour te montrer... cette ruine, et ça.

Elle sortit une pierre plutôt grosse de son sac à dos et me la tendit. La prenant délicatement dans mes mains, je constatai qu'elle était fissurée et comportait deux petits trous. Au même moment elle dégaina un pokéball et libéra son spiritomb. C'était la première fois que j'en voyais un,  et j'étais plutôt impressionnée, et captivée par ce tourbillon qui tournait sans cesse... ce semblant de visage à l'expression indescriptible et menaçante. Je remarquai alors que ce tourbillon était lié à une pierre similaire à l'objet que je tenais dans ma main.

-Je l'ai trouvé ici, à côté de cette pierre, il y a longtemps. J'ai essayer tout ce que je pouvais sûr cet objet, mais il semblerait qu'elle soit vide.

Un moment de silence passa. Le spiritomb me fixait.

-Il sait parler ?

-Non. Enfin... Pas tous.

-Pardon ?

-Je ne sais pas s'ils sont vraiment 108, mais ils sont bien plusieurs là-dedans. C'est pour ça qu'ils ne préfèrent pas parler, je pense. Chaque tentative de communication s'est soldée par un échec. J'ai comme l'impression que ce pokémon est doté d'une volonté propre, mais conflictuelle... il n'est jamais en paix. Toutes ces âmes, ou personnalités, sont en conflit perpétuel.

-Des âmes...

-De là à dire qu'elles aient appartenu à des humains ou de pokémons...


Nous demeurâmes un temps à observer le tourbillon de spiritomb.

-Il est enfermé là-dedans ?

-Oui. Ces pierres ont des propriétés étonnantes, il semblerait que ce soit le seul moyen, autre que la capture par pokéball, qui permette d'emprisonner les spectres.


Ou les chaînes spectrales. Il me semblait que ma grand-mère avait mentionné dans ses écrits qu'elle s'était inspirée de pierres étranges... peut-être que c'était les mêmes.

-Quoi qu'il en soit, je n'essaierai pas de libérer spiritomb tant que je ne saurai pas pourquoi ces gens l'ont autrefois enfermé... ou que je serais pas parvenu à communiquer avec lui.

Spiritomb se tourna vers Cynthia et la regarda sans rien dire.

-Quels secrets renfermes-tu ?

Elle soupira, rappela son pokémon et me donna un carnet un peu écrasé, venant de son sac.

-Je te donne cette pierre, ainsi que ce rapport détaillé de tout ce que je sais sur les spiritombs.

-Merci beaucoup, je ne sais pas comment vous remercier...


L'archéologue rigola.

-Eh bien, contentez-vous de me citer si ces données vous auront été utiles, et vous me rendrez la pareille si j'ai besoin de votre aide dans mes recherches ! Bien. Je dois à présent y aller, on m'attends à Voilaroc. Il n'y a grand-chose d'autre qui pourrait vous intéresser dans cette région, malheureusement... où comptez-vous aller ensuite ?

-Je comptais partir pour Hoenn.

-Ah... Ah si, vous pouvez visiter les ruines Bonville, avant de partir. Vous n'aurez pas forcément des réponses satisfaisantes, mais ça serait bête de passer à côté.

-Des réponses ?

-Ils vous en donneront peut-être.


Je crus comprendre de quoi elle parlait.

-Ils ont répondu à vos questions ?

-Pas à toutes, malheureusement. Bon, j'y vais ! Portez-vous bien, toi et ton frère !

-Merci pour tout, et au revoir !


Cynthia libéra un guériaigle d'une pokéball, monta sur son dos et prit son envol en me saluant d'une main.

Une fois mes affaires calées dans mon sac, qui commençait à devenir très lourd, je marchai vers les ruines Bonville, curieuse de voir ce qu'il allait se passer. Une fois à l'intérieur, Neval sortir de mon bracelet et m'éclaira, alors que mes deux autres amis se contentaient de guetter, au cas où un pokémon sauvage agressif surgissait de l'ombre.



Au bout d'un long moment d'exploration, nous arrivâmes dans une grande salle et j'entendis une petite pierre tomber. Levant la tête, je constatai que plusieurs zarbis nous observaient, en lévitant, avant de descendre à notre niveau. Après un instant d'observation mutuelle, je décidai alors de poser une question, prête à écrire sur mon carnet.

-Existe-t-il un lien entre les pokémons spectre et nous ?

Un instant passa. Certains d'entre eux finirent alors par bouger, pour former une phrase.

LIEN ?

-Les humains et les pokémons deviennent-ils des spectres en mourant ?

Cette fois-ci, d'autres zarbis se réarrangèrent.

TU SAIS DEJA LA REPONSE

Qu'est-ce qu'ils racontaient ?

-Non, c'est faux.

NOUS LISONS EN TOI

Je commençais à me sentir vraiment mal à l'aise. Ils me fixaient tous de leur oeil unique. Voyant que je n'arrivais pas à obtenir de réponse convenable pour cette question, je décidai de passer à une autre.

-Pourquoi les spectres peuvent disparaître, mourir ? Que deviennent-ils ?

TU N AS PAS A SAVOIR

-Pourquoi vous ne voulez pas répondre à mes questions ?

POURQUOI VEUX TU SAVOIR ?

Ils commençaient à m'énerver.

-Je croyais que vous répondiez aux questions !

FAITES PREUVE DE SAGESSE

-Sagesse à propos de quoi ?

LA MORT

Cette réponse me glaça le sang. Voudraient-ils dire que nous ne sommes pas sages de vouloir en apprendre plus sur le sujet ?

-Ce sujet se doit d'être étudié, mais...

PARS

Était-ce une menace ? Je ne comptais pas partir avant d'avoir de réponse à mes questions. Au même moment, Neval commença à les insulter.

-Vous ne pouvez pas me demander de partir alors que vous n'avez donné aucune réponse utile !

PARTEZ !

Je me sentais alors comme engourdie, et mes jambes fléchirent...

Je finis par me réveiller, au même endroit, mes compagnons à mes côtés.

-Que s'est-il passé ?

Ce fut Anne qui répondit.

-Il nous ont... hypnotisés, et sont partis...

En regardant ma montre, je vis que deux heures s'étaient écoulées. Je me maudissais moi-même de ne pas avoir agi avec plus de tact avec eux. Déjà, je pouvais m'estimer heureuse d'avoir pu leur parler, étant donné qu'ils se montraient rarement... Mais c'était foutu, ils ne se remontreront probablement pas. Alors que je ramassais mon carnet, un peu défaite, je remarquai une inscription en zarbi au fond de la salle...



AMITIE
TOUTE VIE RENCONTRE UNE AUTRE VIE POUR RENAITRE ET REVIVRE

_____________________________________________

Ces Pokémons cachent des secrets, clique sur eux !


Image de sign'  faite par célia2312



Dernière édition par Ranyel le Lun 5 Oct - 0:43, édité 3 fois
Membre Blanc
Eeveechou 
Membre Blanc 

Messages : 1877
Age : 12

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Sam 23 Mai - 21:59

bravo, surtout pour l'evolition combat ;) sinon, je suis (encore) perdu, a chaque debut de chapitre une nouvele personne parle et je sais jamais qui (ca s arrange apres mais bon) sinon, tres bon boulot, comme dab!

_____________________________________________

Vient voir mon forum si tu veut, et s'il vous plait (si ca vous plait) créez un conte #pub
Pinkie, t'est génialissime pour cette signature et cet avatar!!! ♥



merci a viktyny pour ces magnifique carte qui me sert de signature et merci a xela pour:  les cosplays de évoli et mentali !  type celia by mirorB !
En tout cas, vous êtes super hyper sympa de m'avoir gentiment fait ces images qui sont magnifiques!
Tu est moche petit Pikachu.
Membre Perle
marius3000 
Membre Perle 

Messages : 757
Age : 13

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Dim 24 Mai - 16:13

J'ai lu le prologue et le premier chapitre, et j'adore déjà cette fic !
On dirait que tu est un écrivain

_____________________________________________

Grand merci à Vick pour cet avatar trop bg <3

Merci beaucoup à célia pour l'image <3

Peace et vive les Simiabrazs et Ecremeuhs !
Membre Saphir
Ranyel 
Membre Saphir 

Messages : 290
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Mar 26 Mai - 17:33

Merci pour ce compliment, mais je ne pense pas égaler un véritable écrivain ^^
La suite, que j'ai eu un peu de mal à écrire (satané rhume des foins !).



