AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Neverused est en cours de déplacement vers le Forum Pokéstrat
Vous y retrouverez toutes les fiches à jour, avec une présentation bien plus agréable !



 

 [Fic] Le Cirque Madyapno


Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Membre Noir
Viktyny 
Membre Noir 

Messages : 2087
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 14 Mai - 22:24

Tu compte tuer une personne importznte a chaque chapitre ? :(
Sinon moi je dis Joking est pas mort c'est pas possible... Apres a lla fin je pari qu'ils vont utiliser Yveltal pour ressuciter tout le monde ! :D (ou Xerneas c'est selon)

_____________________________________________

Nous avons peut-être le même arrière-arrière-arrière-grand-père en commun ! Tu as fouillé dans tes archives récement ? 





Membre Perle
Iggy Spring 
Membre Perle 

Messages : 859
Age : 17

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Sam 16 Mai - 16:15

Fichtre, quel chapitre ! Cette fic est à mon sens quasi parfaite, tu gères parfaitement le rythme, le récit est entrainant, les personnages attachants (malgré leur espérance de vie relativement basse), et tu maitrise parfaitement ton histoire !
Donc, cette fic, c'est comme une grosse meringue enduite de crème au beurre recouverte d'éclats de chocolat et saupoudrée de sucre glace !

_____________________________________________



images bg:
 
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Mar 16 Juin - 8:25

Chapitre 9 : La Purge

- Quoi ? Mais Maitre Lumen… c’est de la folie !

Le Seigneur Poutine faisait face au Maitre de Felicae. Celui-ci était assis sur son trône et les habituels Mélancolux flottaient au-dessus de lui. Il affichait un regard apaisé et un sourire assez doux au Spinda en uniforme qui, lorsqu’il lui avait confié ses plans, s’était relevé d’un bond.

- Y aurait-il un problème avec la cible, Seigneur Poutine ?
- Maitre Lumen, malgré tout le respect que je vous dois, je pense qu’il s’agit là d’une cible bien trop dangereuse !
s’exclama précipitamment Poutine. Janusia est une des villes où se trouvent les meilleurs dresseurs d’Unys et la Ligue est à deux pas ! Si nous attaquons, ils seront là bien avant que mes hommes ne passent les défenses de Watson et de ses acolytes. Et puis il y a aussi le Clan qui risque de venir nous mettre une fois de plus des bâtons dans les roues…
- Doit-on comprendre que votre entrainement n’a pas porté les fruits voulus ?
demanda Pyst qui jouait aux échecs avec lui-même, sans détourner le regard de son plateau de jeu.
- Mes hommes sont parfaitement entrainés, répliqua Poutine en se retournant. Seulement, ils n’ont quasi pas d’expérience sur le terrain et prendre d’assaut Janusia pour une première mission, c’est du suicide !
- Et si c’était justement ça que je cherchais, Seigneur Poutine ?


François Lumen avait dit cette phrase très calmement, à voix basse. Mais elle fit l’effet d’une bombe pour Poutine qui afficha une expression scandalisée.

- Qu… Comment ça ? dit-il en serrant les poings.
- Nous avons besoin d’âmes humaines, Seigneur Poutine, déclara Oscar d’une voix guillerette. Quelque soit leur provenance, cela nous est égal. Nous avons des centaines d’hommes sous la main, alors pourquoi s’en priver ?
- Mais… vous voulez dire que… nous allons sacrifier nos propres fidèles ?
questionna Poutine en regardant vers le sol.
- En effet, répondit le Tutankafer.
- Cela signifie que j’ai formé ces hommes… comme on élève des porcs qui vont à la boucherie ?
- C’est exactement ça !
- Je refuse !
dit le Seigneur Poutine en regardant François Lumen dans les yeux. Je refuse de faire ça !

Pyst, Herba et Fédéon regardaient la scène sans rien dire. C’était la première fois que quelqu’un voulait contester les ordres de François Lumen. Celui-ci gardait son expression calme face au Spinda qui tremblait de colère. Oscar, lui, semblait s’amuser.

- Si vous les avez bien formés, ils survivront, dit François Lumen. Et ils tueront de quoi accomplir le Rituel.
- Les chances sont bien trop minces !
répliqua vivement Poutine.
- Et si vous refusez, je vous ferai exécuter, vous et tous vos hommes de toute façon.

Poutine s’arrêta de bouger. Son Maitre le regardait toujours aussi calmement, mais il savait qu’il ne plaisantait pas. Oscar, lui, semblait jubiler lorsqu’il intervint.

- Vous voyez, Seigneur Poutine, la seule et unique chance pour vos hommes, c’est d’essayer. Si votre entrainement militaire a été couronné de succès, ce sera aussi le cas de cette mission et alors, peut-être survivront-ils !

Poutine sembla réfléchir, le regard crispé. Tous avaient les yeux rivés sur lui quand enfin, il soupira et releva la tête.

- Bien, c’est d’accord… Nous attaquerons Janusia avec mes hommes… Mais à une condition.
- Parlez, Seigneur Poutine.


La demande du Seigneur Poutine surprit tout le monde. Oscar semblait avoir perdu toute joyeuseté aux mots de son frère.

- Maitre Lumen… vous n’allez tout de même pas…
- Bien sûr que si ! Il a raison, il ne nous est plus d’aucune utilité, nous avons ce qu’il nous faut ! Et puis, ça vous fera du bien de sortir un peu.
- Moi ? Mais…
- Il suffit Oscar, les ordres sont des ordres ! Vous accompagnerez le Seigneur Poutine à Janusia et accomplirez son souhait.


Il était impossible de voir l’expression d’Oscar en ce moment-là, car son visage était en permanence caché de son masque. Mais il ne faisait aucun doute sur ce qu’il pensait. Poutine, lui, le regardait d’un air narquois. Mais au fond de lui, il était bien triste et appréhendait très fort cette nouvelle mission qui lui était confiée.




Après l’attaque de Lavandia par l’Epouvantail, le Clan Distorsion avait été contacté par plusieurs autorités de différentes régions. En effet, on craignait partout et plus que jamais des débordements dus à Felicae. Or, Edith avait sonné la clochette d’alarme à propos de la Secte depuis plusieurs jours. Sans succès immédiat… Mais l’assaut d’une des plus grandes villes de Hoenn semblait effrayer soudain les grands bonnets. Seul le Conseil d’Hoenn justement restait silencieux.

Edith parvint ainsi à conclure un marché avec eux. Le Clan se rendrait directement sur place en cas d’une nouvelle attaque, à condition d’être prévenus. Ils auraient alors tout le soutien des gens déjà sur place. De plus, toute information concernant Felicae serait redirigée vers le Clan Distorsion. Même la Police Internationale avait accepté de collaborer.

De plus, l’état de Frederick semblait largement s’améliorer. A croire que la disparition de la menace de Joking avait joué un rôle dans son rétablissement. Il pourrait bientôt quitter son lit d’hôpital. Concernant AZ, par contre, celui-ci était toujours inconscient.

La Troupe du Cirque logeait en dehors du QG. Ils s’entrainaient comme ils pouvaient à faire leurs tours habituels en attendant de pouvoir récupérer un chapiteau et leur matériel. Mistigrix en particulier faisait de grands efforts. La mort d’Alakazam l’avait laissée seule pour la tâche de magicien du Cirque. Ce que les autres Pokémon ne semblaient pas comprendre, c’est qu’elle semblait très peu affectée par la mort du vieux mage.

Xatu, lui, fixait le soleil sans arrêt toute la journée depuis leur arrivée. Aussi Mr Mime fut-il très surpris lorsqu’il le vit se diriger en toute hâte vers l’entrée du QG.

Xatu dévala le souterrain sans bifurquer, comme s’il savait parfaitement où se trouvait ce qu’il cherchait. Il débarqua dans la Fosse aux Pieux. Blanche, Hector, Marie, les Stones et quelques autres membres du Clan s’y trouvaient et s’entrainaient. Xatu ne fit pas attention à eux. Il continuait son chemin en direction du bureau de la Sage. Il s’arrêta cependant une seconde et posa son regard vers la Fosse. Il sembla frissonner puis reprit son chemin et, juste comme il arrivait devant la porte, celle-ci s’ouvrit et Edith en sortit. Elle fut surprise de croiser ainsi le Mentaliste qui, sans rien dire, lui donna un bout de papier sur lequel il avait écrit quelque chose. La jeune Sage le lit et regarda Xatu avec effroi.

- Vous êtes certain ?

Xatu acquiesça. Edith déglutit et se tourna vers les autres.

- On va avoir du boulot les gars.





Xatu, en observant le soleil, avait fini par prédire l’assaut de Janusia par des militaires de Felicae. Il n’avait pu en voir l’issue du combat, mais savait qu’un grand nombre de personnes devrait y mourir. Mais grâce à cette prédiction, le Clan Distorsion avait une longueur d’avance sur la Secte.

Edith sélectionna plusieurs membres du Clan, parmi lesquels les Stones et Estelle. Le Trio de Jotho était évidemment de la partie. Tous avaient reçu pour ordre de se préparer et d’être présent dans un quart d’heure à l’entrée du QG. Là-bas, ils apprirent que Xatu, Jungko, Simiabraz, Tauros, Mistigrix, Betochef, Cupcanaille et Limaspeed allaient se joindre à eux. Edith leur annonça aussi que le Conseil des 4 d’Unys les rejoindrait rapidement et que Watson, le Champion de Janusia était prévenu et organisait déjà les défenses. C’est l’Abra d’Eden, Xatu et Mistigrix qui téléportèrent tout ce petit monde directement à Janusia.

Ils furent vite pris en charge par le Champion d’arène de la ville. Celui-ci avait élaboré une répartition à travers la ville pour, dans un premier temps, empêcher Felicae d'y pénétrer, quelque soit leur point d’origine. Mais des dizaines de dresseurs étaient aussi en ville, prêts à intervenir pour aider les différents points de ralliement. Watson, Edith et Xatu restèrent au centre et le Clan fut lui-même divisé en plusieurs groupes à travers la ville.

Marie, Hector et Blanche étaient ensemble, non loin de la porte Est de Janusia. Grodoudou et Scalproie étaient avec eux, ainsi que Mistigrix et Tauros. Ils attendaient les ordres d’intervention. Mais tout était calme… trop calme…

C’est alors que retentirent les premiers éclats. Mais ceux-ci ne provenaient pas des contours de la ville. Au contraire, c’était directement depuis le centre de Janusia que commençait la bataille contre les forces de Felicae.

Le Seigneur Poutine avait commandé l’ouverture de nombreuses failles afin de permettre à ses hommes d’entrer directement au cœur de la ville. De partout surgissaient les soldats de la Secte, accompagnés de leurs Pokémon. Ils avaient tous été entrainés des mois durant par le Spinda en uniforme, sous une discipline de fer. Formatés par Felicae, certains n’hésiteraient pas à donner leur vie pour la Cause. Ils étaient prêts à tout.

Dans un premier temps, les dégâts furent énormes. Plusieurs citoyens qui ne s’étaient pas réfugiés malgré les conseils de Watson furent tués sans aucune pitié. Les soldats s’acharnaient à détruire les bâtiments importants, et le Centre Pokémon fut complètement ravagé 20 minutes seulement après le début des hostilités. Parmi les hommes et leurs compagnons, il y avait aussi quelques Pokémon qui semblaient ne pas avoir de maitre. Il s’agissait de la Garde rapprochée du Seigneur Poutine, que nos héros ont déjà rencontré au Goulag de Kalos. Le plus féroce d’entre eux, Polagriffe, était surement le responsable du plus grand nombre de morts. Et les centaines de Munjas collectaient la moindre âme égarée de la ville.

Cependant, la grande force de la secte était ici l’effet de surprise. C’est sur cela que comptait Poutine pour donner un maximum de chances à ses soldats. Mais les défenseurs ayant été prévenus par Edith et Xatu, l’effet de surprise retomba soudainement lorsque débarquèrent de tous les côtés une bonne cinquantaine de dresseurs expérimentés.

Le massacre qui s’en suivit fut indescriptible. Si les adeptes de Felicae étaient plus nombreux, ils étaient néanmoins moins puissants que les Dracologues, les membres du Clan et autres Topdresseurs. Mais Felicae avait un dernier atout dans sa manche : une hargne et une volonté de fer.

De tous ces subtils ingrédients résulte une hécatombe dans les deux camps. Le sang n’avait jamais autant coulé dans Janusia.

Mais ni Hector, ni Blanche, ni Marie ne participaient à ce combat. Car alors qu’ils se précipitaient vers le centre-ville pour rejoindre les autres, deux Pokémon leur avaient boqué le passage. Il s’agissait des Seigneurs Poutine et Oscar en personne.

Les trois dresseurs et leurs Pokémon fixaient les deux autorités de Felicae. Poutine avait un regard sombre et sérieux, tandis qu’Oscar, malgré son masque, paraissait un peu boudeur derrière lui. Marie déglutit. Elle se rappelait avec quelle facilité le Spinda les avait vaincus la dernière fois, à Kalos. Un grand silence s’était installé pendant que les deux camps se fixaient, finalement rompu par Blanche.

- Qu’est-ce que vous voulez ?
- Je suis venu m’excuser,
répondit le Spinda.

Marie cligna des yeux, sans vraiment comprendre.

- De quoi parles-tu ? demanda Hector.
- Je parle de l’enlèvement du père de cette fille, dit-il en désignant Marie.
- Qu’est-ce que vous voulez dire ? demanda l’intéressée, dont le visage s’était décomposé. Vous l’avez … vous l’avez tué, c’est ça ?
- Felicae est en effet responsable de sa disparition dans vos vies, contrairement à ce que j’avais affirmé lors de notre précédente rencontre, continua Poutine. Mais c’est pour mettre fin à cette injustice que je suis venu jusqu’à vous. Seigneur Oscar ?

Marie reprit soudainement des couleurs. Elle avait du mal à croire à ce que disait le Seigneur Poutine et le nouveau couple manifestait lui aussi son étonnement. Mais le Tutankafer ne réagit pas. Il semblait fixer Marie de sous son masque. Puis il se tourna vers le Spinda en uniforme.

- Vous êtes vraiment sûr de vouloir sa libération, Seigneur Poutine ?
- Oscar, relâchez-le tout de suite.
- Pourquoi ?
- Parce que c’est un ordre !


Oscar ne bougea plus pendant un instant. Puis, lentement, il fit face aux humains et à leurs Pokémon et, doucement, son sarcophage s’ouvrit. A l’intérieur, un homme recouvert de tissus sur tout le corps, excepté le visage. Malgré la barbe florissante, Marie reconnu immédiatement son père, Henry. Celui-ci fut ensuite expulsé violemment en dehors d’Oscar par une force invisible. Le cercueil, par ailleurs, semblait étrangement vide. Blanche, Grodoudou et Marie se précipitèrent pour aider Henry, que le choc avait réveillé. Mais sur le moment, il semblait perdu et encore à moitié endormi. Seul Hector était resté sans bouger, à fixer d’un œil méfiant Oscar et Poutine qui, déjà, faisaient volte-face, dégageant le passage.

- Pourquoi ? demanda-t-il à son tour.

Poutine ne répondit pas. Il avançait d’un pas rapide. Maintenant que ceci était réglé, il s’inquiétait pour ses hommes.




Les combats faisaient toujours rage au centre ville. Les rues étaient rouges du sang des humains et des Pokémon. Mais c’était Felicae qui avait le plus de pertes. De minutes en minutes, ses rangs étaient décimés. L’arrivée de Kunz du Conseil 4 d’Unys avait accentué la pression sur la Secte qui, comme l’avait prédit le Seigneur Poutine, était en train de perdre. Et pourtant, ils continuaient de se battre.

Parmi ceux qui se battaient le plus ardemment, il y avait les 5 Pokémon de la Garde rapprochée. Insolourdo et Canarticho affrontaient un Dracologue et ses deux Trioxhydres, tandis qu’ils étaient soutenus par Grodrive et Eoko, qui soignaient les combattants tout en gênant l’opposant. Polagriffe, quant à lui, combattait Watson et son fameux Tranchodon.

Si Polagriffe avait l’avantage du type, Watson et son Pokémon avaient celui de l’expérience. La moindre erreur de l’ours lui coutait de larges blessures. Cela faisait déjà un moment qu’ils combattaient et Polagriffe était à bout de souffle tandis que le dragon le toisait du regard, prêt à attaquer à nouveau.

C’est alors que débarquèrent les deux Seigneurs de Felicae. Poutine regarda d’un air épouvanté le spectacle. Partout, des corps et des lambeaux de chairs. De nombreux bâtiments avaient aussi été détruits et seul s’élevait encore un grand bâtiment, dédié aux combats rotatifs. Poutine regardait les cadavres. Même les plus méconnaissables de ses hommes, il aurait été capable de tous les nommer. Il avait passé tant de temps en leur compagnie, à les entrainer… pour une telle boucherie. Oscar, lui, se retenait de rire avec difficulté. Il n’y voyait pas là un massacre, mais bien un Festin d’âmes, une récolte exceptionnelle pour le Rituel.

L’arrivée de leur chef avait cependant le mérite de rendre des forces aux membres de Felicae. Canarticho et Insolourdo purent en effet mettre les Trioxhydre hors combat et se rapprochaient dangereusement du Dracologue. Polagriffe lui aussi avait été requinqué par la présence de son supérieur et avait réussi à asséner plusieurs coups puissants au Tranchodon, surpris par cet effort inattendu. Le Pokémon Glace prépara alors un Poing-Glace dans le but d’en finir avec le Dragon. Mais alors qu’il s’apprêtait à asséner son coup, quelque chose le freina. On aurait dit une sorte de fil invisible qui retenait son bras. Cette interruption dans ses mouvements fut fatale au Polagriffe. Tranchodon en profita en effet pour lui-même l’attaquer. Avec ses dents en forme de hachoir, le Dragon donna un énorme coup dans le cou de son opposant, lui tranchant la carotide. Polagriff tituba, les mains sur son coup, dans un effort désespéré pour stopper l’hémorragie. Mais rien n’y fit et il se vida de son sang en quelques secondes, titubant puis s’écrasant au sol, mort.

C’est alors que Watson pensait avoir gagné son combat qu’une gigantesque plainte se fit entendre. Avant qu’il ne puisse réagir, son Pokémon dragon fut projeté contre les décombres d’un bâtiment par un Ultimapoing du Seigneur Poutine.

Celui-ci était méconnaissable. Son visage était déformé par la colère et son uniforme s’était comme déchiré à plusieurs endroits. Il grognait comme un chien enragé en fixant le dragon qui avait tué son premier lieutenant. Les autres Pokémon de sa Garde Rapprochée observaient la scène avec effroi. Jamais ils n’avaient vu leur patron, rigide mais bienveillant, dans un tel état.

Oscar lui, jubilait. Il était resté en arrière et observait la scène. Les choses allaient enfin devenir intéressantes.

Les dents du Tranchodon avaient été brisées par l’impact. Pourtant, le dragon se releva, avec peine. Il avait plusieurs os cassés. Mais avant qu’il ne soit debout, Poutine sauta en l’air et, tel un catcheur, asséna un Marto-Poing fatal au dragon de Watson. Celui-ci cria et insulta Poutine qui, tout en courant en zigzag lui explosa la tête d’un nouveau coup de poing.

Mais le Dracologue, dont la garde rapprochée s’était désintéressée avec la mort de Polagriffe, avait réussi à contacter des renforts. De partout surgissaient des dresseurs de Janusia, des membres du Clan, et même Kunz débarqua. En effet, il ne restait plus aucun membre de Felicae qui combattait encore dans Janusia, si ce n’était à cet endroit précis. Des dizaines de Pokémon à la fois furent envoyés combattre le Seigneur Poutine. Mais ce n’était pas suffisant.

Edith, les Stones et Estelle regardaient la scène sans rien faire. Poutine combattait de façon si désordonnée que tous les combattants s’y perdaient. Ainsi déstabilisés, ils encaissaient des coups souvent fatals sans comprendre d’où ils venaient. Malgré les efforts conjugués de plus de trente dresseurs, Poutine mit à mort ainsi tous les adversaires qui lui étaient envoyés, même le Shaofouine de Kunz. Les inconscients qui se jetèrent dans le champ de bataille pour venir en aide à leurs Pokémon furent eux aussi tués sans plus de pitié.

