AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Neverused est en cours de déplacement vers le Forum Pokéstrat
Vous y retrouverez toutes les fiches à jour, avec une présentation bien plus agréable !



 

 [Fic] Le Cirque Madyapno


Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Membre Noir
Viktyny 
Membre Noir 

Messages : 2087
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 1 Jan - 19:40

J'adore le seigneur Poutine ! :D

En fait j'adore l'histoire tout court ^^

_____________________________________________

Nous avons peut-être le même arrière-arrière-arrière-grand-père en commun ! Tu as fouillé dans tes archives récement ? 





Membre Noir
SimiaK 
Membre Noir 

Messages : 2947
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 1 Jan - 19:42

Heil Spinda !

_____________________________________________

Tout est relatif sauf ce qui ne l'est pas

Je ne jures que par trois choses.
La Folie                                                          La Dépression


et la manière incroyable qu'on a de pouvoir se foutre de ce qui ne nous intéresse pas


 
Membre Platine
Cheshire 
Membre Platine 

Messages : 1408
Age : 18

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 1 Jan - 20:31

Super chapitre comme d'habitude hâte de voir la suite !

_____________________________________________

Membre Platine
Lwi 
Membre Platine 

Messages : 1344
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 1 Jan - 22:56

J'avais pas vu que la Fic continuait :0 Super comme toujours !

_____________________________________________

Assistant Base de données
Walksacred 
Assistant Base de données 

Messages : 827
Age : 19

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Ven 2 Jan - 10:14

Seigneur Poutine ( je ne suis pas responsable en cas de volonté de rejoindre la Russie)


_____________________________________________

Merci à Germy pour les avatars qu'elle m'a fait ♥

Plus gros roll de l'histoire de pokémon:
 


Les membres ♥:
 
Membre Emeraude
Adnihilis 
Membre Emeraude 

Messages : 482
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Ven 2 Jan - 11:28

Pourquoi, pendant tout le combat, j'ai eu les Chœurs de l'Armée Rouge en tête ? xD

Super chapitre, comme d'habitude !

_____________________________________________

(Merci Mirror !)
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Ven 2 Jan - 13:14

Très franchement, j'ai écrit ce chapitre en écoutant l'hymne soviétique c:

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Ven 6 Fév - 17:59

Chapitre 4 : Joking, L’épouvantail

- Bienvenue à vous, Seigneur Poutine, déclara François Lumen, assis sur son trône.
- Votre Excellence, dit le Spinda en uniforme tout en faisant un salut militaire, c’est un réel plaisir de vous revoir.

Il faisait face à son Guide. Derrière lui, les trois autres Seigneurs occupaient leur place habituelle. La jeune fille était de retour et se tenait toujours aussi proche de François Lumen. Les mêmes Mélancolux éclairaient la pièce de leur sinistre lueur. Fédéon, le majordome, attendait debout près de l’entrée que venait de franchir le Seigneur Poutine quelques instants auparavant.

- Vous avez reçu, je crois, la visite de quelques personnes au Goulag, pas vrai, Seigneur Poutine ? demanda Oscar d’un air guilleret.
- C’est exact. Ils prétendaient moult sottises sur notre communauté.
- Vous les avez tués ?
demanda l’Aquali, toujours penché sur son jeu d’échecs.
- Diable non ! Je leur ai simplement donné une bonne leçon, pour leur montrer à qui ils ont à faire.
- On ne peut même pas compter sur vous pour nous débarrasser de la vermine ?
Voilà qui est bien triste, répondit l’Aquali en changeant la disposition des pièces.
- Vous feriez mieux de vous taire, Seigneur Pyst, répliqua Poutine. Parce que si je suis ici, c’est en partie pour mettre à jour votre propre incompétence.
- Comment ? dit Aquali, piqué au vif. De quoi parlez-vous ?
- Je veux dire par là que j’ai trouvé l’Arme,
dit calmement Poutine, un grand sourire aux lèvres, sans même le regarder.

La jeune fille, Oscar, Fédéon et même François Lumen poussèrent une petite exclamation de surprise réjouie. Pyst, lui, exprimait toute sa stupeur devant cette nouvelle. Seul Joking, le Cacturne, semblait ne pas être intéressé par l’annonce du Seigneur Poutine.

- Excellent, Poutine ! s’exclama le Guide en se relevant précipitamment. Je vois que je peux compter sur vous !
- C’est un grand pas en avant pour la suite de notre Projet, clama joyeusement Oscar. Une grande réussite !
- Ce n’est rien voyons,
tempéra le Spinda avec un sourire narquois aux lèvres. Après tout, c’est normal, je ne suis pas resté cloîtré au chaud en l’attente d’indices, contrairement à d’autres.
- Qu’est-ce que vous sous-entendez ?
dit Pyst en renversant son plateau de jeu d’échec.
- Simplement que vous aussi, vous avez une mission, Seigneur Pyst, dit Poutine. Et que jusqu’ici, vous ne semblez pas très avancé.
- Et pourtant, je suis sur le point de procéder à la capture de notre homme !
- Ce ne sont pas vos belles paroles qu’on attend, continua le Spinda en uniforme. Mais des résultats !
- Il est vrai que cela fait déjà un bon moment que vous n’êtes pas sorti d’ici, Seigneur Pyst,
intervint la jeune fille. Et avec la découverte du Seigneur Poutine, nous ne devons surtout pas tarder.

L’Aquali semblait désemparé, en colère. Il jeta un regard noir en direction du Spinda puis quitta son siège et se dirigea vers la sortie.

- La prochaine fois que vous me verrez, j’aurai mené à bien ma mission, dit-il sans se retourner. Et croyez-moi, je ne tarderai pas !

Puis il sortit, sans demander son reste. Poutine se dirigea ensuite vers son propre siège et y prit place.

- Tient, Herba n’est pas là non plus ? remarqua-t-il.
- Cette chère Seigneur Herba est en mission, précisa Oscar.
- Et finalement, il n’y a qu’à moi qu’on ne donne rien à faire ! s’exclama le Cacturne en baillant. Je vais finir par prendre Racine si je ne me dégourdis par les épines.
- Justement,
dit François Lumen. J’aurais besoin de tes talents pour venir en aide au Seigneur Pyst.
- Pourquoi l’aiderais-je, ce bon à rien ?
dit Joking, la mine mauvaise.
- Parce que la mission consiste à un massacre dont seul vous avez le secret.
- Je vous écoute,
dit Joking, l’air soudainement plus attentif.

Joking accorda subitement beaucoup d’attention aux consignes du Guide de Felicae. Plus il parlait et plus le sourire sadique s’étalait sur le visage de l’Epouvantail. Il se releva, s’inclina légèrement et partit précipitamment en direction de sa mission, tout en éclatant d’un rire de folie.

- Est-ce bien nécessaire de régler cela par le sang ? s’enquit Poutine.
- Avec eux, j’en ai bien peur, répondit François Lumen.
- D’ailleurs, les visiteurs que j’ai eus au Goulag m’ont raconté une bien drôle histoire d’enlèvement, dit Poutine.
- Vous voulez parler de cet homme ? demanda Oscar.

Poutine, surpris, tourna la tête vers Oscar. Son sarcophage venait de s’ouvrir. A l’intérieur, Henry était embaumé dans de multiples bandelettes, tel une momie. Seule sa tête n’était pas recouverte de tissus. Il était inconscient.




Très cher Seigneur Poutine.
Je vous écris cette missive depuis le Point de recherche numéro 16, à Kalos. L’extraction a porté ses fruits. Ce matin, nous avons en effet mis à jour une première partie de l’Arme. Nous continuons de la dégager en ce moment même afin de la restaurer.
Nous attendons votre visite pour que vous nous confirmiez qu’il s’agit bien de ce que nous cherchions, mais les doutes sont à peine permis en vue de la description donnée par le Professeur Nessmad.


Gloire à Felicae ! signé Marcus

La lettre qu’Estelle avait ramassée au Chalet juste après le départ du Seigneur Poutine avait laissé le groupe perplexe. Celle-ci leur avait appris l’existence d’une « Arme » qui se trouvait à Kalos. Seulement, aucun d’eux ne savait de quoi il pouvait bien s’agir. Mais comme Hector l’avait précisé, le fait que Felicae possède une arme est en soi un signal d’alerte. Ils avaient tous vu chez Poutine ce qui ressemblait à des parcours d’entrainements militaires. Il était donc fort possible que Felicae prépare une guerre … Mais contre qui et pourquoi ? Cela restait un mystère. Ils ne pouvaient pas non plus se rendre directement sur place. D’une part parce que le Seigneur Poutine s’y trouvait surement déjà et qu’il était bien trop fort pour eux, mais aussi parce qu’ils ne savaient pas précisément où elle se trouvait à Kalos.

Quoi qu’il en soit, ils décidèrent ensemble de se séparer. Alors que Marie, Blanche et Hector iraient à Hoenn pour demander de l’aide aux Stones, Estelle et Frederick allaient se rendre à Sinnoh pour retrouver le Clan Distorsion. Car le Clan, malgré la fermeture définitive du Monde Distorsion et la disparition de l’Orbe Platiné, était resté actif, reformant ses rangs petit à petit. Ils disposaient en outre d'une vue d’ensemble de tout ce qu'il se passait dans la totalité des régions, et une bibliothèque très fournie sur l’Histoire globale du monde.

Ainsi Frederick et Estelle débarquèrent rapidement à Sinnoh après un court voyage en bateau. Il leur fallut une journée de marche pour rejoindre les rives du Lac Courage où, caché, se trouvait le QG du Clan Distorsion.

L’entrée était gardée par un jeune homme qui patientait avec son partenaire, un Rapasdepic. Lorsqu’il vit arriver le père et sa fille, il se montra d’abord hostile et menaçant. Puis il reconnu Estelle quand celle-ci lui affirma qu’il avait dû se lever du pied gauche ce matin et leur ouvrit l’entrée en tapant le code, connu de seulement quelques membres hauts placés.

Le QG avait subit d’innombrables rénovations en huit ans. Tout était plus clair et les couloirs étaient moins étroits. Frederick salua quelques connaissances qu’ils croisèrent, mais sans s’arrêter de marcher droit devant, en direction de la Fosse aux Pieux, la salle d’entrainement du Clan. Il s’agissait surement de la pièce qui avait le moins changé depuis leur dernière visite. Les statues de quelques Pokémon légendaires, dont celle de Giratina, semblaient les suivre du regard alors qu’ils s’avançaient au fond de la pièce, en direction du bureau de la Sage. Trois jeunes personnes s’entrainaient sur le côté, un peu trop prêt de la Fosse au goût de Frederick.

Enfin, ils arrivèrent devant la porte et y frappèrent trois coups. Elle s’ouvrit presque immédiatement sur Emma, qui était un peu plus jeune qu’Estelle et qui poussait une chaise roulante. Assise dans celle-ci, fatiguée par l’âge, se trouvait Agatha, anciennement membre du Conseil des 4 du Plateau Indigo, au même titre qu’Hector aujourd’hui, mais aussi l’ancienne Sage du Clan Distorsion.

En effet, se sentant vieillie et affaiblie par le poids des années, Agatha avait décidé de démissionner de son titre de Sage, il y a de cela un an. Elle restait tout de même très influente dans le Clan, mais elle n’y était plus à sa tête.

La vieille femme reconnut immédiatement Frederick et Estelle et leur adressa un sourire, chose qui aurait eu bien peu de chance d’arriver voilà huit ans.

- Tient tient … Frederick et Estelle Hamers, dit-elle. Comment va la jeunesse ?
- Bonjour S … Agatha
, se reprit Frederick. Comment allez-vous?
- Je suis tellement en forme que je pourrais battre au bras de fer les trois jeunes réunis là-bas
, dit-elle en pointant du doigt ceux qui s’entrainaient.
- Le pire, c’est que je n’en doute pas, dit Estelle.
- Que nous vaut la visite de deux habitants de Kalos ? reprit la vieille.
- C’est une histoire quelque peu compliqué … ça concerne Henry.




Pendant ce temps, au dehors, le gardien et son Rapasdepic s’ennuyaient. Il était rare que le Clan reçoive de la visite de personnes extérieures, alors si Frederick et Estelle venaient d’arriver, les chances de voir quelqu’un d’autre débarquer étaient quasiment nulles. Son travail était si monotone que, parfois, le gardien avait peur d’oublier le code, à force de ne s’en servir que quelques fois par mois.

Pourtant, un bruit de branche craquée le fit sursauter. Il crut d’abord que ce n’était qu’un Akwakwak, nombreux dans le coin. Puis il distingua deux silhouettes humaines se diriger vers eux. Le gardien reprit son air bougon et son Rapasdepic prit une position menaçante.

Il y avait en effet un humain, mais la seconde silhouette était un Cacturne, plus grand que la normale. Ils s’arrêtèrent devant le gardien. L’homme semblait un peu mal à l’aise face au gardien et à son Oiseau.

- Dégagez d’ici, dit le Gardien.
- Heu … Bonjour ! Nous sommes ici pour proposer à votre Clan de se joindre à Felicae ! lança l’homme, un peu embarrassé.
- Dégagez, répéta le jeune homme.
- Je … Je vous prie de nous laisser entrer.
- Dégagez.
- Vous ne semblez pas comprendre
, reprit l’homme, apparemment de plus en plus inquiet. C’est une question de vie ou de mort.
- Ha ouais ? Bah dégagez vite d’ici alors. Personne ne rentre tant que je suis vivant.

L’homme voulut répliquer, mais le Cacturne explosa d’un rire froid et cruel.

- J’espérais que vous diriez quelque chose comme ça ! dit le Pokémon, une lueur de folie dans les yeux.
- Que …

Le Gardien n’eut pas le temps de s’étonner face à l’Epouvantail. De longues Racines étaient sorties des bras du Cacturne, telles d’ignobles tentacules, et, rapides comme l’éclair, sans même que le Pokémon ne bouge de place, fondirent sur lui, pénétrant dans son corps à de multiples endroits. La douleur était insupportable et pourtant il était incapable de crier. Les racines ne l’avaient pas encore tué, mais elles semblaient pénétrer partout dans son corps, ratatinant les organes un à un. L’Epouvantail semblait se délecter en regardant l’expression de sa victime. Rapasdepic, pétrifié de terreur, regardait le spectacle, impuissant. L’homme de Felicae, blanc comme neige, avait la nausée. Enfin le Seigneur Joking se décida à achever le Gardien et ses Racines déchiquetèrent son corps de l’intérieur. Le corps sembla soudainement éclaté, déversant sang et morceaux de tripes. Il aurait été impossible de reconnaître le Gardien dans un tel état. Ç’en était trop pour le compagnon de l’Epouvantail, qui vomit son petit déjeuner.