Chapitre 5


Lucas



-1,2,3... GO !

Je commençai à pédaler énergiquement tandis que Deborah donnait ses premiers coups de rollers sur le sol. Très vite, nous atteignîmes nos vitesses de croisière, qui étaient sensiblement les mêmes, et j'avais une avance de quelques mètres sur elle. Je le savais puisque je l'entendais rouler et faire des coups de patins de temps à autre. La route vers le sud de la ville comportait peu de piétons, c'était parfait pour la course. Au moment où l'on commençait à approcher de la fin, j'entendis des coups de rollers plus fréquents derrière moi. Elle arrivait encore à prendre de la vitesse ? On allait déjà super vite ! Conscient qu'elle finirait par me rattraper à ce rythme, j'essayai de donner tout ce que j'avais pour accélérer. Malheureusement, je l'entendis encore une fois accélérer, et elle me dépassa quelques mètres avant l'arrivée. Épuisé, je ralentis avant de m'arrêter. Elle revenait vers moi en roulant, la respiration à peine plus forte que d'habitude.

-Bravo, ça s'est joué de peu ! Tu t'améliores, mais pour la fin il faut commencer à accélérer plus tôt sinon t'as pas le temps de me rattraper. Aussi, essayes de travailler sur ta respiration.

-Ouais.. je vois.

-Bon je te laisse là moi ! On se retrouve ce soir, à l'arène ! Je compte sur toi.




Et elle repartit aussi vite qu'elle était venue. Après un petit moment, je repris ma route vers chez moi, à un rythme plus tranquille. Une fois chez moi, je fus accueilli par mes compagnons et pris une douche rapide. J'avais effectivement suivi les conseils de Deborah et pris un peu de temps pour moi, sans toucher aux livres de la bibliothèque ; à défaut d'avoir retrouvé toute ma motivation, je me sentais mieux et en pleine possession de mes moyens. J'avais également demandé à Nouche et Sophiane de prendre une pause dans les recherches car je me serais senti mal de les laisser travailler pendant que je me reposais. Une fois habillé, j'allai dans le salon voir Priam essayer d'attraper les queues de Nouche, sous le regard de sa mère. Je rangeai quelques affaires pendant ce temps, quand tout à coup, le téléphone sonna. Interrompant ce que j'étais en train de faire, je pris quelques secondes avant de faire venir le combiné dans ma main droite par la pensée et de prendre l'appel.

-Allô ?

-Salut, c'est Julie !  Tu vas bien ?

-Hum, ouais ça va mieux. Je me repose un peu en ce moment, j'ai pas trop avancé dans les recherches... je pense m'y remettre lundi.

-Je suis contente d'entendre ça. Je vais pas pouvoir rester au téléphone longtemps, car je vais partir pour Hoenn, mais je voulais te faire un compte-rendu de que j'ai appris à Sinnoh. Même si on n'a pas appris grand-chose, c'est tout de même encourageant.

-Ah ?

-Ouais. Alors j'ai rencontré quelques spectres, pris des notes... rien de vraiment nouveau dans le tas, que des trucs qu'on savait déjà. J'ai aussi rencontré Cynthia, qui m'a fourni un rapport détaillé concernant les spiritombs et même une des pierres dans lesquelles ils sont habituellement enfermés. J'ai rapidement feuilleté le rapport. Tu te rappelles de ce qu'on avait dit des prénoms des pokémons spectre ?

-Oui ?

-Cynthia ne nomme pas son spiritomb tout simplement parce qu'à chaque fois qu'elle lui demandait son nom, il répondait plein de choses à la fois. C'est détaillé dans le rapport.


Une des pistes que j'avais trouvé commençait à se concrétiser. J'étais un peu soulagé d'entendre ça plutôt qu'un élément l'infirmant.

-Je t'envoie tout ça par courrier, j'ai un peu galéré pour la pierre mais au final tu la recevras par békipan express. Ah, et aussi... j'ai visité les Ruines Bonville. J'ai noté le dialogue que j'ai eu avec les zarbis, qui n'est pas franchement informatif, et une inscription que j'ai trouvée, qui elle s'avère intéressante. Je t'envoie une copie de mes notes par e-mail.

-Très bien. Je regarde tout ça dès que possible.

-Je vais te laisser, là. Bon match, et portes-toi bien !

-Prends soin de toi, à bientôt.

-Bisous !


Une fois le combiné de retour sur son socle, je regardai mes compagnons, qui savaient déjà ce que Julie m'avait dit. Nouche, qui avait laissé Priam jouer seul, s'était approché et avait posé ses pattes sur mes jambes.

-Je suis convaincue que nous allons pouvoir tirer quelques chose de ces informations. Mais l'heure est à l'amusement, il me semble ?



Une fois arrivé dans l'arène, je me frayai un chemin dans les gradins pour arriver jusqu'à William. La salle était presque complète et l'excitation était présente, après avoir échangé quelques banalités avec mon ami, la lumière disparût, et le commentateur commença à parler.

-Bienvenue à tous, mesdames et monsieurs ! J'espère que vous vous êtes confortablement installés et que vous être prêts pour un combat de choc !

Acclamation de la foule.

-Cela faisait déjà un moment que l'on ne l'avait plus vue, mais elle fait son retour ce soir pour nous offrir un affrontement exceptionnel ! Veuillez acclamer Blanche, championne actuelle de Doublonville !

Des projecteurs s'allumèrent du côté gauche du terrain. La championne salua la foule qui applaudissait et hurlait. Comme à son habitude, ses cheveux roses se finissaient en couettes, et rien ne laissait transparaître qu'elle avait délaissé la scène ces derniers temps.

-Notre championne favorite affrontera ce soir, dans un combat à 3 pokémons... Deborah, sa propre sœur, veuillez l'applaudir bien fort !

D'autres projecteurs s'allumèrent. Sous une ovation plus discrète, mon amie, vêtue de vêtements de sport neuf, leva les bras face à la foule.

-Maintenant que les présentations sont faites, ne n'avons pas de raison de vous faire attendre davantage longtemps... que les dresseuses s'avancent et choisissent leur premier pokémon !

Elles s’exécutèrent et s'avancèrent, accompagnées par un écremeuh pour Blanche, et un lockpin pour Deborah. Cette dernière avait le pas assuré et semblait prête au combat.

-Que le combat commence dans 3, 2, 1... c'est parti !



Les deux pokémons commencèrent immédiatement à bouger, commandés par les dresseurs dont les voix étaient parfaitement inaudibles à cause du public. L'ecremeuh essaya de charger Alban mais celui-ci esquiva rapidement et, en quelques pas rapides, passa derrière son ennemi pour lui asséner un coup de pied dans le dos. Le bovin beugla, se retourna et fonça vers le lockpin ; après quelques tentatives infructueuses, Alban fonda sur lui et lui infligea de nombreux coups au corps-à-corps, mais malheureusement pour lui son adversaire tint bon et l'écrasa alors de tout de son corps. Lorsqu'il se releva, sa malheureuse victime semblait K.O., et fût rappelé dans sa pokéball par Deborah, tandis que la foule acclamait Blanche.

-Le lockpin de Deborah est hors-jeu, 1-0 pour Blanche !

Alors que l'ecremeuh, plutôt mal en point, essayait de reprendre ses esprits, Deborah, nous jeta un regard. Je lui fis signe. Il était temps. Elle envoya alors son martiali au combat, provoquant la surprise générale chez le public et le commentateur, même si celui-ci s'était sans doute entretenu avec les organisateurs et Deborah au préalable.

-Deborah a maintenant choisi d'envoyer un martiali, l'évolition de type combat et le premier de son espèce ! C'est un honneur de le voir au combat ici, dans l'arène de Doublonville !