Puis subitement, Poutine se calma. Autour de lui, il y avait des dizaines de cadavres. Il regarda autour de lui en reprenant sa respiration. Il était encerclé de dresseurs. Il y avait aussi sa Garde rapprochée, qui tremblait d’effroi. C’est alors qu’il sentit quelque chose de chaud couler sur sa tête. C’était son propre sang. Dans la bataille, un Mangriff était parvenu à le blesser avant de rendre l’âme. Il sentait aussi qu’il était fatigué de se battre. Il avait du mal à reprendre son souffle et savait que, s’il continuait à se battre, il finirait tôt ou tard par mourir. Ce n’était pas là son plus grand problème. Non, il s’inquiétait plus pour ses amis, Insolourdo, Canarticho, Eoko et Grodrive. S’il mourrait, il ne faisait aucun doute qu’ils seraient eux aussi mis à mort.

- Exterminez-moi cet enfoiré ! cria soudainement Kunz en pointant Poutine du doigt.

Un Karaclée et un Judokrak se précipitèrent vers le Seigneur de Felicae. Mais avant que ceux-ci ne puissent le toucher, il cria quelque chose à ses compagnons et Grodrive invoqua un Brouillard épais.

Lorsque celui-ci se dissipa, sous l’effet du Pyrax d’Edith, il n’y avait plus que les deux Pokémon Combat, mis K.O. Poutine et sa Garde, eux, avaient disparus.




La disparition de Poutine était sur toutes les langues. Les Dracologues et Topdresseurs survivants du massacre désiraient absolument retrouver ce Spinda et le mettre à mort. Kunz lui-même était plus que d’accord, car il voulait venger la mort de Watson. Il fut alors décidé de fouiller la ville de fond en comble pour retrouver et tuer les derniers membres de Felicae qui étaient encore, peut-être, dans l’enceinte de la ville.

Lorsque le groupe de Jotho rejoignit le Clan avec Henry, ils s’écoutèrent mutuellement pour savoir ce qui s’était passé. Tout e monde parlait de l'attitude u Seigneur Poutine. On ne savait pas quoi penser. Marie était tellement émue d’avoir retrouvé son père, qui marchait avec difficulté et était encore à moitié inconscient, qu’elle ne s’exprimait pas sur le sujet. Les retrouvailles auraient pu être plus joyeuses.

Finalement, le Clan se rendit à l’arène de Janusia, qui avait été reconvertie en Centre de soin à cause des récents événements. Henry y fut examiné rapidement. Son état ne pourrait que s’améliorer, mais il avait besoin de repos. Pourtant, au fur et à mesure que la journée avançait, il se sentait de mieux en mieux et commençait à comprendre ce qu’il se passait autour de lui. Sa fille restait avec lui en permanence. Blanche, Hector, les Stones et Estelle se relayaient pour leur tenir compagnie tandis qu’Edith essayait de superviser la fouille avec un Kunz particulièrement énervé et instable. Il y avait apparemment des excès de la part des dresseurs, qui tuaient les survivants de Felicae sans aucune pitié, malgré les remontrances de la jeune Sage.

Puis, alors que le soleil se couchait, Henry demanda à voir Xatu.




Grâce à l’attaque Tunnel d’Insolourdo, Poutine et ses compagnons étaient parvenus à fuir le combat. Ils s’étaient réfugiés dans le bâtiment des combats rotatifs. Eoko était en train de soigner la tête de son patron avec des bandages discrètement volés par Canarticho. Ils occupaient le dernier étage et étaient parvenus à rester cachés aux yeux des quelques dresseurs venus fouiller trop négligemment.

Grodrive, qui surveillait l’entrée, fit soudainement un geste. Quelqu’un pénétrait dans le bâtiment et se dirigeait vers eux. Ils se cachèrent dans une sorte de placard juste à temps. Ce furent Henry, supporté par Scalproie et Grodoudou, Marie, Xatu, Mistigrix et Edith qui entrèrent dans la pièce.

- On sait que vous êtes là, Poutine, déclara Edith.

Le Spinda soupira et ouvrit la porte du placard. Il prit une position de salut militaire, droit et fier, un bandage à la tête. Ses compagnons sortirent et l’imitèrent.

- Je suis prêt à me rendre et à subir mon châtiment, mais je refuse que vous touchiez à mes protégés, dit le Spinda.
- Nous ne sommes pas là pour ça, dit Marie.
- Alors quoi ?
- Juste pour vous dire merci
, dit Henry.

Le Seigneur Poutine cligna des yeux, sans comprendre directement. Puis il baissa le bras et soupira.

- J’ai fait ça pour moi… pour me rendre bonne conscience.
- Comment cela ?
demanda Edith.
- Vous savez, j’ai de plus en plus de mal à croire en la Cause de Felicae, dit Poutine en détournant les yeux, presqu’honteux. Les actes qu’on nous demande d’accomplir me semblent … si immoraux, parfois…

Il soupira à nouveau et fixa Henry.

- Aujourd’hui, Maitre Lumen m’a demandé de sacrifier des centaines d’hommes pour que nous puissions activer l’Arme. Je n’ai eu d’autre choix que d’accepter de les envoyer à l’abattoir. En vous rendant votre liberté, j’espérais que cela m’apaiserait, que j’allais retrouver confiance en mon Maitre. Mais cela n’a pas suffit…
- Alors pourquoi est-ce que vous ne nous rejoindriez pas pour combattre la Secte ?
demanda Marie.
- Pardon ?

Poutine regardait Marie, incrédule. Elle semblait tout à fait sérieuse.

- Malgré le massacre dont je suis l’auteur aujourd’hui, vous voudriez combattre à mes côtés ? demanda Poutine.
- Evidemment, les autres dresseurs veulent votre peau, dit Edith. Mais nous pourrions vous cacher momentanément, au QG du Clan, par exemple ?
- Ou simplement vous permettre de fuir,
dit Henry. Vous êtes haut placé, vous seriez un informateur en or.

Poutine semblait réfléchir. Soudain, Mistigrix et Xatu s’exprimèrent eux aussi, dans un langage seulement compris des Pokémon. Mais il était évident qu’ils proposaient aux militaires de rejoindre la Troupe quand toute cette histoire sera terminée. Les amis de Poutine semblaient particulièrement intéressés et lui-même éclata de rire.

- Hé bien… c’est d’accord. Vous pouvez maintenant considérer que je suis des vôtres ! Je rentrerai au QG pour…

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase. Il y eut une énorme secousse et le plancher s’écroula sous leurs pieds tandis que le plafond leur tombait dessus. Les humains et Pokémon tombèrent violement d’un étage. Mais quand Edith releva les yeux, elle constata que Poutine était resté à l’étage supérieur. De sa seule force physique, il maintenait le plafond pour l’empêcher de tomber un peu plus.

- Fuyez, je ne tiendrai pas des heures, leur cria-t-il, le visage déformé par l’effort.

Edith regarda autour d’elle. Parmi les décombres, Henry peinait à se relever, malgré l’aide de Marie, Grodoudou et Scalproie. Les Pokémon de la Garde Rapprochée étaient eux aussi là. Xatu adressa à la Sage un regard évocateur et elle approuva d’un signe de tête.

- On va se téléporter, cria-t-elle au Spinda. Mistigrix va emmener vos amis plus loin et on vient vous chercher dans une minute.
- Si c’est dans une minute, pas de souci, mais n’hésitez pas à vous grouiller,
répliqua Poutine.

Ainsi, soudainement, les nouveaux alliés du Seigneur Poutine disparurent de sa vue, téléportés plus loin. Il soupira sous l’effort qu’il devait fournir. Il devrait être capable de tenir encore un moment, assez pour leur laisser le temps de revenir. Quelques secondes plus tard, soulagé, il vit du mouvement à l’étage de dessous. Mais il déchanta en apercevant le Seigneur Oscar.

- Vous voilà dans une drôle de situation, Seigneur Poutine, déclara le Tutankafer sous son masque.
- Mais qu’est-ce que vous fichez là, bon sang, Oscar !?
- Je suis venu vous faire mes adieux.

Poutine faillit lâcher prise aux mots d’Oscar. Cela ne présageait rien de bon.

- Vous aurez été très utile à Felicae. Maitre Lumen est content, très content. Je pense qu’il est préférable qu’il conserve un bon souvenir de votre personne, n’est-ce pas ?
- Oscar, sale enfoiré,
cracha Poutine.
- Je dois reconnaitre que votre performance était spectaculaire ! Tenir tête à tant d’adversaires de haut niveau en même temps ! Mais si je n’avais pas activé votre Colère, nous n’en serions pas arrivé là, pas vrai ?
- Comment ça ? C’est la mort de Polagriffe qui m’a…
- Mort que j’ai provoquée en l’entravant dans son mouvement.
- QUOI ?!
rugit Poutine en commençant à trembler sous la colère. VOUS ???

Soudain, Poutine sentit comme des fils de marionnettes attraper ses bras et ses jambes. C’était Oscar qui manipulaient ses liens invisibles. La colère disparut soudainement du Spinda en uniforme et, saisit d’effroi, il vit le Tutankafer tirer sur les liens, le faisant chuter. Plus personne ne soutenait le plafond.




Edith, Marie, Henry, Grodoudou et Scalproie avaient été téléportés par Xatu non loin du bâtiment qu’ils occupaient quelques secondes avant. Ils virent rapidement ce qui avait provoqué l’effondrement de l’infrastructure. C’était Kunz et ses deux Pokémon Combat qui s’apprêtaient à recommencer quand Edith leur cria d’arrêter.

- Mais qu’est-ce que vous foutez, bordel ?
- Un informateur m’a dit que cet enfoiré se cachait là-dedans !
expliqua Kunz. Alors je casse tout, et il meurt !
- Nom de dieu, mais vous êtes…


Soudainement, un bruit retentit et le bâtiment des combats rotatif s’effondra, soulevant un gigantesque nuage de poussière et de débris. Lorsque celui-ci disparut, il ne restait que des décombres et des gravats.

- Merde… dit Marie en plaquant sa main devant sa bouche, horrifiée. Il…
- Il a eu son compte, vous pouvez me croire !
ricana Kunz.
- M’enfin, mais qui vous a prévenu ? demanda Edith.
- Ho, un gars accompagné d’un Tutankafer, pourquoi ?




Oscar était de retour au QG, ayant emprunté une faille juste à temps. François Lumen l’attendait, assis sur son trône. Pyst, Herba et Fédéon étaient eux aussi présents. Spectra, elle, était toujours en train de surveiller le Conseil des 4 de Hoenn.

- Ha, vous voilà, Seigneur Oscar ! s’exclama François Lumen. Alors, des nouvelles du Seigneur Poutine ?
- Maitre Lumen, j’ai le regret de vous apprendre que le Seigneur Poutine nous a quittés.


La nouvelle ne sembla surprendre personne dans la pièce. Herba eut même un petit rire moqueur.

- C’était quand même un drôle de petit comique, ce Seigneur Poutine, vous ne trouvez pas ? demanda-t-elle.
- Je dirai plutôt que c’était un grand naïf, dit Pyst en éliminant un Cavalier de son plateau d’échec. Et à mon sens, c’est un défaut.
- Quoiqu’il en soit
, dit Fédéon avec une voix fatiguée en servant une coupe au Maitre de la Secte, nous avons désormais 68% des âmes nécessaires au Rituel, ce qui veut dire que le Seigneur Poutine aura rapporté à lui seul plus de la moitié des ingrédients.
- Il a découvert l’Arme et nous a donné jusqu’à sa vie pour notre Cause, dit François Lumen en se levant. Je bois à la santé du Seigneur Poutine, à votre fidélité à tous et à notre Gloire !

Et il avala le liquide rouge que contenait la coupe d’une seule traite. Sous son masque, Oscar riait aux éclats.

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12


Dernière édition par unpuis le Ven 28 Aoû - 16:35, édité 1 fois
Membre Noir
Viktyny 
Membre Noir 

Messages : 2087
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Mar 16 Juin - 11:45

VikTyNy a écrit:
Tu compte tuer une personne importante a chaque chapitre ?  :(

Ca veut dire oui ? :'(

Sinon : "Cela signifie que j’ai formé ces hommes… comme on élève des porcs qui vont à la boucherie ? " > ça c'est dans Harry¨Potter petit copieur :p

Sinon EXELLENT chapitre comme d'habitude, et excellent est un bien petit mot. J'ai adoré comme pas possible ! ggbg ! :D

_____________________________________________

Nous avons peut-être le même arrière-arrière-arrière-grand-père en commun ! Tu as fouillé dans tes archives récement ? 





Membre Platine
Cheshire 
Membre Platine 

Messages : 1408
Age : 18

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Mar 16 Juin - 17:06

J'adore le Seigneur Poutine tu en a fait un personnage attachant et ça bravo ! Oscar rempli bien son rôle de manipulateur détestable. Bon sinon bah j'ai rien à dire c'est excellent comme d'habitude.

_____________________________________________

Membre Perle
Iggy Spring 
Membre Perle 

Messages : 859
Age : 17

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Mar 16 Juin - 19:27

Bilan, Poutine est un Sayen.
Et Oscar une sale race.

_____________________________________________



images bg:
 
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Lun 29 Juin - 11:21

Chapitre 10 : L’orgueil d’être humain : Larmes, Passion et Regrets.

- Le Seigneur Poutine est mort ?! répéta Spectra sous la surprise.

Spectra était de retour au QG après avoir laissé la Ligue d’Hoenn et ses représentants sous la surveillance de plusieurs Spectres et fidèles de Felicae. Elle se trouvait en présence des 3 Seigneurs toujours en vie, ainsi que de François Lumen, au dessus duquel flottaient toujours les 4 Mélancolux, et de Fédéon, un peu à l’écart. Elle venait tout juste de reprendre sa place auprès du Maitre de Felicae quand elle s’était étonnée de l’absence du Spinda en uniforme.

- En effet, mademoiselle Spectra, confirma Oscar. Mais il nous a énormément rapproché de notre but final.
- Il ne nous manque plus grand-chose
, dit Fédéon en ajustant son monocle. Nous serons bientôt arrivés à la phase finale de notre Cause.
- Vraiment ?
s’exclama Spectra en retrouvant subitement le sourire.
- C’est à cette chère Herba que revient la prochaine mission, annonça Pyst en déplaçant la Dame de son plateau d’échec à côté du Roi. Nous comptons donc sur elle pour mettre à feu et à sang Illumis et récupérer ce dont nous avons besoin.
- Mes troupes sont prêtes à partir
, répondit l’intéressée. Je n’attends plus que les ordres de Maitre Lumen.
- Vous allez bientôt pouvoir vous mettre en route dans ce cas, dit François Lumen. Seulement, j’aimerais que Fédéon se joigne à vous.


Le vieux majordome cligna des yeux et tourna la tête vers son Maitre. Herba jeta vers ce dernier un petit regard malicieux. Malgré son Doux Parfum, elle n’avait jamais réussi à « s’amuser » avec Fédéon, qui gardait toujours son flegme, quelque soient ses tentatives. Il n’y avait pas un seul autre membre masculin de Felicae qui pouvait s’en vanter, sauf, peut-être, François Lumen.

- Il en sera fait selon vos désirs, Maitre Lumen, dit finalement Fédéon.
- Parfait. Alors je pense que vous pouvez directement partir à la Capitale de Kalos !
- Je vais prévenir les filles
, dit Herba en se relevant de son siège. Fédéon, vous préparez le transfert avec Oscar ?

Fédéon approuva d’un signe de tête et la Roserade quitta la pièce pour retrouver, dans une grande salle, une cinquantaine de dresseuses, fidèles de Felicae. Elles avaient toutes été sélectionnées par Herba pour ne pas subir l’influence du Doux Parfum. Parmi ces femmes, une jeune coordinatrice du nom de Rosa Stone semblait réfléchir, accompagnée de son Sablaireau.

Pyst, quant à lui, déplaça sur son plateau une Tour, un Cavalier et plusieurs pions, qu’il positionna devant les pièces adverses.




Je n’avais pas encore de nom.

Je vivais jusqu’alors dans un laboratoire. Plusieurs scientifiques faisaient des tests sur moi-même et mes semblables, dans le but d’étudier notre capacité Morphing et les limites de celle-ci. Mais leurs expérimentations ne se sont pas arrêtées là.

Ces hommes se sont vite intéressés à notre capacité à nous transformer en humain. Très vite, ils se sont rendu compte que nous étions limités, car le code génétique des humains est différent de celui des Pokémon sur plusieurs aspects. Nous ne pouvions apprendre le langage des hommes simplement en nous métamorphosant. Notre Morphing était aussi limité dans le temps. Ils se sont donc mis en tête de nous rendre les plus humains que possible.

Tout d’abord, à partir de cours de langue. En nous aidant à copier les cordes vocales des hommes, nous sommes parvenus à pouvoir produire les mêmes sons qu’eux. Encore fallait-il maitriser les rudiments de la langue, le vocabulaire, etc. Des professeurs particuliers nous ont ainsi donné des leçons, quasiment non-stop, pendant plusieurs mois. Logopédie, instituteurs, cours de vocabulaire… Parmi mes semblables, tous n’ont pas réussi à maitriser aussi bien le langage humain que moi.

Au cours de différentes expérimentations, les scientifiques parvinrent finalement à produire une substance qui améliore nos capacités de Morphing. Elle fut injectée à tous les sujets de l’expérience. Nous étions désormais capables de rester un temps quasi illimité sous une certaine forme sans devoir en changer ou reprendre notre apparence de base. Mais ce n’était pas tout ! Nous pouvions désormais modifier nos gênes à loisir et produire des formes de notre invention, sans avoir à les copier d’un modèle déjà existant.

Cependant, le Centre de recherche changea subitement de propriétaires. Nos expérimentateurs furent en grande partie renvoyés pour être remplacés par des inconnus et le but du Centre changea complètement. Ce n’était plus des recherches sur les Pokémon que menaient les scientifiques, mais bien sur les êtres humains et leurs limites à eux.

Nous avons été forcés de nous métamorphoser en êtres humains pour subir différents tests barbares. Nous avons subit des attaques de Pokémon puissants, subit des tortures, des mutilations. Toutes ces recherches n’auraient jamais pu avoir lieu s’ils avaient utilisé de véritables êtres humains. Mais nous n’étions que des Pokémon à leurs yeux, des êtres insignifiants.

Enfin est arrivé cette sombre journée. Nous n’étions plus que trois. La consigne était simple, rester sans bouger pendant qu’un Insécateur nous lançait l’attaque Guillotine, afin de tester la résistance des tissus humains face à cette attaque. Nous savions que c’était de la folie, mais nous avions peur de nous rebeller. Mais quand je vis la tête de mes camarades tomber et l’Insécateur se diriger vers moi, j’ai décidé de me battre.

L’insecte ne put m’atteindre avant d’être lui-même brûlé vif, ayant métamorphosé mon bras droit sous le modèle de celui d’un Maganon. Voyant que je me rebellais, les scientifiques ont appelé tous leurs Pokémon pour me mettre à mort.

Au bout d’une heure environ, j’étais la dernière personne vivante dans le Centre de recherches. J’avais repris une apparence totalement humaine. Si c’était ainsi qu’étaient traités les Pokémon, alors je ne voulais plus jamais être considéré comme tel.




Au QG du Clan Distorsion, cela faisait un moment qu’Hector, Edith et Xatu étaient enfermés dans le bureau de la Sage. Blanche les attendaient en bougonnant, en compagnie de d’Eden et Ludwig. Estelle, Marie, Grodoudou et Scalproie étaient à l’infirmerie, pour tenir compagnie à Frederick et Henry. Les deux pères se remettaient chacun petit à petit. Les blessures de l’Ingénieur ne seraient bientôt plus qu’un mauvais souvenir tandis qu’Henry avait surtout besoin de repos. AZ, le roi géant, était toujours dans le coma. Les Pokémon de la Troupe et la Garde Rapprochée de Poutine, eux, campaient toujours en dehors du QG.

Enfin, Edith, Hector et Xatu sortirent de la pièce. Blanche se précipita vers eux. Elle voulait lancer une réplique cinglante à Edith, mais en voyant l’air inquiet de chacun d’eux, elle se ravisa.

- Quoi ? Vous connaissez la prochaine cible ? demanda-t-elle, subitement contaminée par l’anxiété de ses interlocuteurs.
- Illumis, dit Edith. La capitale de Kalos.
- Ils vont s’en prendre à une capitale ?
s’exclama Ludwig en se rapprochant. Il y a plein de civils là-bas !
- On a déjà contacté les autorités, ils sont en train d’évacuer et d’organiser la défense, comme à Janusia.
- C’est la ville de Frederick et Estelle, non ?
demanda Eden. Ils vont se faire un sang d’encre, ils connaissent pas mal de monde là-bas, des amis, des voisins…
- Nous savons aussi qui dirigera l’assaut. C’est la Roserade, celle qui a volé la clé à Marie alors qu’on affrontait l’Aquali et Spectra.