- Petite nature … dit Joking avec dédain. Qu’est-ce que tu attends ?
- Je … Oui …


Il essuya sa bouche d’un revers de manche puis attrapa une Pokéball pour invoquer un Munja. Pendant ce temps, Joking répétait son attaque sur le Rapasdepic, qui connut ainsi le même sort que son dresseur. Le sol n’était plus qu’une mare de sang et de chair. Puis, le Seigneur de Felicae s’approcha du boitier sur lequel il fallait taper le code pour entrer. Il n’avait aucune idée de celui-ci, mais avec ses racines, il tapa des numéros au hasard à une vitesse ébouriffante. La méthode n’était pas aussi bonne que celle employée par un Mackogneur huit ans plus tôt, mais Joking eut tôt fait de tester presque toute les combinaisons possibles et, au bout de seulement quelques minutes, l’entrée de la porte de métal grinça.

Le QG du Clan Distorsion était désormais libre d’accès pour Joking, Seigneur de Felicae. Celui-ci n’avait de respect pour personne. Seul lui importait de s’amuser, et il voyait dans le meurtre et la souffrance d’autrui un hobby des plus divertissants. Il n’y a qu’un seul mot pour décrire l’Epouvantail : Psychopathe.




- Je vois … , grogna Agatha après avoir écouté le récit de Frederick. Nous surveillons justement Felicae depuis quelques mois …
- Vraiment ? Et vous avez découvert quelques chose ?
- J’avoue que je ne m’en suis pas trop renseignée, la Sage actuelle sera plus en mesure de vous renseigner que moi. Elle est dans le bureau, elle s’entraine. Mais elle devrait bientôt avoir terminé.
- Je vois mais … ,
commença Frederick avant d’être interrompu par un cri déchirant.

Tous se retournèrent. Les cris venaient du couloir qu’avait emprunté les Hamers pour venir jusque là. Deux femmes débarquèrent en trombe et coururent vers eux, pendant que les trois jeunes qui s’entrainaient faisaient de même pour comprendre ce qu’il se passait. Alors qu’elles se rapprochaient, Estelle remarqua que les vêtements des deux femmes étaient tâchés de sang.

- Madame Agatha ! Nous sommes attaqués !
- Comment ça attaqués ?
répéta Agatha en pâlissant. C’est impossible …
- C’est un Cacturne … Un vrai monstre …


L’ancienne Sage déglutit. De sombres souvenirs lui revenaient subitement en tête. Elle revoyait un Mackogneur déchiqueter son fidèle Ectoplasma.

- Il faut qu’on se batte, lança l’un des jeunes.
- Appelons nos Pokémon et défendons notre Clan, renchérit l’un de ses amis.

Seule Agatha ne bougea pas, encore torturée par le passé. Le Smogogo et le Nidorina des Hamers se joignirent au Skelenox d’Emma, au Kicklee, au Drakkarmin, au Serpang, au Roucarnage et au Mélodelfe des autres membres du Clan Distorsion. C’est à ce moment que débarqua le Seigneur Joking dans la salle de la Fosse aux pieux.

D'innombrables racines sortaient un peu partout de son corps. De loin, Estelle n'en compta pas moins d’une vingtaine. Il était plus rouge du sang de ses victime que vert, sa couleur d’origine. Un homme le suivait comme un Ponchiot suit son Maitre et un Munja volait au-dessus de sa tête.

- Hey, y'a du monde à ce que je vois ! lança-t-il joyeusement. J’adore cette journée !
- Qui êtes-vous !?
Cria Estelle.
- On m’a donné le nom de Joking à la naissance. On m’a donné le titre de Seigneur par la suite. Mais je préfère largement le surnom que j’ai gagné au rythme des combats.
- Vous êtes de Felicae ? demanda Frederick.
- Touché. On me surnomme l’Epouvantail. Souhaitez-vous voir pourquoi ?
- Trop de blabla, clama un des jeunes. Kicklee, mate-le !

Le Pokémon Combat ne se fit pas attendre malgré la protestation désespérée d’Agatha et sauta haut dans le ciel, prêt à asséner un puissant Pied Voltige au Cacturne. Mais alors qu’il s’élançait, Joking utilisait ses Racines pour faire de même. Ils auraient dû se cogner mais Joking lui donna un puissant Poing-Dard dans le ventre. Cela aurait pu s’arrêter là, mais le contact avec le poing de l’Epouvantail avait aussi permis aux Racines de celui-ci de pénétrer dans le corps du pauvre Pokémon. Racines qui sortirent par le dos de Kicklee, le tuant sur le coup. Le cadavre retomba comme une pitoyable poupée de chiffon, commençant à déverser son sang, et Joking atterri juste à côté.

- Au suivant ! lança-t-il avant d’éclater d’un rire de fou.

Les humains et les autres Pokémon présents regardaient la scène, horrifiés. Le dresseur du Kiklee tomba à genoux. Puis Agatha lança sa propre Ball, invoquant Magirêve.

- On va devoir le combattre tous en même temps si on veut une chance de survivre, dit Agatha. Essayez de le jetez dans la Fosse. Mais évitez de trop l’approcher.
- D’accord,
dit Estelle.

S’en suivit un grand bazar. Les différents Pokémon présents attaquaient simultanément l’Epouvantail. Mais celui-ci était rapide et ses tentacules encore plus. Des cris de joie retentirent lorsque le Smogogo de Frederick lança l’attaque Lance-Flamme, ce qui carbonisa le bras droit de Joking, qui tomba en cendre. Mais ils déchantèrent vite lorsqu’avec folie il jeta toutes ses tentacules droit vers les dresseurs. Ceux-ci se séparèrent rapidement pour éviter d’être les nouvelles victimes, Emma poussant Agatha dans sa chaise roulante. Cependant le jeune qui avait précédemment envoyé Kicklee ne fut pas assez rapide. Les tentacules de Joking pénétrèrent à de multiples endroits de son corps.

A la surprise générale, le bras de Joking semblait repousser. Le dresseur perdait toutes ses couleurs et devint aussi pâle qu’un fantôme. Lorsque le bras fut entièrement reconstitué, ce qui ne prit pas longtemps, les Racines sortirent du corps. Elles avaient absorbé la moindre goûte de sang qui s’y trouvait pour régénérer Joking.

- C’est pas vrai, cria Frederick, qui se trouvait à côté d’Agatha et d’Emma.
- Ho que si ! Répondit Joking en fonçant cette fois sur lui.

Heureusement, Smogogo lança Brouillard au bon moment. Joking toussa, perdu dans la fumée. Il ne savait plus où se trouvaient ses proies. Un bruit l’avertit et il esquiva de justesse un Lance-Flamme de Smogogo. Puis un autre bruit attira son attention. Il se précipita donc vers l’origine du bruit, prêt à y plonger ses racines.

Le bruit le guida vers la sortie du Brouillard. C’était le Magirêve d’Agatha qui flottait au-dessus de la Fosse à Pieux. Joking freina à temps. Sa vitesse avait failli le faire tomber dans la Fosse. Il pesta de ne pouvoir atteindre Magirêve et … il ne vit pas Nidorina l’attaquer dans le dos avec l’attaque Bélier.

Le choc était loin de faire du mal au Seigneur Joking, mais il suffit à le faire chuter dans la fosse, exactement de la même manière qu’un Mackogneur, huit ans plus tôt. Le corps de l’Epouvantail fut transpercé par une vingtaine de pieux et il laissa échapper un cri strident de douleur.

Toujours assise dans son siège et poussée par Emma, Agatha se rapprocha de la Fosse, comme pour s’assurer qu’il ne s’était pas retenu en tombant et poussa un soupir de soulagement.

- Nous avons eu de la chance … dit-elle. Le Pokémon de la dernière fois avait tué bien plus avant de tomber dans notre piège.
- Agatha
, dit Frederick, la mine grave. Il disait être Seigneur … Il était surement de Felicae …
- Oui, l’affaire me parait d’un coup plus urgente que prévu … D’ailleurs lui aussi est de Felicae.


Elle montra quelqu’un du doigt et les dresseurs se retournèrent. L’homme qui accompagnait le Seigneur Joking était là, la mine inquiète, le Munja flottant au-dessus de sa tête.

- On le chope ? demanda l'une des femmes aux vêtements ensanglantés avec un air mauvais.
- Evidemment, on va le torturer, chuchota Estelle.
- Vous … Vous ne pourrez pas m’attraper …
- Et pourquoi cela ?
demanda Frederick.
- Parce que je suis encore là, susurra une voix derrière eux.

Tous se retournèrent. Emma et Agatha étaient transpercées de partout par d’innombrables Racines. Joking, qui avait escaladé la Fosse à l’aide de ses Racines, avait des trous dans tous son corps, même en plein milieu du visage et à l’endroit où des êtres vivants normaux ont habituellement un cœur. Mais au fur et à mesure qu’il pompait du sang de ses deux victimes, ses trous se comblaient avec de nouvelles racines naissantes. Il se régénèrait. Les visages d’Agatha et d’Emma se crispaient de plus en plus, ne pouvant émettre de sons. Puis, une fois complètement réparé, il jeta les corps vidés de ses victimes dans la Fosse à pieux.

- Vous ne pourrez pas me tuer, dit-il en regardant les vivants. Personne ne le peut.

Estelle déglutit. Frederick était saisi d’effroi. L’Epouvantail faisait bouger ses Racines, menaçantes, destructrices. Il avait tué l’ancienne Sage du Clan Distorsion. Et quelque chose disait à Frederick que le Seigneur de Felicae ne s’arrêterait pas là …


Merci Libra pour la correction <3

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12


Dernière édition par unpuis le Ven 28 Aoû - 16:30, édité 1 fois
Membre Noir
SimiaK 
Membre Noir 

Messages : 2947
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Ven 6 Fév - 18:25

Je n'ai jamais été aussi fier d'avoir un avatar de Joking srx
Jtm tellement unpuis !!! <3

_____________________________________________

Tout est relatif sauf ce qui ne l'est pas

Je ne jures que par trois choses.
La Folie                                                          La Dépression


et la manière incroyable qu'on a de pouvoir se foutre de ce qui ne nous intéresse pas


 
Membre Perle
Aquarum 
Membre Perle 

Messages : 940
Age : 15

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Ven 6 Fév - 18:30

Super chapitre comme d’habitude !
J'ai adoré même si au niveau de la délicatesse et du raffiné c'est raté x) (moi qui voulait moins de sang c'est rappé)

Spoiler:
 

_____________________________________________

Pseudo 3DS : Aquarum
Pseudo IG: Minh
Code ami : 3883-7110-5065
Membre Platine
Cheshire 
Membre Platine 

Messages : 1408
Age : 18

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Ven 6 Fév - 19:16

Super chapitre Unpuis comme d'habitude ! Joking est détestable à souhait.

_____________________________________________

Membre Noir
SimiaK 
Membre Noir 

Messages : 2947
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Ven 6 Fév - 19:41

Cheshire a écrit:
Super chapitre Unpuis comme d'habitude ! Joking est détestable à souhait.

Faux ! D:
J'adore Joking sérieusement, c'est mon personnage préféré de loin, j'aime son côté fourbe-sadique-psychopathe-malademental ♥

_____________________________________________

Tout est relatif sauf ce qui ne l'est pas

Je ne jures que par trois choses.
La Folie                                                          La Dépression


et la manière incroyable qu'on a de pouvoir se foutre de ce qui ne nous intéresse pas


 
Membre Platine
Cheshire 
Membre Platine 

Messages : 1408
Age : 18

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Ven 6 Fév - 19:46

Je parlais dans le sens que Joking est un personnage fait pour être "détesté" mais dans le bon sens du terme. (oui c'est pas très français pas gg le Littéraire) Et personnellement je préfère Oscar.

_____________________________________________

Membre Noir
Viktyny 
Membre Noir 

Messages : 2087
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Ven 6 Fév - 21:01

Pk t'as tué Agatha ? :c

Sinon je ne sais quoi penser de Joking, d'un coté je l'adore, de l'autre je sens que je vais faire des cauchemar O_O

Sinon j'adore toujours ! Je préfère même au cirque Madyapno ! C'est dire ! :D

_____________________________________________

Nous avons peut-être le même arrière-arrière-arrière-grand-père en commun ! Tu as fouillé dans tes archives récement ? 





Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Lun 16 Fév - 22:21

Chapitre 5: Pyst, échec au Roi.


Marie, Blanche et Hector descendirent du bateau au port de Poivressel. C’est dans cette ville qu’habitaient les Stones, Ludwig, Eden et Rosa, leur fille. Celle-ci était une coordinatrice Pokémon qui, comme Marie, avait été enlevée par la Troupe du Cirque Madyapno, faisant se croiser le chemin des Stones avec celui d’Henry. Ludwig était un dresseur de grand talent et était parfois appelé par les autorités pour leur venir en aide. Eden, quant à elle, était une artiste peintre. Elle possédait un Abra, très utile pour les déplacements, ainsi qu’un Aligatueur suffisamment puissant pour tenir tête au Pokémon de son mari.

Ainsi donc le trio s’engouffra dans la ville aux parfums marins qui s'engouffrent dans les narines. Ils connaissaient déjà l’adresse et ne durent pas chercher très longtemps avant de trouver la maison. Hector frappa à la porte et Ludwig leur ouvrit. Quand il les vit au pas de sa porte, il poussa une exclamation satisfaite.

- Génial, on vous attendait justement !
- Vous nous attendiez ?
répéta Hector, surpris.
- Oui, entrez, je vais vous expliquer.

Le regard de Marie croisa celui de Blanche, tout aussi surpris que le sien. Puis ils entrèrent, sans rien dire.




Le combat contre l’Epouvantail avait repris de plus belle. La mort d’Agatha et celle d'Emma avaient profondément choqué les adversaires de Joking, le Seigneur de Felicae. Les Pokémon attaquaient, acharnés, mais l’adversaire était d’un tout autre niveau. Roucarnage fut le suivant sur la liste à mourir, le corps déchiqueté de l’intérieur par les puissantes Racines du Cactus. Ce fut ensuite le tour d’une des femmes aux vêtements tâchés de sang, qui fut attrapée par la cheville par les Racines, avant de subir le même sort.