Après une énorme ovation, Élude s'avança sur le terrain. Je ne pensais pas qu'il devait être très à l'aise, néanmoins le fait d'être envoyé face à un adversaire en mauvaise condition devait sûrement le rassurer. Lorsque le commentateur donna son signal, le martiali piqua un sprint vers son opposant, qui se jeta en avant dans le but de l'écraser. D'un coup de sa patte arrière gauche et de sa queue au sol, il esquiva l'ecremeuh puis bondit sur lui, et le mitrailla de coups pendant qu'il se relevait. Celui-ci se jeta alors en arrière dans le but de l'aplatir, mais Élude eu le temps de partir durant la chute, le laissant s'écraser seul au sol, avant de lui infliger le coup de grâce.

-Ecremeuh K.O., un partout !

Le public applaudissait très fort, tandis que le martiali le regardait, un peu hagard. Il n'était vraiment pas habitué à la foule.

-Il est vraiment rapide, dis donc ! Hé Lucas, à ton avis qui va remporter la victoire ?

-Hum... ben je dirais Deborah, mais bon, on n'est pas sûrs. Blanche et ses pokémons sont assez bons, et Élude a peu d'expérience au combat.


William approcha son oreille de moi en mimant un geste de personne qui n'avait pas entendu, et je lui répétai ce que je venais de dire.

-Ah ouais, c'est vrai.

-Et maintenant, Blanche envoie son girafarig !


Le pokémon fût acclamé par la foule et s'avança sur le terrain. Une fois le combat lancé, les deux pokémons se mirent à courir. Cependant, Élude fonçait dans la mauvaise direction, et donna quelques coups dans le vide, avant de s'arrêter, et se secouer la tête. Il avait été victime d'une illusion par le girafarig, mais avait été interpellé par Deborah, malheureusement trop tard puisque celui-ci était arrivé derrière le martiali et lui donna un grand coup de tête amplifié par ses pouvoirs psychiques, envoyant l'animal au sol quelques mètres plus loin. Il se releva rapidement, et sembla attendre son adversaire. Au bout d'un moment, il fonça sur lui et sauta sur son arrière-train, et commença à lui donner des coups, avant que la tête arrière du girafarig ne s'en rende compte et agisse. Ils commencèrent alors à se battre sur le dos du pokémon dont la tête avant exprimait clairement la panique. Après plusieurs coups échangés, la tête arrière finit par mordre la queue d'Élude et l'envoya au loin. Une fois que le martiali s'était relevé, il fonça de nouveau sur le girafarig dont les yeux s'étaient mis à briller en bleu, avant d'être stoppé net, puis violemment poussé en arrière par la force de la pensée, le mettant K.O.

-Eeeeeeeet il est hors-jeu ! 2-1 pour Blanche !

-Wow... je sais pas si elle arrivera à gagner maintenant.

-Ne t'inquiètes pas, Déborah n'a pas encore sorti le meilleur.


Après avoir rassuré William, le commentateur annonça le dernier pokémon de mon amie.

-Et à présent, Deborah envoie... un braségali !

Celui-ci fût en effet invoqué sur le terrain. Nommé Akaï, celui-ci était son premier pokémon et sans doute le plus puissant d'entre eux. A l'instant où l'arbitre lança le combat, celui-ci commença à courir, vers le girafarig, qui semblait se concentrer pour essayer de lui porter une attaque psychique.  Cependant, Akaï arriva à lui bien avant qu'il ne puisse le faire, et lui porta un coup de pied sauté qui le déstabilisa et le fit tomber à terre. A peine relevé, le braségali l'attrapa par les deux pattes avant et  le balança à l'autre bout du terrain, le mettant hors-jeu.

-Girafarig K.O., deux partout ! Quel match de folie,  il ne reste à présent qu'un seul pokémon de chaque côté ! Qui va remorter la victoire ?

Après une grande ovation de la foule, Blanche envoya son dernier pokémon : un mélodelfe. Les deux pokémons se firent face, et au top, commencèrent à se mouvoir. Akaï, les poings enflammés, essayait de porter des coups à son adversaire tandis que celui-ci esquivait, jusqu'à ce qu'il se décide à attaquer avec un rayon lunaire, qui heurta de de plein fouet le braségali. Tenant bon, il se releva rapidement et se remit en mouvement, plus vif qu'avant. Au bout d'un moment, le mélodelfe, en plus de ne réussir à porter ses attaques efficacement, peinait à esquiver les coups d'Akaï à cause de sa vitesse, et perdait en endurance, si bien qu'il finit par se faire toucher, puis mettre à terre par le gallinacé de feu.

-Mélodelfe K.O., c'est donc Deborah qui remporte la victoire 3-2 !

Le public applaudit et acclama l'athlète, qui s'avançait sur le terrain, saluant le public avec Akaï, rejoints peu de temps après par Blanche.






Déborah

Couverte par le bruit de la foule, j'avais un peu de mal à entendre ce que ma sœur me disait.

-Bravo Déborah. Je ne pensais sincèrement pas que tu remporterais la victoire.

-Ce n'est pas que moi qu'il faut féliciter, mais aussi nos pokémons. Nous nous sommes tous très bien battus.


Entendant cela, elle baissa légèrement le regard.

-Oui, c'est sûr... Je regrette vraiment de ne pas avoir passé plus de temps avec toi, tu as tellement changée...

-Hé oh, on en a déjà parlé avant et va pas gâcher ce moment avec ça ! L'important c'est que tu ne le refasses plus.


Elle me regarda alors dans les yeux, et un sourire apparût sur son visage. Pendant longtemps, Blanche, trop occupée par sa fonction de championne et ses études, avait complètement laissé de côté son rôle de grande sœur, me laissant dériver dans la délinquance et les combats clandestins, avant que Lucas ne me vienne en aide, et nous réconcilie. Je savais aujourd'hui que je ne pouvais pas lui en vouloir, et que j'étais aussi fautive qu'elle pour ce qui s'était passé. Ce combat était donc pour moi une occasion de tirer un trait sur ce passé peu glorieux.

Cependant, j'étais loin de me douter que faire cet affrontement allait en réalité causer des retrouvailles forcées avec celui-ci.

_____________________________________________

Ces Pokémons cachent des secrets, clique sur eux !


Image de sign'  faite par célia2312



Dernière édition par Ranyel le Lun 5 Oct - 0:45, édité 3 fois
Membre Blanc
Eeveechou 
Membre Blanc 

Messages : 1877
Age : 12

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Mar 26 Mai - 17:55

le suspencccce!!!

_____________________________________________

Vient voir mon forum si tu veut, et s'il vous plait (si ca vous plait) créez un conte #pub
Pinkie, t'est génialissime pour cette signature et cet avatar!!! ♥



merci a viktyny pour ces magnifique carte qui me sert de signature et merci a xela pour:  les cosplays de évoli et mentali !  type celia by mirorB !
En tout cas, vous êtes super hyper sympa de m'avoir gentiment fait ces images qui sont magnifiques!
Tu est moche petit Pikachu.
Membre Saphir
Ranyel 
Membre Saphir 

Messages : 290
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Ven 5 Juin - 17:58

Désolé pour ce long moment sans chapitres, j'ai eu quelques soucis de santé
Voici la suite !

Chapitre 6


Julie



M'étirant après ce long voyage en bateau jusqu'à Nénucrique, je commençai à marcher sur le quai pour rejoindre le marché du port puis l'hôtel de la ville, mon sac porté en bandoulière. Un peu fatiguée, j'avais l'intention d'y passer le reste de la journée pour me reposer et préparer la suite de mon voyage. Après avoir pris la clé à l'accueil et pris l'ascenseur, je me dirigeais vers ma chambre. Dans le couloir où je marchais, je vis alors une fille vêtue d'une robe noire et possédant de longs cheveux violets sombres, en train d'attendre. Elle semblait observer la porte de ma chambre avec intérêt. A mon approche, elle se retourna et sursauta, et je pus enfin voir son visage. Elle avait la peau très pâle, le visage un peu aminci et des yeux violets, assortis avec ses cheveux non coiffés et le serre-tête d'une teinte plus claire. Elle semblait un peu surprise et joua avec ses mains en détournant le regard avant de m'adresser la parole.