A ces mots, le visage des Stones blanchit. Une larme perla aux yeux d’Eden et Ludwig posa ses mains sur ses épaules tandis qu’elle baissait la tête.

- Cela veut dire que … Que Rosa… dit Eden d’une voix tremblante.
- Il est en effet fort probable qu’elle soit présente, dit Hector.
- Ludwig, Eden, je sais qu’il s’agit de votre fille, dit Edith avec un regard sombre, mais justement, il serait peut-être préférable que vous restiez en dehors de ces combats…
- Quoi ?
s’indigna Ludwig. Hors de question !
- Vous avez besoin de mon Abra pour y aller,
dit Eden. Je viens aussi !

Edith soupira. Puis elle redressa ses lunettes et haussa les épaules.

- Préparez-vous, dit-elle. Nous partons dans 10 minutes.




Une vingtaine de dresseurs du Clan Distorsion, la quasi-totalité de la Troupe, Marie, Blanche et Hector se retrouvèrent au dehors pour procéder à la téléportation. Henry et Frédérick étaient restés seuls à l’infirmerie, n’ayant pas encore assez récupéré pour se joindre aux combats. Edith ne cessait de jeter des regards soucieux vers Eden et Ludwig. Elle avait peur qu’ils ne fassent une bêtise ou ne tombent dans un piège qui utiliserait Rosa. Mais il était vain de les empêcher de se joindre à eux, puisqu’Eden avait de toute façon Abra pour se téléporter, comme elle l’avait très justement fait remarquer. Aussi, grâce à Mistigrix, Xatu et Abra, le groupe débarqua devant la Tour Prismatique, symbole d’Illumis.

Edith s’organisa rapidement avec les dresseurs présents. Apparemment, Narcisse et Dianthéa, de la Ligue de Kalos, étaient présents, mais ils s’étaient disposés dans différents quartiers. Illumis est une grande ville. L’évacuation avait été passablement compliquée et, même si le Champion avait dû quitter la ville pour s’occuper des civils, un maximum de combattants était resté. Le Clan, lui, combattrait sur la place de la Tour.

L’assaut de Janusia avait prouvé que les adversaires pouvaient débarquer de tous les côtés. Aussi tout le monde se dispersa et patienta. Ils étaient tous très nerveux.

Enfin, un peu moins d’une heure après l’arrivée du Clan, des failles s’ouvrirent partout dans Illumis. En sortaient des femmes et leurs Pokémon.

Sur la Place de la Tour Prismatique, la faille qui s’ouvrit attira directement l’attention des membres du Clan qui se rassemblèrent pour affronter ceux qui allaient en sortir. Ce furent d’abord plusieurs Munja qui s’échappèrent de la Faille pour se disperser un peu partout. Mais après suivirent 5 femmes très belles, ainsi que leurs Pokémon, un Ursaring, un Léviator, un Steelix, un Bouldeneu et un Tyranocif. Mais ce n’était pas ces Pokémon que redoutait le plus le Clan, mais bien le Seigneur Herba, qui suivait les dresseuses, un large sourire aux lèvres.

Malgré tout, les 5 femmes ne semblaient pas rassurées. Elles et leurs Pokémon étaient encerclés par une trentaine de dresseurs et d’encore plus nombreux Pokémon.

- Vous êtes cernées, ce serait sympa si vous vous rendiez sans faire d’histoire, lança Blanche.
- Dieu du ciel ! s’exclama Herba d’une voix faussement apeurée. Mais que peuvent donc faire 6 jeunes femmes face à autant d’adversaires ! N’y-a-t’il personne pour nous aider ?
- Arrête de jouer la comédie, espèce de salope !
lança Eden.
- Tient tient tient… ne seriez-vous pas Eden Stone, la mère de Rosa ? dit Herba en remarquant la peintre. Ho, et ce cher Ludwig est là aussi ! Votre fille est vraiment charmante, vous savez ?
- Crocorible !
cria Ludwig. Attaque Machouille !

Le Crocorible de Ludwig se jeta dans la mêlée, droit vers Herba. Les femmes poussèrent des exclamations effrayées, mais avant qu’elles ne puissent réagir, Herba pointa son bras à la Rose bleue vers l’assaillant et tira un coup de Bomb Beurk phénoménal, tel un boulet de canon, qui souleva le Crocorible et le projeta bien plus loin, au point de disparaitre des regards du Clan dans la ville d’Illumis, mais produisant un grand vacarme en retombant, non loin de la Place Rouge.

- Crocorible ! Cria Ludwig. Merde…
- Je vois néanmoins que ce n’est peut-être pas grâce à vous que Rosa connait les bonnes manières. S’en prendre à de pauvres femmes innocentes, quelle honte !
- Innocentes !?
cria Eden. Tu te fous de nous là !
- Eden, Ludwig, calmez-vous !
cria Edith. On est de toute façon bien supérieurs en nombre, elles ne pourront pas nous vaincre.
- Hélas, vous avez surement raison,
dit Herba en soupirant. Vous êtes supérieurs en nombre. A moins que je ne m’arrange pour rétablir l’équilibre ?

Et, sans attendre, elle laissa s’échapper son Doux Parfum. Celui-ci était inutile sur les individus de sexe féminin et, ni Edith, ni Blanche, ni Marie, ni Estelle, ni Eden, ni même Grodoudou, Kaede ou Mistigrix, ne semblaient l’avoir remarqué. Mais tous les autres hommes et beaucoup de Pokémon regardaient maintenant Herba et les 5 femmes d’une manière béate, presque ridicule.

- Hey mais… qu’est-ce que tu fiches ? s’exclama Blanche en voyant le regard d’Hector à côté d’elle.
- Qu’est-ce qui leur arrive ? demanda Marie en voyant plusieurs dresseurs du clan dans le même état.
- Je n’ai pas hérité d’une Force de Colosse, ni même d’une régénération rapide, ou d’un corps qui défie les limites de la physique, dit Herba en ricanant. Même mon Bomb'Beurk demande un large temps de recharge. Mais j’ai à la place un contrôle parfait sur l’esprit des hommes qui ont le bonheur d’être en contact avec les phéromones de mon Doux Parfum.

Grodoudou fut la première à réagir, en donnant une baffe à Scalproie pour qu’il se ressaisisse. Elle lui cria alors quelque chose et le Lanceur de Couteaux, toujours un peu déstabilisé, s’éloigna de la Place, tout en jetant tout de même des regards vers Herba. Puis les 5 femmes ordonnèrent à leurs Pokémon d’attaquer les hommes et deux dresseurs furent ainsi tués sans même avoir réagi. Mistigrix imita alors l’exemple de Grodoudou avec Xatu et les Pokémon de la Troupe et les femmes du Clan firent de même. Rapidement, les hommes quittèrent la place, Hector ayant même le nez en sang après que Blanche lui ait donné un coup de poing pour le réveillé efficacement. Herba avait fait rapidement cesser l’action de ses subordonnées et regardait, satisfaite, le nombre de ses opposants baisser de plus de moitié.

- Pars à la recherche de Rosa ! cria Eden à Ludwig alors qu’il s’éloignait aussi.

Son mari acquiesça et courra tout d’abord vers la Place Rouge, dans l’espoir de retrouver Crocorible ou sa fille. Les autres hommes se répartirent ensuite dans la ville pour aider les autres à combattre le reste de Felicae. Heureusement, le Doux Parfum avait une portée limitée à la Grande Place. Mais seulement, Herba et ses alliées ne faisaient plus face qu’à Edith, Blanche, Eden, Marie, Estelle, Grodoudou, Mistigrix, Cupcanaille, Rhinocorne, Eoko, ainsi que 6 autres dresseuses du Clan. Autant dire que comparé à l’accueil qu’elles avaient d’abord eu, il n’y avait plus personne.




Lorsque les failles se sont ouvertes pour que Felicae passe à l’assaut, un groupe de 4 femmes avait dû directement faire face à Narcisse. C’est sans mal qu’il les ratatina rapidement et les fit prisonnières. Il allait les ramener dans un lieu sûr, préférant un jugement équitable à une boucherie, quand leur chemin croisa celui d’un vieil homme en costume de majordome.

- Narcisse du Conseil 4 de Kalos, je présume ? demanda Fédéon en s’avançant lentement.
- Si vous êtes de Felicae, envoyez-donc votre Pokémon, que nous réglions ça rapidement, répondit Narcisse, devant qui Tortank était prêt à combattre.
- Je n’ai pas de partenaire, annonça le vieil homme.

A ces mots, Narcisse cligna des yeux et Tortank lui jeta un coup d’œil, d’un air plus détendu. A ce moment précis, Fédéon passa à l’attaque. Le Pokémon Eau ayant baissé sa garde, il eut tout juste le temps de voir que Fédéon était désormais juste à côté de lui. Ce qu’il ne vit pas cependant, c’est que ses bras étaient désormais semblable à deux grandes faux qui s’enfoncèrent violemment dans sa chair, allant même jusqu’à percer sa puissante carapace. Le Tortank cracha du sang avant de s’effondrer lorsque Fédéon retira ses lames de son corps. Narcisse poussa une exclamation d’effroi et recula, le visage déformé par la peur et la colère. Même les dresseuses captives semblaient effrayées par le spectacle.

- Qu’est-ce que… Mais…, parvint-il tout juste à dire.
- Ne vous inquiétez pas, ce ne sera plus très long, dit Fédéon en contournant le cadavre du Pokémon, ses bras reprenant une forme normale.
- Vous n’êtes pas… vous n’êtes pas humain ! dit sèchement Narcisse tout en reculant.

Fédéon s’arrêta subitement de marcher, fixant Narcisse. Si son expression n’avait pas changé, son regard indiquait nettement qu’il n’appréciait pas cette remarque.

- Pourtant, je partage avec vous ce qui, à mon sens, est le propre de l’homme, dit Fédéon en métamorphosant son bras droit en un Trident.
- Vous n’êtes pas humain ! cria Narcisse. Vous n’êtes qu’un m…

Narcisse fut subitement interrompu par le Trident qui logea ses trois points dans son crâne. Avec une vélocité impressionante pour son apparence, Fédéon s’était jeté sur lui et soulevait désormais le corps du membre du Conseil de Kalos à quelques centimètres du sol.

- C’est l’orgueil d’être humain qui fait de moi un homme, comme vous, susurra-t-il à l’oreille du dresseur déjà mort.

Il métamorphosa encore son bras pour lâcher le corps, qui retomba comme une vieille poupée de chiffon, et repris sa forme habituelle. Puis le Majordome trancha les liens des dresseuses. Alors qu’il leur donnait de nouveaux ordres pour continuer la bataille, un énorme bruit retentit. Quelque chose était tombé non loin d’eux, près de la Place Rouge. Il expédia les fidèles de Felicae et décida d’aller voir par lui-même ce qui avait provoqué autant de bruit.




Depuis que j’avais quitté le Centre de Recherches, je changeais régulièrement d’apparence, tout en restant sous forme humaine. J’avais rejoins la ville de Céladopole et j’observais sans cesse les hommes. Pour vivre, j’ai dû me mettre à voler de l’argent à des êtres humains et ainsi pouvoir payer un logement à l’hôtel et de quoi manger. Je ne garde que peu de souvenirs de cette période de ma vie. Combien de temps suis-je resté ainsi ? 1 mois ? 1 ans ? 10 peut-être ? Je n’en sais toujours rien.

Mais je me souviens nettement de cette journée où j’ai rencontré cette jeune fille. Elle devait avoir 25 ans. Dresseuse d’origine de Safrania, elle était incroyablement belle. Je me suis mis à la suivre, à l’observer, sans d’abord oser l’accoster. L’apercevoir chaque jour un peu était presque devenu une obsession. Je l’ai suivie pendant son voyage jusqu’à Cramois’île. Je savais bien des choses sur elle. Elle était allergique aux pommes, mais adorait les autres fruits. Ses parents étaient tous les deux policiers à Safrania et s’appelaient Fédéon et Charlotte Tell. Elle-même répondait au doux nom de Julie…

Lorsqu’enfin vint le jour où je me suis présenté à elle. J’avais opté pour une apparence que j’espérais plaisante, connaissant ses goûts. Je me suis ainsi fait passer pour un jeune homme de son âge, qui voyageait en solitaire, sans Pokémon, pour voir le monde. Nous avons de suite sympathisé. Comme elle me demandait mon nom, j’eu un un instant d’hésitation. Je n’en connaissais quasiment pas. Je choisi donc de copier le nom de son père pour me rapprocher d’elle.

Depuis lors, mon nom est Fédéon.




Rosa et son Sablaireau erraient dans Illumis. Débarqués sur la place Jaune, la coordinatrice et son Pokémon avaient réussi à se séparer de son groupe. Elle voulait à tout prix retrouver ses parents. Mais en voyant, de loin, des membres de Felicae être battues et parfois tuées par les protecteurs de la ville, elle prit peur et se cacha avec Sablaireau. C’est dans un petit restaurant abandonné qu’elle trouva refuge. Assise en position fœtale, elle pleurait silencieusement tandis que Sablaireau tentait de la réconforter.

Ce Pokémon, elle l’avait capturé dans le Désert Delassant alors qu’il n’était qu’un Sabelette, avec l’aide de son Rosélia. A l’époque, elle ne l’employait que pour entrainer Roselia dans ses prestations pour les Concours. Mais les choses avaient beaucoup changé depuis ce jour, huit ans auparavant, où son amie avait été décapitée sous ses yeux par la mâchoire d’un Coudlangue qui hantait encore ses cauchemars les plus sombres.

Lorsqu’elle avait été délivrée par ses parents, Henry, Blanche et Edith, Rosa était entrée en dépression. Elle avait du mal à faire son deuil. Son père lui avait bien capturé un nouveau Roselia, mais ce n’était nullement pareil et elle l’avait vite relâché, sans l’avouer à ses parents. Sabelette était alors devenu son partenaire de prédilection, même s’il montrait plus d’aptitudes aux combats qu’aux concours. Même son père avait reconnu la valeur de ce Pokémon.

Mais, il y a à peu près deux ans, elle avait fait la rencontre d’une Roserade qui, étrangement, en savait long sur elle. Celle-ci répondait au nom d’Herba. Elle lui vanta les mérites de Felicae et lui apprit que le but de la Secte était, ni plus ni moins, de ramener à la vie les êtres chers des fidèles. D’abord sceptique, Rosa finit par se laisser convaincre et rejoint en secret la Secte. Herba lui proposa alors de devenir, momentanément, sa partenaire. Felicae avait besoin d’elle pour surveiller le Clan Distorsion. Soudainement ramenée à la réalité par cette demande, Rosa accepta néanmoins de trahir les siens, à la condition que personne ne meurt, et encore moins ses parents. Herba promit de faire son possible.

Ainsi les évènements s’étaient enchainés et Rosa avait dû définitivement quitter ses parents pour le Mont Mémoria. Mais même si le Seigneur Herba se montrait bienveillante envers elle et les autres femmes du Clan, elle ne se sentait plus à sa place. De plus, les plans de Felicae ne lui inspiraient plus aucune confiance.

Assise dans le coin d’un petit restaurant, Rosa sécha ses larmes avant de se relever. Elle adressa un regard décidé à son Sablaireau qui acquiesça. Il fallait retrouver ses parents. Ils sortirent et firent leur possible pour rester discrets. Illumis était une grande ville. Retrouver ses parents ne serait pas évident. Autant s’y mettre le plus vite possible.

Un peu plus loin, Ludwig avait retrouvé son Crocorible. Il s’était précipité vers lui avant qu’il n'ait atteint la Place Rouge, apparemment en forme malgré la puissance du Bomb'Beurk d’Herba. Ils avaient un but similaire à celui de Rosa et Sablaireau. Se retrouver.




Herba et les 5 femmes affrontaient le Clan sur la place du la Tour Prismatique. Les combattantes s’étaient vite rendues compte que le Parfum impliquait aussi d’utiliser des Pokémon exclusivement féminins. Ainsi, si Edith pouvait utiliser Pyrax et Branette, Scorvol se trouvait ici inutile. Il en allait de même avec le Smogogo d’Estelle, mais Nidoqueen n’avait pas de souci à se faire.

Les Pokémon des 5 dresseuses étaient plutôt talentueux et Herba manipulait un Fouet d’épines qui n’était pas là pour arranger les choses. Mais les Pokémon d’Edith, Eden, Blanche, Estelle, Marie et des dresseuses du Clan étaient eux aussi expérimentées. Les forces, pour une fois, semblaient à peu près à égalité.

Eden et son Aligatueur, malgré qu’elles soient défavorisées par les types, s’en prenaient le plus possible à Herba, avec l’aide notamment du Pyrax d’Edith, qui s’inquiétait qu’Eden prenne des risques inconsidérés. Blanche, elle, combattait Léviator et Ursaring avec Ecremeuh et l’aide de Marie, Grodoudou et Kaede. Estelle et deux autres dresseuses s’attaquaient au Steelix qui montrait une grande résistance aux coups et une grande rage au combat. Sa dresseuse, par ailleurs, n’hésitait pas à utiliser la Tour Prismatique pour simuler l’attaque Eboulement qui s’abattit sur tous les dresseurs du terrain, faisant disparaitre le Magneton d’une de ses opposantes sous les décombres. Les autres dresseuses de Clan Distorsion, enfin, affrontaient Bouldeneu et Tyranocif.

Même lors des Soldes du Centre Commercial, il n’y avait jamais eu autant de rage dans un combat entre femmes.




Nous avons vécu des mois magnifiques avec Julie. Je l’ai aidée dans son voyage, la conseillant pour ses combats, l’aidant à capturer de nouveaux partenaires. Je lui faisais aussi la cuisine, connaissant ses goûts par cœur. Quand il le fallait, je la rassurais, je la réconfortais. Lorsqu’elle fut malheureusement éliminée aux huitièmes de finale de la Ligue du Plateau Indigo, je lui ai apporté tout mon soutien et lui ai fait retrouver le moral. Puis, prenant mon courage à deux mains, je l’ai embrassée pour la première fois. Je me souviendrai jusqu’à ma mort de ce délicieux moment.

Notre relation désormais sans ambiguïté, nous avons continué notre voyage à Jotho pendant encore quelques temps. Arrivés à Doublonville, Julie me proposa de retourner à Safrania en prenant le train Magnétique, pour me présenter à ses parents. J’acceptais évidemment.

Nous arrivions mal, cependant. Une organisation criminelle sévissait alors à Safrania et la mère de Julie venait tout juste d’en être victime. Elle se trouvait à l’hôpital. Nous fûmes néanmoins accueillis par Mr Tell avec beaucoup de sympathie, qui se réjouissait de revoir sa fille, accompagné qui plus est. Il plaisanta même sur le fait que j’étais bien la première personne qu’il rencontrait à partager le même prénom que lui.

Depuis plusieurs mois, j’arborais la même apparence humaine. Il était toujours hors de question pour moi de me considérer comme un Pokémon. J’étais un humain, point. Jamais je n’avais eu le courage d’avouer la vérité à Julie, puisque moi-même je ne l’assumais pas. Mais, lors d’un diner en compagnie de Julie et son père, à l’occasion de l’anniversaire de Julie, celui-ci pointa négligemment un appareil rouge vers moi. Cet appareil émit un petit bruit que Julie ne remarqua pas. Mais son père, lui, fut surpris. Sans un mot, je le vit discrètement pointer le Pokédex vers moi. Je fis semblant de rien, mais à l’intérieur de moi, je n’avais jamais eu aussi peur. Il me regarda avec une expression étrange puis continua son repas, en faisant semblant de rien. Je me disais qu’avec un peu de chance, il ne savait rien, que le Pokédex avait juste eu un mauvais réglage ou que, du moins, c’était ce que lui pensait. Mais à la fin du repas, il demanda à Julie de faire la vaisselle pour me parler… seul à seul.

Nous montâmes à l’étage. J’avais une boule au ventre comme jamais. Arrivés à sa chambre, il me montra le Pokédex et m’expliqua ce que j’avais déjà compris. Cet appareil de malheur avait détecté un Pokémon, un Métamorph. Il m’accusa directement de tous les maux, me criant dessus et me traitant comme si j’étais un moins que rien. Car c’était ce que j’étais à ses yeux, puisque je n’étais pas humain. Puis il s’approcha de la porte pour descendre et annoncer à sa fille la vérité. Je ne pouvais le supporter.

Alors je l’ai tué.