Joking, en plus d’être puissant, était très rapide. Il esquivait aisément la plupart des attaques. Mais il semblait aussi très fragile, comme l’avait prouvé le Lance-Flammes de Smogogo. Cependant, ses pouvoirs de régénération compliquaient d’autant plus le combat.

Vint alors le moment où Nidorina chargea à nouveau le Cacturne dans le dos. A peine poussé en avant, l’Epouvantail se retourna, lentement, et adressa au Pokémon un sourire malveillant, paralysant Nidorina de frayeur. Mais alors que les Racines de Joking allaient passer à l’attaque, Estelle s’interposa entre son Pokémon et l’Epouvantail.

- Ordure ! cria-t-elle, tremblante.

L’Epouvantail les regarda, d’abord surpris, puis éclata du même rire froid et cruel que lorsqu’il était apparu devant le Gardien.

- Tu as du cran, dit-il. Et puisque tu tiens tant que cela à mourir, je vais te faire souffrir.

Estelle vit les terribles Racines plonger vers elle. Elle ferma les yeux par réflexe mais se sentit subitement poussée sur le côté. Elle ne ressentait pas de douleur. Elle ouvrit les yeux et poussa un cri déchirant devant le spectacle qui s’offrait à elle.

- PAPA !

Frederick avait pris la place de sa fille au dernier moment. Seules trois Racines sur la myriade de tiges que l’Epouvantail avait dirigées vers Estelle avaient pénétré le corps de son père, dans le bas ventre et dans la jambe gauche. Les autres racines reculèrent et Joking fixa sa nouvelle victime avec un regard mauvais.

- Comme c’est touchant… Et tellement… stupide, susurra l’Epouvantail.
- Je ne te laisserai pas toucher à ma fille, dit Frederick après avoir craché du sang, le regard déterminé.
- Tu as raison, je vais d’abord m’amuser avec toi.

Commandant ses tentacules végétales, Joking les fit bouger légèrement, provoquant chez Frederick une douleur insoutenable. Contrairement à ses précédentes victimes, le Seigneur de Felicae avait laissé les cordes vocales intactes, afin de se délecter des cris de souffrance de sa proie. Tout le monde regardait la scène sans oser bouger. Estelle était à genoux, en larmes, au côté de son Pokémon.

- CONNARD ! cria Estelle. MONSTRE !
- Allons petite, soit patiente. Ton tour ne saurait tarder.
- Je ne crois pas, non,
rugit une voix.

Joking tourna la tête pour apercevoir l’origine de la voix. Un torrent de flammes fonçait droit vers lui. Il eut juste le temps de retirer ses Racines du corps de Frederick, qui tomba à genoux, et de faire un pas de côté. Mais il ne fut pas assez rapide et reçut la Déflagration de plein fouet.
Le corps de Joking se désagrégea rapidement, tombant en cendres à de multiples endroits. Finalement, il était toujours debout, mais sur une jambe, ayant perdu la moitié droite de son corps dans l’attaque. Face à lui, Edith, la petite-fille d’Agatha. Elle portait une robe légère, de couleur rose pâle. Elle avait invoqué son Pyrax et son Branette. Elle fixait sévèrement l’Epouvantail.

- Alors c’est ça, un Seigneur de Felicae ? demanda-t-elle. Un monstre de plus sur cette Terre ?
- Salope
! cria Joking. Tu vas me le payer !
- N’en soit pas certain. Pyrax
!

Le papillon se préparait à renouveler son attaque. Joking tenta alors de s’enfuir sur son unique jambe, mais Branette avait déjà prévu le coup et l’avait piégé avec ses ombres. Lorsque la Déflagration l’atteignit, Joking hurla. L’attaque était aveuglante et personne ne vit clairement l’effet qu’elle eut sur l’Epouvantail. Mais là où il se tenait précédemment, il ne restait plus qu’un vulgaire tas de cendres.

Estelle se précipita vers son père. Il était inconscient et se vidait de son sang, mais il était encore en vie. Edith et les autres membres du clan Distorsion coururent à leur tour vers le blessé et tâchèrent de lui prodiguer les premiers soins, en commençant par un garrot, seul et dernier moyen à disposition pour stopper momentanément l’hémorragie. Puis ils s’y mirent à 3 pour l’évacuer vers l’infirmerie du QG. Estelle voulait rester avec son père, mais Edith lui fit signe de la suivre. La jeune fille hésita, puis la suivit dans les appartements du Sage du Clan Distorsion.    

- Ton père va s’en sortir, dit-elle. Il a déjà survécu à de terribles blessures par le passé, tu te souviens ?
- Oui… Le jour où le Pingoléon parlant a tenté de m’enlever…
- Encore une fois, il était prêt à donner sa vie pour te sauver,
continua Edith. Il t’aime beaucoup.
- Je sais… je l’aime aussi.
- Maintenant, arrête-moi si je me trompe, mais saurais-tu quoi que ce soit qui pourrait expliquer la présence d’un Seigneur de Felicae dans notre QG ?





Estelle commença son récit comme son père l’avait fait pour Agatha. La Nouvelle Sage écouta patiemment, sans broncher. Quand la jeune fille eut terminé son histoire, Edith poussa un soupir.

- Ils sont donc bien plus avancés que je ne le pensais… et plus dangereux aussi…
- Vous enquêtiez déjà sur eux ?
- Oui… ce que nous avons découvert n’est pas bien joli…


Elle se leva, prit un vieux livre dans une armoire et le montra à Estelle.

- Ce livre raconte l’histoire d’une Guerre qui a touché Kalos, il y a environ trois millénaires…
- Une guerre à Kalos ?
- Oui. On raconte que le Roi d’antan y a perdu un de ses Pokémon. Meurtri par le chagrin, il conçut une machine manipulant la puissance du Pokémon Légendaire Xerneas.
- Xerneas ?
répéta Estelle en haussant les sourcils en signe d’incompréhension.
- Il s’agit du Pokémon Légendaire qui donne la vie aux êtres. La machine a ainsi été en mesure de faire revivre le Pokémon du Roi.
- On peut ressusciter les Pokémon ?
- C’est ce que dit l’histoire, mais elle ne s’arrête pas là, précisa Edith. En effet, la Machine pouvait s’adapter au confrère de Xerneas, Yveltal, et produire l’effet inverse.
- C’est-à-dire ?
- De la même manière que Xerneas contrôle la vie, Yveltal contrôle la mort.


Estelle étouffa une exclamation. Un Pokémon capable de donner la vie et un autre de la reprendre ? Malgré qu’elle habite à Kalos depuis des années, elle n’avait jamais entendu parler de ce Duo Légendaire.

- Ainsi, la machine devint une arme de destruction massive, qui mit fin à la Guerre, au prix de nombreuses vies. Mais le Pokémon du Roi, ne le reconnaissant plus, décida de le fuir. Le Roi, de nouveau affligé de chagrin et prenant conscience de la portée de ses actes, cacha son Arme et la scella d’une clé avant d’errer à travers le monde pour l’éternité.

Estelle resta un instant interdite avant de prendre la parole.

- Mais quel est le rapport avec Felicae ?
- L’Arme qu’ils ont trouvée est certainement la fameuse arme du Roi.
- Mais alors, s’ils l’ont, ils vont être capables de tuer n’importe qui ?
demanda Estelle, inquiète.
- Peut-être, dit Edith. Rien ne nous dit que l’histoire n’a pas été modifiée par les années et que l’Arme est aussi puissante que décrite. Mais de toute façon, si on s’y réfère, ils ont besoin d’une clé pour accéder à l’Arme et l’utiliser.
- Et où peut-on trouver cette clé ?
- C’est le fameux Roi qui la porte encore aujourd’hui autour du cou. Je le sais, puisque je l’ai vue de mes propres yeux.
- Edith, ça c’est passé il y a 3000 ans …
dit Estelle. Il ne peut pas être encore en vie.
- Et pourtant…
dit Edith avec un regard mystérieux. Je pense que Felicae est à sa recherche. S’ils le trouvent et s’emparent de la clé, ce sera surement la catastrophe. C’est pourquoi je le fait surveiller depuis déjà un moment et je sais exactement où il se trouve en ce moment.
- Vraiment ?
demanda Estelle.
- Oui. Il est à Atalanopolis, à Hoenn. Je vais de ce pas contacter les Stones pour qu’ils s’y rendent. Il faut lui parler et le convaincre. Je vais leur demander d’attendre Hector, Blanche et Marie.  




L’homme de Felicae avait profité que tous les regards soient fixés sur Frederick pour déguerpir avec son Munja. Il était parvenu à sortir sans qu’on ne le gêne. Il s’enfonça un peu plus loin sur les rives du Lac Courage puis s’arrêta, à bout de souffle. Il était là depuis prêt d’une demi-heure, paniqué.

- Merde… Seigneur Joking… Qu’est-ce que je vais dire à Maître Lumen…
- Tu ne diras rien, espèce de crétin !
jura une voix.

Le partisan de Felicae ne comprit pas de suite d’où venait la voix. Puis son regard se porta sur Joking, ou plutôt sur ce qu’il restait de l’Epouvantail. Son corps avait prit très cher dans les Déflagrations, mais un morceau de sa tête semblait avoir survécu. Il ne restait plus de lui qu’un misérable morceau, sur lequel se trouvait une partie de son œil gauche, et qui avançait grâce à deux petites Racines, semblables à de frêles jambes.

- Seigneur Joking ! s’exclama l’homme. Vous êtes en vie !
- Ouais, et j’ai réussi à espionner la salope de sage à la con à qui je dois mon état. Je sais où se trouve la cible du Seigneur Pyst.
- C’est fantastique, mon Seigneur !
- Ouais, ramasse-moi au lieu de brailler !


L’homme s’exécuta. Mais à peine avait-il saisit Joking que ses dernières Racines s’enfonçaient dans son bras. Il poussa un cri de douleur et d’effroi.

- Mais… je suis un fidèle… dit-il en regardant, effrayé, l’Epouvantail commencer son infection.  
- Je n’en ai rien à faire ! Pour moi tous les êtres vivants ne sont que des gardes-manger !

L’homme de Felicae tomba à genoux alors que Joking commençait à régénérer son corps. Il ne lui laissa pas la moindre goutte de sang. Quand il eut terminé, Joking constata qu’il était encore incomplet, mais il restait bien assez de fidèles au QG. Il devait par ailleurs se dépêcher d’y retourner.




A Poivressel, Hector, Blanche et Marie avaient écouté Ludwig, Eden et Rosa raconter ce qu’eux-mêmes avaient appris à peine une heure auparavant par Pokématos. Le Clan Distorsion avait à nouveau été attaqué alors que Frederick et Estelle venaient d’y arriver et Edith, qui était devenue la Nouvelle Sage très récemment, avait réussi à se débarrasser de leur agresseur. Mais les nouvelles informations et cet événement brusquaient les plans du Clan et ils devaient donc se hâter d’aller à Atalanopolis pour trouver un homme et une clé. D’après les indications d’Edith, cet homme est particulièrement grand, près de 3 mètres ! Il ne devrait donc pas être difficile à repérer dans une foule… Et c’est d’ailleurs là qu’entrent en jeu les Stones et le trio de Jotho.

Aussi, dès qu’ils eurent clarifié la situation, les six dresseurs se téléportèrent avec l’aide du Abra d’Eden en direction de la ville où, selon Edith, se trouve cet homme mystérieux.  

Atalanopolis est une ville en plein milieu de la mer, qui serait bâtie dans le cratère d’une ancienne météorite. Il est très difficile de s’y rendre à moins d’avoir un Pokémon ailé, as de la plongée ou, comme ici, capable de se téléporter. On y trouvait une sorte de lac sous-terrain, formé par l’eau de mer qui s’y était engouffrée.

C’est devant la Grotte Origine, fermée au public, qu’ils débarquent. Eden rappela son Pokémon dans sa Pokéball et Ludwig s’éclaircit la gorge avant de prendre la parole.  

- Je pense que si nous voulons le trouver, nous devrions nous séparer. Nous n’avons qu’à faire des groupes de deux et fouiller la ville, qu’en dites-vous ?
- Ce sera certainement plus rapide, oui,
dit Hector.
- On se rejoint ici dans 1 heure si personne ne trouve rien, et on se contacte si on le trouve, ajouta Eden.
- Parfait, dit Blanche en attrapant le bras d’Hector. Nous, on va par là !

Ainsi, presque naturellement, ils se séparèrent. Hector et Blanche d’un côté, tandis qu’Eden et Ludwig allaient de l’autre. Marie et Rosa commencèrent elles aussi leurs fouilles dans les Centres Pokémon.

- Dis-moi Marie, ça te plait, d’être dresseuse ? demanda Rosa alors qu’elles observaient la populace.
- Assez oui, mais là, je veux juste récupérer mon père.
- Oui, je comprends… Et tes Pokémon, tu t’entends bien avec eux ?
- Oui, Kaede est vraiment une bonne amie, répondit Marie en caressant le Chinchidou sur son épaule. Et Grodoudou est presque une mère. Puis j’adore Papilusion et Tentacool.
- C’est bien que tu aies une bonne relation avec eux… soupira Rosa. Avant j’avais un Rosélia mais il est mort… Depuis, je n’ai jamais retrouvé de relation identique avec un autre Pokémon.
- J’en suis désolée…
dit Marie.
- J’aimerais tant pouvoir à nouveau serrer Roselia contre moi…

Soudainement, une petite secousse fit trembler le sol sous leurs pieds. Les gens regardaient vers le lac sous-terrain. Une sorte de tornade d’eau en sortait, tel un serpent gigantesque. Au-dessus de celui-ci, un attroupement de plusieurs Munja flottait tranquillement, l’air de rien.

- Peuple Atalan ! cria une voix qui semblait provenir de la tornade. Je réclame de vous que vous me livriez A.Z, Roi de Kalos, sur le champ !

Les gens autour de Marie et Rosa chuchotaient, l’air inquiet. C’est alors qu’un homme, majestueusement habillé de blanc et de bleu, sortit de l’arène et appela plusieurs Pokémon aquatiques qui foncèrent en direction du Serpent d’eau. Les gens applaudirent, poussant des exclamations réjouies. Mais aucun des Pokémon de Marc, le Champion de la ville, ne put réagir. La menace aquatique fonça brusquement en direction de l’Arène et s’y abattît avec une grande violence, la détruisant en un instant. Marc prit l’attaque de plein fouet, et plus personne ne le revit par la suite.