-Vous... vous êtes...

-Euh...

-... celle que je cherche ! Oui !


Elle fit alors un petit saut en ma direction et me fixait intensément, un espèce de sourire étrange aux lèvres. Un peu choquée, j'essayai de mettre un nom sur ce visage. Je n'avais contacté personne en cette région et je n'avais à priori aucune raison d'être connue en dehors de Doublonville.

-En quoi puis-je vous aider ?

-Je... hum... je voudrais vous... ah non, c'est pas ça, euh...


Son sourire avait disparu et elle secoua la tête avant de finir sa phrase.

-... voyager... avec vous ! Oui !

Quoi ? Pourquoi voulait-elle faire ça ?

-Ecoutez, je ne sais pas qui vous êtes, et vous ne savez même pas qui je suis non plus, alors si vous voulez bien arrêter de...

En entendant ces mots, elle s'avança de nouveau et attrapa ma main.

-Mais si !!! Vous êtes, euh...  Ah...

Après avoir dégagé ma main, je fis quelques pas en arrière. Son visage affichait maintenant une expression un peu perdue, avant que cela se transforme en grimace de douleur. La main au front, elle semblait subir un mal de crâne. Elle tituba avant de se redresser, et s'excusa d'une voix presque inaudible avant de partir en courant, en frôlant la chute à deux reprises. Quelle étrange fille, j'espèrais qu'elle ne se ferait pas mal en partant, et que ce comportement bizarre n'était pas inné chez elle. Une fois entrée dans ma chambre et mon sac posé, mes compagnons sortirent de mes bracelets. Lambel prit la parole.

-Quelle fille étrange, tout de même...

-Elle était complètement bourrée, non ?


Mon ami mélancolux aurait pu avoir raison, mais l'avoir vu de près me permettait d'affirmer le contraire.

-Non, elle ne présentait pas de signes d'ivresse à part son comportement un peu étrange. Son haleine était normale, en tout cas. Qu'y a t-il, Anne ?

Je voyais la momartik un peu perdue dans ses pensées.

-Non, c'est rien... j'avais juste une... impression, que j'avais déjà vu cette... personne avant...

-Euh...


J'avais beau réfléchir, je ne voyais absolument pas à qui cette fille pouvait ressembler. Je me suis pendant un instant dit qu'elle aurai pu faire sa connaissance il y a longtemps, quand j'étais petite, mais l'inconnue était plus jeune que moi et devait faire dans les 15-16 ans.

-Oublie ce que j'ai dit....

Une fois rassemblés autour d'une table sur laquelle j'avais sorti mon carnet, je pris la parole.

-Très bien, donc comme vous le savez peut-être on va passer les jours qui suivent à aller au Mont Memoria pour essayer de parler aux gens qui y traînent, en particulier les exorcistes et spécialistes en spectres qui sont légion là-bas. Avec un peu de chance, on en trouvera quelques-uns qui ne sont pas fous... et aussi y aller de nuit pour chercher des spectres.

-J'imagine que c'est interdit ?

-Exact, Lambel. Mais bon... ils ont mis cette restriction pour les pilleurs de tombes, mais aussi pour ceux qui ne sont pas aptes à se défendre face aux spectres qui hantent ce lieu la nuit... et nous ne sommes dans aucune de ces deux catégories, n'est-ce pas ?

-En effet. Cela me paraît risqué quand même, mais si tu y tiens vraiment...

-Tu es vraiment le spectre le plus peureux que je connaisse, ma parole !

-Ne dis pas ça comme si tu en avais connu plein durant ta courte existence, petite lanterne. Et puis on appelle ça de la sagesse, et non de la peur.

-Tu parles vraiment comme un vieux, hahaha !


Ils étaient encore repartis pour se disputer. Ce qu'ils pouvaient être fatiguants.

-Taisez-vous. Bon, donc pour trouver un moyen d'y rentrer la nuit il faudra prêter attention aux entrées et à la sécurité lorsque l'on s'y rendra de jour. J'ai aussi envisagé qu'on se cache à l'intérieur à l'heure de la fermeture, et pour sortir il nous suffira alors de grimper au sommet et de descendre prudemment. Lambel, je ne crois pas me tromper en affirmant que tu peux me soutenir par télékinésie lors de la descente ?

-J'en suis capable, en effet.

-J'espère que t'es aussi capable d'appeler les urgences...

-Neval !







Lucas

Le lendemain

Je venais de finir d'étudier ce que m'avait envoyé Julie quand je me disais que je devrais peut-être rendre ses haltères à Deborah qui était sûrement revenue de sa visite chez sa sœur, maintenant que j'arrivais parfaitement les contrôler et que je pouvais m'exercer avec les pierres de mon jardin, comme avant. Et puis, je ne l'avais pas revu depuis le match, donc en autant en profiter.

Cela faisait bien longtemps que je ne m'étais pas senti aussi bien. Consulter un rapport avec des données intéressantes était plaisant, contrairement aux vieux livres de la bibliothèque qui comportaient au final peu d'informations réellement utiles ou nouvelles. Cynthia avait vraiment fait un bon travail, ne consignant que le nécessaire sans l'enrober de détails inutiles, tout étant agréable à lire. Cela témoignait bien du fait que ce n'était certainement la première fois qu'elle effectuait ce genre de tâche. Au final, ce rapport ne nous a rien apporté de transcendant mais il allait en notre sens et nous confortait sur la théorie des être vivants qui deviendraient des Pokémons spectres à leur mort. Le gros problème avec ça, c'était que les spectres disparaissent aussi, c'était évident sinon il y en aurait beaucoup trop. Est-ce que ceux-ci connaissent la mort au bout d'un moment ? C'était le gros point noir de notre théorie, et on trouvait très peu d'informations là-dessus.

Une fois arrivé près de chez mon amie, j'attachai mon vélo à la palissade, et courrai vers la porte... qui était grande ouverte. Sur le pas de celle-ci, je jetai un oeil à l'intérieur : des affaires par terre, des chaises renversées, et Deborah qui hurlait en frappant dans le mur.



-PUTAIN DE MERDE ! JE VAIS LE BUTER CE CONNARD !

Un peu choqué, je m'approchai d'elle, tout en voyant, assis par terre près du canapé, son lockpin qui se massait le crâne tout en regardant son amie d'un air désolé. Mon attention revint sur elle quand elle envoya valser une chaise à mes pieds d'un coup de bras à peine contrôlé. Nos regards se croisèrent alors : des larmes coulaient sur ses yeux et son visage affichait une expression de colère que je n'avais jamais vu chez elle. Elle se tourna rapidement vers le mur et continua de le frapper.

-Deborah, qu'est-ce qu'il s'est passé ?

-EN-CU-LÉ DE MER-DE !


Elle heurtait le mur à chaque syllabe prononcée, et finir alors par s'épuiser après quelques autres jurons. Finalement, la main sur le visage, elle me refit face. Elle détourna ensuite le regard vers la baie vitrée qui donnait sur le jardin, et, tout en serrant le coin de table devant elle à un tel point que ses jointures étaient devenus blanches, et lâcha un sanglot.

-Quelqu'un est venu... et à enlevé Élude.

-Quoi ?

-J'aurai pas dû... combattre avec lui publiquement... Putain, je vais le démonter, ce fumier...


Je m'approchai d'elle et la serra contre moi, imité par Alban qui osait maintenant l'approcher. Ne savant pas trop comment la rassurer, j'essayai de dire ce que je pouvais, même si ça ne me semblait pas très convaincant.

-Ne t'inquiète pas, on va la retrouver, on va avertir la police, hein ? Mais il faut que tu te calmes d'abord.

-Putain de connard...


Elle ne faisait plus que grincer quelques insultes entre ses dents, et finit par s'éloigner de moi après quelques instants, avant de se laisser tomber dans son canapé, le visage caché dans les mains, et de me dire d'une voix étouffée par celles-ci :

-Passe-moi le combiné, s'il te plaît.