J’avais encore mon bras en forme de hachoir planté dans son crâne quand Julie débarqua. Elle cria de peur et tenta de fuir. Je me précipitais vers elle pour la raisonner, mais rien n’y fit. Lorsqu’elle vit elle-même mon bras se métamorphoser, elle comprit et me repoussa davantage, me traitant de tous les noms. Des larmes coulaient sous mes yeux. Et je commis l’irréparable. Je voulais à tout prix son amour, son cœur, pour moi et moi seul. Je plongeais ainsi ma main dans sa poitrine pour en retirer son organe vital. Julie s’effondra. Je gardai un moment son cœur encore battant entre mes mains, comme un trésor, avant de me rendre compte de ce que ma Passion pour elle m’avait poussé à faire.

Depuis ce triste jour, je cherche la rédemption par tous les moyens. J’ai décidé de prendre une apparence différente, vieillie, afin de ne pas attirer les regards d’autres femmes. J’ai un moment exercé le métier de Majordome, pour envoyer de l’argent anonymement à la mère de Julie, qui en sortant de l’hôpital avait découvert un bien macabre spectacle. Puis, bien longtemps après, je fis la connaissance de cet homme, François Lumen. Il faisait des promesses qui semblaient si incroyables que je me décidais de l’écouter, de le croire. Cet homme serait capable de ramener Julie et son père. Je devais pour cela l’aider, et ainsi me racheter pour mes péchés. Ainsi je me fis une place de plus en plus importante dans Felicae. J’étais devenu si important que François Lumen me proposa le titre de Seigneur de Felicae. Mais je refusais, car ce titre était réservé aux Pokémon. Et j’étais … je suis un humain.

Je le serai même dans la mort.




Rosa et Sablaireau erraient dans Illumis. Lorsqu’ils s’approchaient des combats, ils s’approchaient doucement et, comme ils n’y voyaient ni Ludwig ni Eden, ils préféraient contourner. Même lorsqu’ils virent Hector, Cisayox et Scalproie affronter un Lockpin et un Excavarenne, elle préféra passer son chemin. C’était son père ou sa mère qu’elle voulait voir. S’approchant de la Place Rouge, elle vit alors une scène qui l’horrifia.

Elle reconnu directement le Crocorible de son père. Il gisait dans les décombre d’une petite habitation détruite, comme si le Pokémon était tombé violement dessus. Elle s’approcha et constata avec effroi qu’il était mort. Mais si le choc avait dû le sonner, ce n’était certainement pas ça qui était en cause dans sa mort, mais plutôt la large blessure au niveau de sa poitrine. On lui avait enfoncé une arme dans le corps, c’était évident. Prise de bien mauvais pressentiments, Rosa fouilla d’abord un instant l’endroit, puis repartit à la recherche de son père. Elle décida d’éviter la Tour Prismatique, pour ne pas croiser Herba, en espérant que ses parents ne s’y trouvaient pas, et se dirigea vers la place Verte.




Ludwig était toujours à la recherche de sa fille. Il était sur la Place Cyan et l’avait déjà fouillée de fond en comble. Il était tombé sur quelques dresseuses de Felicae, mais celles-ci étaient mises en fuite par Dianthéa en personne. Il se dirigea vers la Place Verte, pour procéder à la fouille de cet autre lieu, son Crocorible sur les talons.

Et là, le miracle se produisit. Comme il arrivait sur la Place Verte, Rosa et Sablaireau y pénétraient eux aussi, par un autre côté.

- Rosa ! cria Ludwig, soulagé d’enfin la retrouver.
- Papa ! s’écria Rosa, un grand sourire aux lèvres en l’apercevant.

Mais alors qu’elle allait se précipiter vers lui pour le serrer dans ses bras, elle vit le Crocorible. Elle s’arrêta dans son élan et regarda le Pokémon de son père. Leurs regards se croisèrent. Les traits de Rosa se déformèrent subitement quand elle comprit à qui elle avait à faire. Le Crocorible, lui, métamorphosa son bras en lame et, alors que Rosa criait quelque chose à son père et que celui-ci se tournait vers lui, avec une expression d’incompréhension sur le visage, il enfonça son bras dans son corps, le transperçant de part et d’autre. Il continua sa métamorphose pour reprendre sa forme de vieux majordome alors que Ludwig, toujours en vie, le regardait sans comprendre.

- Vous m’en voyez désolé, Mr Ludwig Stone,
dit-il en gardant tout son flegme.

Et il retira son bras du corps de Ludwig, qui retomba dans une mare de sang. Il était encore en vie, mais se vidait de son hémoglobine de secondes en secondes.

- PAPA ! cria Rosa en se précipitant avec Sablaireau vers le corps de son père et tentant, avec des morceaux de tissus, de stopper l’hémorragie.

Fédéon les regarda quelques secondes, avant de s’en détourner. Il quittait la Place Verte d’un pas lent, son bras étant redevenu normal. Mais, toujours préoccupée par l’état de son père, Rosa releva subitement la tête, des larmes aux yeux.

- ECLATEGRIFFE ! cria-t-elle.

Fédéon fut surpris et se retourna. Trop tard. Sablaireau était déjà devant lui et lui asséna l’attaque avec force, déchirant le costume du Majordome. Il avait les marques des griffes dans son ventre et du sang commençait à s’en échapper. Fédéon eut un mouvement de recul et commença à métamorphoser son bras. Mais Sablaireau était sur le qui-vive. Il attaqua Fédéon au bras avant que le Morphing ne soit complètement réalisé, ce qui perturba la structure de son bras. Celui-ci s’effondra, comme devenu soudainement liquide.

Rosa était toujours en train de s’occuper de son père. Mais elle fixait en même temps le combat, soutenant Sablaireau. La haine était en train de prendre de plus en plus de place en elle. Elle voulait tuer Fédéon.

- ECLATEGRIFFE ! Répétait-elle inlassablement. DECHIRE-LE !!!

Sablaireau montrait là toute sa force. Il visait en priorité les métamorphoses de Fédéon, l’empêchant de les mener à terme. Le Majordome, dont le corps ne ressemblait plus à rien de ce qu’il serait possible de décrire avec des mots, reculait et tentait, en vain, d’éviter les coups. Seul son visage était encore intact. Malgré la difficulté que présentait ce combat, il gardait un regard sérieux et ne laissait trahir aucun sentiment. Et pourtant, il faiblissait.

Soudain, Fédéon tenta de métamorphoser son cou, pour en faire surgir une lance et abattre Sablaireau. Mais ce dernier avait le souci du détail et remarqua directement le changement d’aspect. Il y enfonça donc ses griffes et les fit descendre dans le torse d’un coup sec. Cette fois, Fédéon ne put se retenir de laisser échapper un cri de douleur. Il saignait de partout et sentait qu’une grave hémorragie venait d’émerger de ce coup. Il fallait à tout prix réparer les tissus. En temps normal, cela ne posait pas de problème, une simple métamorphose supplémentaire. Mais Sablaireau interrompait chaque tentative de Fédéon de se soigner, aggravant chaque fois plus son état.

Soudain, Fédéon s’écroula. Il ne ressemblait plus à rien d’humain, même son visage avait été touché au final par les griffes de Sablaireau qui le fixait, prêt à continuer. Mais Fédéon ne bougeait plus.

Le Pokémon hésita, puis retourna vers sa dresseuse et son père.

- Tu as été magnifique, Sablaireau, dit Rosa en lui souriant faiblement.
- R… Rosa…, balbutia péniblement Ludwig.

Rosa se retourna vers son père, appuyant toujours sur un garrot de fortune qu’elle lui avait fabriqué pour tenter de le sauver et serrant sa main gauche.

- Papa… économise tes forces…
- Rosa… Rejoins maman près de la Tour…
- Mais Papa…
- Rejoins la… s’il-te-plait. Je vous aime… toutes les deux…


Rosa continua de fixer le visage de son père. Elle sentit soudainement sa main faiblir dans la sienne et vit avec horreur la dernière étincelle de vie quitter son regard. Ainsi éclata-t-elle en sanglot, alors que Sablaireau lui tapotait légèrement le dos, avec lui-même quelques larmes aux yeux.

Mais soudain, un mouvement derrière eux ramena le Pokémon Sol à la réalité. Il se retourna et vit que Fédéon s’était à nouveau métamorphosé. Il s’agissait d’un jeune homme, assez séduisant en apparence, qui devait avoir 27 ans. Il les regardait tristement. Sans attendre plus longtemps, Sablaireau se jeta sur lui et, à son tour, enfonça ses griffes dans le corps de Fédéon, comme il l’avait lui-même fait avec Ludwig auparavant.

Pourtant, celui-ci ne réagit pas et se laissa faire. Il regarda le Sablaireau et lui sourit paisiblement.

- Merci… de ne pas avoir touché à mon visage, lui murmura-t-il avant de retomber et d’expirer.




À la tour Prismatique, le Clan avait enfin repris l’avantage des combats. Après avoir mit KO Léviator, Steelix, Ursaring, Tyranocif puis enfin Bouldeneu, il ne restait plus qu’Herba. Dans ses attaques, elle avait surpris tout le monde en se servant de ses subordonnées comme boucliers pour échapper aux attaques de Pyrax et d’Aligatueur. Mais le combat tournait de plus en plus mal pour elle.

- Tu vas crever, salope ? cria Eden alors qu’Herba évitait de justesse un Crocs-Givre d’Aligatueur.
- Vous me le payerez… ruminait-elle pour elle-même avant de tirer en l’air un nouveau coup de Bomb'Beurk.

C’était le signal pour Oscar, qui observait le ciel d’Illumis au loin, pour ouvrir la faille qui allait ramener le Seigneur Herba. Toutes les autres femmes de Felicae, cependant, resteraient à Illumis, pour que continue encore un peu la collecte d’âmes. La faille s’ouvrit derrière Herba et, un sourire plein de sarcasme, elle y pénétra alors que les Pokémon adverses jetaient un flot d’attaques sur elle pour l’atteindre, sans succès. Sur la place de la Tour Prismatique, le combat était finit.




Rosa fut retrouvée par Hector. Elle lui expliqua tout ce qui s’était passé et il la ramena vers la Place pour retrouver sa mère, en prenant soin d’emporter le corps de Ludwig. Celui de Fédéon, lui, resta sur place.

Lorsqu’elle vit sa fille, Eden poussa des cris de joie et de soulagement. Mais devant la dépouille de son mari, elle s’effondra et commença à pleurer. Elle écouta néanmoins tandis que Rosa expliquait ce qu’il s’était passé et à qui ils avaient eu à faire, Fédéon, un agent aussi dangereux que les Seigneurs, mais moins connus. Si Edith avait un peu de doutes devant les propos de Rosa, Xatu, en tant que Mentaliste, confirma qu’elle disait la vérité.

- Il y a d’autres choses que je dois vous dire… dit Rosa.
- Qu’est-ce qu’il y a encore ? demanda Edith.
- Si c’est pour demander pardon, c’est déjà pardonné, dit Marie en lui souriant paisiblement.
- Non, enfin si aussi… Mais je voulais juste vous dire… je connais les Plans de Felicae… je sais où se trouve l’Arme et le reste…

Tous se turent et regardèrent Rosa. Même Eden cessa un instant de pleurer et fixa sa fille.




Je suis mort. Mort comme un humain, avec ce même visage que j'affichait aux moments les plus heureux de ma vie. Je n’ai peut-être pas pu la faire revenir après ma période de Folie, comme je me l’avais promis, mais je m’en vais de ce pas la rejoindre. Ho, faites qu’elle m’accepte enfin comme je suis… Comme l’homme que je suis…

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12


Dernière édition par unpuis le Ven 28 Aoû - 16:37, édité 1 fois
Assistant Base de données
Walksacred 
Assistant Base de données 

Messages : 827
Age : 19

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Lun 29 Juin - 12:00

Excellent chapitre, comme toujours !

Toutefois, j'aimerais soulever un détail ...

Dans la deuxième partie, tu parles d'un labo de recherche (qui pourrait être semblable à celui de la création de Mewtwo), où, donc, Fédéon a subi des tests.

Mais comme tu parlais de transformations de parties du corps, comme on le voit avec le bras prenant l'apparence de celui d'un Maganon, cela m'a rappelé le mini-film Pokémon avec les Pokémon Mirages.

Même si la génétique joue un rôle important ici, ce qui se comprend tout à fait, ça m'a surtout fait penser à ceci, t'en serais-tu inspiré ? ;)

_____________________________________________

Merci à Germy pour les avatars qu'elle m'a fait ♥

Plus gros roll de l'histoire de pokémon:
 


Les membres ♥:
 
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Lun 29 Juin - 12:07

N'ayant jamais vu ce film (ou peut-être quelques bribes) je ne m'en suis pas inspiré ;)

Etant parti 2 semaine puis boulot puis encore reparti, ce chapitre d'être le dernier avant un pett moment (genre 1mois et demi ... ) :-/

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12
Membre Noir
SimiaK 
Membre Noir 

Messages : 2947
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Lun 29 Juin - 13:29

Comme d'habitude génial !
Spoiler:
 

_____________________________________________

Tout est relatif sauf ce qui ne l'est pas

Je ne jures que par trois choses.
La Folie                                                          La Dépression


et la manière incroyable qu'on a de pouvoir se foutre de ce qui ne nous intéresse pas


 
Membre Noir
Viktyny 
Membre Noir 

Messages : 2087
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Lun 29 Juin - 13:33

Ho non :(

Sinon j'adore ce chapitre putain ! C'est sans doute mon préféré de tout Felicae ! (oui paskeu faut pas exagéré, le Cirque c'est quand même insurpassable), en plus j'adore Fédéon, mais j'aurai espéré qu'il serai gentil :(

_____________________________________________

Nous avons peut-être le même arrière-arrière-arrière-grand-père en commun ! Tu as fouillé dans tes archives récement ? 





Membre Diamant
Karasu 
Membre Diamant 

Messages : 696
Age : 12

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Lun 29 Juin - 13:52

:(((((

Je vais suivre cette fic jusqu'au bout my god

_____________________________________________

Team BG:

Ceux qui vont sur la CB connaissent "mon J'y go d'agenau!"

Oh:Merci à Célia2312 pour cette fripouille bg.
Attends!J'ai deux trois choses à te montrer aussi!Ca vient de mon jeu favori.

Look ca:
Minifilm:
 
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Dim 2 Aoû - 19:08

Chapitre 11 : Spiritisme : La danse des spectres.

- Alors, Seigneur Oscar ? demanda François Lumen en voyant arriver les Seigneurs Oscar et Herba. Où en sont nos comptes ?

L’attentat d’Illumis datait de la veille. Le Seigneur Herba semblait désappointée et fixait le sol d’un air boudeur. Elle et Oscar prirent place sur leur siège respectif. Les sièges de Joking et de Poutine étaient restés inoccupés depuis leur mort. Pyst releva la tête de son plateau d’échec, dont le nombre de pièces baissait de plus en plus, et afficha un sourire narquois devant l’expression de sa sœur, anticipant ce qu’ils allaient annoncer. Spectra se trouvait toujours au plus proche du Maitre de Felicae, tout comme les quatre Mélancolux qui flottaient au-dessus de sa tête. Même s’il avait toujours su se montrer discret, la présence du vieux Majordome manquait un peu à la jeune fille.

- Malheureusement, nos estimations étaient justes, Maitre Lumen, annonça le Tutankafer, dont le visage était toujours caché par un masque. Il nous manque encore plusieurs âmes avant de pouvoir lancer le rituel.
- Voilà qui est fâcheux, dit Pyst en déplaçant des pièces sur son plateau d’échec. De combien d’âmes s’agit-il ?
- Environ une trentaine,
dit Herba. Je suis persuadée que Fédéon aurait pu les récolter, s’il n’avait pas été aussi sot.
- Ne rejetez pas votre échec envers les morts, Seigneur Herba, répliqua vivement Spectra.
- Je vous demande pardon ? répondit vivement Herba, le regard haineux.
- Les morts méritent bien plus de considération, et c’est là l’un des principes même de Felicae, continua Spectra. C’est pour rendre la vie à ceux qui nous ont quitté trop tôt que nous faisons tout cela, pas vrai ?
- Certes,
dit Herba en soupirant. Cependant…
- Fédéon a donné sa vie pour remplir sa mission, tout comme les Seigneurs Joking et Poutine. Ce que vous n’étiez pas prête à faire, manifestement.


Herba continuait de jeter un regard noir vers Spectra. Elle enrageait. Le sourire de Pyst s’était intensifié en voyant sa sœur se faire rabattre le caquet par la jeune fille. Oscar, quant à lui, avait laissé échapper un ricanement au nom du Seigneur Poutine. Puis, rompant le silence, Maitre Lumen prit la parole.

- Pour obtenir les dernières âmes qui sont nécessaires pour nos plans, nous allons faire participer le Conseil de Hoenn.

Le visage de Spectra pâlit soudainement et elle se retourna vers son idole avec effroi tandis qu’Herba retrouvait son air assuré qu’on lui connaissait.

- Vous m’aviez pourtant dit que nous les laisserions tranquilles… dit Spectra.
- Sauf si nous venions à être obligés de les utiliser, dit François Lumen. Une trentaine d’âmes, ce n’est pas beaucoup. Vous retenez en otage un nombre similaire de personnes, en plus du Conseil en lui-même, pas vrai ?
- Oui mais…
- Dans ce cas, en les éliminant, nous aurons tout juste de quoi compléter le rituel,
intervint Oscar.
- Vous allez donc prendre avec vous les Munjas et les exécuter, continua François Lumen. Pour notre Cause à tous. Pour ceux qui nous ont quitté trop tôt.

Spectra semblait mal à l’aise. Elle avait toujours pensé qu’elle ne serait pas obligée d’en arriver à cette éventualité et n’avait aucune envie d’aller aussi loin. Mais Felicae est si proche du but… Elle ne pouvait pas abandonner comme ça.

- Bien… finit-elle par dire. Je vais donc de ce pas à la Ligue.

Sans adresser un regard à quiconque, elle quitta la salle. Herba, elle, la regardait avec une satisfaction presque malsaine. Pyst retourna à son jeu d’échec et sépara la Reine du Roi pour qu’elle soit face aux pièces adverses.




Les informations données par Rosa avaient rapidement été vérifiées par Edith et des agents dispersés partout sur le terrain. Ils s’étaient rendus à Cromlac’h et avaient en effet remarqué des personnes suspectes et susceptibles d’appartenir à la Secte. D’après Rosa, c’était dans ce petit village que Felicae avait mis la main sur les vestiges de l’Arme Suprême. Les membres du Clan présents sur place avaient pour mission de surveiller les lieux discrètement et de prévenir directement Edith si nécessaire. Malgré cela, on ne savait pas où exactement se trouvait l’Arme et prévenir les autorités pour qu’ils interviennent serait prendre le risque qu’ils la déplacent. Mais apparemment, la Secte n’était pas encore prête à passer à l’attaque.

Le jour même de leur retour au QG, Xatu était directement reparti observer le Soleil, jusqu’à ce qu’il se couche. Et le lendemain matin, il fit une nouvelle prédiction dont il parla à Edith dés 8h00 du matin, alors que celle-ci était encore en pyjama. Elle eut ainsi tôt fait de rassembler les membres du Clan, après avoir néanmoins pris le temps d’enfiler son habituelle robe rose pâle.

- Felicae va de nouveau passer à l’attaque, annonça Edith lorsque tout le monde fut présent, humains comme Pokémon.
- Si vite ? Ils viennent d’attaquer Illumis !
- C’était censé être le dernier attentat…
dit Rosa. Il ne doit plus leur manquer grand chose pour accomplir le Rituel et ramener Yveltal…
- Et c’est pour cela qu’ils ne vont pas s’encombrer à attaquer une grande ville
, dit Edith.
- Comment ça ? demanda Hector.
- C’est le Conseil de Hoenn qui est leur cible. Apparemment, ils les avaient pris en otage depuis un moment, ce qui explique leur silence…
- On sait qui s’occupe de cet assaut ?
demanda Estelle.
- Oui, il s’agit de Spectra. Il semblerait que ce soit ses Spectres qui gardaient le Conseil et les autres gars de la Ligue.
- Spectra…
répéta Marie en frissonnant.

Son regard croisa celui d’Hector. Ils pensaient tous deux à la même chose. Cette forme monstrueuse qui les avait fait paniquer lors de leur première rencontre avec la demoiselle aux fantômes…

- Notre adversaire utilise des Pokémon Spectre, dit Edith. Les attaques Normal et Combat ne leur font aucun effet, et comme la plupart peuvent léviter, les attaques Sol seront elles aussi moins pertinentes.
- On va devoir faire autrement, alors,
dit Eden.
- Pas nécessairement… répondit la Sage. Blanche, tu te souviens de ta première rencontre avec ma grand-mère ?
- Agatha ? Oui, elle avait un sale caractère sur le moment et je …
- C’est ce jour-là que son Ectoplasma est mort pas vrai ?
- Heu, oui, c’est vrai… il a été écartelé par le Mackogneur… Hé mais…
- C’est impossible,
dit soudainement Rosa. Mackogneur n’aurait pas pu l’attraper, si ?
- Ce Mackogneur avait prévu le coup,
dit Edith en appelant son Scorvol qui sortit de son bureau en portant une caisse. Il avait lancé préalablement sur Ectoplasma un petit objet que voici.