Le serpent d’eau avait disparu dans l’attaque. Des décombres de l’arène sortit alors un Aquali qui éclata de rire.

Le peuple Atalan commença alors à paniquer. Beaucoup coururent s’enfermer dans leurs maisons ou le Centre à proximité. Mais Marie appela son Tentacool à la rescousse et sauta dessus tandis que Rosa appelait un Wailmer et l’imitait. Puis, ensemble, elles se dirigèrent vers la petite île qui abritait encore il y a quelques minutes l’arène d’Atalanopolis.

Elles y débarquèrent presque en même temps qu’Eden et Ludwig, sur le dos de l’Aligatueur de la peintre. Aquali était toujours écroulé de rire et alors qu’il se reprenait, Hector et Blanche arrivaient par la voie des airs grâce à l’Apireine d’Hector. A eux six, ils encerclaient le Pokémon.      

- Qui es-tu ? demanda Hector.
- Je suis le Seigneur Pyst, commença le Pokémon. Seigneur de …
- De Felicae, on a compris,
l’interrompit Blanche.
- Tient, c’est vous ? Je n’avais pas prévu que vous soyez arrivés si vite sur place, moi qui pensait avoir déjà éliminé les pièces maîtresses de mon adversaire.
- Tu parles de Marc ?
demanda Rosa.
- Exact, le Champion était censé être le seul obstacle entre moi et A.Z, mais puisque vous êtes là…
- Tu nous connais donc ?
demanda Marie.
- Evidemment, je sais à quel point vous êtes des parasites pour notre Congrégation.
- Et toi pour le monde,
dit Ludwig.
- Comment oses-tu t’adresser à moi sous ces termes, insipide humain ? répondit sèchement Pyst. Je suis largement capable de tous vous tuer !
- Ah oui ? On va voir ça !


Sans plus attendre, tous passèrent à l’attaque. Marie appela Scalproie qui envoya ses couteaux en direction du Seigneur Pyst. Hector avait rappelé Apireine au profit de Cisayox qui attaqua avec Surpuissance tandis que le Mélodelfe de Blanche et l’Aligatueur d’Eden lançaient une attaque Exploforce. Rosa appela un Roserade qui envoya une myriade de pétales sur son adversaire et Ludwig envoya son fidèle Crocorible qui lança des morceaux d’arène sur Pyst.
 
Mais Pyst ne bougea pas. Les couteaux se plantèrent dans son corps et il encaissa sans broncher Surpuissance et Exploforce. Il poussa néanmoins un cri de douleur et de surprise quand les pétales l’atteignirent puis il fut écrasé par le rocher. Cependant, au lieu d’une mare de sang, ce fut une flaque d’eau qui apparut sous le rocher. Subitement, celle-ci sembla se déplacer et s’éloigna du rocher. Une masse semblait sortir de la flaque, puis celle-ci reforma rapidement le corps de l’Aquali qui, à nouveau éclata de rire.

- Mon corps est composé à 100% d’eau, annonça-t-il dans un rictus. Je suis l’eau. Je suis immortel. Je ne connais pas les blessures physiques !

Marie poussa un juron devant ce spectacle. Leurs attaques semblaient avoir été sans aucun effet.

- Vous n’êtes pas si dangereux que cela finalement… ajouta-t-il Vous seriez plutôt… divertissants.

Soudain, il courut et plongea dans l’eau avant d’en ressortir à nouveau sous forme de Serpent d’eau géant.

- Roi de Kalos, cria-t-il à nouveau d’une voix puissante pour que toute la ville l’entende. Ceci est mon dernier avertissement ! Rends-toi, ou je détruirai la ville, sans laisser un seul survivant !

Il y eut un silence. Tout le monde semblait s’être mis à l’abri quelque part. Puis, il y eu un léger grincement. Les portes gigantesques qui barraient l’accès de la Grotte Origine s’ouvraient lentement. De là où ils étaient, les six dresseurs purent apercevoir la gigantesque silhouette d’un homme qui en sortait. Pyst, lui, ricana.

- Je t’ai enfin trouvé, A.Z… Il est temps pour moi de te mettre en échec et mat.

A.Z, le Roi Géant, fixait le Serpent d’eau avec un regard inexpressif. Puis Pyst abandonna le groupe sans se soucier de s’en débarrasser avant et fonça, terrible, gigantesque, puissant, droit sur le Roi Géant.

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12


Dernière édition par unpuis le Ven 28 Aoû - 16:31, édité 3 fois
Membre Noir
Viktyny 
Membre Noir 

Messages : 2087
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Lun 16 Fév - 23:20

"Emme s'interposa" Emma est morte je pense

Sinon j'ai aussi vu des fautes qui montrent l'inincapacité de ton correcteur.

Mais j'adore toujours autant et les seigneurs me plaisennt de plus en plus ! :)

_____________________________________________

Nous avons peut-être le même arrière-arrière-arrière-grand-père en commun ! Tu as fouillé dans tes archives récement ? 





Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Lun 16 Fév - 23:30

Crom, j'ai confondu avec Estelle, bonne remarque. c'est modifié

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12
Membre Noir
SimiaK 
Membre Noir 

Messages : 2947
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Lun 16 Fév - 23:35

vive Joking qui est vivant \o/
Hum...
Encore merveilleux chapitre nom de dieu ! Imo aquali a Garde Mystik parce qu'il est immunisé a tout sauf aux pétales...

_____________________________________________

Tout est relatif sauf ce qui ne l'est pas

Je ne jures que par trois choses.
La Folie                                                          La Dépression


et la manière incroyable qu'on a de pouvoir se foutre de ce qui ne nous intéresse pas


 
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Sam 4 Avr - 11:47

Chapitre 6 : la demoiselle aux fantômes.

Dans l’obscure salle du Conseil de Felicae, François Lumen regardait un grand écran avec beaucoup d’intérêt. Au-dessus de sa tête, les flammes bleutées des Mélancolux semblaient danser avec légèreté tandis que la jeune fille redressait distraitement les fleurs d’Hibiscus dans ses cheveux, tout aussi passionnée que son Supérieur par ce qui se passait à l’écran. Fédéon, le majordome, gardait un visage neutre de tout sentiment à l’égard des événements. Poutine, Joking et Oscar, quant à eux, suivaient eux aussi le combat, tout en s’échangeant quelques critiques et remarques déplacées au sujet du Seigneur Pyst.

Car c’est en effet le combat de ce puissant Aquali contre AZ qu’observaient les hauts dirigeants de la Secte de Felicae. Un des Munja qui l’avait accompagné sur place pour la mission des Vendanges avait été équipé d’une caméra, afin de suivre le déroulement de cette mission de la plus haute importance.

Tous avaient exprimé leur satisfaction en apercevant le fameux Roi Géant, dont l’existence avait de si nombreuses fois été remise en cause par les échecs répétés des Seigneurs pour le retrouver. Mais ils avaient vite déchanté.

En effet, alors que le combat s’était engagé, une donnée nouvelle était venue s’ajouter à la subtile équation que constituait le plan du Seigneur Pyst. Le Roi Géant se défendait. A main nue.

Les charges aquatiques du Seigneur Pyst, bien qu’elles aient été capables de détruire l’arène sans problème, étaient ici stoppées nettes par la puissance mystérieuse des poings du Roi de Kalos. Cette force n’avait été prévue par personne, et encore moins par le Seigneur Pyst qui s’était attendu à tuer le vieillard aisément pour récupérer la Clé de l’Arme. Mais cela ne signifiait pas pour autant que sa mission serait un échec. Car le Seigneur Pyst a d’autres tours dans son sac et de nombreux plans de secours en réserve. Et le Roi Géant affrontait actuellement une dizaine de clones composés d’eau, parmi lesquels se cachait le véritable Pyst.

- Ce Roi est plus résistant que nous ne l’avions prévu, lança joyeusement Oscar.
- A moins que ce ne soit Pyst qui ne soit pas aussi puissant qu’il le prétende ? ricana Poutine.
- Je regrette presque de ne pas m’y être rendu moi-même après m’être régénéré, dit l’Epouvantail. Affronter ce gars-là aurait été plus qu’intéressant. Dire que c’est moi qui ai filé le tuyau à ce bon à rien de Pyst !
- Il ne faut pas sous-estimer le Seigneur Pyst, intervint Oscar avec dans la voix une once d’ironie. Il se rattrape bien pour le moment.
- Il ne tient à la vie que par son pouvoir de régénération lié à l’eau,
répliqua Poutine. Puis des clones, franchement, je suis persuadé que ça n’aboutira à rien !
- J’aurai eu tant de plaisir à enfoncer mes Racines dans son corps
, susurra Joking pour lui-même.

Alors que les Seigneurs de Felicae continuaient de commenter le combat, un événement nouveau venait d’arriver à Atalanopolis. Hector, Blanche, Marie et les Stone avaient rejoint les deux opposants et, sans surprise, commençaient à attaquer les clones du Seigneur Pyst. Sans qu’un mot ne soit prononcé, la jeune fille se leva et se dirigea vers la sortie de la salle.

- Ramenez-moi tout ce dont j’ai besoin, lui lança son Maitre.
- Comptez sur moi, répondit la jeune fille en souriant avant de disparaitre dans l’obscurité du couloir.




Le Seigneur Pyst était submergé de travail. Contrôler tous ces clones demandait beaucoup de concentration et voilà qu’il avait de nouveaux opposants. S’il avait su qu’ils seraient si perturbants, il les aurait éliminés avant de s’en prendre au Roi. Toujours baisser au maximum les défenses de son adversaire et ainsi diminuer ses chances de fuite. C’était la Loi aux échecs comme au combat. Il rageait aussi intérieurement contre les ordres que lui avaient donné Maitre Lumen de ne pas tuer certains de ces individus.

Soudainement, ses clones d’eau qui affrontaient Cisayox, Ecremeuh, Scalproie, Grodoudou, Roserade, Aligatueur et Crocorible, s’effondrèrent et l’eau se rassembla autour du véritable Pyst pour former à nouveau un Gigantesque Serpent d’eau.

- Fuyez, pauvres mortels ! cria-t-il. Ou je vous tuerai tous !
- C’est hors de question !
cria Marie. On te laissera pas t’en sortir comme ça, espèce de dégénéré.
- Petite effrontée !
cria Pyst avec rage. Tu vas voir à quel point je suis dégénéré !

Le Seigneur Pyst avait toujours été particulièrement susceptible et, stressé par les imprévus de la situation, l’insulter n’était pas nécessairement la meilleure des choses à faire. Au diable les ordres s’enragea Pyst qui fonça droit sur Marie pour lui faire subir le même sort qu’à Marc précédemment.

Marie comprit rapidement son erreur. Elle resta figée sur place, Kaede sur l’épaule, elles regardaient avec stupeur, comme paralysées par la peur, le serpent aquatique foncer vers elles, mortel. Hector et Blanche poussèrent un cri d’horreur au moment où le serpent sembla toucher sa cible.
Mais sembla seulement. Avec une extrême vivacité, le Roi Géant s’était dressé entre Pyst et Marie. Ils s’en sortaient tous vivants. Cependant, AZ n’avait pas pu asséner de coup de poing aussi bien qu’avant et n’avait pas réussi à éponger l’attaque de Pyst à 100%, et il tomba sur son genou droit, reprenant sa respiration.

Pyst s’était quant à lui recomposer plus loin et observa la scène avec une grande satisfaction. Marie s’approcha de son sauveur, l’air inquiète et l’aida à se relever, malgré la différence de taille. Le Roi de Kalos gardait un visage inexpressif, mais posa sa main sur l’épaule de Marie, presque paternel.

- Merci … chuchota timidement Marie. Et je suis désolée…
- Ce n’est pas à toi d’être désolée,
répondit le Géant avec une voix rauque et fatiguée. Mais à lui.
- Je vois donc que tu n’es pas invincible, contrairement à moi,
lança Pyst d’une voix hautaine, avant de subir un flot d’attaque de la part des Pokémon en présence, ce qui le força à se transformer en flaque d’eau pour s’écarter un peu du danger. Pauvre sots ! Je peux continuer indéfiniment à vous charger sous forme de Torrent, et vous continuez ?
- Il est hors de question qu’on abandonne,
lança Hector. Les enjeux sont trop importants maintenant.
- Tu es seul, l’union fait la force, dit Eden.
- Il n’est pas seul, dit la voix douce d’une jeune fille.

On aurait dit un chuchotement. Pourtant, personne ne voyait d’où venait la voix en question et Pyst lui-même prit une expression de malaise.

- Je peux m’en sortir seul… lança-t-il, presque furieux.

A ce moment, comme pour lui répondre, une faille, semblable à celle qui avait emporté Oscar quelques jours plus tôt, s’ouvrit dans le ciel. En sortit une jeune fille, drapées dans des vêtements bleus très légers et qui dévoilaient une grande partie de son corps, avec deux fleurs rouge dans les cheveux. Elle semblait flotter, entourée d’une étrange aura violette. Un Momartik, Un Noctunoir et deux Skelenox l’accompagnaient. Elle affichait un sourire sincère et se dirigea lentement vers le lieu du combat sans que personne n’ose rien faire. Quand elle posa pieds sur terre, l’aura disparut.

- Une minute ! Vous êtes Spectra, du Conseil des 4 ! lança Ludwig en la reconnaissant.
- Quoi ? dit Hector.
- C’est exact, répondit la mystérieuse arrivante avec un large sourire. Je suis Spectra, du Conseil des 4 et membre de Felicae.
- Comment ça ?
dit Blanche. Mais je pensais que le Conseil des 4 était censé veiller au Bien-être d’une région, et pas comploter !
- Ho mais personne ne savait rien jusqu’aujourd’hui,
dit joyeusement Spectra. Il n’y a jamais eu de témoins vivants jusqu’à présent.
- AZ est à moi, Spectra,
dit Pyst avec colère. C’est ma mission, à MOI !
- Mais je ne compte pas du tout vous voler les honneurs, Seigneur Pyst. Simplement, maintenant que je vais m’occuper du Clan Distorsion, vous aurez tout loisir à vaincre AZ.