Un peu plus tard, après avoir séché ses larmes et retrouvé un état que l'on pourrait qualifier d'à peu près calme comparé à celui dans lequel elle se trouvait auparavant, elle était en train d'expliquer la situation à un policier au téléphone, situation qu'elle m'avait d'ailleurs décrite ; elle était partie chez Blanche avec Akai, laissant son martiali et son lockpin seuls à la maison. En revenant, ce dernier lui a fait comprendre qu'un homme était rentré et les avait combattu, en repartant avec Élude. Le braségali, quant à lui, se trouvait chez sa sœur.

À cet instant précis, je me sentais un peu impuissant, de ne rien pouvoir faire pour retrouver son pokémon ou même de ne pas réussir à la réconforter comme je voudrais. Mais elle ne m'a jamais laissé tomber et moi non plus, donc je savais que je ferais quand même tout mon possible pour l'aider à la retrouver, et elle aussi.

_____________________________________________

Ces Pokémons cachent des secrets, clique sur eux !


Image de sign'  faite par célia2312



Dernière édition par Ranyel le Lun 5 Oct - 0:47, édité 4 fois
Membre Blanc
Eeveechou 
Membre Blanc 

Messages : 1877
Age : 12

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Ven 5 Juin - 18:59

j aime bien pour l'enlevement du martiali ^^

_____________________________________________

Vient voir mon forum si tu veut, et s'il vous plait (si ca vous plait) créez un conte #pub
Pinkie, t'est génialissime pour cette signature et cet avatar!!! ♥



merci a viktyny pour ces magnifique carte qui me sert de signature et merci a xela pour:  les cosplays de évoli et mentali !  type celia by mirorB !
En tout cas, vous êtes super hyper sympa de m'avoir gentiment fait ces images qui sont magnifiques!
Tu est moche petit Pikachu.
Membre Saphir
Ranyel 
Membre Saphir 

Messages : 290
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Dim 14 Juin - 2:37

Chapitre 7


Nouche

Une fois arrivée chez Deborah, je constatai l'état de la pièce et me confrontai au fait : ma soeur s'était fait enlever. Le policier, un peu étonné de voir un mentali calmement observer la scène avec intérêt, finit par me laisser et alla se présenter à Deborah et Lucas avant de commencer à converser avec eux. Sophiane, qui m'avait accompagnée, était également silencieuse et fixait Deborah, sans doute en train de sentir la détresse probable dans laquelle se trouvait cette femme. J'avais encore du mal moi-même à réaliser...

Alban, à l'écart, tenait une poche à glaçons sur sa tempe. A mon approche, le lockpin me salua.

-Yo, Nouche ! Tu vas bien ?

-Oui, enfin je pourrais dire cela dit dans d'autres circonstances, j'imagine.

-Ouais, je vois... Pff, quel bordel, fais chier. Je suis vraiment désolé pour Élude...

-Il n'y a pas de mal, je vois que tu as fait ce que tu pouvais. Que s'est-il passé exactement ?


Il détourna le regard pendant un instant, puis me fit face en expliquant d'un air un peu grave.

-Ben... Je regardais la télé avec ta sœur, et puis on a entendu un bruit... Le gars était entré par le garage, on l'a entendu au dernier moment, lui et son pote dimoret... ils nous ont sauté dessus. J'ai, pff...

Il avait l'air un peu gêné de raconter cela. A ce moment précis, Sophiane s'approcha de nous et se joignit à la conversation en saluant le lockpin d'une voix un peu éteinte.

-Bon, du coup, j'ai été surpris et je suis tombé au sol. Élude s'est battu avec les deux, et je me suis relevé et j'ai essayé de frapper le mec, mais il a sorti une matraque et m'a assommé. Putain, je suis vraiment inutile... Si j'avais été aussi efficace qu'Élude, ça ne serait pas arrivé...

-Tu n'as pas à t'en prendre à toi-même. Ce qui est fait est fait. L'important pour le moment est de retrouver ma sœur. Alban, pouvons-nous lire dans ton esprit pour visualiser les ravisseurs ?

-Ah ? Et bien, si je m'y attends, cela me va. Allez-y.


Je lui avais demandé ça car cela provoquait souvent une sensation peu agréable. Quand j'avais fait la connaissance d'Alban, il avait voulu essayer cette expérience car il était sceptique, donc il savait déjà ce que cela faisait. Après un moment de concentration, Sophiane et moi pénétrâmes dans son esprit pour voir ce qu'il avait vu. Un peu déformé, on pouvait voir un homme, relativement grand, le visage masqué par des lunettes noires, une casquette et un foulard tous deux gris. Le reste de ses vêtements était du même ton, il était donc dur de lui trouver des traits particuliers. Son dimoret, quand à lui, portait des mitaines renforcées aux pattes et un foulard identique à celui de son maître. Une fois notre tâche finie, Nous remerciâmes le lockpin. A défaut de nous aider pour les retrouver dans cette ville, nous pourrons au moins les reconnaître au premier coup d’œil.




Déborah



Le policier s'éloigna car il devait aller accueillir l'homme qui allait servir d’interprète entre Alban et lui. Il m'avait assuré que les sorties des villes voisines seraient contrôlées, donc au moins j'étais sûre qu'Élude était encore à Doublonville, mais cette ville était vaste et ses profondeurs également... C'était certain, elle se trouvait là-bas. Les quartiers industriels de Doublonville, fermés aux civils, et dont les sous-sols désaffectés abritaient des activités illégales... comme les combats clandestins. J'avais connu ça, et je redoutais d'avoir à aller là-bas pour aller la chercher.

J'avais même peur de savoir pourquoi elle a été enlevée. Dans le meilleur des cas, ça pourrait être un de ces collectionneurs de pokémon, mais sinon, entre les combats clandestins et le trafic de fourrure pokémon, je le sentais vraiment mal. Lucas, après m'avoir regardé pendant un moment, finit par s'asseoir à côté de moi.

-T'inquiètes pas, on va la retrouver...

Plus facile à dire que qu'à faire. Il n'avait jamais vu à quoi cette zone ressemblait. Et connaissant les flics, ça allait prendre une plombe... sachant que les criminels agissaient là-bas en toute impunité, je doutais fort qu'ils y fassent une chasse au martiali. Je me sentais vide. J'avais envie de me réveiller, de me dire que c'était qu'un rêve, qu'il ne s'était rien passé. Je ne savais pas quoi faire. Je n'avais plus de force dans les bras et commençais à ressentir de la douleur dans mes poings égratignés par ce que j'avais fait tout à l'heure.

Après un long moment en silence, le policier revint vers nous et m'expliquait ce qu'ils allaient tenter de faire. J'écoutais sans réellement écouter, en hochant la tête de temps à autre. J'avais juste envie qu'il se barre, ce qu'il finit d'ailleurs par faire. J'avais envie de ne plus penser. Au bout d'un moment, je remarquai tout de même que j'étais devenu le centre de l'attention de la pièce, dans un silence presque total, et que Lucas avait commencé à fixer Sophiane comme lorsqu'il parle par télépathie avec elle.

Avant même que je puisse faire quoi que ce soit, la gardevoir se tourna vers moi et me fixa d'un regard enveloppé d'une lumière bleue, lumière dont l'intensité grandissait chaque seconde. Je savais ce qu'elle allait faire, mais je sentais déjà que je commençais à sombrer...




Lucas

Ce ne fut pas long avant que Déborah s'affaissa dans le canapé, les yeux clos et la respiration lente, soulevant sa poitrine de façon régulière. J'imaginais qu'elle devait déjà être très fatiguée pour que Sophiane arrive à l'endormir en si peu de temps. Je lui avais demandé de faire ça car mon amie semblait épuisée et que dans cet état, elle n'aurait pas pu faire grand-chose de constructif; elle sera bien plus efficace à son réveil, mais en attendant il me fallait réunir le matériel nécessaire pour visiter les bas fonds de Doublonville, et appeler quelqu'un.

Une fois que Alban et moi eûmes transporté Deborah sur le lit de sa chambre, je décidai d'appeler William, tandis que je fouillais dans l'armoire du salon. Du téléphone, mis en haut-parleur, surgit la voix de mon interlocuteur, alors que j'ouvrais une caisse de papiers.