Le Scorvol déposa la caisse et Edith en sorti un des Points de Mire dont elle était remplie.

- En faisant en sorte que nos adversaires portent tous cet objet, nous serons en mesure de les toucher sans souci. Et c’est là qu’on aura besoin de Scalproie.

Le Lanceur de Couteaux cligna des yeux, étonné, tandis que plusieurs regards se tournaient vers lui.

- En les attachant à tes poignards, non seulement ceux-ci pourront toucher les spectres, mais en plus ils seront sensibles à toutes les attaques que nous leur lancerons par la suite. Ta mission sera donc, dès que nous serons sur place, de toucher un maximum de nos adversaires avec tes couteaux. Tu crois que tu en seras capable ?

Scalproie affichait un regard décidé et confiant. Cette mission allait être pour lui un jeu d’enfant.

- Nous en prendrons aussi tous un au cas où. Nous allons devoir nous dépêcher… Spectra est peut-être déjà sur place, et il ne lui faudra surement pas longtemps pour exécuter les otages. Xatu et Mistigrix vont donc directement nous téléporter là-bas.
- Tu oublies mon Abra,
fit remarquer Eden.
- Pas du tout, seulement, je crois qu’il serait préférable que toi et Rosa restiez ici, dit Edith. Vous venez de perdre un être cher… vous devriez vous reposer. Vous n’aurez qu’à tenir compagnie à Henry et Fréderick, ils restent ici aussi.

Eden et Rosa restèrent un instant interdites. En repensant à Ludwig, une larme perla aux yeux de la peintre qui, pour le cacher, baissa la tête et ne dit plus rien, tandis que sa fille acquiesçait.

- Bon, il est tant de passer à notre mission de sauvetage, dit Edit. Xatu ?

Sans plus attendre, le Mentaliste et la nouvelle Mage commencèrent à exécuter l’attaque Téléport.




Spectra venait d’arriver dans le bâtiment d’entrée de la Ligue. Celui-ci, en général, était un lieu de rencontre entre dresseurs qui souhaitaient passer le défi du Conseil des 4. On y retrouvait un Centre Pokémon pour être préparé aux combats, ainsi qu’une boutique pour y faire toutes sortes d’achats. Il y avait aussi quelques responsables administratifs qui y avaient leurs bureaux, inaccessibles au public. Mais aujourd’hui et depuis déjà près d’un mois, tous les employés de la Ligue Pokémon y étaient retenus en otage, les bras et les jambes maintenues par les mains des Téraclopes de Spectra. Seuls les membres du Conseil étaient retenus dans leurs bâtiments respectifs, là où, d’ordinaire, ils livraient leurs combats. La Ligue avait été rendue inaccessible aux visiteurs grâce à d’autres Spectres qui avaient transformé la Route Victoire en un Labyrinthe sans fin et sans sortie. De plus, au cas où quelqu’un s’en sortirait quand même, les Ténéfix de Spectra étaient prêts à réagir en la prévenant et en piégeant les intrus le temps qu’elle arrive. Ce genre de cas n’était arrivé que trois fois. Quant à Pierre Rochard, Spectra avait été obligée de le tuer le jour de la prise d’otage.

Spectra était venue avec 4 membres de Felicae, ainsi que quelques Munjas pour récolter les âmes des défunts. Tous équipés d’un couteau, ils s’approchaient des otages. La plupart étaient endormis, affaiblis par leur incarcération prolongée. Les spectres devaient juste les nourrir et leur donner de quoi boire, mais ils n’avaient pas eu la possibilité de se mouvoir. Ils s’étaient certes débattus les premiers jours, mais tout espoir de liberté les avait finalement quittés. Spectra s’approcha la première d’une des infirmières. Celle-ci luttait contre le sommeil. Elle respirait avec difficulté. Peut-être était-elle tombée malade ? La jeune fille déglutit puis, en fermant les yeux, elle plongea son couteau dans le corps de la femme. Elle rouvrit les yeux et constata qu’elle l’avait ratée. Touchée à la poitrine, elle n’était pas morte sur le coup et était saisie de spammes. Elle enragea contre sa propre bêtise et répéta son coup trois fois avant que sa victime ne trépasse pour de bon. Elle se retourna et donna l’ordre à trois des disciples de Felicae de continuer ce qu’elle avait commencé. Puis, accompagnée du dernier disciple et d’un Munja, elle sortit du bâtiment en direction de la bâtisse de Damien.

Les disciples de Felicae étaient en train d’égorger les otages. Une fois tués, les Téraclopes les relâchaient et ils tombaient comme de vulgaires poupées de chiffon. La plupart ne devaient même pas se rendre compte qu’ils mourraient, tant ils étaient affaiblis.

Il ne restait guère que huit hommes et femmes à tuer lorsque le Clan Distorsion débarqua en furie dans la pièce. Scalproie était tout devant et il lança rapidement une multitude de poignards équipés des Points de Mire sur les Spectres geôliers. Ceux-ci n’en mourraient pas, mais lâchèrent prise sous la surprise. Les prisonniers tombaient pitoyablement, sans avoir la force de retenir leur chute et se contentaient de pousser un léger gémissement.

- A l’attaque ! cria Edith.

Les disciples, surpris par l’intrusion, ne réagirent pas assez rapidement. Mistigrix les désarma à distance tandis que Jungko et Simiabraz les plaquaient à terre et les maintenaient à leur tour prisonniers. Le dernier eut moins de chance et se fit tout d’abord plaquer au mur par le Mégaphone de Grodoudou avant de recevoir lui aussi un Poignard de la part de Scalproie, qui se logea dans son crâne.

Les disciples avaient donc été rapidement mis hors d’état de nuire. Mais la pièce restait surchargée d’une trentaine de Téraclope. La plupart d’entre eux avaient été touché par les jets de Scalproie et étaient désormais touchables, mais ils n’en restaient pas moins un obstacle.

- Spectra n’est déjà plus là, fit remarquer Marie.
- Elle s’est peut-être réfugiée dans son antre ou dans celles des autres membres du Conseil, dit Hector.
- Je vais aller jeter un coup d’œil avec Grodoudou, décida la jeune fille en faisant signe à la Chanteuse de la suivre.
- Je viens avec toi dans ce cas, décida Blanche.

Marie commença à courir avec Grodoudou vers la sortie, suivie de Blanche. Mais au moment où cette dernière allait franchir le portail, les murs se couvrirent d’yeux difformes et gigantesques. Le portail en était lui aussi recouvert et ils y créaient une sorte de paroi contre laquelle Blanche se cogna. C’était l’attaque Regard Noir, orchestrée par un des spectres de la pièce, qui piégeait le Clan sur place. Marie, elle, était cependant parvenue à sortir avant que l’attaque ne soit lancée.

- Et merde ! s’exclama Blanche. Marie, n’y va pas seule !
- Si je n’y vais pas, Spectra risque de nous échapper, protesta Marie. Puis, j’ai Grodoudou et Kaede avec moi !
- Mais Marie…
- Pas de mais, j’y vais !


Et malgré les protestations de Blanche, Marie commença à courir en direction du bâtiment de Damien, la première Maison du Conseil des 4. Cependant, Marie savait pourquoi Blanche ne voulait pas qu’elle y aille seule. A cause de cette créature que Spectra avait dévoilée et qui lui revenait en cauchemar depuis…




Spectra faisait face à Damien. Celui-ci, contrairement aux otages de l’entrée, était bel et bien conscient. Mais avoir été séparé de ses Pokémon et de tout autre contact pendant un mois avait largement entaché sa santé mentale. Maintenu en crucifix par un Noctunoir, il fixait Spectra en riant et en agitant sa tête dans tous les sens. Il tenait des propos incompréhensibles. Spectra le regardait, mal à l’aise. Voir son ancien collègue dans un tel état la gênait. D’autant qu’elle se savait responsable. Elle tenait d’une main tremblante son couteau déjà ensanglanté. Elle décida d’en finir rapidement et tenta un coup rapide dans le crâne de Damien. Mais le membre du Conseil esquiva à moitié le coup en bougeant n’importe comment et la lame se contenta d’entailler largement sa joue avant de s’enfoncer légèrement dans son épaule. Spectra ragea. C’était la deuxième fois qu’elle ratait son coup. Damien continuait de bouger de manière hasardeuse en ricanant, comme s’il n’avait pas du tout eu mal. Se ressaisissant, Spectra retenta son attaque, avec succès. Le Noctunoir le relâcha et Damien tomba à genoux avant d’expirer dans un dernier soubresaut. Spectra regarda le cadavre et réprima une larme en serrant son arme. Mais un petit bruit la ramena à la réalité.

C’était un de ses nombreux Ténéfix, qu’elle avait posté partout dans la Ligue et la Route Victoire. Celui-ci venait aux nouvelles et semblait pressé. Spectra baissa alors la tête et regarda ce que le dernier disciple présent ne pouvait voir. Il s’agissait du fantôme de Mimosa, la sœur jumelle de Spectra. Celle-ci restait généralement au Mont Mémoria, mais pouvait le quitter pour de courtes périodes. Le Ténéfix parla très vite et Mimosa acquiesça avant d’expliquer la situation à sa sœur.

- Ils sont là ? Comment diable ont-ils fait pour savoir… vous les avez piégés ?

Le Ténéfix acquiesça et recommença son explication, directement traduit par le fantôme. Un Ténéfix caché avait eu le temps de lancer Regard Noir et les Téraclopes étaient prêts à combattre. Mais une jeune fille avait réussi à sortir de la zone avant que le piège ne se referme et se dirigeait ici.

- Merde… Bon, tu restes ici et tu t’occupes de la personne qui va arriver, ok ? dit Spectra en s’adressant au disciple de Felicae.

Celui-ci approuva et sortit son propre poignard. Spectra adressa ensuite un signe à Mimosa, Ténéfix et Noctunoir de la suivre, en direction de la Maison de Glacia.




Lorsque Marie arriva face au bâtiment de Damien, elle invoqua Papilusion et Tentacool en plus de Grodoudou et Kaede. Elle s’approcha de la porte mais, soudainement méfiante, elle se ravisa et ordonna à Grodoudou de la défoncer avec Mégaphone. La porte vola en éclat et le disciple de Felicae, qui attendait derrière, fut lui aussi projeté à 2 mètres. Dans le choc, il avait lâché son arme, dont Kaede s’empara rapidement. Alors qu’il se relevait péniblement, Marie continua de donner ses ordres et Tentacool le ligota avant que Papilusion ne l’assoupisse avec Poudre Dodo.

- Affaire réglée, dit Marie.

Elle regarda la salle et remarqua alors en son centre le cadavre encore chaud de Damien. Elle se mordit les lèvres. Elle n’était pas arrivée à temps pour lui… Comme le disciple piquait un roupillon, elle décida de le laisser sans surveillance pour continuer sa traque envers Spectra.

Elle se mit à courir pour avoir la chance d’attraper sa proie. Mais en sortant du bâtiment, elle constata que c’était celui de Spectra qui était le suivant sur la liste. Le bâtiment semblait bien sombre, malgré la grande quantité de fleurs et d’arbres qui entourait l’infrastructure. La jeune dresseuse déglutit et continua sa course. En entrant dans la pièce, elle vit que Spectra l’avait aménagée de manière bien plus personnelle que Damien ne l’avait fait. Malgré le manque d’éclairage, elle remarqua plusieurs meubles dans le fond, recouverts de vieilles photos délavées. Même si elle était pressée, Marie ne résista pas à la curiosité de jeter un rapide coup d’œil. Les photos représentaient presque toutes deux petites filles très semblables qui jouaient, faisaient une excursion, nourrissaient un Pokémon… Marie n’avait aucune idée de qui il pouvait bien s’agir. Il y avait aussi quelques autres documents, ainsi qu’un vieux prospectus de Felicae. Après quelques instants de curiosité, son regard quitta les photos et elle les abandonna derrière elle, toujours à la poursuite de Spectra.




Eden et Rosa patientaient au QG du Clan Distorsion. Mère et fille parlaient des projets d’avenirs et pleuraient ensemble la mort de Ludwig. Le Clan venait de partir depuis une vingtaine de minutes quand Henry et Frederick entrèrent dans la salle qu’occupaient les deux Stones.

- Eden, on peut te parler un instant ? demanda Frederick.
- Oui, il y a un problème ? répondit la concernée en relevant la tête de l’épaule de sa fille, les yeux rouges et fatigués.
- Il y a quelqu’un ici qui a besoin de ton aide et de celle d’Abra, dit Henry.

Mère et fille se regardèrent d’un air étonné, qui s’accentua lorsque ladite personne entra dans la pièce.





Spectra venait de vomir son petit déjeuner. Elle n’avait pas su se retenir après avoir tué Glacia. Comme l’infirmière, elle était semi-consciente lorsque la jeune fille était arrivée. Décidée à l’achever d’un seul coup, Spectra avait frappé son aînée dans le bas ventre et le lui avait littéralement déchiré d’un coup sec. Glacia fut alors libérée de l’étreinte de Noctunoir et retomba, sans pouvoir retenir ses boyaux qui se répandaient sur le sol. Cette boucherie dégoutait Spectra. Mimosa essayait de lui tapoter l’épaule, mais sa main immatérielle passait au travers de sa sœur. Les deux Noctunoir et le Ténéfix observaient leur dresseuse avec tout autant de compassion. Mais des bruits de pas les ramenèrent tous à la réalité.

Spectra regarda en arrière. Elle comprenait qu’on venait pour elle. Ses trois Pokémon se postèrent alors non loin de la porte et lui firent signe de continuer. Spectra les remercia d’un signe de main puis quitta le bâtiment froid au moment même où Marie entrait.

Les deux Noctunoir et le Ténéfix barraient la route de Marie et de ses Pokémon. Ils étaient bien décidés à ne pas la laisser passer. Marie s’y était attendue. Et si elle n’était auparavant qu’une dresseuse débutante, elle avait passé tant de temps à s’entrainer avec le Clan qu’elle se sentait très confiante.

- Kaede, dégommage ! cria-t-elle à son Chinchidou qui s’exécuta.

Le Point de Mire que celui-ci portait fut lancé sur un des deux Noctunoir. Avant qu’il ne puisse réagir, L’attaque Mégaphone le fit reculer de plusieurs mètres tandis que son compère et Ténéfix restaient sur place.

- Papilusion, Eclat magiques ! continua Marie. Tentacool, toi, utilise Toxik !

L’attaque Fée toucha les deux Pokémons. Si Noctunoir n’en ressenti que peu d’effet, Ténéfix, lui, fut durement touché. Le Tentacool agrippa Noctunoir et lui injecta le poison avant d’être rejeté vers Marie avec un Poing-Ombre.

L’autre Noctunoir affrontait Kaede et Grodoudou. Désormais sensibles à toutes les attaques, le Pokémon de Spectra ne pouvait réagir face aux coups rapides et répétés de Kaede, sans oublier les Mégaphones. Il avait à peine eu l’occasion de réagir avant qu’il ne tombe de fatigue. Kaeda ramassa vite le Point de Mire et le relança contre le second Noctunoir qui, surpris, baissa sa garde et encaissa non seulement Mégaphone, mais aussi les attaques combinées de Tentacool et Papilusion. Additionné au poison, c’en était trop pour lui et il tomba KO à son tour. Ne restait que Ténéfix.

Celui-ci était déjà salement touché par l’Eclat Magique de Papilusion. Il se releva péniblement, en respirant un peu difficilement. Marie constata qu’il semblait blessé. Elle se pinça les lèvres et adressa un signes à ses compagnons.

- On te laisse tranquille pour cette fois, dit-elle en s’adressant au Pokémon. Mais si tu m’empêches de sortir, je serai obligée de te tuer.

Le Ténéfix regardait Marie avec une certaine incompréhension. Elle lui laissait la vie sauve, mais il ne comprenait pas pourquoi. Seule Spectra avait un jour fait preuve de compassion envers lui. Alors que Marie et ses Pokémon quittaient le bâtiment, il hésita et tendit vers elle sa main, comme pour une tentative désespérée visant à l’empêcher de continuer. Mais c’était déjà trop tard pour Regard Noir.




Le Disciple de Felicae s’était relevé de son sommeil. Paniqué en constatant que Marie avait pu poursuivre par sa faute, il avait récupéré son couteau et courrait pour la rattraper. Il entra dans le bâtiment de Spectra et constata que quelqu’un s’y trouvait déjà. Cette personne regardait des photos. Mais ce n’était pas Marie.

- Hey, vous êtes qui ? cria-t-il en s’approchant rapidement.

Mais il ralentit vite la cadence. Plus il était proche de lui, plus il pouvait constater que cet homme était tout simplement gigantesque, plus de 2 mètres… Peut-être même en faisait-il 3 ? Le disciple lâcha machinalement son couteau tandis qu’AZ se tournait vers lui.

- Où sont-elles ? demanda-t-il.
- Je … plus loin surement… mais…
- Merci.


AZ se retourna et quitta le bâtiment. Le disciple, toujours étonné, et surement un peu effrayé, était soudainement bien moins enclin à poursuivre un tel homme.




Aragon était le dernier membre du Conseil des 4 de Hoenn. Tout comme ses prédécesseurs, il était maintenu en crucifix par un Noctunoir. Lorsque Spectra entra, il releva directement la tête. En un mois, sa barbe avait largement poussé dans tous les sens. Il fixait son ancienne collègue avec un regard presque neutre, mais celle-ci le trouvait effrayant. Il semblait bien moins affecté par le mois passé privé de liberté que n'avaient pu l'être Damien et Glacia.

- Si tu reviens ici, je suppose que c’est parce que tu as quelque chose derrière la tête, pas vrai ? lança le vieil homme.

Spectra ne répondit pas et baissa la tête, mal à l’aise. Elle maintenait de son bras gauche le droit, qui tenait lui-même le couteau.

- Je vois, continua Aragon en apercevant le couteau tâché de sang. Tu t’es déjà occupée de Glacia et Damien ?

Ce fut l’expression de détresse qui répondit au dracologue. Celui-ci poussa un soupire.

- Alors qu’attends-tu ? continua-t-il. Je te connais Spectra, et si tu as été capable d’aller aussi loin, c’est que tu as tes raisons qui ne regardent que toi. J’ai réussi à conserver ma santé mentale, mais même si tu me laissais une chance, je n’aurais pas la force de te résister. Alors qu’on en finisse.

Spectra tremblait. Les paroles d’Aragon la perturbaient. Elle qui se montrait toujours joyeuse et assurée était méconnaissable. Elle n’avait quasiment jamais tué pour Felicae, ses missions ayant toujours eu d’autres optiques. Et tuer ses amis, c’était bien trop pour elle. Mais soudain, elle remarqua que Mimosa tentait de la consoler. La vision du spectre de sa sœur lui rappela son objectif initial. Felicae, la résurrection des proches et des morts de la Secte… Elle devait aller jusqu’au bout. Aragon la regardait, le regard fier. Il attendait. Elle s’approcha et leva son arme prête à tuer.

- ARRÊTE-TOI ! cria Marie, qui venait de débarquer dans la salle.

Spectra sursauta et se retourna tandis qu’Aragon relevait la tête, étonné. Marie, Grodoudou, Kaede, Papilusion et Tentacool se trouvaient au fond de la pièce. Mais lorsqu’elle reconnu Marie, Spectra fit son possible pour récupérer son expression calme et assurée habituelle, même si ses traits étaient crispés.

- Tient tient, la petite Marie, dit Spectra. Alors c’est toi, celle qui a réussi à sortir avant que Regard Noir ne s’active ? Et dire que je m’étais inquiétée.
- Je viens de battre tes deux Noctunoirs et ton Ténéfix. Envoie tes Pokémon au combat, si tu te crois si forte !
- Voyons, nous savons toutes les deux que je n’ai pas besoin de sortir Momartik ou un autre de mes Pokémon pour te battre. Je n’ai qu’à jouer avec tes cauchemars.
- Alors qu’est-ce que tu attends ?
cria Marie. Je n’ai … Je n’ai pas peur !
- Vraiment ? On va voir ça…


Les deux jeunes filles se fixaient du regard, sans bouger. Marie était inquiète. Saurait-elle se maitriser ? Tout comme à Atalanopolis, Spectra joignit les mains avant de les écarter, créant une faille étrange dans le monde des morts. Marie frissonna en voyant des âmes filer dans tous les sens. Certaines semblaient se fracasser contre la faille, sans pouvoir néanmoins s’échapper de celle-ci. Puis elle arriva.