Pyst semblait réfléchir à la situation. Il était vexé, mais force est d’avouer que la jeune fille avait raison. Il regarda AZ et calcula rapidement dans sa tête avant d’afficher un franc sourire satisfait. Soudain, l’eau qu’il contrôlait se glissa tel un gigantesque mur mouvant et fonça sur AZ et Marie. Le Roi Géant poussa la jeune fille pour lui éviter d’être renversée par la vague et AZ disparut du regard des autres, caché par celle-ci.

- C’est pas ça qui va nous arrêter ! Cria Ludwig en fonçant pour traverser le mur d’eau, imité par les autres.

Mais avant qu’ils puissent l’atteindre, le Momartik lança un Laser glace qui congela la totalité du mur avec une vitesse effarante. Le groupe regarda avec effroi la vague de glace qui les séparait désormais de Pyst et AZ. Et à ce qu’ils pouvaient entendre, le combat reprenait de plus belle de l’autre côté.

- Pourquoi vous faites ça ? s’énerva Marie en regardant Spectra avec rage. Vous êtes complètement folle ou quoi ?
- Si je ne m’abuse tu es la fille de ce cher Henry, pas vrai ?


Marie déglutit et serra du poing pour se contenir. Ce que ne put faire Blanche qui lança diverses insultes à la demoiselle aux fantômes. Mais Spectra n’y prêta aucune attention, le visage fixé sur Marie, avec un sourire de malice aux lèvres.

- Où est-il ? demanda Marie.
- Il va bien, on prend soin de lui, dit Spectra. Enfermé qu’il est à l’intérieur d’Oscar.
- Pourquoi avoir enlevé mon frère ?
intervint Hector.
- Il avait un objet qu’on désirait, dit Spectra. Puis Maitre Lumen voulait à tout prix l’avoir prisonnier.
- Il ne connaissait même pas Felicae !
- Mais Felicae le connaissait.
- Rendez-vous,
dit Ludwig. Conseil des 4 ou pas, nous sommes six contre vous. Et nous avons notre propre membre du Conseil des 4 avec nous.
- C’est vrai
, lança fièrement Blanche en montrant Hector. On va vous ratatiner.

Spectra ne répondit rien, se contentant de sourire. Son regard allait d’Hector à Marie. Ceux-ci le sentait bien et étaient mal à l’aise. Puis Hector se ressaisit.

- Cisayox ! Montrons lui ce dont est capable le Conseil des 4 du Plateau Indigo !

Le Pokémon fonça vers Spectra, prêt à attaquer ses Pokémon. Mais subitement, le Noctunoir s’élança à son tour et parvint à se saisir du Pokémon Mante de ses puissantes mains et l’immobilisa.

- Quel courage, dit Spectra. Après tout ce que vous avez vécu tous les deux, de continuer à vous battre.
- Qu’est-ce que tu chantes,
demanda Marie avec impatience, Scalproie devant elle, prêt à lancer ses couteaux, et Grodoudou, dont le masque cachait la mine tout aussi énervée que celui de sa dresseuse.
- Je peux vous rappeler de doux souvenirs, si vous le désirez. C’est mon Maitre qui m’a raconté cette histoire.
- De quoi tu parles ?
demanda Blanche.

Pour seule réponse, le sourire de Spectra s’élargit et elle joignit les mains, comme pour effectuer une prière. Lorsqu’elle sépara ses mains, une sorte de faille s’ouvrit mais différente de celle par laquelle elle avait débarqué.

- Depuis toute petite, je peux communiquer avec eux. Les morts sont des compagnons charmants quelques fois. Laissez-moi vous présenter à nouveau une de vos vieilles connaissances.

Elle écarta un peu plus les mains et la faille s’ouvrit plus grande encore, pour atteindre une taille presque humaine. Des spectres blancs et informes semblaient tenter de s’en échapper, mais ne pouvaient guère aller bien loin sans disparaitre. Mais une forme étrange se déplaçait à l’intérieur. Celle-ci, au contraire des autres fantômes ou des Pokémon de Spectra, ne semblait pas de consistance gazeuse, mais bien solide. Elle avançait avec peine. Enfin sa tête sortit de la faille et Hector et Marie poussèrent un hurlement de terreur avant de s’effondrer sous la peur, la tête entre les mains. Blanche elle aussi cria et se précipita auprès d’Hector, tandis que Rosa et Grodoudou, elles, faisaient de même avec Marie.

La créature tenta de sortir de la faille, mais celle-ci se referma brusquement. Spectra considérait la scène avec un grand sourire.

- De beaux souvenirs, pas vrai ?
- Espèce de salope
, dit Eden. Jouer avec ça… connasse…
- Tu vas me le payer
, cria à son tour Blanche. Ecremeuh, dégomme-moi ces spectres !

Ainsi le combat commença véritablement. Ecremeuh commença sa Roulade et passa à l’attaque, vite rejoint par Crocorible, Aligatueur et Scalproie. Ils séparèrent vite Cisayox et Noctunoir, et l’affrontement devint vite assez confus pour tout le monde. Le niveau était à peu prêt égal des deux côtés.

- Va les aider, dit Rosa à Grodoudou. Tu es forte et je m’occupe de Marie, je vais la mettre en sécurité. Puis Kaede reste aussi.

Grodoudou sembla hésiter, puis vit Scalproie éviter de justesse l’attaque Revenant de Momartik et décida de se joindre aussi au combat. Rosa aida Marie à se relever et à marcher pour s’éloigner du combat. Hector, lui, semblait toujours dans un état de panique folle et Blanche faisait son possible pour le ramener à la réalité tout en supervisant son Pokémon.

Marie et Rosa, suivies de Roserade et Kaede, marchèrent un petit moment pour se mettre hors d’atteinte des Fantômes de Spectra qui n’avait rien fait pour les empêcher de fuir. Marie n’avait pas dit un mot, son visage était livide. Enfin les deux dresseuses s’arrêtèrent et la fille d’Henry tomba à nouveau à genoux.

- Pourquoi ? dit-elle d’une voix tremblante. Qu’est-ce que ces souvenirs font chez moi ? Je … cette chose…
- Calme-toi, Marie,
dit Rosa. C’était surement une illusion…
- Même… même si c’est une illusion… pourquoi ça me fait ça… ? Pourquoi ai-je peur de cette horrible chose… ?
- Calme-toi…
- Il suffit,
lança alors une nouvelle voix féminine. Nous n’avons plus de temps à perdre en palabres inutiles.

C’était le Roserade de Rosa. Marie tourna la tête vers le Pokémon, un air d’incompréhension sur le visage. Rosa, elle semblait fort embarrassée, mal à l’aise.

- Vous avez, je pense, récupéré quelques chose lorsque Pyst ne regardait pas, je me trompe ? demanda Roserade.

Marie déglutit. AZ lui avait en effet confié discrètement la fameuse Clé au moment où le Seigneur Pyst s’était transformé en flaque d’eau pour se protéger des attaques. Comment Roserade l’avait-elle vu ? Et surtout… depuis combien de temps parlait-elle ?

- Prends-lui, Rosa, ordonna Roserade.
- Oui… Seigneur Herba…

Rosa se mit à fouiller Marie, qui n’opposa aucune résistance. Elle était encore choquée de la vision d’horreur présentée par Spectra et ne comprenait rien à la situation. Puis, elle se ressaisit en voyant Rosa se lever avec la Clé d’AZ en main.

- Non ! Rosa attends…
- Désolée… je suis désolée…
dit Rosa. Ils m’ont promis… Roselia…
- Et tu seras exaucée dès que nous aurons mis la main sur Yveltal,
finit Roserade.
- Non… Tu nous as … trahis ?
- NON !
cria Rosa. Je vous ai sauvé ! J’ai négocié pour que vous restiez en vie…
- Et ce sera le cas,
intervint à nouveau Roserade. Je le garanti, moi, Herba, Seigneur de Felicae.

Marie regardait le Roserade et Rosa avec un air de peur, des larmes lui coulant des yeux.

- Ha, j’allais oublier, dit Herba.

A la manière des racines de Joking, un long fouet épineux surgit de la rose bleue d’Herba et frappa violement Marie, déchirant ses vêtements et provoquant diverses égratignures. Le coup avait aussi arraché un pendentif qui lui avait été offert par son père quelques années plus tôt et dont le fouet se saisit.

- Je ne sais pas pourquoi, mais Maitre Lumen a aussi besoin de cet objet, se justifia-t-elle devant l’air effaré de Rosa. On rentre au bercail.

Le Seigneur Herba leva sa fleur rouge vers le ciel et, de celle-ci, s’échappa cette fois une sorte de coup de feu violet.

En voyant le signal du Seigneur Herba, Spectra sourit et recula de deux pas avant de disparaitre dans une faille de Felicae, abandonnant ses Pokémons qui disparurent en utilisant Hantise. Pyst, lui, venait de vaincre une bonne fois pour toute le Roi Géant. Il cherchait la clé depuis quelques secondes, mais la vision du Bomb’Beurk d’Herba lui fit comprendre que les honneurs lui avaient été, une fois de plus, volés. Il poussa un juron et, lui aussi, emprunta une faille pour rejoindre le QG. Un dernier passage s’ouvrit et Herba l’emprunta sans demander son reste. Rosa regardait Marie se relever péniblement, aidée par Chinchidou, puis tourna les talons et suivit le seul Seigneur de Felicae de sexe féminin vers le Mont Mémoria.

Là-bas, François Lumen jubilait, et les flammes des Mélancolux semblaient avoir redoublé d’intensité. Ils possédaient désormais la Clé, et l’arme serait bientôt complètement dégagée ! Ils entraient dans les phases finales de son plan. Bientôt, Yveltal assombrira à nouveau le ciel du monde. Et ce jour-là, enfin, toutes leurs machinations atteindront leur but ultime.

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12


Dernière édition par unpuis le Ven 28 Aoû - 16:32, édité 3 fois
Membre Noir
SimiaK 
Membre Noir 

Messages : 2947
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Sam 4 Avr - 12:04

Pauvre sots ! Je peux continuer indéfiniment à vous charger sous forme de Torrent, et vous continuer ?

continuez* ^^
a part ça et quelques lettres qui ne sont pa spassées en italliques, c'est génial !
J'aime , il y a énormément de rebondissements, et ça le plait ! vraiment félicitations !!!

_____________________________________________

Tout est relatif sauf ce qui ne l'est pas

Je ne jures que par trois choses.
La Folie                                                          La Dépression


et la manière incroyable qu'on a de pouvoir se foutre de ce qui ne nous intéresse pas


 
Membre Noir
Viktyny 
Membre Noir 

Messages : 2087
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Sam 4 Avr - 12:34

SimiaK a écrit:
J'aime , il y a énormément de rebondissements, et ça le plait !  vraiment félicitations !!!

Justement, ils restent tous à terre il n'y a aucun rebondissements (#lablaguedemerde)

Sinon super chapitre vraiment ! Le seigneur Pyst est un gros malchanceux n'empêche XD

_____________________________________________

Nous avons peut-être le même arrière-arrière-arrière-grand-père en commun ! Tu as fouillé dans tes archives récement ? 





Membre Platine
Cheshire 
Membre Platine 

Messages : 1408
Age : 18

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Sam 4 Avr - 17:21

Super chap comme d'hab remarque

_____________________________________________

Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Dim 12 Avr - 9:44

Chapitre 7 : Sous le feu des projecteurs.


Après les événements d’Atalanopolis, le groupe était revenu à Sinnoh, au Quartier Général du Clan Distorsion. AZ y avait aussi été amené. Après son combat contre le Seigneur Pyst, on l’avait retrouvé inconscient, mais vivant. Il ne s’était pourtant pas encore réveillé, comme plongé dans une sorte de coma.

C’était Estelle qui était le plus souvent en infirmerie et tenait les autres au courant de l’état d’AZ. Mais si elle était là-bas, c’était surtout pour veiller sur son père, qui reprenait peu à peu des forces, malgré quelques hémorragies lorsqu’il faisait de trop grands efforts.  

Les Stones étaient particulièrement choqués par la trahison de leur propre fille. Ils avaient du mal à l’accepter et Eden se lamentait désormais sans cesse, se plaignant d’avoir été une mauvaise mère pour ne rien avoir aperçu. Ludwig aussi se morfondait, mais dans le silence. Soudain, les disputes éclatèrent dans le couple qui n’avait jamais été aussi fragilisé.

Marie enrageait elle aussi. Elle n’avait pas su protéger la clé d’AZ. Mais elle comprenait mieux la volte-face de Rosa. Felicae lui avait promis de faire revenir son Roselia défunt. La secte manipulait Rosa, c’était évident. Sa haine envers Felicae ne faisait que grandir au fil du temps et des confrontations.

Hector quant à lui était devenu très songeur. Il s’était entretenu avec Blanche et Edith un moment après leur retour, ce qui avait entrainé la disparition de la nouvelle Sage dieu sait où. Blanche quant à elle avait enfin réussi à contacter le Major Bob qui était en chemin pour les rejoindre. Ce n’est que 3 jours plus tard qu’Edith revint, le sourire aux lèvres. Elle demanda alors à Hector, Blanche et Marie de la rejoindre dans son bureau pour leur parler.

- Je les ai retrouvés ! annonça-t-elle fièrement quand ils arrivèrent.
- Felicae ? demanda Marie.
- Non, le Cirque Madyapno.

Marie resta interdite. Elle n’avait que peu de souvenirs des sinistres événements du Cirque Madyapno. A vrai dire, tout ce qu’elle savait à ce sujet, c’est qu’il s’agit de l’ancienne Troupe de Grodoudou et Scalproie. Hector et Blanche, par contre, laissèrent échapper leur satisfaction.

- Super ! Tu as parlé à Xatu ? demanda Hector.
- Non, dit Edith. J’ai juste retrouvé des témoins qui ont assisté à leurs représentations. Mais je sais où ils seront ce soir ! S’ils suivent leur planning, ils seront à Neuvartault, à Kalos.
- Génial !
dit Blanche. Eden peut nous téléporter là-bas ?
- Sûrement, mais je préfèrerais que les Stones restent ici ce soir, j’ai à leur parler de la situation actuelle…
- Excusez-moi,
intervint Marie, perplexe. Mais on a une guerre qui risque de débuter avec des gens qui ont une arme de destruction et des agents trop puissants à mon goût … c’est bien le moment d’aller au Cirque ?
- Il y a des indices qui me laissent penser que le chef de la secte de Felicae est lié d’une manière ou d’une autre au Cirque Madyapno,
dit Hector. C’est pour ça qu’on va interroger Xatu, le chef actuel de la Troupe.
- Quels indices ?