-Allo allo ?

-Yo, c'est Lucas. Je t'appelle car le... martiali de Deborah vient de se faire enlever.

-.. Quoi ? Putain, merde... Ah merde, si, je comprends...

-Ouais, le montrer en public était dangereux. Mais bon, on a encore des chances de le retrouver. Je suis en train de voir pour qu'on descende das la zone industrielle pour aller le chercher, puisque le ravisseur n'a probablement pas pu sortir de la ville.

-Euh... ouais, je suis partant mais faut se retrouver où et à quelle heure ?

-Chez elle, dans 2h je pense, vu qu'elle se repose et qu'il me faut du temps pour réunir tout ce dont a besoin.

-Ah, ouf, ça m'arrange. Je suis avec Karine et Olivier là, on bossait sur un truc. J'arriverais à l'heure.


Ces deux personnes étaient en quelque sorte les conseillers de William, qui comptait se lancer dans une carrière politique après cette année, en participant aux élections municipales de Doublonville, malgré son jeune âge. Très investi et cultivé sur la politique, il avait beaucoup d'idées et son ambition principale était d'améliorer les droits des pokémons. Je ne lui avais donc pas proposé ça innocemment car je savais que cela faisait longtemps qu'il songeait à s'aventurer dans cette zone de la ville, même si je pense qu'il aurait accepté même sans cela.






Déborah

Je sentis quelque chose me tirer sur le bras gauche, et entendis un petit cri. Quelques secondes plus tard, j'ouvrai les yeux et vit Alban me tenir le bras et essayer de me faire comprendre qu'il fallait que je me lève. Je voyais que la pièce baignait une faible lumière filtrée par les volets de ma chambre, témoignant à quel point que le soleil était en train de se coucher. Quelle heure était-il ? Et pourquoi je dormais habillée ?

La réponse à toutes ces questions me revint d'un coup. Ça n'était donc pas un rêve... Mais pourquoi m'avoir endormie ? Après m'être levée péniblement, je me dirigeai vers le salon, suivi par mon lockpin. Une fois arrivée dans la pièce, je vis William et Lucas, accompagnés de leurs pokémons, autour d'une table.

-Pourquoi vous m'avez endormie ?

Le gardevoir me répondit par télépathie.

-Tu avais besoin de te reposer. Tu n'étais clairement pas en état de pouvoir faire quoi que ce soit.

-Mais, mais...


Ils n'avaient pas à faire ça, et puis, combien de temps j'avais perdu avec ça ? Je savais que j'étais dans un état lamentable, mais tout de même...

-Quelle heure est-il ? Où en sont les flics ?

William prit la parole, posant son zigzaton qu'il tenait alors dans ses bras sur la table.

-Tu n'as dormi que pendant trois heures, et nous avons pendant ce temps-là réuni du matériel et retrouvé ce plan, pour aller dans le quartier industriel.

Abasourdie, je mis quelques secondes à me rendre compte de ce qu'il venait de dire. Le plan...
Une fois que j'étais approchée de la table, je vis qu'ils y avaient posé un grand plan de la ville, parsemé de plein de notes et de marques au crayon de bois. Ce plan était celui que j'utilisais pour noter tous les lieux importants de ce fameux quartier, que j'utilisais régulièrement lorsque cet endroit était mon refuge... Lucas savait donc que je l'avais gardé.

-Vous... vous voulez vraiment qu'on y aille ?

Lucas et William posèrent chacun une main sur mes épaules, et le kinésiste déclara alors :

-Evidemment. On n'a pas beaucoup de temps devant nous, et les flics vont pas s'y retrouver là-dedans. Cette zone est quasiment sans loi et ils n'y touchent pas tant que ça ne perturbe pas le reste de la ville. Mais nous allons pas nous gêner pour y aller nous, et pour cela on a besoin de toi en pleine forme pour nous guider.

Comment pouvait-il exiger que je sois en pleine forme après ce qu'il s'était passé ? Cela dit, il avait raison. Et quand je voyais le regard insistant que Sophiane avait pour moi, je me disais que mentir quant à mes émotions était inutile.

-Je vais faire ce que je peux, mais sache que je suis assez fatiguée pour le moment...

William sourit et pointa de sa main libre un thermos et trois gobelets que je n'avais pas vu sur la table.

-Je sais que c'est pas tellement ton truc, mais j'ai amené un peu de café. On va sans doute passer la nuit là-bas, ça nous sera utile.

Ils commencèrent alors à m'expliquer comment on allait procéder, pendant que je buvais silencieusement mon café. Lucas avait demandé à ses pokémons d'aller chercher un paquet de chaînes , qu'il utilisera pour appréhender le voleur, et William quelques vêtements afin de se déguiser. Une fois bien réveillée, je me penchai au-dessus du plan et commençai à expliquer les endroits qui seraient intéressants à explorer. Nouche m'avait assuré qu'elle et Sophiane avait eu un visuel du ravisseur, ce qui permettrait donc de le reconnaître. Ce quartier avait beau être un dédale, il n'y avait pas tant de gens là-bas, donc cette nouvelle m'avait un peu remonté le moral. Et je me disais que la meilleure façon de ne pas me morfondre sur cet enlèvement était de m'occuper, ce qui allait être le cas pour le reste de la nuit. Après plus d'un an, j'allais finalement retourner dans cet endroit sombre.

_____________________________________________

Ces Pokémons cachent des secrets, clique sur eux !


Image de sign'  faite par célia2312



Dernière édition par Ranyel le Lun 5 Oct - 0:51, édité 4 fois
Membre Saphir
Ranyel 
Membre Saphir 

Messages : 290
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Équilibre - Lun 22 Juin - 16:23

Salut,

Ce chapitre-là m'a pris un peu plus de temps, mais il est aussi plus long et intense que les autres, j'espère qu'il vous plaira !
Je vais aussi changer la façon dont j'écris les dialogues, en les écrivant en italique pour mieux les distinguer de la narration. Les phrases énoncées par télépathie seront quant à elles inscrites avec une police différente. J'éditerais donc les autres posts pour qu'ils suivent les même règles d'écriture. Hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !
(Edit : ça a encore changé, les dialogues seront écrits en plus petit et les déclarations par télépathie seront inscrites en italique, comme avant.)


Bonne lecture !



Chapitre 8


Julie

Alors que je venais de finir de lire le sms que mon frère m'avait envoyé, je m'appuyai sur le mur, un peu choquée. Élude s'était fait enlevée, et Lucas et ses amis allaient partir à sa recherche dans ce foutoir. Je me souvenais encore lorsque j'y étais allée, avec des potes de la classe. La soirée avait failli mal finir à cause d'un accrochage avec une brute, que nous avions préféré fuir. Mais bon, j'estimais qu'ils étaient assez matures et intelligents pour ne pas commettre d'erreurs, et que leurs pokémons seraient là pour les protéger, même si j'avais un doute quant à la capacité de Deborah à agir de manière raisonnable dans la situation actuelle ; elle avait tendance à s'emporter et devait sans doute être très affectée par cet enlèvement.

Je m'inquiétais pour eux, mais je pensais également que me déplacer serait inutile ; le temps que j'arrive, ils auront sans doute déjà trouvé le martiali... où alors le voleur aura fui la ville. Toujours est-il que dans ce sms, Lucas insistait bien sur le fait que je ne devais en aucun cas interrompre mon voyage, et qu'il serait prudent. Soit. Je lui faisais confiance, et je ne doutais pas de sa force quand il se battait avec Deborah et leurs pokémons, et ils éviteront bien des erreurs grâce à William, dont la sagesse m'avait étonné à maintes reprises.



