AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Neverused est en cours de déplacement vers le Forum Pokéstrat
Vous y retrouverez toutes les fiches à jour, avec une présentation bien plus agréable !



 

 [Fic] Le Cirque Madyapno


Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Membre Platine
Cheshire 
Membre Platine 

Messages : 1408
Age : 18

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Sam 15 Nov - 15:22

Super chapitre comme d'habitude, je ne sais pas pourquoi mais je m'attendais un peu à ça ^^
Bonne continuation pour ton dernier chapitre.

_____________________________________________



Dernière édition par Cheshire le Mer 27 Avr - 15:31, édité 1 fois
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Mer 19 Nov - 16:46

Le chapitre 12 est écrit et envoyé à Libra TheCorrectorMan
Vous pouvez le harceler pour qu'il finisse la correction c:

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12
Membre Perle
Iggy Spring 
Membre Perle 

Messages : 859
Age : 17

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Mer 19 Nov - 16:55

Cool ! libraaaaaaaa ? c:

_____________________________________________



images bg:
 
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 20 Nov - 17:43

Spoiler:
 
Merci à Libra pour la correction et à vous de m'avoir suivi depuis le début :3 

Chapitre 12 : Les maux de la faim.
 
Depuis sa naissance dans le laboratoire de Valérian, Estom était tiraillé par la faim. Une Faim insatiable, sans comparaison possible. C’est en permanence que ce Coudlangue transgénique éprouvait le désir de dévorer tout ce qui passait à sa portée. Qu’il s’agisse d’êtres vivants ou de matière inanimée, il avait envie de tout manger. La science malsaine exercée par Valérian lui avait procuré un estomac très puissant, ainsi qu’une salive capable de dissoudre presque toutes les matières habituelles. Mais on avait beau le nourrir en permanence, rien ne calmait cette effrayante Faim.
 
Lorsque le Directeur est né, il avait d’abord rencontré Estom, enfermé dans une cage. Les pouvoirs hypnotiques de son jeune frère nouveau-né furent alors utilisés pour rendre cette envie plus supportable. Ainsi, pour la première fois, Estom se sentait presque bien. Mais il avait besoin de séances d’Hypnose régulières et avait toujours faim, un peu. Ainsi, le Directeur s’en était fait un allié de choix, qu’il pensait loyal, car Estom dépendait de lui. Cependant, après presque trois décennies, la Faim commençait à devenir plus forte que l’Hypnose. Estom avait de plus en plus de mal à se retenir. Il avait une envie effrénée de se jeter sur tout ce qui bouge pour l’avaler tout rond. Il n’avait déjà pas su se retenir en voyant Dodrio à terre. En cachette, il devait dévorer des cailloux ou arbres et, quand il avait de la chance, un pokémon ou humain qui passait trop près de leur campement. Cela faisait déjà un moment que l’emprise du Directeur sur Estom baissait. Mais le monstre était parvenu à le cacher à ce dernier, car il connaissait ses projets.
 
Ainsi, Estom avait patienté. Et ce soir, enfin, le bon moment était arrivé ! L’occasion s’était présentée comme un plat qu’on ne peut refuser. Estom s’était accaparé les pouvoirs de Giratina convoités par le Directeur. En avalant l’Orbe, Estom n’était pas seulement devenu capable de contrôler le Monde Distorsion. Non, il était le Monde Distorsion. Il l’avait compris en y jetant le Directeur sans le moindre remord. Sa faim, son insatiable faim, s’était un peu calmée, comme s’il avait véritablement mangé le Directeur. Mais un Pokémon, ce n’était pas suffisant…
 
Guidé par la Faim, Estom ouvrait des failles vers le Monde Distorsion un peu partout à travers le monde, presque au hasard. Toutes les régions étaient touchées. Humains et Pokémons y tombaient sans pouvoir y échapper. Surpris, ils chutaient dans le Monde Distorsion, flottant dans le vide, sans comprendre. Ils ne savaient pas que chacun d’eux aidaient à calmer, l’espace d’un court instant, l’appétit du monstre.
 