La forme était humaine, mais portait une sorte de crinière au cou. Elle s’avançait lentement et tendait un bras squelettique vers Marie. Plus elle s’approchait, plus Marie se sentait angoissée. Elle voyait déjà la créature sortir et se jeter sur elle. La jeune fille tremblait de peur. Grodoudou et les autres Pokémon l’entouraient, comme pour la rassurer, mais des souvenirs, d’affreux souvenirs, lui revenaient en tête. Elle cria fort et mis ses mains sur les oreilles, fermant les yeux, en position fœtale. Puis, soudainement, elle sentit une main se poser sur son épaule et, toujours aussi effrayée, elle ouvrit les yeux.

C’était la main d’AZ, le Roi Géant de Kalos. Leurs regards se croisèrent et il lui tendit l’autre main pour qu’elle puisse se relever. La présence du Roi qui, semblait-il, ne lui voulait rien de mal rassura Marie qui attrapa sa main pour se relever. Devant ce spectacle touchant, Spectra interrompit son action et la faille disparut.

- Tu es tombée bien bas, Spectra du Mont Mémoria, dit AZ d’une voix rauque et vieillie. Torturer l’esprit de cette jeune fille avec des souvenirs aussi dangereux…
- Au moins, je ne la tue pas,
dit Spectra sur la défensive.
- Ton âme est déjà tâchée de sang, j’ai pu le constater en arrivant jusque ici.
- Ce… j’ai mes raisons…
- Y aurait-il un rapport avec votre sœur ?
poursuivit le géant.

Marie était encore un peu chamboulée par la créature de Spectra. Elle ne disait rien et se contentait d’écouter le dialogue entre l’éternel et la jeune demoiselle aux fantômes. Aragon lui aussi se taisait devant un spectacle auquel il ne s’était pas attendu.

- Vous avez vu les photos, c’est ça ? demanda Spectra.
- Oui, vous aviez l’air très proches. Mais j’ai surtout remarqué qu’elle était présente avec vous.

La déclaration d’AZ fut un choc pour Spectra. Mimosa se tenait en effet juste derrière elle, comme pour se cacher. Le Roi Géant était-il donc capable, comme elle et François Lumen, de voir les spectres ?

- Vous aussi vous pouvez… ? balbutia Spectra.
- C’est parce que je suis comme eux, un fantôme qui traverse les âges. Et comme ceux qui restent dans le Monde des vivants, j’ai encore des choses à accomplir avant le repos éternel.
- Comment ça ?
dit Spectra.
- Lorsque votre sœur est morte, elle n’a pas pu se résoudre à vous laisser seule. Votre chagrin et le lien très fort qui existait entre vous, Spectra, vous a conféré un don de clairvoyance qui a peu à peu progressé.

Spectra écoutait avec attention. Le Roi Géant avait vu juste. C’était depuis la mort accidentelle de sa sœur que Spectra pouvait voir les morts. C’est aussi depuis ce jour qu’un lien très spécial s’est tissé entre elle et les Pokémon du type Spectre. Et en entretenant ce don, ses pouvoirs avaient en effet évolué.

- Tu l’as montré aujourd’hui, tes pouvoirs sont impressionnants pour une vivante. Tu peux même ouvrir une fenêtre sur l’Au-delà. Mais il ne s’agit pas d’un portail à proprement parler, car les âmes ne peuvent le traverser.
- Alors je ne risquais rien ?
demanda Marie qui s’était tue jusque-là.
- Son portail n’est qu’une fenêtre. Il me serait possible de l’ouvrir, mais je pense qu’elle n’en est pas encore capable.

La mine coupable de Spectra confirma les dires d’AZ. Marie se sentit encore plus rassurée. Même si cette créature qui lui faisait tant de mal était bien réelle. A en croire AZ, il ne pouvait tout de même plus revenir. Elle fit un signe de tête à ses Pokémon, comme pour se préparer à l’assaut, mais personne n’y faisait attention.

- Vous souhaitez donc voir revenir votre sœur parmi les vivants, déclama AZ. J’ai moi-même souhaité le retour d’un être cher, il y a 3000 ans.
- Et nous allons employer la même méthode que vous, dit Spectra. C’est pour cela que nous avions besoin de votre clé. Bientôt, Felicae ramènera ses morts à la vie, ainsi que tous nos proches décédés dont nous avons souhaité le retour…
- Cela ne marche pas comme ça.
- Pourquoi ? Pourquoi ne voulez-vous pas que nous réactivions l’Arme ? Nous...
- Parce que l’Arme ne dégage assez de puissance que pour ressusciter une seule et unique personne.


A ces mots, Spectra blanchit. Elle lâcha le couteau. Elle semblait regarder dans le vide et ne remarqua pas que son Noctunoir était envoyé au tapis par Marie et ses Pokémon, qui secouraient Aragon.

- Non… vous mentez, dit-elle. François Lumen nous a promis...
- Il vous trompe depuis le début. L’Arme n’a qu’une partie du pouvoir de Xerneas sur la vie.
- Mais c’est Yveltal que nous voulons invoquer ! Le Dieu de la Mort…
- Alors dans ce cas, vous allez exploiter l’Arme autrement. Les âmes vont réveiller ce Pokémon. Mais ce n’est certainement pas lui qui va vous apporter de l’aide. Yveltal n’a pas de Maitre. Il détruira tout sur son passage, tout en se nourrissant des âmes que vous lui aurez apportées. Si votre chef le lâche sur Kalos, ce sera une véritable Apocalypse, tout comme il y a 3000 ans.
- Je ne peux pas vous croire…
s’écria Spectra. Toutes ces vies… toutes ces choses qu’on a dû faire… François n’a pas pu nous mentir ! Il n’a pas pu me faire ça !
- Tu peux encore empêcher de tels évènements d’arriver,
continua AZ. Ton âme est déjà tâchée, mais si tu vas jusqu’au bout, c’est toute ton humanité que tu vas perdre. Je parle en connaissance de cause, ayant moi-même déjà fait cette erreur. C’est pour me maudire que Xerneas, Yveltal et même Zygarde ont décidé de m’immortaliser.
- ASSEZ
, cria Spectra. Je ne peux pas en entendre d’avantage !

Elle se retourna en rage, les larmes aux yeux. Une faille de Felicae venait d’apparaitre et elle la traversa sans ménagement, oubliant même Marie et Aragon. Lorsque la faille se ferma, AZ regarda Marie d’un air sérieux.

- Dépêchons-nous. Nous devons empêcher le retour de ce Pokémon chaotique.

Marie approuva de la tête et le Roi Géant pris le vieil Aragon sur les épaules avant qu’ils ne se dirigent ensemble vers le bâtiment d’entrée, où le Clan terminait de combattre les derniers Spectres.




Spectra était de retour au Mont Mémoria, tout comme les Munjas qui l’avaient accompagnée. Elle avait encore les paroles du Roi Géant en tête. Elle ne pouvait pas y croire et enrageait contre lui qui osait ternir les objectifs de Felicae. Mais en même temps, le doute était né en elle.

- Spectra ! s’exclama François Lumen. Vous êtes de retour !
- Oui, Maitre Lumen,
dit-elle en lui faisant face.
- Seigneur Oscar, allez vite faire les comptes !
- Bien ! Ce ne sera pas bien long.


Le Tutankafer se leva et sortit de la pièce pour étudier le contenu des Munjas. Spectra, elle, restait impassible sur place.

- Il y a un problème, Spectra ? demanda soudainement le Maitre de Felicae.
- Non enfin… si, dit–elle gênée. J’ai peur de ce qui pourrait arriver si l’Arme n’était… enfin, ne marchait pas comme prévu…
- Que voulez-vous donc qu’il arrive ?
dit Herba en ricanant.
- Si Yveltal ne nous obéissait pas, par exemple… qu’adviendrait-il ?
- Allons bon !
lâcha Pyst. Avec toute la complexité du Rituel et de l’Arme, ce serait bien peu de veine qu’Yveltal ne nous obéisse même pas !

Spectra regarda François Lumen. Celui-ci souriait paisiblement. Les 4 Mélancolux au-dessus de lui semblaient pourtant plus agités que d’habitude. On aurait dit qu’ils jubilaient. Soudain, Oscar rentra dans la pièce et se plaça juste derrière Spectra.

- Maitre Lumen, dit-il. Il semblerait qu’il nous manque toujours une âme pour obtenir la quantité demandée par le Professeur Nessmad.
- Une seule âme ?
s’exclama Pyst. Allons bon, autant dire rien du tout !
- Je constate cependant que Spectra n’a pas été aussi prodigieuse qu’on aurait pu le penser
, dit Herba.

La demoiselle aux fantômes ne répondit pas. A vrai dire, elle n’écoutait pas. L’annonce d’Oscar était un choc de plus. Elle avait eu l’occasion de tuer Aragon, mais l’avait finalement presque oublié… Si proche qu’elle avait été…

- Nous ne serons pas obligés de tuer quelqu’un s’il ne s’agit que d’une âme, dit François Lumen.
- Ha oui ? lança Herba. Comment ça ?
- Nous pouvons nous servir sur ce que nous avons déjà ici, pas vrai, Mimosa ?


Spectra sursauta et le fantôme de sa sœur avec. La petite fantôme restait d’ordinaire dans les jambes de sa sœur, comme effrayée par François Lumen. Elle semblait trembler de peur.

- Comment ça ? dit Spectra. Mais, Maitre Lumen…

Avant qu’elle ne puisse réagir, un Munja sortit de nulle part et aspira sa sœur sous ses yeux. Elles crièrent ensemble et Spectra tenta de la retenir, mais elle ne pouvait toujours pas la toucher. Les mots du Roi géant faisaient de plus en plus écho dans sa tête. Elle se sentait trahie et trompée, mais ne pouvait se résoudre à la réalité.

- Non… s’il-vous-plait… pas elle…, sanglota Spectra. Prenez ma vie, mon âme, mais pas Mimosa…
- Vous ne croyez plus en nous, pas vrai ?
demanda François Lumen. Nos objectifs semblent diverger désormais.
- Je … Vous voulez qu’Yveltal…
- Je vois que tu en sais plus aujourd’hui. Tu en sais peut-être même bien trop, Spectra. Seigneur Oscar !


Le Seigneur Oscar ouvrit son sarcophage, qui semblait si vide, et des mains faites d’ombres se saisirent de Spectra avant de l’enfermer à l’intérieur même du Geôlier, comme il l’avait fait avec Henry.

- Mes Seigneurs ! s’exclama-t-il. Nous allons sur le champ clôturer le Rituel ! Grâce au pouvoir d’Yveltal, nous serons bientôt les nouveaux Rois de Kalos et des autres régions !

Herba riait aux éclats devant la scène, tandis que Pyst éliminait sa dame en se servant de son Roi et de s’exclamer « Ils sont échec et mât ! ». Oscar, lui aussi, jouissait de la situation tandis qu’à l’intérieur de son sarcophage, Spectra tapait inutilement du poing. François Lumen se releva et disparut dans une Faille de Felicae, accompagné de ses trois Seigneurs et des 4 Mélancolux, en direction de Cromlac’h, là où un monstre sommeillait encore, sous forme de Cocon… Mais plus pour longtemps.

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12


Dernière édition par unpuis le Ven 28 Aoû - 16:39, édité 1 fois
Membre Perle
Iggy Spring 
Membre Perle 

Messages : 859
Age : 17

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Dim 2 Aoû - 22:19

Holalala, j'ai bien fait de pas me coucher, j'aurai pas vu le chapitre ! c:

Excellent excellent tout ça, tout est très bien amené, une écriture qui m'a l'air impeccable, Ténéfix est toujours vivant... Un excellent chapitre ! :)

_____________________________________________



images bg:
 
Membre Noir
Viktyny 
Membre Noir 

Messages : 2087
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Mer 5 Aoû - 12:00

Oh oh oh oh oh j'adores ce chapitre tu t'ameliores de plus en plus mon petit Unpuis :)
Le denouement approche je stress trop !

_____________________________________________

Nous avons peut-être le même arrière-arrière-arrière-grand-père en commun ! Tu as fouillé dans tes archives récement ? 





Membre Noir
SimiaK 
Membre Noir 

Messages : 2947
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Sam 8 Aoû - 18:49

Ton dessin arrives t'inquiètes, j'ai eu des imprévus mais je te le fait bientôt ! ♥

(le chapitre est bien sur toujours aussi génial, heureusement que tu laisses des survivants, genre Ténéfix ou Aragon ♥)

_____________________________________________

Tout est relatif sauf ce qui ne l'est pas

Je ne jures que par trois choses.
La Folie                                                          La Dépression


et la manière incroyable qu'on a de pouvoir se foutre de ce qui ne nous intéresse pas


 
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Lun 17 Aoû - 12:43

Le dernier chapitre de la "Secte de Felicae" arrivera prochainement, mais j'ai plus de boulot que je ne l'aurait cru en revenant de vacances ^^

Puis je voulais que vous voyez le superbe avatar que m'a fait SimiaK sur ce thème justement <3

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12
Membre Noir
SimiaK 
Membre Noir 

Messages : 2947
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Lun 17 Aoû - 13:02

(HQ ici : http://www.pixenli.com/images/1439/1439812951031523300.jpg )

_____________________________________________

Tout est relatif sauf ce qui ne l'est pas

Je ne jures que par trois choses.
La Folie                                                          La Dépression


et la manière incroyable qu'on a de pouvoir se foutre de ce qui ne nous intéresse pas


 
Membre Diamant
Karasu 
Membre Diamant 

Messages : 696
Age : 12

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Mer 19 Aoû - 22:44

SimiaK,de l'encre coule dans tes veines ♥
Je cherchais le fin mot de l'histoire mais je vais attendre gentiment ♥

_____________________________________________

Team BG:

Ceux qui vont sur la CB connaissent "mon J'y go d'agenau!"

Oh:Merci à Célia2312 pour cette fripouille bg.
Attends!J'ai deux trois choses à te montrer aussi!Ca vient de mon jeu favori.

Look ca:
Minifilm:
 
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 27 Aoû - 11:16

Et voici le dernier chapitre de cette seconde partie de ma Fic! Je remercie les lecteurs qui me suivent et me font part de leurs avis, ainsi que mon cher correcteur Libra :3

PS: commentaire sous spoil pour éviter de gâcher des surprises ;)

Chapitre final : Quelques promesses irréalisables.
 
Le Clan venait d’achever le dernier Teraclope lorsqu’arrivèrent Marie, AZ et Aragon. Ce dernier fut rapidement pris en charge par deux membres du clan pour le conduire dans un établissement médical. Edith fut surprise de voir qu’AZ était à nouveau conscient et elle le fut plus encore lorsqu’il leur indiqua qu’il fallait à tout prix qu’ils se rendent à Cromlac'h.
 
-                     Attendez, mes agents sur place n’ont noté aucune perturbation pour le moment, ils me préviendraient directement s’il y avait de quoi s’inquiéter.
-                     Je connais précisément l’endroit où se trouve l’Arme, dit AZ. Nous pouvons nous y rendre directement pour éviter que ces gens ne l’activent.
 
Edith fixait le Roi géant avec une certaine méfiance. Elle regarda autour d’elle. Hector, Blanche, Estelle, Marie, quelques membres du Clan et une partie de la Troupe. Il y avait d’autres personnes présentes au Q.G, sans oublier Frederick et Henry, qui étaient en partie rétablis, ainsi que les Stone. Si la situation venait à dégénérer, ils auraient besoin de tous leurs effectifs.
 
-                     On va y aller, finit-elle par dire. mais nous allons repasser au QG pour nous équiper et pour prévenir mes agents. Il est probable que nous devions affronter le gratin de cette fichue secte.
-                     Il ne faut pas perdre de temps.
-                     Et il ne faut pas non plus se jeter dans la gueule du Démolosse sans préparation, répondit la jeune sage. Xatu ? 
 
Le Mentaliste acquiesça et, alors que des aides soignants, appelés sur place pour s’occuper des survivants, arrivaient avec l’aide de Pokémon volants, le Clan se téléporta à leur QG. Mais personne ne remarqua qu’un Pokémon très discret s’était joint à eux pour ce voyage…

 
François Lumen et les 3 derniers Seigneurs de Felicae venaient de traverser une faille qui les avait amené dans les profondeurs de Cromlac'h, plus précisément dans le complexe que la Secte avait fabriqué depuis la découverte de l’Arme Suprême pour exploiter cette dernière. Les suivants, des centaines de Munja, gorgés d’âmes. Il n’y avait aucun autre membre de Felicae présent sur place. Une machine destinée à maîtriser l’Arme avait été construite et disposée là par le Professeur Nessmad. Mais François Lumen lui avait demandé de rester dans son laboratoire secret, et il avait donné les instructions nécessaires au réveil d’Yveltal à Pyst et Oscar.
 
Les Munja se disposèrent machinalement pour former un large cercle. Au centre de celui-ci, l’Arme. Si elle avait 3000 ans d’existence, elle semblait pourtant être comme neuve, comme si le temps l‘avait épargnée. Elle possédait trois parties bien distinctes. Au centre, de longues tiges de cristal s’élevaient vers le plafond. De part et d’autre, deux grands globes de métal semblaient renfermer quelque chose… mais quoi ? Il était impossible de le dire tant qu’ils étaient clos.
 
Attablés à la machine, Oscar et Pyst suivaient les instructions du Professeur et réglaient les équipements. Il ne leur fallut guère longtemps pour activer l’Arme. Cependant, celle-ci avait besoin d’un temps de chargement avant de s’enclencher.
 
-                     Nous avons largement le temps avant que l’Arme ne s’active, expliquait Pyst à François Lumen et Herba. Lorsque la machine du Professeur aura accumulé assez d’énergie, celle-ci sera transmise à l’Arme qui pourra ouvrir l’un des globes de métal.
-                     Celui dans lequel se trouve Yveltal ? demanda Herba.
-                     C’est plus ou moins ça, continua l’Aquali. Le globe est en vérité une faille semblable à celles que nous utilisons pour les déplacements de Felicae. Nous avons réglé l’Arme pour que le globe lié à Yveltal s’ouvre.
-                     Et Yveltal débarquera alors devant nous, dit François Lumen, souriant et confiant.
-                     Sous forme de Cocon, oui. Mais il ne le restera pas très longtemps, puisque la présence d’autant d’âmes dans la pièce réveillera Yveltal qui déchirera son Cocon pour se sustenter.
-                     Et une fois que ce sera fait, il nous obéira au doigt et à l’œil, dit joyeusement Oscar, qui revenait du fond de la salle où il avait attaché Spectra. Commencera alors une nouvelle ère !
-                     Notre Ère, mes amis ! dit le Guide de Felicae. Nous répandrons la mort sur toutes les régions du monde, et nous en deviendrons les Maîtres, comme je vous l’ai promis dès votre naissance. Ce n’est plus qu’une question de temps.
-                     Et si le Clan se montre ? demanda Pyst.
-                     Ils ne pourront pas arrêter 3 Seigneurs de Felicae à eux seuls, dit Herba. Et puis, nous bénéficierons en plus bientôt de toute la puissance d’Yveltal.
-                     Néanmoins, il a raison de rester inquiet, dit François Lumen. Seigneur Herba, Seigneur Pyst, allez donc faire un tour à Cromlac'h pour vous assurer qu’ils ne se dresseront pas en travers de notre route une fois de plus, mais revenez dès que le Rayon de l’Arme percera le plafond. Vous devriez pouvoir le voir depuis l’extérieur.
 
Les deux Seigneurs de Felicae acquiescèrent et se dirigèrent vers le village. Ils avaient bien l’intention de s’amuser une dernière fois avant le réveil d’Yveltal. François Lumen les regarda partir, puis, quand ils furent hors de son champ de vision, il se retourna vers Spectra, attachée aux fils d’Oscar plus loin dans la gigantesque salle. Il avait sur le visage une expression de folie, ses traits s’étant déformés. Jamais la demoiselle aux fantômes n’avait vu celui qu’elle prenait jusqu’alors pour un héros avec une tête pareille, presque inhumaine.
 
-                     A nous, maintenant, ma très chère Spectra.
 
François Lumen commença à s’approcher de la jeune femme qu’Oscar maintenait attachée. Celle-ci ne dit rien, elle fuyait son regard, ne pouvant croire à cette trahison. Pour elle qui avait toujours cru en la bonne foi de Felicae, c’était un coup très rude. Ce n’est que lorsque François Lumen attrapa de sa main son visage que Spectra regarda François Lumen dans les yeux. Ceux-ci brillaient d’une lueur bleutée, qui semblait danser au même rythme que les flammes des Mélancolux.
 