Hector eut l’air mal à l’aise face à la question que lui posait Marie. Les visages de Blanche et d’Edith s’assombrirent et elles baissèrent les yeux. Après un moment, Hector brisa le silence.

- Prends Grodoudou et Scalproie avec toi, ils seront surement heureux de revoir leurs anciens amis.




Le Professeur Nessmad était dans son laboratoire, occupé à siroter son Soda Cool en regardant flotter d’étranges masses dans des cuves pleines de liquides verdâtres. Il avait beau être assailli de travail depuis la découverte de l’Arme par la section du Seigneur Poutine, il trouvait encore du temps pour se reposer et se pencher sur ses propres recherches. Récemment, il avait réussi à faire pousser une oreille de Nidoran en utilisant une omelette comme incubateur. Il était juste dommage qu’une de ses assistantes ait voulu manger l’omelette en question, avec toutes les complications qui ont suivi… Il réfléchissait actuellement à un test du même style, mais dans le but de faire naitre un être vivant directement dans l’omelette. Restait à choisir le Pokémon … peut-être un Flabébé ?

Plongé dans ses pensées, le Professeur Nessmad n’entendit pas le Roserade entrer dans son laboratoire et il sursauta quand il vit Herba adossée à son bureau, la tête soutenue par une des roses de son bras.

- Bonjour Professeur, dit Herba.
- Ma très chère Herba, s’exclama le scientifique. Que me vaut la visite de ma fille préférée ?
- Ôtez-moi d’un doute, je suis la seule fille que vous ayez créée, non ?
- Si on oublie quelques expériences non menées à terme, c’est vrai.
- Je me disais aussi,
soupira Herba.

Le professeur Nessmad avait été recruté par François Lumen environ 8 ans auparavant et chargé de créer des Pokémon très particuliers. Cette commande avait pris 6 ans au Professeur Nessmad, mais au final, c’était à lui qu’on devait les 5 Seigneurs de Felicae.

- Maitre Lumen a décrété quelques jours de repos avant une cérémonie à laquelle tout Felicae est conviée. Seul Oscar est chargé de la préparer, alors nous sommes partis vaquer à nos occupations.
- Cela ne m’étonne pas d’Oscar, à toujours essayer de bien se faire voir, plein d’orgueil qu’il est,
rigola le professeur. Et tes autres frères ?
- Pyst est resté sur place, le paresseux. Je crois qu’il m’en veut de lui avoir volé la vedette la dernière fois. Il est sans cesse plongé sur son échiquier et défie des disciples de Felicae.
- Et Poutine, il n’est pas venu avec toi ?
- Non, Poutine est très attaché à son Goulag et aux disciples qu’il y entraine. Je crois qu’il entrerait dans une colère destructrice si quelque chose arrivait à ses protégés.
- Dommage, j’apprécie beaucoup ton frère. Et je suppose que Joking n’est pas non plus avec toi ?
- Evidemment, je ne sais même pas s’il connait encore votre nom, professeur. Non, il s’est isolé quelques jours, sûrement avait-il envie de se « dégourdir les racines » comme il le dit si bien.
- Je vois le style
, dit le professeur en frissonnant. J’avoue qu’il m’a toujours fait peur, même dans les cuves…
- Quant à moi, je passais pour vous donner ceci.

Herba montra sur le bureau une sorte de disque noir coupé en deux.

- Maitre Lumen désire que vous tentiez de le réparer, quand vous aurez le temps.
- D’accord, je verrai ce que je peux faire,
dit le Professeur. Et lui, où est-il passé ?
- Il a laissé Oscar s’occuper seul des préparatifs. Il a dit qu’il voulait assister à un spectacle avec de vieilles connaissances, je crois. Mais dites-moi d’ailleurs, tant qu’on y est… Lorsque vous nous avez créés, c’était sur base de vos travaux ?
- Pas exactement… enfin en partie dirons-nous. Je me suis beaucoup basé sur des recherches qui avaient été faites avant moi mais j’ai ajouté quelques petites choses de mon crû.
- Et ces recherches antérieures, d’où venaient-elles ?
- C’est Monsieur Lumen qui me les a fournies. Je n’avais jamais vu pareilles théories auparavant. Je suppose qu’elles viennent d’un ancien agent de Felicae, mais je n’en ai que le prénom. Un certain Valérian.
- Jamais entendu parler,
dit Herba. De toute façon, aujourd’hui, c’est vous, le génie de Felicae.
- Il est vrai que je suis le chef des recherches de notre Organisation, mais de là à me comparer à un génie…,
dit le professeur en rougissant.
- Allons allons, ne soyez pas trop modeste, professeur. Tenez, vous m’avez offert la vie. Le moins que je puisse faire, c’est vous faire sentir la vôtre.

Herba sourit et laissa s'échapper de ses roses un parfum enivrant. Le Professeur Nessmad savait de quoi il s’agissait. Il savait aussi que ça ne valait pas la peine de lutter. Puis, le souhaite-t-il de toute façon ? Non, il se laissa faire pendant qu’Herba s’approchait de lui pour lui enlever son pantalon, afin de laisser s’exprimer sa Luxure.  





Ainsi, Marie, Hector et Blanche furent téléportés par l’Abra d’Eden à Neuvartault, afin de retrouver l’ancienne troupe du Cirque Madyapno. Grodoudou et Scalproie étaient de la partie, impatients de retrouver leurs anciens camarades avec qui ils ont partagé plusieurs années de leur vie. Ils suivirent la foule qui se rendait en bordure de la ville pour assister à la représentation du Cirque. Les gens affichaient une expression joyeuse et pleine d’entrain. Mais le trio, lui, paraissait soucieux, car ils étaient au courant que les événements risquaient de dégénérer prochainement dans tout Kalos, puisque l’Arme devait s’y trouver. Marie, quant à elle, se posait de plus en plus de questions. Hector lui cachait quelque chose. Etait-ce en rapport avec la créature que Spectra leur avait montrée ?
Le guichet d’entrée était tenu par Xatu. Lorsqu’ils arrivèrent devant lui, celui-ci cligna des yeux à plusieurs reprises, comme pour s’assurer de ce qu’il voyait.

- Bonjour Xatu, dit Hector. Je suppose que tu nous as reconnu ?

Xatu acquiesça. Grodoudou et Scalproie le saluèrent et il répondit par un signe de tête.

- Si ça ne te dérange pas, on aimerait te parler après la représentation, continua le membre du Conseil des 4.

Xatu resta un instant sans bouger puis acquiesça à nouveau. Il leur tendit leurs tickets sans même réclamer l’argent. Puis Grodoudou commença à lui parler. Le trio ne pouvait comprendre les mots exacts employés par la Chanteuse, mais ils comprirent qu’elle demandait si elle et Scalproie pouvaient remonter sur scène. Pour la troisième fois, Xatu acquiesça. Il se retourna et appela un Jungko qui, en reconnaissant ses anciens partenaires, se précipita vers eux d’un air joyeux. Xatu lui adressa quelques mots et l’acrobate fit signe aux deux Pokémon de le suivre.


Le soleil était sur le point de se coucher et la luminosité baissait. Tous les spectateurs étaient rentrés sous le chapiteau. Mais quatre mystérieuses lumières semblaient danser à l’orée des bois.

Hector, Blanche et Marie s’assirent pour assister au spectacle. Il y a 8 ans, la Troupe avait perdu plusieurs de ses membres parmi les plus impressionnants. Mais il y avait tout de même quelques nouveautés. C’était un Pijako qui officiait en tant que Mr Loyal, désormais. Il récita un texte appris par cœur pour faire entrer sur scène plusieurs Pokémon parmi lesquels on trouvait Ursaring, Némélios, Rhinocorne et Tauros. Ce dernier était le seul survivant des Pokémon qui participaient à cette parade d’entrée lorsqu’Henry et sa fille étaient venus assister au spectacle il y a 8 ans, et il semblait être le coordinateur de la marche. Puis, subitement, les Pokémon furent soulevés dans les airs par les pouvoirs d’Alakazam et de Mistigrix.

Hector eut un frisson en revoyant Alakazam. C’était lui qui l’avait enlevé et livré à son patron. Mais le Pokémon se faisait vieux, très vieux, et ses pouvoirs avaient beaucoup perdu de leur superbe. Mistigrix, par contre, déjà très efficace à l’époque, était surprenant. C’était elle maintenant, le Mage en chef et lui l’assistant. Leur spectacle de magie se passa sans accroc et Blanche se laissa surprendre à plusieurs reprises.

S’en suivit l’arrivée d’un Betochef. C’était le remplaçant du Mackogneur et, à ce titre, il fit une démonstration de sa force physique en soulevant et en pliant de lourds objets. Xatu débarqua ensuite pour montrer ses dons de Mentaliste, un spectacle traduit par le Pijako. Vint ensuite Mr Mime et Qulbutoké, qui réalisèrent leur spectacle de clown à coup de tarte à la crème qui finissaient indéniablement sur Mr Mime. Jungko et Simiabraz, qui avaient évolué depuis 8 ans, montrèrent des prouesses acrobatiques dignes des professionnels. Limaspeed et Cupcanaille arrivèrent ensuite pour un numéro de jonglage sous forme de compétition, chacun augmentant sa propre difficulté au fur et à mesure. Puis, enfin, arriva Scalproie. Xatu se laissa faire en tant que cobaye et la précision légendaire du lanceur de Couteaux laissa le public ébahi. Marie, Blanche et Hector furent certainement ceux qui applaudirent avec le plus d’entrain. Et, pour conclure le spectacle, Grodoudou, toujours masquée, arriva sur scène et entama son chant. Un chant mélancolique d’une indicible beauté. Marie laissa même échapper une petite larme car cette mélodie lui rappelait son père. Mais Grodoudou ne put terminer sa sérénade.

Dans le public proche de l’entrée, on poussait des cris d’effroi. Le chapiteau commençait à prendre feu. Grodoudou cessa de chanter et la panique s’installa dans le Cirque. Des gens appelèrent des Pokémon eau pour éteindre les flammes, mais l’incendie redoublait à chaque instant d’intensité. Scalproie dû utiliser ses couteaux pour créer une nouvelle sortie et permettre la fuite. Hector, Blanche et Marie se précipitèrent vers cette nouvelle sortie, malgré les bousculades des autres spectateurs, paniqués. Grodoudou rejoignit Marie, accompagnée de Xatu. Une fois dehors, alors que tout le monde continuait à s’enfuir, le trio de Jotho s’arrêta pour regarder ce qu’il se passait. Blanche poussa une exclamation d’effroi en reconnaissant les 4 Mélancolux qui entretenaient l’incendie avec des Feux d’Enfer.

La troupe se rassembla autour de Xatu qui fixait les flammes. Le Mentaliste tremblait.

- Il faut les arrêter ! cria Marie. Qu’est-ce qu’on attend ?
- Tu as raison
, dit Hector. Et sauver ce qui peut être sauvé du Cirque.

Il invoqua Cisayox et Dardargnan, vite rejoints par Ecremeuh, Melodelfe et du Tentacool de Marie. Tous partirent à l’assaut des Mélancolux. Voyant le trio réagir, la Troupe les suivit dans cet affrontement contre leur passé. Seul Mr Mime, tétanisé par la peur, resta en retrait avec Xatu qui fixait continuellement les flammes comme s’il pouvait y lire quelque chose.




Pendant ce temps, au Mont Mémoria, en dehors du Q.G, Fédéon, le Majordome, marchait parmi les tombes. Il avait avec lui un bouquet de Lys. Arrivé devant une tombe, il s’arrêta et la fixa un instant, silencieusement. Puis il se mit à genoux et déposa les fleurs avec une attitude de recueillement.  

- Ainsi donc, vous pouvez éprouver des sentiments, Fédéon ?

C’était Spectra. Elle avait surpris le Métamorph dans le cimetière et avait décidé de le suivre, par curiosité. Mais elle ne s’était pas attendue à ce que Fédéon vienne se recueillir sur une tombe.  

- J’éprouve moi aussi des sentiments,
répondit Fédéon sans bouger. Je suis aussi humain que vous.
- Pas exactement, mais nous n’allons pas recommencer cette discussion, cher Fédéon. Qui est-ce ?
- Cela ne vous concerne pas.
- C’est pour cette personne que vous avez rejoint Felicae, je me trompe ?
- Maitre Lumen m’a en effet affirmé qu’il la ferait revenir d’entre les morts une fois que nos plans seraient accomplis.


Spectra sourit et regarda une personne invisible à ses côtés. Il s’agissait en vérité du spectre de sa petite sœur, qui ne pouvait quitter le Mont Mémoria depuis qu’elle y avait été enterrée, mais que Spectra venait visiter très souvent. A ce jour, seuls elle et François Lumen avaient manifesté ce don de voir et de communiquer avec les spectres, même si, pour une raison que Spectra ignore, sa sœur se sente très mal à l’aise en présence du Maitre de Felicae.

Fédéon se releva et, sans jeter un regard vers Spectra, s’éloigna pour rentrer au Q.G. Spectra regarda la tombe avec plus d’insistance. « A notre regrettée, Julie Tell, morte le jour de son 27ème anniversaire ».

- Comment est-elle morte ? demanda Spectra juste assez fort pour que Fédéon l’entende.
- Je l’ai tué, répondit celui-ci en disparaissant dans le brouillard du Mont Mémoria.




Au abords de Neuvartault, la situation était de plus en plus critique. Malgré leur surnombre, la Troupe et le trio de Johto peinaient à affronter les Mélancolux.

Le combat avait lieu en 4 endroits différents. Mistigrix, Alakazam, Betochef, Simiabraz et Jungko étaient retournés sous le chapiteau pour suivre l’un des 4 assaillants. Hector et Blanche affrontaient à deux un autre Mélancolux tandis que Marie, Scalproie, Grodoudou, Tentacool, Pikako et Qulbutoké s’en prenaient au troisième. Le dernier des incendiaires affrontait Tauros et sa parade, ainsi que Cupcanaille et Limaspeed.