Dans la salle de la Grotte Retour, Henry et les Stones regardaient Estom, médusés. Ils ne s’étaient pas attendus à ça. La trahison d’Estom était une grande surprise. Les Pokémons de la Troupe, eux aussi, restaient sans bouger. Estom affichait une expression de plaisir, mais ne semblait pas très intéressé par ce qu’il se passait autour de lui. Seul lui comptait d’avaler de plus en plus de matière. Il était devenu à lui seul la cause d’une potentielle fin du Monde.
 
Reprenant ses esprits, Henry cria des ordres à ses Pokémons. Aussitôt, Elektek et Caninos joignirent foudre et feu pour réveiller le Coudlangue de sa délicieuse torpeur. Les attaques eurent plus l’effet de chatouille sur le monstre, qui se tourna néanmoins vers eux. Un grand sourire s’étala sur son visage et une faille s’ouvrit sous Caninos qui y tomba. Mais avant que d’autres passages vers le Monde Distorsion n’apparaissent, Estom fut assailli d’attaques de tous les côtés.  
 
Cisayox, bien qu’ayant récupéré son dresseur, était resté et dirigeait en partie la cohue. Avec le Crocorible de Ludwig, ils enchainaient les Surpuissance. Aligatueur était venu prêter main forte à Elektek et ceux-ci attaquaient à distance, mélangeant Hydrocanon et Tonnerre. Les Pokémons d’Edith, qui était toujours évanouie, s’étaient joints à la bataille eux aussi. Les ombres de Branette piégeaient Estom, mais sans vraiment d’impact puisque celui-ci ne semblait pas avoir envie de se déplacer. Pyrax eut tôt fait de rejoindre les attaquants de loin tandis que Scorvol déplaçait rapidement les corps des 3 jeunes filles utilisées pour le Rituel. Grodoudou était facilement parvenue à convaincre les derniers membres de la Troupe. Tous affrontaient Estom. Tauros et Girafarig chargeaient alors que les acrobates donnaient de rapides coups à Estom. Le vieux Magicien et son apprenti Psystigri usaient de leurs pouvoirs pour projeter sur le monstre de lourdes pierres. Scalproie, libéré, lançait ses couteaux avec rage sur le monstre et Grodoudou renforçait ses jets avec Mégaphone. Seuls les Mélancolux observaient la scène, sans trop se faire de mouron. Mr Mime, enfin, tremblait seul dans son coin.
 
Malgré cette pluie d’attaques, Estom ne pliait pas. Pire sans crier gare, il ouvrait  des failles par endroit, ce qui rendait les déplacements compliqués. Tauros fut le premier à disparaitre dans l’une d’elle, ne pouvant freiner. Girafarig fit après l’erreur de rester trop longtemps près de son ennemi, qui l’attrapa par le cou avec sa langue. Ainsi Estom commença à manger normalement le corps du pauvre pokémon, sans prêter plus d’attention aux assauts répétés.
 
Les ailes d’ombres, les mêmes qu’avait Giratina en sortant du Monde Distorsion, se déplièrent brusquement avec force, projetant les assaillants et les dresseurs contre les murs de la pièce. Estom profita de cet instant pour ouvrir de nouvelles failles dans lesquelles tombèrent Scorvol, Mr Mime, et Rosa, la fille des Stones, toujours pas réveillée. Eden cria avec effroi et, sans réfléchir, se jeta dans le passage à son tour, pour tenter de sauver sa fille.
 
Henry regardait Estom en haletant. Le Monstre était blessé de toute part par les attaques. Les poignards de Scalproie étaient bien visibles, plantés un peu partout dans son corps. Il avait aussi plusieurs hématomes. Mais pourtant, Estom souriait. Il ne ressentait qu’un seul sentiment : La Faim. Douleur, émotion, haine, colère, orgueil, sommeil, bonheur, joie … Tous ces mots, Estom ne pouvaient les comprendre puisqu’en 30 ans, il ne les avait jamais ressentis. Seule sa faim comptait et seul se remplir l’estomac l’intéressait.
 