-                     Alors ? Qu’est-ce que ça vous fait de connaître les véritables intentions des Seigneurs de Felicae ?
-                     Depuis le début, c’était votre objectif ? demanda-t-elle en essayant de détourner le regard.
-                     A dire vrai, c’est bien plus compliqué que cela, dit Oscar. Mais maintenant, au point où nous en sommes et après tous les services rendus, nous vous devons bien la vérité. Qu’en pensez-vous ? Maitres Mélancolux ?
 
Ces derniers mots firent l’effet d’une bombe en Spectra qui cessa de résister à l’étreinte de François Lumen. Elle changea la direction de son regard pour observer le dessus de la tête de son opposant. Les 4 Mélancolux ne bougeaient pas plus que d’habitude. Ils étaient là depuis que tout a commencé, mais pourtant ne se sont jamais démarqués. Spectra avait toujours cru qu’il s’agissait des Pokémon personnels de François Lumen, et qu’il les utilisait pour « montrer la lumière », et l’indiquer lui, comme un Guide. C’était presque devenu une symbolique à ses yeux. Mais maintenant, tout était différent.
 
-                     Comment ça… Mélancolux… ? commença-t-elle.
-                     Laissez-moi vous raconter une histoire, reprit Oscar. Il y a de cela 8 ans, Felicae n’était qu’une petite communauté qui résidait déjà au Mont Mémoria. Archibald Lumen en était le fondateur. Il prêchait le respect des morts, par de-là, ho, rien de plus que de simples prières et cérémonies. Puis le chemin de la Famille Lumen croisa celui de 4 Pokémon au passé bien chargé.
-                     Nous autres, Mélancolux, venions de subir quelques événements désastreux, continua François Lumen, dont l’expression n’avait pas changé. Mais nous avions décidé de nous reprendre en main. Aussi avons-nous élaboré de nouveaux plans. Et Felicae était une aubaine.
-                     Archibald Lumen fut tué. Il n’était pas assez charismatique pour que des hommes acceptent de faire des attentats en son nom. Mais son fils, François, rentrait bien plus dans les critères.
-                     Évidemment, le pauvre François n’était pas enclin à nous obéir aussi facilement, continua la voix de François lui-même. C’est pour cela que nous l’avons assassiné, lui aussi. Mais nous avons pris énormément de soin à conserver le corps. Apprendre à nous coordonner tous les quatre pour prendre possession du corps ne fut pas tâche aisée cependant. Il nous fallut plusieurs jours pour complètement maitriser la manipulation du corps. Le plus dur étant pour les cordes vocales ! Le plus gros souci de cette manipulation était que nous devions toujours être postés au-dessus de sa tête pour influencer les mouvements du cadavre, sans quoi, notre prestation ne ressemblerait à rien. 
-                     Ainsi, sous le visage de François Lumen, mes Maitres ont changé la face de Felicae, continuait Oscar. Usant de son charisme et de grands discours, il a attiré les foules en leur promettant de faire revenir les morts à la vie.
-                     Il y a une chose que nous avions bien comprise. Si nous promettons même l’impossible à quelqu’un, il nous suivra aveuglément, tant que c’est ce qu’il désire. Même vous, Spectra, êtes tombée dans nos machinations tête baissée, juste parce que nous vous promettions le retour de votre sœur jumelle. Et il en va de même pour tout le monde, la promesse vous a aveuglée. Vous en étiez même venue à éprouver des sentiments pour François Lumen, pour un cadavre ambulant ! 
 
Les mots continuaient de sortir de la bouche de François Lumen. Pourtant, Spectra le savait, ces mots étaient dictés à la dépouille par les Mélancolux qui avaient pris possession du corps comme d’une poupée de chiffon, comme d’une marionnette. Ces mots, la vérité si longtemps ignorée, étaient d’autant plus douloureux à écouter que Spectra se sentait sotte d’avoir été manipulée à ce point dès le début.
 
-                     Nous devons reconnaître cependant que tous les mérites ne nous reviennent pas, continua le cadavre. Nous n’aurions jamais mené ce projet à terme sans l’aide de quelques personnes. Le Professeur Nessmad, tout d’abord, fut une véritable bénédiction ! Un génie, qui se mettait au travail sans poser de question. Grâce à lui, nous avons eu de quoi conserver le corps de François aussi intact que s’il avait toujours été en vie. Et grâce aux travaux que nous lui avons confiés, il a été en mesure de créer Oscar.
-                     Ne soyez pas jalouse, Spectra, mais j’étais la seule et unique personne au courant de l’identité véritable de notre Maître. En vérité, c’est pour les aider à manipuler le corps que je suis né, moi et mes dons de marionnettistes. Vous le sentez en ce moment, mes fils invisibles sont capables de maintenir aisément un corps en mouvement ! Ainsi, il m’arrivait de remplacer de temps en temps un Mélancolux lorsque ceux-ci fatiguaient de constamment manipuler François Lumen.
-                     Pourquoi ne pas avoir prévenu les autres Seigneurs ? demanda Spectra.
-                     Parce que nous n’avons pas le désir de partager le Pouvoir avec eux ! lança joyeusement Oscar.
-                     C’est nous seuls qui maîtriseront Yveltal, continua François Lumen. L’heure de notre Gloire est bientôt arrivée ! Et vous serez en première loge.
 
Spectra voulut répliquer, mais le corps de François Lumen lui plaqua violemment un bâillon dans la bouche de sorte que plus aucun son ne puisse en sortir. Puis il se déplaça pour se placer juste au devant d’un des Globes. Le Globe d’Yveltal.
 

 
Le QG du Clan Distorsion était en effervescence. Tout le monde courrait dans tous les sens, à la recherche d’objets, armes, ou de compagnons. Le départ pour Cromlac'h avait été fixé pour 18 heure pile, et ils étaient rentrés de la Ligue à 17h30, ils n’avaient donc pas le temps de se reposer. Tous les membres du Clan étaient conviés à cette mission. La Troupe du Cirque, malgré quelques exceptions comme Mr.Mime, participerait aussi à l’assaut. Enfin, Henry, Hector, Blanche et Marie comptaient eux aussi mettre un point final à cette histoire.
 
Edith était prête et attendait l’arrivée des autres membres. La Troupe, AZ et 4 membres étaient déjà présents lorsque Frederick et Estelle Hamers arrivèrent, suivis de Smogogo et Nidoqueen.
 
-                     Tu as déjà prévenu ceux que tu as posté à Cromlac'h ? demanda Estelle.
-                     Je m’apprêtais à sonner à Olivier, dit Edith en saisissant son Pokématos.
 
Elle composa rapidement le numéro souhaité via son appareil et la communication commença.
 
-                     Allô ? Olivier ? Tu me reçois ?
-                     C'est-à-dire que c’est pas trop le momAAAARGHH!!!
-                     Olivier ?! Hey, qu’est-ce qui se passe ?
 
Mais son correspondant n’était malheureusement plus en état de répondre quoi que ce soit. Edith baissa effarée son Pokématos et regarda les membres de son Clan qui arrivaient sur place pour une nouvelle téléportation. Les événements de Felicae avaient réduit drastiquement les effectifs du vieux Clan de Sinnoh. Le Clan était-il destiné à disparaître, maintenant que Giratina est scellé à jamais dans le Monde Distorsion, sans aucun moyen d’ouvrir le passage depuis l’extérieur ? Tout cela commençait à inquiéter Edith. Mais pour l’heure, il y avait urgence.
 
-                     Allez ! Dépêchez-vous !
 

 
Herba et Pyst étaient en train de remuer Cromlac'h comme jamais. À eux deux, ils avaient assassiné sans le moindre remord plusieurs touristes et habitants. Des dresseurs s’étaient mis à répliquer, mais ils n’étaient pas de taille contre les deux Seigneurs de Felicae. Ils étaient encore 3 dresseurs à lutter contre eux. Parmi eux, il restait un des 5 membres du Clan Distorsion qui avaient été postés là par Edith, un certain Patrick. Les autres s’étaient fait massacrer par les Seigneurs. Les Pokémon des derniers résistants, un Empiflor, un Lainergie et un Phyllali, étaient déjà affaiblis par leur combat. Pyst et Herba se tenaient droits et fiers, dédaigneux même, face à ces Pokémon qu’ils s’apprêtaient à tuer. Herba pointa alors son bras à la Rose bleue, prête à en finir avec son puissant Bomb’Beurk.
 
Mais un bruit l’alerta avant qu’elle ne tire et, en se retournant, elle vit de nouvelles cibles bien plus intéressantes à son goût. Le Clan Distorsion venait d’arriver.
 
Le Bomb’Beurk résonna tel un coup de canon et les arrivants durent vite s’écarter les uns des autres pour éviter, de justesse, l’attaque d‘Herba. Pendant qu’ils avaient leur attention détournée, les deux Seigneurs ne firent pas attention aux 3 Pokémon qui en profitèrent.  Herba n’y fit pas plus attention que si elle avait été piquée par un moustique, Pyst rentra dans une colère noire et, sous forme de torrent, prit l’initiative de d’abord en terminer avec eux avant de commencer avec de nouveaux adversaires.
 
-                     Toujours prendre les pions adverses, car s’ils sont moins dangereux, ils le restent un minimum ! lança-t-il en ôtant la vie aux dresseurs en les noyant dans son propre corps.
-                     Quand tu auras fini avec tes pions, tu voudras bien me donner ta stratégie pour qu’on se débarrasse des autres pièces de l’échiquier ? demanda Herba, avec une pointe d’agacement dans la voix.
-                     Ho c’est bon, ils vont se … HEY !!!
 
Le Clan Distorsion, AZ en tête pour montrer la direction, courrait vers les vieux menhirs sur la place de Cromlac'h. C’était en dessous d’eux que l’Arme était disposée. Le Clan n’avait pas du tout l’intention de les attaquer, mais seulement de stopper l’Arme.
 
-                     Ils ne doivent pas empêcher l’Arme de s’activer ! cria Herba.
-                     Pas si proches du but ! continua Pyst qui, sous forme de Torrent, fila soudainement à haute vitesse pour les rattraper.
 
Mais il n’eut pas l’occasion de les rejoindre, puisqu’un gigantesque rayon sortit du sol, au centre même du cercle que constituaient les menhirs. Ce rayon, qui mêlait toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, était à la fois magnifique et terrible à regarder. Le Clan, la Troupe, Pyst et même AZ s’étaient soudainement stoppés en le voyant s’élever vers le ciel.
 
-                     Courrez ! cria AZ qui fit volte face pour courir dans le sens inverse et s’éloigner du rayon.
 
Tous l’écoutèrent sans attendre. Lorsqu’ils furent à bonne distance, Marie se permis de jeter un coup d’œil en arrière et assista à la scène. Le rayon semblait soudain redescendre et frappa le sol, qui se décomposa pour créer un gigantesque cratère. AZ stoppa net sa course et, à nouveau, fut imité par le reste du groupe. Silencieusement, tous s’approchèrent du cratère, même Herba et Pyst.
 
Le cratère donnait tout simplement sur la gigantesque salle de l’Arme Suprême. On y voyait l’Arme, ainsi qu’un étrange Globe en métal. Au pied de l’Arme, un homme en toge bleue, au-dessus duquel flottaient 4 Mélancolux, faisait face à un gigantesque Cocon.
 
-                     Ça y est ! cria Herba en sautant dans le cratère pour atterrir sans encombre malgré 8 mètres de chûtes.
-                     Notre nouvelle ère va commencer ! dit Pyst qui, sous forme de torrent, rejoignit Herba.
 
Depuis le dessus, les hommes et Pokémon regardaient la scène avec effroi. Le Cocon était en train de bouger. Yveltal se réveillait.
 
-                     Téléportez-nous en dessous, dit AZ.
-                     On arrive trop tard, dit Edith. Si on y va, Yveltal va tous nous tuer.
-                     Nous pouvons encore l’arrêter, répondit le Roi Géant. Si vous me faites confiance, nous pouvons le faire !
 
Edith hésitait. Affronter Yveltal, le Pokémon de la Mort… était-ce vraiment une bonne idée ?
 
-                     Qu’est-ce qu’on attend ? cria Estelle.
-                     On ne peut pas les laisser gagner comme ça ! poursuivit Marie.
 
Les cris de ces jeunes filles ramenèrent soudainement Edith à la réalité. Elle inspira un grand coup et fit face à son Clan qu’elle dirigeait.
 
-                     Il s’agira peut-être du dernier combat du Clan Distorsion, dit Edith. Mais je compte sur vous pour que ce ne soit pas le cas !
 
Les membres du Clan approuvèrent par des cris positifs et encourageants, Frederick et Eden en tête. Edith adressa un regard à la bande de Jotho, qui eux aussi manifestaient leur désir d’en découdre avec Felicae. Puis elle fixa Xatu, qui attendait ses ordres.
 
-                     On y va ! cria-t-elle.
 

 
Dans la seconde qui suivit, Abra, Xatu et Mistigrix avaient téléporté l’ensemble des opposants de Felicae quelques mètres plus bas, dans la grande salle qui accueillait l’Arme. Ils remarquèrent alors ce qu’ils n’avaient su voir depuis le cratère. Des centaines de Munja formaient un cercle et Spectra était maintenue plus loin en l’air par des liens invisibles. Les voyant arrive,r Pyst éclata d’un grand rire.
 
-                     Décidément, votre bêtise atteint des sommets !
-                     Vous jeter ainsi dans la gueule d’Yveltal, quelle idée idiote ! poursuivit Herba.
-                     Vous n’avez pas encore gagné, dit AZ, appuyé par les cris du Clan.
-                     Je ne vois vraiment pas comment vous pourriez encore éviter l’Échec et Mat ! Vous n’êtes plus…
 
Pyst n’eut pas le temps de terminer sa phrase. Une longue plainte venait de s’échapper du Cocon et François Lumen recula de quelques pas sur le côté. Une tête rouge et noire venait de le percer. Le Pokémon se dégageait de plus en plus de sa prison. Comme fasciné, l’Aquali s’approcha du Cocon avant de refaire face au Clan, avec un grand sourire.
 
-                     Vous voyez ! dit Pyst. Yveltal est désormais en notre pouvoir ! Et rien ni personne ne pourra venir contrarier nos p…
 
Encore une fois Pyst fut interrompu, mais de manière beaucoup plus violente. Yveltal, en écartant brusquement ses ailes, avait fait voler en éclat son Cocon dont les lambeaux semblaient s’effacer et, de la gueule du Pokémon, un rayon noir comme les ténèbres s’échappa pour frapper Pyst de plein fouet. L’Aquali eut tout juste le temps de crier en recevant le choc. Puis, quand l’attaque eut cessé, il tituba et tomba. Son corps, en s’écrasant sur le sol, se liquéfia complètement. De Pyst, Seigneur de Felicae, il ne restait plus qu’une simple flaque d’eau. Il était Échec et Mat.
 
Tous les regards faisaient désormais des vas-et-viens de la flaque à Yveltal. Les opposants de Felicae avaient du mal à comprendre ce qui venait de se passer et, dans leur rang, seul AZ ne paraissait guère surpris de la mort de celui qui, pourtant, était parvenu à le plonger dans le coma. Ils étaient nombreux à regarder Yveltal avec une peur croissante de seconde en seconde. Mais la plus effarée de toutes, c’était Herba. Son corps était pris de tremblements incontrôlables. Oscar, au contraire, riait aux éclats tandis qu’Yveltal s’étirait légèrement, comme après une longue nuit de sommeil. François Lumen, lui, n’avait pas bougé. 
 
-                     Qu’est… Qu’est-ce que ça signifie … ? dit Herba.
-                     Cela signifie que le Seigneur Pyst ne nous était plus d’aucune utilité ! lança Oscar. Et il en va de même pour vous, ma chère Herba !
-                     Oscar, salopard ! cria-t-elle en se ressaisissant soudain. Je refuse de crever comme ça !
 
Herba laissa alors s’échapper son Doux Parfum, ses puissantes et irrésistibles phéromones, en les dirigeant vers le Pokémon Légendaire. Yveltal cessa subitement de s’étirer et regarda Herba de ses yeux bleus nuits. Pendant un instant, Marie cru qu’il était tombé sous le charme de la Seigneur de Felicae, comme des centaines d’individus masculins auparavant. La Roserade elle aussi y croyait puisqu’elle poussa un soupir de soulagement et regarda Oscar avec défi. Mais l’Oiseau de la Mort rugit et envoya un nouveau rayon mortel droit sur Herba, qui, surprise, ne put l’éviter. Elle s’écroula, comme Pyst auparavant, son corps s’assombrissant, se fanant, se desséchant. Sa terrible attraction n’avait eu aucun effet sur le Monstre. Oscar continuait de rire comme jamais personne n’avait rit sous son masque.
 
-                     Vous voilà punis d’avoir pensé pouvoir contrôler la Mort, dit AZ. Je l’avais prédit, Yveltal n’a pas de Maître.
-                     Au contraire ! lança joyeusement Oscar. La mort des Seigneurs Pyst et Herba était programmée depuis le jour même de leur conception ! Maintenant, Maitres Mélancolux et moi-même allons devenir les Maître du Monde. Nous ne partagerons avec personne ! Et c’est vous qui serez nos premières victimes !
-                     Maitres Mélancolux ? s’exclama Blanche. Attendez, c’est quoi ce bazar ? 
-                     Il n’y a pas de Mélancolux, où c’est moi qui voit mal ? demanda Estelle.
 
Aux mots d’Estelle, Oscar fut soudainement pris d’un horrible doute. Cela ne pouvait être vrai, cette jeune fille devait se tromper. Il se tourna lentement vers François Lumen, qui n’avait pas bougé depuis qu’il s’était écarté, quand Yveltal était sorti du Cocon. Au-dessus de sa tête, il n’y avait plus rien. Les Mélancolux avaient disparu. Et Oscar comprit. Lui aussi avait été trahi.
 
-                     Non… Ce n’est pas possible… Vous… Vous m’aviez promis ! Maitres Mélancolux !
 
Ses cris attirèrent l’attention d’Yveltal qui s’avança vers le Tutankafer. Quand celui-ci s’en rendit compte, il délivra Spectra de ses fils pour les utiliser et manipuler, comme il l’avait fait à plusieurs reprises déjà, le corps de François Lumen. Le cadavre du jeune homme décédé 8 ans auparavant se déplaça ainsi subitement entre Yveltal et Oscar.
 
-                     Nous avons accompli le Rituel, tu dois m’obéir ! cria Oscar en faisant bouger les lèvres de François Lumen en même temps, à la manière d’un ventriloque.
 
La marionnette était manipulée sous le stress et la peur, et ses mouvements désarticulés n’avaient rien d’humain. A bien des égards, c’était une piètre prestation. Aussi Yveltal y mit fin, en lançant un troisième Rayon Mortel, qui toucha non seulement François Lumen, mais aussi Oscar.
 
Lorsque le dernier Seigneur de Felicae fut touché par l’attaque, son sarcophage explosa en plusieurs morceaux. Durant la dernière seconde de son existence, de terribles mots revinrent à l’esprit d’Oscar : « Si nous promettons même l’impossible à quelqu’un, il nous suivra aveuglément, tant que c’est ce qu’il désire ». Puis le masque tomba par terre, se fissurant.
 
Le corps de François Lumen, quant à lui, commença à se décomposer à la vitesse de l’éclair, perdant d’un seul coup les 8 années de préservation que les Mélancolux lui avaient prodiguées. Du corps et du visage même de Felicae, il ne restait plus qu’un amas de chair brune et puante.
 
Yveltal regarda, presque avec curiosité, les restes de ses victimes. Le Clan retint son souffle quand il tourna son regard dans leur direction. Mais, heureusement, le Pokémon décida soudainement de plutôt s’intéresser aux Munja et aux âmes dont il allait pouvoir se délecter. Grâce à ses puissantes ailes, il fit un gigantesque bond et atterrit à la circonférence du Cercle que formaient les Munja, qui se laissèrent dévorer par le Pokémon Légendaire un à un.
 
-                     Qu’est-ce qu’il fait ? demanda Henry.
-                     Il fait ce pourquoi il s’est réveillé, dit AZ. Il a senti la présence des centaines d’âmes au travers des Munja, ce qui l’a entraîné à détruire son Cocon.
-                     Et lorsqu’il les aura tous mangé, il va se rendormir ? demanda Rosa avec espoir.
-                     J’en doute.
 
Les regards se tournèrent vers Spectra qui venait de les rejoindre. Délivrée de l’étreinte d’Oscar, elle avait retiré son bâillon.
 