Sous le chapiteau, les Pokémon étaient entourés par les flammes. Ils répétaient leurs assauts sans cesse mais le Mélancolux, qui était leur ancien camarade, évitait toutes les attaques et ripostait par des gerbes de flammes qui accentuaient l’incendie. Les Mages utilisaient leurs pouvoirs pour lancer des objets sur le Spectre, et ils furent imités par Betochef qui lançait plus simplement les objets. Soudain, le Mélancolux s’arrêta de bouger devant le mât qui était toujours debout et qui soutenait vaillamment le chapiteau. Mistigrix s’arrêta, méfiante, et sentant comme un piège. Mais Betochef, lui, agit sans réfléchir et lança un de ses blocs de ciment. Le Mélancolux l’esquiva de justesse et le projectile brisa le mât en deux.

Jungko laissa échapper un cri et attrapa Simiabraz et Betochef pour les pousser vers la sortie. En effet, le chapiteau allait enfin s’écrouler, piégeant les Pokémon dans les flammes. Ils eurent juste le temps de sortir. Le Mélancolux et les mages, eux, avaient disparu. Les Pokémon n’eurent pas le temps de se lamenter et se séparèrent rapidement pour aller aider les autres combattants. Jungko espérait néanmoins que les Mages avaient pu se téléporter à temps…

Sous le chapiteau écroulé, Alakazam gisait, écrasé par le mât brisé.  Il était encore en vie et conscient, mais il sentait ses dernières forces l’abandonner. Mistigrix, elle, le regardait. Le Pokémon qui lui avait tout appris, qui l’avait prise sous son aile. Mais Mistigrix le sait depuis 8 ans, c’est aussi à lui qu’elle doit la perte de sa dresseuse. Pire, à cause de lui, elle l’avait même oubliée. Depuis que ses souvenirs lui étaient revenus, Mystigrix n’en avait pas parlé. Elle n’avait rien laissé paraitre. Mais sa haine était toujours là, bien vivace.

Alakazam ouvrit les yeux et tendit un bras vers sa protégée, en appel à l’aide. Mistigrix le toisa du regard, puis lui tourna le dos. Sans un regret, elle se téléporta en dehors du chapiteau, abandonnant Alakazam aux flammes. Celui-ci laissa échapper des larmes qui s’évaporaient sous la chaleur. Il comprenait que son mensonge avait été percé à jour. Le Pokémon qu’il considérait comme sa fille le haïssait. Elle l’abandonnait. Il ne vit pas le Mélancolux l’observer puis préparer une Ball’Ombre pour l’achever.




L’écroulement du chapiteau avait surpris les combattants. Détournant le regard un instant, ils ne se rendirent pas compte que les Mélancolux prirent la fuite. Lorsqu’ils voulurent retourner au combat, seules les flammes de l’incendie les entouraient. Les incendiaires avaient disparu. Xatu arriva alors, sorti de sa torpeur, et donna des ordres à la Troupe qui commença à s’organiser pour puisser de l’eau dans une mare non loin et calmer les flammes. Hector, Blanche et Marie voulurent aider, mais Xatu les arrêta et pointa son aile en direction des bois. Il avait la mine grave et sérieuse.

- Tu veux qu’on aille voir là-bas ? demanda Hector, surpris.
- Les Mélancolux ? ajouta Blanche.

Xatu confirma les propos de Blanche d’un signe de tête, puis partit aider ses compagnons. Il n’avait pas envie d’être confronté aux Mélancolux. Il avait peur.

Le trio, Scalproie et Grodoudou partirent donc vers la direction indiquée par le Mentaliste. Rapidement, ils aperçurent en effet 3 lueurs bleutées. Mais il y avait un homme avec eux. Il était blond et devait avoir environ 35 ans. Il était vêtu d’une toge sombre. Il les regardait venir à lui, le visage inexpressif.

- Qui êtes-vous ? cria Blanche une fois qu’ils arrivèrent face à lui. C’est vous qui avez commandé ça ?
- Vous êtes de Felicae, pas vrai ?
demanda Hector.
- Jeeeeee suiiiiiiiiis Fraaaaançoiiiiiiis Luuuuumeeeen, fooooondateur de Feeeeeliiicaaaaaeeee !

La voix de l’homme surprit Marie. Elle variait des graves aux aigus et changeait de tonalité subitement. On aurait dit une très mauvaise interprétation de ventriloque. Blanche et Hector, au vu de leur expression, partageaient la surprise.

- Heu… commença Hector. Et vous avez un lien avec le Cirque Madyapno ?

François Lumen ne répondit pas. Soudain, sans prévenir, Scalproie lança un couteau qui se planta en plein dans le crâne de l’homme. Marie poussa un cri de surprise et se tourna vers le Lanceur de Couteaux avec un air désapprobateur. Mais le Maitre de Felicae ne poussa aucun cri de douleur. Il ne bougea pas pendant quelques secondes, ce qui fit croire à Blanche qu’il était mort. D’ailleurs, pensa Hector, un être humain normal devrait l’être après un pareil coup. Mais il bougea son bras par saccade, comme un robot, et attrapa le couteau avant de l’enlever de sa tête. Il n’y avait pas de sang.

- Qu’est-ce que ça veut dire ? dit Hector. Vous êtes quoi ?

Il ne répondit pas. Les 3 Mélancolux, eux, restaient immobiles au-dessus de sa tête. C’est alors que le quatrième débarqua et se plaça au-dessus de la tête du fondateur de Felicae. Celui-ci frissonna puis éclata de rire, avec des gestes tout à fait normaux.

- Je suis le Maitre de Felicae. Je suis celui qui apportera la mort et la destruction partout dans le monde !

Alors qu’on aurait dit un robot quelques minutes avant, il agissait et parlait ici exactement comme un être humain normal. Cette disparité entre avant et maintenant laissait le Trio perplexe.

- Quel est votre lien avec le Cirque ? demanda Blanche.
- Je suis venu pour vous annoncer la bonne nouvelle, dit François Lumen.
- Vous parlez de l’Arme ? questionna Marie.
- Je parle des milliers de morts qui vont servir la cause de Felicae. Dans trois jours, une ville subira le même sort que ce Cirque. Mais la mort sera omniprésente.
- Vous êtes cinglé !
cria Blanche.

François Lumen lui sourit d’un air dédaigneux puis, subitement, une faille s’ouvrit dans son dos. Il recula et, avant que le trio ne puisse réagir, lui et les Mélancolux disparurent.

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12


Dernière édition par unpuis le Ven 28 Aoû - 16:33, édité 1 fois
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 14 Mai - 21:24

Haine, Les Vendanges de Felicae

La Cérémonie de Felicae avait rassemblé la quasi-totalité des fidèles de la Secte. La grande salle était pleine à craquer. Au fond de celle-ci, assis sur un siège richement décoré, François Lumen trônait l’assemblée. Il était vêtu d’une longue toge bleue nuit et, comme toujours, les 4 Mélancolux faisaient danser leurs flammes bleutées au-dessus de lui. A sa droite et à sa gauche, les 4 Seigneurs de Felicae étaient eux aussi assis, à part Oscar, qui adressait un discours aux fidèles. Si Herba et Poutine semblaient très attentifs aux dires du Tutankafer, Pyst bâillait sans retenue et Joking adoptait une position qui ne laissait aucun doute sur ce qu’il pensait de la Cérémonie.

Spectra et Fédéon étaient aux premiers rangs des fidèles. Ils avaient une place privilégiée au sein de la Secte mais, en tant qu’humains en apparence, ils devaient rester avec leurs semblables. Ils étaient d’ailleurs peut-être les seuls à n’écouter Oscar que d’une oreille, car ils savaient où voulait en venir le Seigneur. Mais quand celui-ci invita un jeune homme qui portait une toge semblable à celle de François Lumen à le rejoindre devant, tous redoublèrent d’attention. Même Joking regardait la scène avec curiosité.

- Comme vous le savez sûrement, nous avons désormais toutes les cartes en main pour atteindre notre objectif final ! déclara Oscar. L’Artefact découvert par le Seigneur Poutine, la clé obtenue par les Seigneur Herba et Pyst… Mais il nous manque un dernier ingrédient !
- Felicae a été créée dans cet unique but, dit François Lumen à l’assemblée en se levant et en s’approchant d’Oscar. Faire revenir les morts à la vie. Vous avez perdu des proches, des amis, de la famille, et ce injustement. En invoquant le Dieu qui contrôle la mort elle-même, nous serons en mesure de ramener tous ces êtres qui nous sont chers, ainsi que ceux qui ont perdu la vie pour nous permettre d’atteindre cet objectif.

Il n’y avait pas un humain pour ne pas boire les paroles de François Lumen comme le plus pur des breuvages. Spectra elle-même avait des étoiles dans les yeux. Oscar était retourné à son siège, parmi les Seigneurs. François Lumen ébouriffa les cheveux du jeune homme qui souriait sereinement. Puis, subitement, un Munja apparu au-dessus de sa tête.

- Comme vous l’a dit le Seigneur Oscar, il nous manque un ingrédient. Car pour ramener Yveltal à la vie, nous devons lui donner en offrande…

Le corps du jeune homme s’embrasa soudainement et celui-ci cria sous la douleur. Personne n’osa dire quoi que ce soit dans l’Assemblée. Très vite, le jeune homme toujours incandescent s’écroula, mort, au pied du Maitre de Felicae.
- Des âmes humaines ou de Pokémon, termina François Lumen. Nous allons récolter partout dans le monde un maximum d’âmes. Pour cela, nous allons attaquer plusieurs grandes villes. Les 5 Seigneurs organiseront le tout et vous appelleront pour participer aux grandes Vendanges. C’est aux Munjas que reviendra ensuite la tâche de capturer les âmes et de nous les ramener. Gloire à Felicae !
- Gloire à Felicae ! clama en cœur l’entièreté de la salle.




- Seigneur Joking, j’aimerais m’entretenir avec vous.

Les gens commençaient à quitter la grande salle. La Cérémonie venait de se terminer, avec beaucoup de succès. Fédéon était en train de se débarrasser du corps du brûlé et les Seigneurs eux-mêmes se dirigeaient vers la sortie. Mais François Lumen barrait la route à l’Epouvantail.

- Je me demande bien ce que Maître Lumen veut au Seigneur Joking, dit Poutine à Herba en franchissant la porte.
- Sûrement souhaite-t-il qu’il dirige la première mission de Vendange, répondit la Roserade.
- D’ailleurs, qu’en pensez-vous, Seigneur Herba ?
- Ce que j’en pense ?
- De cette histoire de vendange. J’ai l’impression que nous allons trop loin. Tuer des innocents ? Cela ne me plait pas.
- Franchement, je m’en moque. Nous aurons bientôt atteint notre objectif final et c’est le principal. Je n’en ai rien à faire, de la populace.

Les deux Seigneurs furent subitement bousculés par le Seigneur Joking qui ne leur prêta aucune attention. Il se dirigeait vers la sortie du QG avec un air ravi sur le visage.

- Je pense que vous aviez raison, Seigneur Herba, dit Poutine. C’est à lui que revient d’organiser la première attaque.




La Troupe du Cirque ayant perdu son Chapiteau, Edith avait proposé à Xatu d’accueillir la Troupe dans leurs appartements. Celui-ci avait accepté et tous les Pokémon artistes vivaient désormais au bord du Lac Courage.
Edith avait eu une discussion très endiablée avec Ludwig et Eden Stone qui avaient mis fin à leur dispute au sujet de Rosa. L’état de Frederick et d’AZ ne s’était pas amélioré, mais ne s’était pas aggravé non plus. Marie, Hector et Blanche avaient raconté leur rencontre avec François Lumen, une histoire qui laissait Edith particulièrement perplexe. Le comportement du Maître de Felicae, disait Hector, laissait penser qu’il cachait quelque chose avec les Mélancolux. Et, si Marie n’y pensait pas, les autres pensaient tous que le Directeur avait quelque chose à voir avec la situation.
L’arrivée du Major Bob les sortit de leurs réflexions. Comme la dernière fois, il était venu avec pas mal d’armes et Blanche lui cria dessus en le traitant de « Gros malade », soutenue par Hector. Mais la dispute cessa brusquement avec l’arrivée d’Edith et de quelques membres du Clan, la mine grave.

- Je ne voudrais pas gâcher ces retrouvailles, mais Felicae fait en ce moment même des siennes.
- Qu’est-ce qui se passe ? demanda Marie.
- La ville de Lavandia est actuellement attaquée par une cinquantaine des adeptes de Felicae, envahie par des dizaines de Munjas, et Voltère, le champion, serait déjà mort.
- Comment sais-tu ça ? demanda Estelle.
- C’est en ce moment en train de passer aux infos, ils ont fait l’erreur d’attaquer une ville avec des studios et la nouvelle a vite été relayée partout dans le monde. Mais le Conseil des 4 de Hoenn ne semble pas réagir. D’ailleurs, je n’arrive pas à le contacter depuis qu’on sait que Spectra en fait partie.
- Bon, je suppose qu’on ne va pas rester les mains dans les poches ? dit Eden en invoquant son Abra.
- On y va tous, dit Edith. C’est une mission dangereuse, mais plus on est, mieux ça vaudra. J’ai aussi appelé quelques autres membres du Clan, ils viennent aussi.

Un instant plus tard, ils débarquèrent en plein centre de Lavandia. Partout autour d’eux, des dresseurs se mesuraient aux forces de Felicae. Mais la grosse différence, c’était que les membres de la Secte ne cherchaient pas juste à combattre, mais bien à tuer leurs adversaires. Des Munjas flottaient partout, presque paisiblement. Edith adressa un regard à toute l’équipe, puis ils se séparèrent pour être plus efficaces. Marie et Edith avancèrent ensemble vers la porte nord, Eden et Ludwig vers l’Ouest, Hector et Blanche prirent l’Est et le Major Bob et Estelle le Sud. Les membres du Clan, quant à eux, restèrent au centre pour prêter main forte aux habitants.

Le Major Bob avait fait appel à son Raichu et Estelle à son Nidoqueen. Edith lui avait en effet offert une Pierre Lune pour faire évoluer son Pokémon. le Smogogo de son père était lui aussi de la partie. Ils se firent attaquer par un Yanméga et un Lakmécygne, mais tous deux furent littéralement grillés par l’attaque Tonnerre de Raichu. Ils avaient atteint les Studios, dévastés et en ruine. Il y avait là plusieurs cadavres, mais aussi 4 membres de la Secte. Estelle voulu ordonner à son Nidoqueen d’attaquer, mais le militaire qui l’accompagnait fut plus rapide et, à coup de Cage-Éclair, mit rapidement les opposants et leurs Pokémon hors d’état de nuire.

- Haha ! Ils ne sont pas si entraînés que ça, ces imbéciles, dit le Major en éclatant d’un rire orgueilleux.