Soudain saisi d’une idée, Henry, fouilla dans son sac et y trouva rapidement ce qu’il cherchait. Affichant un regard décidé, il se releva et se mit à courir droit vers Estom en criant de rage. Celui-ci se tourna vers lui, sourit de toutes ses dents, et se prépara à l’avaler, mais par la bouche cette fois. Il avait déjà terminé Girafarig et, même si les failles du Monde Distorsion calmaient sa faim, elles ne lui procuraient pas le goût, l’exquise sensation d’ôter la vie d’un être en le mâchant ou en l’avalant.
 
Tout se passa très vite, et pourtant, que ce soit pour les Pokémons ou les humains présents, la scène semblait tourner au ralenti. Ludwig, qui venait de perdre sa femme et sa fille, criant la folie d’Henry. Cisayox et Elektek hurlant d’effroi. Grodoudou, dont la voix était la plus forte, éclatant en sanglot en voyant l’homme qui l’avait acceptée malgré sa difformité se jeter dans les bras de la mort. La quasi-totalité de la Troupe, bouche bée devant cette folie. Et le cri général quand Henry, enfin parvenu devant le monstre, assena un coup de poing à l’intérieur de la gueule grande ouverte du Monstre.
 
Estom referma ses mâchoires sur le bras d’Henry, le tranchant sans ménagement. Henry hurla de douleur et recula tandis qu’Estom avalait la moitié de son bras. En se tenant son moignon dégoulinant de sang, Henry releva la tête et afficha alors un regard assuré au Monstre. Estom fut surpris en voyant l’expression d’henry. Où était donc la peur qui déformait les traits de ses victimes ?
 
-          C’est fini, chuchota Henry.
 
Soudain, la bombe Electrode qu’Henry avait récupéré dans les affaires du Major Bob explosa à l’intérieur même du corps d’Estom. L’explosion était aisément audible, comme un gigantesque gargouillis, et le ventre du Coudlangue semblait lui aussi sur le point d’exploser. Pourtant, le choc avait été contenu à l’intérieur du Monstre.
 
Estom chancela. Pour la première fois de sa vie, il n’avait plus faim… Il ne ressentait plus ce désir sans limite de dévorer tout sur son passage. Il était en paix. Il regarda Henry avec un regard apaisé. Les ailes de Giratina disparurent brusquement, ainsi que l’étrange éclat de ses yeux. Son corps commença alors à se désagréger, comme tombant en poussière. Cette poussière, cependant, était comme aspirée à l’intérieur du ventre d’Estom. Au fur et à mesure qu’Estom disparaissait, on pouvait apercevoir que c’était l’Orbe Platiné qui dévorait, à son tour, le Coudlangue monstrueux. Après un court instant, il ne restait plus que l’Orbe, qui flottait mystérieusement en l’air. 
 
Soudainement, Caninos, Eden, Rosa, Scorvol, Mr Mime et Tauros furent éjectés des passages vers Monde Distorsion. Partout dans le monde, les victimes d’Estom subissaient le même sort et sortaient de là, hébétés, sans comprendre ce qui venait de se produire.
 
Enfin, une dernière faille s’ouvrit et aspira l’Orbe. Puis elle se referma, comme toutes les autres.
 
-          C’est vraiment fini, répéta Henry en souriant.
 
Puis il tomba dans les pommes.
 

 
Le Directeur flottait, perdu dans le Monde Distorsion, sans pouvoir changer sa trajectoire. Il avait vu de loin d’autres personnes arriver par des failles. Mais après un long moment, ils étaient repassés de l’autre côté, dans le Monde Réel. Sauf lui…
 
-          Quelle Poisse, jura-t-il à lui-même. C’était à moi de diriger ce monde ! Et Estom a complètement raté son coup, quel imbécile !
-          Il n’est pas le seul imbécile à mon sens.
 
Giratina faisait soudainement face au Directeur. Celui-ci sursauta sous la surprise mais se reprit rapidement devant ce qui lui semblait être une opportunité.
 