-                     Qu’est-ce que tu nous veux ? demanda Edith avec méfiance.
-                     Rien de mal, affirma-t-elle. Moi aussi, j’ai été trahie par les Mélancolux, alors je n’ai plus de raison de m’opposer à vous.
-                     Mais enfin, quels Mélancolux ? demanda Frederick.
-                     Je pense en avoir vu trois ou quatre depuis le cratère, tantôt ! intervint un membre du Clan.
-                     Ce seraient… les Mélancolux de la Troupe ? demanda Henry.
-                     Ce sont eux qui ont attaqué le Cirque, dit Hector.
-                     Et ce sont eux qui manipulent Felicae depuis le début, dit Spectra.
-                     Mais pourquoi voulaient-ils réveiller Yveltal s’ils ne peuvent pas le contrôler ? demanda Marie.
-                     Je l’ignore, dit Spectra. Mais ils ont probablement une idée derrière la tête.
-                     De toutes façons, on doit empêcher Yveltal de s’échapper d’ici, sinon il ira répandre la Mort sur les alentours, qu’il ait un Maître ou non, dit Blanche.
-                     Les âmes des Munja ne lui suffiront vraiment pas ? demanda à nouveau Henry.
-                     Non, répondit AZ. Il y en avait tout juste assez pour qu’il se réveille. Mais pour créer un nouveau Cocon, il a besoin de plus d’âmes.
-                     Vous aviez dit tout à l’heure que tout n’était pas perdu, AZ, dit Edith. J’espère pour vous que vous ne m’avez pas menti.
-                     Non. Nous allons simplement lui donner les âmes nécessaires et l’obliger à retourner dans son Cocon.
-                     Comment ça, lui donner les âmes nécessaires ? demanda Eden. Vous voulez dire que… qu’on doit mourir ?
-                     Non.
 
Cette affirmation rassura les hommes et Pokémon présents. Yveltal, lui, ne faisait pas attention à ce qui se passait autour de lui. Il continuait d’attraper les Munja dans son bec noir et à les avaler. Il en était à son onzième. AZ, lui, regarda Spectra.
 
-                     Vous êtes capable de créer un portail vers le Monde des Morts, pas vrai ?
-                     En effet, mais je ne peux pas l’ouvrir, vous le savez parfaitement.
-                     Vous peut-être, mais moi, si, affirma le Roi Géant.
-                     Qu’est-ce que vous racontez ? demanda Blanche, sans comprendre.
-                     Vous allez attaquer Yveltal tous en même temps, dit AZ. Il ne saura où donner de la tête. Si vous le voyez préparer son attaque Mort-Ailes, faites tout votre possible pour l’esquiver. Restez très attentifs. Pendant ce temps, je vais me saisir d’âmes du Monde des Morts et m’en servir comme d’un tissu pour recouvrir Yveltal. Quand il y en aura assez, il retournera de lui-même à l’état de Cocon. Affaiblissez-le et cela se fera plus rapidement.
-                     Compris ! dirent en chœur tous les membres du Clan avant de donner des ordres à leurs Pokémon qui se précipitèrent vers Yveltal. Mais Spectra, elle, semblait soucieuse.
-                     Les âmes que vous allez utiliser… que va-t-il leur arriver ?
-                     Elles serviront de Cocon.
-                     Et donc, elles seront détruites ?
-                     Je ne sais pas. Peut-être.
-                     Je ne peux pas faire ça… dit Spectra.
-                     Jeune fille, votre respect pour les Morts est admirable, dit AZ. Mais ne commettez pas la même erreur que moi. Si vous devez choisir entre les morts et les vivants, choisissez ces derniers. 
 
Spectra regarda tristement AZ, puis soupira. Elle joignit ses mains en une prière et créa une fenêtre sur le Monde des Morts. AZ, d’un vigoureux coup de poing, brisa la dites fenêtre et plongea sa main dans le Monde des Morts. Il en sortit des masses mi-liquides, mi-solides, comme des tissus poisseux et blancs pâles. Des cris de douleurs et des lamentations s’échappaient du Monde des Morts, mais AZ n’y faisait pas attention. Lorsqu’il eut sorti assez de cette étrange matière, il se dirigea en courant vers Yveltal. Spectra, elle, maintenait le passage ouvert.
 
Le combat avec l’Oiseau de la Mort faisait rage. Détourné des Munja par les attaques, Yveltal regardait tous les Pokémon et les humains s’agiter autour de lui. Les attaques n’étaient pas là pour le mettre à mal, mais se sentir agressé ne lui plaisait pas. Aussi, grâce à de vigoureux gestes de ses puissantes ailes, il envoya promener les Pokémon les plus proches puis, avec Ball’Ombre, en attaqua d’autres. Cependant, il était seul contre tous et ses adversaires avaient la rage de vaincre.
 
Henry avait appelé Arcanin et Elekable pour participer au combat, avec leurs combinaisons d’attaques feu et électrique. Le Cisayox d’Hector, comme à son habitude, dirigeait la cohue avec ses frappes rapides et puissantes à la fois et l’Ecremeuh de Blanche frappait violemment Yveltal de tous les côtés avec Roulade. Accompagnée par Canarticho, Insolourdo, Simiabraz, Jungko et Pijako, Kaede, le Chinchidou de Marie, était montée sur le dos-même d’Yveltal. Ensemble, ils frappaient le Monstre directement et détournaient son attention si bien qu’il ne savait où frapper. Le Smogogo de Frederick et le Nidoqueen d’Estelle, obéissant à ces derniers, s’étaient joints à Eden et Aligatueur pour attaquer de loin. Le Sablaireau de Rosa, lui, accompagnait le Scorvol d’Edith pour imiter Cisayox dans ses mouvements. La Troupe aussi se battait avec fureur. Yveltal reçu rapidement un couteau dans son œil droit, jet de Scalproie amplifié par le Mégaphone de Grodoudou, ce qui eut pour effet qu’il se torde soudainement de douleur et ne puisse voir venir les divers rochers lancés par Mistigrix et Betochef. Une terrible charge frappa aussi Yveltal, Tauros dirigeant la cohue et accompagné de Cupcanaille, Limaspeed et plusieurs autres Pokémon du Clan. Puis AZ arriva enfin à la hauteur d’Yveltal et put lui appliquer sur le corps ce qu’il avait ramené du Monde des Morts.
 
Les Tissus d’âmes s’appliquèrent directement, comme par magie, sur le bas du corps de l’Oiseau de la Mort. Mais ce n’était pas encore suffisant pour l’arrêter. Quand il le remarqua, Yveltal rentra dans une colère noire. Alors qu’AZ retournait chercher de nouveaux Tissus vers Spectra, le Pokémon redoubla de vivacité.
 
Se secouant dans tous les sens, il obligea les Pokémon qui l’attaquaient de battre momentanément en retraite. Les Pokémon qui étaient montés sur son dos tombèrent et fuirent eux aussi. Tous sauf Kaede.
 
Le Chinchidou était tombé violemment contre terre et se relevait avec difficulté. Le couteau planté dans l’œil du Pokémon Légendaire tomba. Yveltal, dont l’œil s’était comme régénéré, fixait Chinchidou avec le même regard que celui qu’il avait adressé aux 3 Seigneurs de Felicae et Marie comprit ce qu’il allait faire. Alors qu’Yveltal lançait son attaque Mort-Ailes, Marie se précipita vers Kaede et l’attrapa dans ses bras. Mais l’attaque était déjà lancée et s’apprêtait désormais à les frapper toutes les deux de plein fouet.    
 
Tout le monde retint son souffle. Henry hurla de désespoir, avec la même puissance que Grodoudou qui l’imita en se rendant compte du danger qu’encourait Marie. Mais à l’instant où le rayon aurait dû effacer tout signe de vie du corps de Marie, une petite main froide attrapa la sienne et la poussa en avant de justesse pour éviter l’attaque. Marie tomba ainsi aux pieds du Ténéfix dont elle avait laissé la vie sauve quelques heures auparavant.
 
Celui-ci les avait suivis depuis ce moment, discrètement. Il s’était joint aux téléportations aux derniers moments et était retourné se cacher à chaque fois juste après. Il avait observé Marie avec une certaine admiration. Elle se battait avec courage pour son âge et s’était montrée magnanime envers lui. Alors quand il l’a vue prête à mourir pour Chinchidou, son cœur n’avait fait qu’un bond.
 
Marie se releva et regarda ce Ténéfix qui, subitement, avait l’air un peu gêné.
 
-                     Merci…
 
Puis les assauts reprirent de plus belles.

 
A l’autre bout de la salle, Spectra observait de loin le combat en maintenant le Monde des Morts ouvert. AZ venait de plonger une seconde fois sa main dedans et était en route pour appliquer les nouveaux tissus sur Yveltal. Quand soudainement, les 4 Mélancolux apparurent, juste devant elle. Effrayée, Spectra ferma les yeux, s’apprêtant à être brûlée vive par leurs flammes. Mais après quelques secondes, rien ne s’était passé. Lorsqu’elle rouvrit les yeux, il n’y avait rien. Était-ce un cauchemar qui venait la hanter ?
 
Lorsqu’AZ revint, elle ne dit rien, persuadée d’avoir rêvé. Yveltal était aux deux tiers recouvert désormais, et ces derniers tissus qu’AZ prenait en quantité du Monde des Morts devraient suffire à pouvoir le rendormir. Néanmoins, Spectra devait tenir le Monde des Morts ouvert, sans quoi ces tissus disparaîtraient, avait affirmé AZ. Et c’est dès que le Roi Géant eut le dos tourné que Spectra revit un Mélancolux, sortant du Monde des Morts. Elle étouffa une exclamation de surprise lorsque le Mélancolux lança Flash. La lumière l’aveugla momentanément et elle ne put voir les autres Mélancolux sortir, ni même où ils étaient allés. Lorsqu’elle reprit plein possession de ses moyens, elle constata, à nouveau, qu’ils n’étaient plus là.
 

 
Yveltal avait relancé à 4 reprises son attaque Mort-Ailes depuis l’attaque ratée sur Chinchidou. Heureusement, il n’avait jamais réussi à faire mouche. Le Clan Distorsion ne s’était jamais aussi bien battu qu’avec la Troupe et la bande de Jotho et Ténéfix s’était lui aussi lancé dans le combat. Même si leurs forces faiblissaient à cause de la fatigue, ils savaient que ce n’était plus qu’une question de temps. Enfin, AZ arriva. Il monta sur Tauros qui chargea vers Yveltal. En plaquant le bout des derniers Tissus d’âmes sur le Pokémon, ceux-ci s’agrippèrent automatiquement à sa peau. Désormais, l’ensemble du corps d’Yveltal en était recouvert. A l’endroit où sa peau était d’ordinaire rouge, celle-ci était désormais blanc argenté. Yveltal rugit une dernière fois avant de se calmer. AZ fit signe à tout le mode de se retirer. L'Oiseau de la Mort se dirigea lentement vers là où se trouvait précédemment le Globe de métal dont il était sorti. Puis, revenu exactement à cette place, il poussa un dernier rugissement, tel un avertissement, et une grande lumière l’enveloppa, comme celle d’un Pokémon qui évolue. De retour à l’état de Cocon, Yveltal était désormais calmé. De surcroît, un Globe de métal se matérialisa étrangement, inexplicablement. Tout était revenu à sa place. Exactement comme avant.
 
Tout le monde poussa des cris de joie. Yveltal et Felicae avaient été vaincus, et sans aucune victime humaine. C’était un véritable miracle.
 
Les Munja, comme comprenant que la situation avait changé, commencèrent alors à se déplacer et à quitter l’endroit en s’envolant dans une étrange parade à la queue-leu-leu. Tous passèrent devant le portail que Spectra maintenait toujours ouverte pour permettre à toutes les âmes qu’ils abritaient de trouver le Repos Éternel. Toutes sauf une, qui au lieu de rentrer dans le Portail se positionna aux jambes de sa Sœur encore vivante.
 
Ce ballet qu’offraient les Munja en fuyant était d’une beauté effrayante, mais tout le monde le regardait, sachant qu’il signait la fin de toutes ces mésaventures. AZ en profita pour se rapprocher d’Edith et lui tendit la main.
 
-                     Votre Clan est admirable. Le monde a de la chance de vous avoir, et pour longtemps encore.
-                      Merci, dit Edith en lui serrant la main. Nous n’y serions pas parvenus sans vous.
-                     C’est plutôt moi qui n’aurait rien pu faire sans vous. Vous formez une bien belle équipe.
 
Edith sourit. Le Clan Distorsion était encore bien debout et elle ferait de son possible pour le maintenir encore un bon moment en activité. Elle était confiante.
 
C’est alors que Blanche, ne pouvant se retenir, vomit son petit-déjeuner.

 
La nouvelle de la fin de Felicae fut accueillie partout dans le monde comme un soulagement. La peur que la secte avait fait régner depuis l’attaque d’Atalanopolis par Pyst s’estompait enfin. Le Mont Mémoria fut nettoyé de la présence de la secte et les derniers fidèles s’entretinrent avec Spectra, qui leur expliqua tout ce qui s’était passé et comment ils avaient tous été trahis. Par la suite, elle fonda un nouveau Conseil d’Hoenn avec Aragon et de nouveaux dresseurs au talent prometteur, dont un membre du Clan Distorsion, un certain Michael.
 
Toujours à Hoenn, les funérailles de Ludwig Stones eurent lieu deux jours après l’événement Yveltal. Ils étaient tous présents et Grodoudou fit une chorale des plus harmonieuses pour cette bien triste cérémonie. Eden s’est depuis remise à la peinture, mais peignant désormais plus des scènes de famille qu’elle avait vécue avec son mari défunt et sa fille. Rosa, par ailleurs, avec Sablaireau comme fidèle partenaire, s’est remise en quête des Concours.
 
A Kalos, Frederick a repris son travail d’ingénieur. Estelle, elle, a décidée de se lancer dans l’aventure, comme Marie avant elle, aidée de sa Nidoqueen. Elle compte se spécialiser dans les Pokémon Poison.
 
A Jotho, Hector et Blanche ont prévu de se marier prochainement. En effet, après une visite chez le médecin, il s’est avéré que Blanche était enceinte du membre du Conseil de Jotho. Henry et Marie, qui a décidé de faire une pause dans son aventure pour rester avec son père, les aident dans les préparatifs, avec Grodoudou, Scalproie, Kaede, Papilusion, Tentacool, mais aussi Ténéfix, qui s’est joint à l’équipe de Marie après avoir eu l’aval de Spectra, son ancienne dresseuse. Tout le monde est convié à la cérémonie.
 
Le Clan Distorsion subit une rénovation complète de ses équipements. Ce grand déménagement est orchestré par Edith qui prévoit, entre autre, un autre moyen de surveiller l’entrée qu’un gardien qui risque sa peau. Plus personne n’a de nouvelles d’AZ, qui a disparu à nouveau de la circulation.
 
Et pour ce qui était du Cirque, le Clan s’était cotisé assez largement pour pouvoir leur repayer un Chapiteau et tout l’équipement nécessaire. Promettant de les tenir au courant de leurs futures représentations, la Troupe se remit en route, avec à leurs côtés Canarticho, Insolourdo, Eoko et Grodrive, les anciens compagnons du Seigneur Poutine.
 
Bref, tout ce petit monde est à nouveau en paix. Bien sûr, les êtres chers ne peuvent être remplacés, mais au moins, les vivants ne sont plus tourmentés.
 
Pour le moment.

 
Dans son laboratoire, à Unys, le Professeur Nessmad sirote un Soda Cool. Seuls les Seigneur de Felicae et François Lumen savaient où se trouvait cet entrepôt qu’il avait aménagé pour ses recherches, si bien qu’à la chute de la Secte, personne n’était venu l’y embêter pour régler des comptes. François Lumen avait insisté pour qu’il ne se mêle pas du Réveil d’Yveltal. Mais maintenant qu’il n’avait plus de patron, le Professeur était pris au dépourvu. Que pouvait-il bien faire ? Ses recherches ne seraient bientôt plus financées. Alors qu’il réfléchissait à une solution d’avenir, on frappa à la porte.
 
Évidemment, cela surprit le Professeur Nessmad. Il n’attendait pas de visite. Il lâcha son verre de Soda Cool et ouvrit la porte.
 
La personne qui lui faisait face respirait avec difficulté. Il n’était pas bien grand et se tenait sur deux jambes. Les moindres centimètres de sa peau étaient cachés par des vêtements et sa tête n’était pas visible, effacée par une cagoule. 4 Mélancolux se tenaient au-dessus de sa tête.
 
-                     Je pense que vous avez un objet qui m’appartient, dit la voix fatigué sous l’amas de vêtements.
-                     Vous n’êtes pas François, dit le Professeur en entendant sa voix. 
 
 
Le Professeur, en voyant les 4 Mélancolux qui accompagnaient toujours le Maître de Felicae, avait d’abord cru que cet étranger était son ancien Maître. Mais il était plus petit et sa voix plus vieillie que celle du fils Lumen. Soudain, un des Mélancolux pénétra dans son laboratoire et revint rapidement. Il lança alors à l’étranger un objet qu’il attrapa au vol. C’était une sorte de disque que le Professeur Nessmad se souvenait avoir dû réparer quelques jours auparavant.
 
-                     Parfait ! Professeur Nessmad, j’ai de grands projets pour vous.
 
Les flammes bleutées des 4 Mélancolux scintillaient d’un étrange éclat que le Professeur aurait qualifié d’inquiétant. Leurs machinations s’étaient correctement déroulées, aux moindres détails. Et tout cela simplement grâce à quelques promesses irréalisables. 
 
FIN de la seconde partie « La Secte de Felicae ».

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12


Dernière édition par unpuis le Ven 28 Aoû - 16:40, édité 1 fois
Membre Noir
Viktyny 
Membre Noir 

Messages : 2087
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 27 Aoû - 14:02

Spoiler:
 

_____________________________________________

Nous avons peut-être le même arrière-arrière-arrière-grand-père en commun ! Tu as fouillé dans tes archives récement ? 





Membre Noir
SimiaK 
Membre Noir 

Messages : 2947
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 27 Aoû - 14:07

owwwh j'adore ♥
Je sais pas trop quoi dire à part que j'ai adoré la fin, qu cette deuxième partie était encore meilleure que la précédente, et que je ne m'attendait pas a une suite potentielle (ou peut-être que c'est juste un élément de suspens qui nous laisse imaginer la suite ?).

Bref, un grand bravo et merci a toi mon puis ♥

Spoiler:
 

_____________________________________________

Tout est relatif sauf ce qui ne l'est pas

Je ne jures que par trois choses.
La Folie                                                          La Dépression


et la manière incroyable qu'on a de pouvoir se foutre de ce qui ne nous intéresse pas


 
Membre Platine
Libra 
Membre Platine 

Messages : 1318
Age : 17

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 27 Aoû - 22:15

Un excellent chapitre qui conclut l'excellente seconde partie de cette fiction. Même en en lisant un chapitre toutes les deux semaines tu gardes l'intensité et le souvenir de ce qu'il s'est passé précédemment, et ça c'est top parce qu'il y'a beaucoup de textes dont je dois relire les parties précédentes avant d'attaquer ce que je n'ai pas lu.

Chaque fois que tu m'envoies un chapitre à corriger je suis partagé entre la hâte de le lire et la flemme de corriger cette vingtaine de pages Word qui s'offrent à moi. Mais à la fin ça reste toujours cette envie de connaître la suite, même si flemme de la corriger mais en fait le but c'est de savoir ce qu'il se passe avant tout le monde donc voilà OwO

Spoiler:
 

_____________________________________________




J'aime trop ce forum <3:
 
Membre Perle
Iggy Spring 
Membre Perle 

Messages : 859
Age : 17

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Ven 28 Aoû - 1:32

J'avais promis de lire hier, mais j'ai été appelé par cet affreux bonhomme qu'on appelle le sommeil :c

L'avis du Loupio:
 

Les spéculations du Loupio (parce que j'adore chercher):
 

_____________________________________________



images bg:
 
Membre Noir
SimiaK 
Membre Noir 

Messages : 2947
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Ven 28 Aoû - 11:51

Libra a écrit:
Spoiler:
 
Spoiler:
 

Loupio a écrit:
Spoiler:
 
Spoiler:
 

_____________________________________________

Tout est relatif sauf ce qui ne l'est pas

Je ne jures que par trois choses.
La Folie                                                          La Dépression


et la manière incroyable qu'on a de pouvoir se foutre de ce qui ne nous intéresse pas


 

[Fic] Le Cirque Madyapno

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 7 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

 :: Pokéworld :: Discussions Pokémon-