Mais des cris de douleurs le firent sortir de son hilarité. Les hommes qu’il venait de capturer venaient de s’écrouler, morts, un trou au niveau de la poitrine.

- Quoi… ? dit le Major. Qu’est-ce que ça veut dire ?

Estelle se taisait, l’air effarée. Elle avait déjà vu ce genre de blessure. Elle savait qui en était la cause. Elle frissonna en voyant la silhouette de l’Epouvantail sortir des décombres du Studio, ses Racines grouillantes comme d’horribles tentacules.

- Haaa, j’ai bien cru que ces imbéciles ne se laisseraient pas faire ! lança Joking en jetant un regard dédaigneux vers les quatre cadavres. Je leur avais pourtant bien dit que je devrais me régénérer après avoir fait sauter le bâtiment.
- Hey, toi ! T’es qui ! lança le Major Bob, l’air menaçant.

Joking se tourna vers le militaire, un sourire de folie sur le visage. Estelle serrait les poignets, se retenant d’agir trop rapidement. Elle savait qui était l’Epouvantail, de quoi il était capable. La moindre erreur lui serait fatale. Mais elle avait aussi confiance dans les compétences du Major.

- Je suis Joking, Seigneur de Felicae, répondit le Cacturne.
- Quoi ? Alors ce n’était pas des membres de la Secte que j’avais capturé ?
- Si, mais j’avais besoin de sang pour me régénérer.
- Tu… Tu as tué tes propres alliés ? demanda le Major Bob en tremblant pour contenir sa haine. Comment oses-tu faire une chose pareille ?
- Des alliés ? répéta Joking avant d’éclater de rire. Disons plutôt un Garde-manger.
- Espèce de pourriture sans honneur ! cria le Major de sa puissante voix. Raichu, attaque Tonnerre !

Le Pokémon Souris se prépara à attaquer, mais avant que quiconque ne puisse réagir, l’Epouvantail s’était déjà élancé vers eux, plus rapide que l’éclair. Le Pokémon comme son dresseur étouffèrent d’une exclamation. De multiples racines les transperçaient allègrement sous le regard horrifié d’Estelle. Le Major semblait ne pas comprendre ce qu’il se passait. il n’avait rien vu venir.

- Tu disais, petit soldat de pacotille ? demanda Joking en le narguant. Pourriture ? Dans un instant, c’est toi et toi seul qui nourrira les asticots !

Le Major hurla de douleur et son corps, comme celui de son Pokémon, explosa sous les mouvements rapides des Racines du Seigneur Joking, qui éclata d’un grand rire malveillant. Mais subitement, il déchanta en recevant de plein fouet une attaque Lance-Flammes de la part du Smogogo de Frederick, désagrégeant ses deux bras et une partie de sa poitrine. Estelle, les larmes aux yeux et la haine sur le visage, fixait l’Epouvantail avec la ferme intention d’en finir avec lui.

- Lance-flamme et Telluriforce ! cria-t-elle avec rage.

Nidoqueen et Smogogo obéirent. Mais malgré les dégâts, Joking parvint à éviter les attaques en reculant. Mais les Pokémon continuaient, obligeant l’Epouvantail à reculer de plus en plus.

Celui-ci était mal au point, avec une partie de son corps en moins. Il voyait bien sur le visage d’Estelle que celle-ci ne le laisserait pas s’approcher d’elle et même s'il mourrait d’envie de la dépecer, il devait se replier… momentanément. Aussi profita-t-il de chaque nouvel assaut pour se diriger vers l’Est, où il savait que beaucoup de fidèles se trouvaient. Ce qui lui donnerait une chance de se régénérer.

Estelle, elle, continuait de crier ses ordres avec rage. Ses Pokémon l’écoutaient et enchaînaient les attaques, mais l’esquive de l’Epouvantail restait une difficulté de taille. Le désir d’Estelle de tuer Joking augmentait de seconde en seconde.

Mais leur route finit par croiser celle d’un fidèle qui semblait fuir. Le pauvre bougre appela le Seigneur Joking avec allégresse mais déchanta quand celui-ci se jeta sur lui pour en tirer de quoi se régénérer.

Estelle cria, insultant l’imbécile et ordonnant à Smogogo de carboniser le Cacturne. Mais alors que les flammes s’apprêtaient à nouveau à le toucher, Joking fit un pas de côté et s’élança dans les airs. Son corps était à nouveau entier et ses Racines étaient de sortie. Mais il n’avait pas l’intention de les plonger dans le corps du Smogogo, car cela risquait de l’empoisonner. Aussi se servit-il de ses Racines comme d’un fouet pour envoyer le Pokémon Poison contre un mur, l’assommant.

Estelle s’arrêta en voyant que le Pokémon de son père était inconscient. Elle comptait principalement dessus et sur son attaque Lance-Flammes pour venir à bout de l’Epouvantail, mais celui-ci venait de le mettre hors combat et la fixait désormais. Il riait frénétiquement. Si Estelle ressentait toujours de la haine, c’était désormais la peur qui avait pris le dessus. Elle fit un pas en arrière, tremblotant. Nidoqueen voulait faire barrage, mais elle aussi était effrayée. Joking le sentait. Il a toujours aimé sentir la peur qu’il inspirait. Lentement, il avança, ses Tentacules bougeant d’un air presque hypnotique.

- Je t’avais dit que je te tuerai, non ?
- C’est… C’est moi… C’est moi qui te tuerai !
- Ha oui ? Hé bien c’est ce que nous al…

Le Seigneur Joking fut subitement interrompu par l’Ecremeuh de Blanche et son attaque Roulade, qu’il esquiva juste à temps. La Championne de Doublonville avait laissé Hector se débrouiller seul pour chasser l’homme que Joking venait de tuer, sans se douter qu’elle tomberait sur un des Seigneurs.

- Va te mettre à l’abri, Estelle ! cria-t-elle.
- Blanche ! Fais super attention, il a déjà tué le Major !
- Quoi ?! Salopard ! Ecremeuh !

Le Pokémon comprit et reprit sa Roulade pour frapper Joking. Celui-ci tenta de plonger ses Racines dans le corps du Pokémon Vache mais la vitesse de rotation déchiqueta ses tentacules végétales et il fut contraint, à nouveau, d’esquiver l’attaque. Estelle et Nidoqueen profitèrent de la pagaille pour courir au chevet de Smogogo, toujours inconscient.

Le combat entre Ecremeuh et Joking faisait rage. Les attaques du Pokémon de Blanche étaient dévastatrices mais seuls les bâtiments alentours en souffraient, car Joking s’arrangeait toujours pour esquiver. Mais l’Epouvantail lui aussi ne pouvait pas blesser son adversaire et, de plus, celle-ci le tenait éloigné du reste des opposants. Mais lorsque Ecremeuh fit éclater la façade d’une boutique, faisant tomber une grosse enseigne en métal, l’Epouvantail eut une idée. Il saisit ladite enseigne de ses Racines et se posta comme pour encaisser la Roulade. Blanche encouragea son Pokémon mais en pleine charge, Joking se servit de l’enseigne comme d’une batte de baseball et envoya Ecremeuh voler haut dans le ciel et atterrir avec fracas bien plus loin vers l’Est. Blanche se retourna pour voir où était passé son Pokémon mais elle ne pouvait le voir. Ce furent les cris d’Estelle qui l’alertèrent mais, quand elle fit à nouveau volte-face, c’était déjà trop tard.

L’Epouvantail était juste en face d’elle et la toisait du regard, en souriant comme un psychopathe. Blanche déglutit et voulu fuir, mais les Racines de Joking s’enroulèrent rapidement autour de sa taille, telles un boa constrictor, pour la ligoter. Joking l’empêchait de bouger, que ce soit les bras ou les jambes. Mais au lieu de se débattre, la Championne regardait son adversaire avec un regard décidé.

- Es-tu prête à mourir ?
- Il y a des choses pires que la mort, dit Blanche avec un air de défi.
- Ha oui ? Tu veux dire, comme ton ami a vécu avec ce sympathique Cirque ?
- Quoi ? répondit Blanche. Comment sais-tu quoi que ce soit sur cette histoire ?
- Ho Maître Lumen nous a dit bien des choses à votre sujet à tous. La petite Marie et ton pote Hector ont été violés par le Directeur du Cirque, c’est ça ? Et pour toi, c’est pire que la mort ?
- Bande de tarés, répondit Blanche.
- Je m’en doutais, dit Joking avec un grand sourire. Dans ce cas, on pourra dire quand je te tuerai que je te délivrerai d’un bien plus grand mal !

Le visage de Blanche blanchit. Elle sentit les racines autour d’elle glisser plus bas. Quand elle en vit une se glisser dans son short, elle ferma les yeux, presque en pleurs à l’idée de ce qui allait arriver alors que Joking riait aux éclats.

Mais la Racine ne put aller plus loin et libéra brusquement Blanche. Celle-ci ouvrit les yeux et constata que ses liens avaient été tranchés. Cisayox se tenait entre elle et Joking.

- Et merde, dit Joking. C’est pas bon…
- TUE-LE ! cria Hector, le visage déformé par la haine.

Joking tenta d’esquiver l’assaut de Cisayox, mais celui-ci était aussi rapide que lui. L’Epouvantail avançait à reculons et utilisait ses Racines comme des fouets et des lances pour atteindre le Pokémon Insecte. Cependant, les puissantes pinces du Pokémon d’Hector les tranchaient bien avant qu’elles ne puissant pénétrer dans son corps. Tout ce que Joking tentait, Cisayox le contrait, infligeant de nouvelles blessures à l’Epouvantail.
- DECOUPE-LE ! QU’IL N’EN RESTE RIEN ! continuait d’hurler Hector.

Blanche regardait le combat. Elle avait l’impression que la rage d’Hector donnait de la puissance à chaque mouvement de Cisayox. Rapidement, l’Epouvantail fut acculé vers un mur, ne pouvant plus reculer. Il tenta tant bien que mal de plonger ses Racines dans le corps de son adversaire, mais celui-ci était trop rapide. A coups de Plaie-Croix, il découpa l’Epouvantail en 2 morceaux, puis en 4, en 8, en 16, et continua encore. Alors que son corps était de plus en plus tranché, l’Epouvantail criait de douleur de plus belle. Puis, subitement, plus rien de végétal ne bougea.

Devant Cisayox, il n’y avait plus que des lambeaux de chair verte, de petits morceaux de Racines. Il avait été touché par certaines attaques, mais très peu. Hector, s’approcha sans dire un mot devant le cadavre désagrégé de Joking, le visage toujours haineux. Et il attendit un instant, sans bouger.

Puis, d’un seul coup, un petit morceau vert doté d’un œil unique s’échappa du tas et tenta de fuir. Mais Hector l’écrasa violemment de son pied, la rage aux dents.

- Tu croyais quoi ? Que je te laisserai fuir ?
- Saleté d’humain, dit une petite voix aiguë qui provenait du bout vert sous le pied d’Hector. Tu auras beau me couper autant de fois que tu veux, je vivrai toujours !
- Tu es ridicule.
- Quoi ?
- Pitoyable. Tu n’es plus rien, tu ne peux même pas m’atteindre en ce moment, alors que je t’écrase comme un vulgaire moucheron.

En effet, de petites Racines s’échappaient pitoyablement du reste de Joking et tentaient de percer, sans succès, les chaussures d’Hector, ou d’atteindre sa peau pour en tirer de quoi se régénérer.

- Je te tuerai ! Tu m’entends !? Dés que je le pourrai, je te tue !
- Tu te rends compte que tu as tué des centaines de personnes, des amis, et que tu as essayé de faire subir … de violer Blanche ? Et tu voudrais que je te laisse vivre ?

Il appuya subitement encore plus fort sur Joking, qui laissa échapper un cri aigu.

- AS-TU SEULEMENT LE MOINDRE REGRET ?
- Aucun ! Je ne peux pas avoir de regrets ! J’aime tuer, c’est ma passion !
- Ha oui ? Hé bien maintenant…

Hector souleva son pied, libérant Joking. Celui-ci voulut en profiter pour fuir, mais fut frappé de plein fouet par l’attaque Lance-Flammes du Smogogo qu’Estelle venait de soigner.

- Tu permets qu’on essaye avec toi ? dit Hector en regardant la plante verte se tortiller pitoyablement.
- Je t’avais dit que je te tuerai, susurra Estelle.
l’Epouvantail hurla alors que son corps se désagrégeait. Mais son cri se transforma vite en un rire cruel et gras.
- Je vais donc au Diable à l’instant ! Si tant est que je ne suis pas lui ?

Sur cette terrible réflexion, le peu qu’il restait du corps de l’Epouvantail se transforma une bonne fois pour toute en cendres.

- C’est terminé, dit Hector en détournant le regard. Il y a encore pas mal de membres de Felicae à vaincre, on ferait mieux de…

Il ne put terminer sa phrase. Blanche s’était jetée sur lui pour l’embrasser, les larmes aux yeux.




- Ainsi meurt Joking, Seigneur de Felicae, conclut Oscar.

Les Seigneurs, Maître Lumen, Spectra et Fédéon étaient rassemblés devant l’écran. Tout le combat avait été filmé par un Munja.

- Qu’en est-il des Vendanges ? demanda Herba.
- Lavandia était une bonne cible, dit Pyst. D’après mes calculs et les rapports obtenus, nous avons déjà 12% des âmes nécessaires au Rituel.
- Et parmi ces âmes, il y a le Seigneur Joking, dit Spectra en baissant la tête.
- N’en soyez pas si sûr, dit François Lumen. A vrai dire, je ne pense pas qu’il en ait jamais eu une.

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12


Dernière édition par unpuis le Ven 28 Aoû - 16:33, édité 1 fois
Membre Noir
SimiaK 
Membre Noir 

Messages : 2947
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 14 Mai - 21:55

LE SEIGNEUR JOKING RESPIRE LA PUTAIN DE CLASSE !!!

Spoiler:
 

_____________________________________________

Tout est relatif sauf ce qui ne l'est pas

Je ne jures que par trois choses.
La Folie                                                          La Dépression


et la manière incroyable qu'on a de pouvoir se foutre de ce qui ne nous intéresse pas


 


Dernière édition par SimiaK le Ven 15 Mai - 10:17, édité 1 fois

[Fic] Le Cirque Madyapno

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 6 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

 :: Pokéworld :: Discussions Pokémon-