Cela faisait déjà quelques heures que je traînais dans le mont Memoria, et les quelques rencontres que j'avais faites n'étaient pas tellement intéressantes, dont une personne endeuillée que j'avais pris pour un spectrologue, ce qui m'avait valu un moment d'embarras. Consciente de l'absence de progression effectuée aujourd'hui, j'envisageais sérieusement de me cacher à l'intérieur du mont pour pouvoir y rester la nuit. Puisque je n'avais pas encore été au sommet, je décidai alors de gravir le dernier escalier qui y menait. Le soleil était en train de se coucher, et le mont allait être fermé dans un quart d'heure. Quelques rangées de tombes se situaient devant moi, et je voyais une femme en robe et voile tous deux noirs devant une tombe. En m'approchant d'elle, je vis qu'elle avait tourné la tête vers moi, mais je ne savais pas vraiment  si elle me fixait ou pas, puisque son voile était très opaque. Je jetai un coup d'oeil derrière moi pour vérifier, mais il n'y avait rien de spécial qui aurait pu l'intéresser. En me retournant, je la vis qui était plantée face à moi. Surprise de la voir aussi proche, je sursautai et fis quelques pas en arrière. Une voix un peu étouffée surgit de dessous le voile.

-Pourquoi avez-vous peur ?

Mais quelle question. Étais-je encore tombée sur une déséquilibrée ?

-Ne vous rapprochez pas des gens aussi subitement, enfin !

-Mais je ne vous veux pas de mal...

-Je n'en doute pas une seule seconde, mais faites attention à ce que vous faites !

Un instant se passa.

-Comment vous appelez-vous ?

-Euh... Julie Dénamien.

-Ah, c'est donc ça votre nom !


Qu'est-ce que... je venais de reconnaître la voix. Je soulevai d'un coup son voile et vis le visage de la fille de l'hôtel de l'autre fois, un peu étonnée de ma réaction, qui tomba en arrière en criant. Énervée, je m'emportai contre elle.

-Pourquoi est-ce que vous me suivez ?

Elle me lança un regard un peu apeuré.

-J'ai vu... j'ai vu que vous vouliez... en savoir plus sur les spectres, et je p-peux vous aider...

En plus de ça elle m'espionnait ? Quel culot ! Comment pouvait-elle bien m'aider, elle avait l'air complètement folle ! Consciente que j'étais en colère, je la voyais faire n'importe quoi avec ses mains et ses yeux violets ne savaient plus où se poser. L'heure de fermeture approchant, je décidai de la laisser et d'aller me cacher à l'intérieur, en souhaitant une bonne soirée à cette femme, même si le ton n'y était pas. Cette gamine n'avait-elle donc rien de mieux à faire ?

Quelques minutes plus tard, j'avais réussi à m'introduire dans une réserve à un étage désert, en demandant à mon mélancolux de prendre possession de la serrure et de l'ouvrir. Dans le noir, j'attendis pendant 20 minutes que les gardiens rappellent aux visiteurs qu'il était temps de partir, et qu'ils aient fait leur dernière ronde, avant de sortir, dans une obscurité atténuée par la faible lueur qui se dégageait de Neval. Le silence plainait maintenant sur les tombes, et avait remplacé les chuchotis et les quelques pleurs qu'on aurait pu entendre plus tôt. Une fois Lambel et Anne sortis de mes bracelets, nous commençâmes à déambuler à travers les tombes.

Au bout d'un moment, un spectre finit par apparaître : c'était un skelénox, qui sembla nous observer pendant un moment, puis s'en alla, ignorant mes questions, avant de pénétrer dans un mur. J'aurai pu effectivement le capturer avec mes chaînes, mais je n'avais pour habitude de ne faire ça que si la situation l'exigeait vraiment, c'est à dire lorsque ma sécurité et celle de mes compagnons en dépendaient. Je respectais les spectres, ainsi que leur choix de ne pas me répondre. Au final, je ne fis pas beaucoup de rencontres dans le cimetière, et seul un teraclops dialogua avec moi, mais ce fut bref et peu informatif. Au bout d'un moment, je commençais à me poser des questions sur cette méthode. Pourquoi les spectres en sauraient plus que les vivants là-dessus après tout ? J'avais l'impression que ce que je faisais ne servait à rien... Lassée, j'entrepris, avec mes compagnons, de sortir dehors pour descendre le mont.



Accompagnés par mes amis spectres, je descendis la pente plutôt aiguë, saut par saut, soutenue par la télékinésie de Lambel qui me donnait l'impression d'être aussi légère qu'une plume. Une fois au pied du mont et sur le bord de l'île, je détachai un bateau du ponton et commençai à naviguer en direction de une petite forêt à l'ouest de la route 121. Je savais qu'il y avait parfois des personnes qui se promenaient près du ponton de cette voie, donc je préférai débarquer un peu plus loin, quitte à allonger mon parcours jusqu'à Nénucrique. À terre, nous commençâmes à nous frayer une chemin vers la route à travers les arbres et les buissons. Au final, je me disais que je m'étais peut-être trop éloignée de la route, car je ne la voyais pas d'ici; en revanche, j'avais passé un shimenawa accroché aux arbres, sans doute par un des maniaques du coin. Lambel avait bien exprimé quelques doutes quant à la prudence de cet acte, mais il se ravisa quand il vit le détour que nous aurions à faire si nous devions éviter de franchir ces limites. Et c'est en essayant d'apercevoir la route au loin que je posai mon pied sur quelque chose de relativement mou, en entendant un petit cri. Baissant le regard, je vis un goupix s'enfuir en geignant. Un peu surprise, je repris ma route vers la direction quand je pensais être la bonne, jusqu'à ce qu'Anne tire sur ma manche.

-Julie, derrière nous... il y a...

Je m'étais retournée avant la fin de sa phrase : à une dizaine de mètres, à peine visible, se trouvait un feunard, qui me regardait calmement, alors que ses 9 queues bougeaient en harmonie. A ses côtés, je voyais également le goupix que j'avais rencontré plus tôt tout à l'heure. Paralysée, j'étais en train de réaliser l'énorme erreur que j'avais commise. J'avais effrayé un goupix, et pénétré dans ce domaine probablement réservé aux feunards, pokémons connus pour être farouches et rancuniers. Un instant passa et le magirêve prit la parole.

-Nous devons absolument partir. Vite.



Sans nous faire prier davantage, nous partîmes dans la direction que nous pensions être la bonne. Anne ayant du mal à suivre, je la fis rentrer dans sa pokéball tandis que mes deux amis lévitaient sans trop de problèmes à la même vitesse que moi. Un peu plus tard, on entendait toujours le feunard nous poursuivre, et j'avais même l'impression qu'il se rapprochait, jusqu'au moment où un mur de flammes jaillit du sol devant moi avant de se dissiper instantanément. Surprise et éblouie, je tombai en arrière, avant de me relever et d'essayer d'analyser la situation avec le peu de calme dont je disposais : notre agresseur était face à nous et nous regardait d'un air mauvais, Lambel avait pris feu et essayait de s'en débarasser, alors que Néval était passé dans les flammes sans problème, ce qui était normal pour un mélancolux. Après un court instant, je sortis mes chaînes et les envoya vers le feunard, qui les dévia vers Néval qui avait lancé une balle spectrale, tout en esquivant cette dernière. Mon ami spectre se retrouva enchaîné et tomba au sol dans un bruit sourd. Je me précipitai vers celui-ci et essayai de le délivrer, alors que Lambel essayait de tenir tête au pokémon sauvage. Cependant, malgré une immobilisation totale du corps du feunard par la psychokinésie du magirêve, celui-ci parvint finalement à ouvrir sa gueule pour déverser un torrent de flammes sur lui, qui fut pris par surprise.

-NON ! LAMBEL !

Le spectre en feu se tordit dans tous les sens de douleur, aveuglé et peturbé, ce qui libéra par la même occasion le feunard, qui utilisa ses pouvoirs psy pour envoyer Lambel, inerte et enflammé, vers moi. Heureusement  je réussis à dégainer ma pokéball à temps pour l'enfermer dedans. Cependant, je n'eus pas le temps de m'en réjouir : Néval, en essayant de s'en prendre à notre agressseur, essuya un balle spectrale si puissante qu'il perdit lui aussi conscience, avant que je ne l'enferme dans sa pokéball pour éviter qu'il ne souffre davantage. Ce feunard était terriblement puissant, et contrairement à mes pokémons, je n'avais pas d'endroit où me réfugier. Conscient de sa victoire, le pokémon s'avançait vers moi, et courut quand je me mis à le faire. Je ne voyais toujours pas la fin de cette forêt, ni même un de ces foutus shimenawas, alors que lui n'avait aucun mal à me suivre. Il jouait avec moi, et je ne pouvais penser à autre chose que ce qui m'attendait lorsqu'il aurait fini par en avoir marre de me courir après. Après un moment de fuite qui me parût interminable, je finis par me prendre les pieds dans une racine et m'écrouler par terre. Désespérée et les larmes aux yeux, je m'adressai à lui dans le but de le raisonner.

-Qu'allez-vous me faire ? Je ne vous voulais pas faire de m-mal ! Laissez-moi, je suis d-désolée, d'être entrée dans... votre domaine et d'avoir fait du mal à aaaaaah !!!!

Le feunard venait de me soulever par la force de la pensée et me fit percuter un arbre en plein ventre, coupant ma respiration. Ensuite, il me ramènera tout près de lui, à proximité de sa gueule ouverte, et de ses yeux emplis d'un regard d'un haine. Par télépathie, il m'envoya une image de moi en train de me tordre de douleur dans ses flammes. Voyant cela, je commençai à essayer de sortir de son emprise psychokinésique, mais c'était peine perdue. J'allais finir incendiée. Vaincue par la panique, je me mis alors à hurler aussi fort que mon corps le pouvait.

Soudainement, une force violente me propulsa sur le côté et m'envoya rouler à terre. Peu de temps après, je voyais plusieurs pokémons spectre qui encerclaient le feunard : un spectrum, un désséliande, un banshitrouye, un funécire et un baudrive. Malgré leur statut de pokémons pouvant encore évoluer qui témoignaient bien d'une puissance incertaine, le feunard semblait indécis quant à ce qu'il allait faire, et se contentait alors de grogner en balayant la scène du regard, avant de scruter fixement un amas de buissons devant lui. Finalement, il finit par prendre la fuite.



Les spectres se tournèrent vers moi, alors qu'une personne sortit de l'endroit qui avait captivé l'attention de la bête pendant un temps. Après un moment d'hésitation je me rendis compte qu'il s'agissait de cette fille étrange aux cheveux violets, que j'avais vu quelques heures plus tôt au mont Mémoria. Elle tendit alors ses mains devant elle, et les spectres s'y engouffrèrent comme mes amis font lorsqu'ils se cachent dans mes bracelets. Choquée, je ne pus parler pendant un moment, tandis qu'elle s'avançait vers moi.

-Est-ce que vous allez bien ?

-Je... je, euh... oui, ça va, je ne me suis rien cassé je crois... mes pokémons ont besoin de soins par contre.


Elle me tendit la main pour m'aider à me relever, et je pouvais alors voir une sorte d'expression bizarre sur son visage. Une fois cela fait, elle regarda le sol d'un air embarrassé.

-Je suis... encore désolée de vous avoir suivi, je veux...

Un moment de silence passa. Le fait qu'elle m'aie suivi une fois de plus aurait pu me mettre en colère, en effet, mais elle venait de me sauver la vie et ce qu'elle venait de faire avec ses pokémons m'intriguait.

-Hum... Vous avez empêché ce feunard de me brûler vive, donc j'imagine que je ne peux pas vraiment me plaindre... À vrai dire, j'ai été plutôt irresponsable de venir dans cet endroit. Pouvez-vous m'accompagner au centre pokémon le plus proche, s'il vous plaît ?

Elle leva soudainement la tête, un faible sourire peint sur son visage.

-Ah, oui, certainement... Vous savez, ce feunard est très puissant et assez cruel, c'est pourquoi les gens ont mis des shimenawas autour de son domaine... s'il vous plaît, prenez ces limites au sérieux. Il ne faut pas les franchir.



Elle semblait sincère à ce propos. Et tant qu'à faire, il semblerait qu'à l'avenir, je devrais la prendre au sérieux, elle aussi. Je l'avais mal jugée. Nous commençâmes alors à marcher vers la sortie de la forêt, guidées par son désséliande. Rongée par la curiosité, je lui demandai de m'expliquer comment  les spectres pouvaient se réfugier en elle sans autant prendre possession de son corps. L'air étonnée, elle me répondit :

-Comment je fais ? Je ne sais pas. J'ai toujours été capable de le faire.

-Euh...


Un peu perplexe, je me dis alors que je prendrais le temps d'étudier la question plus tard, mais aussi que je m'étais montrée rude de même pas lui avoir demandé comment elle s'appelait.

-Quel est votre nom ?

-Je m'appelle... Alicène.


Quel prénom étrange... Elle avait vraiment l'air mal à l'aise. Un peu gênée qu'elle soit dans cet état, je décidai de la complimenter.

-C'est joli comme prénom.

-Oh, merci... Au fait, vous, euh, tu... vous pouvez me t-tutoyer...

-D'accord. Tu as quel âge ? Moi, j'ai 21 ans.

-16 ans.


Un sourire un peu hésitant sur son visage. Bien. Mais plusieurs questions me brûlaient les lèvres...

-Pourquoi tu me suivais ? Comment tu arrivais à me retrouver ? Disposerais-tu de pouvoirs ?

-Euh...

-Je suis habituée aux choses étranges, tu sais. Je ne vais pas être choquée si tu me réponds oui. De toute manière, c'est ça, ou alors t'es une espionne !

-Ah..., et bien, je peux, parfois, voir dans le futur, lors de visions... Mais j'ai beaucoup de mal avec ça... Et ces derniers temps, je n'arrêtais pas de voir votre visage, et les lieux où vous alliez vous rendre... Il fallait que je vous trouve. Et maintenant, je sais pourquoi !


J'avais un peu de mal à la croire, mais ça ne me paraissait pas si inconcevable. Après tout, elle avait réussi à me retrouver dans cette forêt, en pleine nuit, forêt que nous avions d'ailleurs quitté pour enfin arriver sur la route.

-Je veux vous aider dans vos recherches.

Quelques heures plus tôt, j'aurais instantanément décliné cette proposition. Maintenant que je savais qu'elle ne me voulait pas de mal, et qu'elle semblait avoir un lien étroit avec les spectres, c'est comme si je ne pouvais qu'accepter cette proposition.

-Entendu.

Elle fit le plus grand sourire dans elle semblait capable et sauta sur place de joie.

-Mais, il faudrait peut-être prévenir tes parents ? Et puis, tu ne vas plus en cours ?

Le sourire d'effrondra. En fait, j'excellais dans l'art de changer son état d'esprit. J'avais l'impression d'avoir commis une énorme boulette.

-Je, euh... je n'ai plus de parents. Et j'apprends seule.

Encore un silence. Je me sentais un peu bête d'avoir réduit sa joie à l'état de poussière en quelques secondes.

-Je suis désolée de...

-Désolée de quoi ? Mes parents ont vécu, et sont partis, il n'y a rien d'autre à dire. La vie se déroule ainsi. Nous sommes arrivées.


Elle coupa court à la conversation en me faisant signifier que nous étions en effet à deux pas du centre pokémon, dont la lumière passait à travers les portes vitrées. Quelques personnes étaient à l'intérieur et discutaient. Alicène s'arrêta près de la porte.

-Je t'attends ici, je n'aime pas trop... ces endroits. Trop de gens.

Il y avait seulement sept personnes à l'intérieur, mais soit. Après un hochement de tête en sa direction, je fis mon entrée dans le bâtiment. Cette fille était décidément étrange, et semblait très sensible : il faudra qu'à l'avenir je me montre plus prudente en lui parlant. J'espérais seulement qu'elle allait réellement m'être d'une grande aide, mais j'avais déjà la sensation que mes recherches venaient de prendre un nouveau tournant avec cette rencontre.

_____________________________________________

Ces Pokémons cachent des secrets, clique sur eux !


Image de sign'  faite par célia2312



Dernière édition par Ranyel le Lun 5 Oct - 0:52, édité 7 fois

[Fiction] Équilibre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 :: Pokéworld :: Discussions Pokémon-