-          Giratina ! J’ai accompli le Rituel ! Tu es à moi ! A moi !
-          Je n’appartiens à personne.
-          Pourquoi !? Pourquoi refuses-tu de m’offrir ta puissance ?
-          Et toi pourquoi la désirais-tu ?
-          Pourquoi ?
 
Le Directeur éclata de rire.
 
-          Pour gouverner le monde évidemment ! Je voulais créer un Monde où les monstres ne seraient pas rejetés par les autres, pour de simples différences futiles. Je voulais imposer mes lois et ma morale ! Je voulais assouvir mes désirs et mes péchés ! Je voulais … je voulais devenir un Dieu ! 
-           Devenir Dieu ? Rien que ça ?
 
Ce fut au tour du Pokémon Légendaire de rire. Le Directeur le regardait, consterné.
 
-          Tu ne me comprends donc pas ? Tu es pourtant le mieux placé, toi qui fus jadis rejeté par Arceus pour ta monstruosité, toi qui tentas de le détrôner ! Qui d’autre pourrait me comprendre ?
-          Tu te trompes lourdement. Le Giratina que tu décris n’existe plus. Après tant de temps à observer votre Monde depuis le mien, j’ai réfléchis. Je me suis assagi.
-          NON ! cria le Directeur. Tu es un monstre, comme moi !
-          C’est nos actes qui font de nous des monstres, pas des différences physiques. Mais mêmes si nous sommes devenus des monstres, il est possible de revenir en arrière par le Regret et la Rédemption.
-          TAIS-TOI ! hurla le Directeur en saisissant son Pendule noir. Puisque tu ne veux pas comprendre je vais te…
 
Les ailes de Giratina donnèrent un coup à la main du Directeur qui lâcha son Pendule. Il essaya de le rattraper, mais une nouvelle faille l’avala, le renvoyant dans le Monde Réel.
 
-          J’ai cependant décidé de répondre à tes vœux, toi qui te fais appeler Directeur.
-          Quoi ?
-          Je vais t’offrir l’accès à un Monde où les différences ne comptent pas.
 
Un sourire s’étala sur le visage déformé du Directeur. Derrière lui une dernière et grande faille s’était ouverte. Mais lorsqu’il se retourna, le Directeur cria de peur en voyant les visages de toutes ses victimes.
 
-          Non ! Je ne veux pas…
-          C’est pourtant un monde qui répond à tes attentes. Il n’y a ni faible, ni forts. Ils n’y a que des âmes en peine, qui ne cherchent qu’à se venger des tourments vécus alors qu’ils étaient en vie.
-          Je ne veux pas !
 
Le Directeur essaya de fuir, mais déjà était-il stoppé dans son élan par les mains de plusieurs enfants qui riaient et l’entrainait vers la faille.
 
-          NON ! LÂCHEZ-MOI ! GIRATINA ! AIDE-MOI !
-          Il est venu l’heure de payer pour tes péchés comme j’ai payé pour les miens.
 
Hurlant toujours, le Directeur était lentement tiré vers ce monde étrange dont sortaient encore d’autres enfants, adultes ou Pokémons pour attraper le Directeur. Celui-ci ne se souvenait même pas de certains visages, mais il reconnut clairement Mime Jr, qui serrait sa tête avec un grand sourire, ou Valérian qui riait aux éclats. Puis les rires des enfants qui autrefois réveillaient ses désirs… Enfin, alors que la faille se refermait sur le Directeur, celui-ci tendit son bras vers Giratina, réclamant une dernière fois son aide. Mais le Pokémon Renégat avait déjà disparu.
 
 
 
Henry se réveilla au QG du Clan Distorsion. En le voyant réveillé, Grodoudou poussa un cri de joie qui rameuta les Stones et Edith. Elektek, Caninos et Cisayox eux aussi se précipitèrent vers son lit. Henry essaya de se relever, puis, regardant sa moitié de bras droit pleine de pansement, se souvint des derniers évènements.
 
-          On a gagné ? demanda Henry.
-          Tu as tué le Coudlangue, oui, dit Edith. Ludwig nous a raconté, tu …
 
Blanche, soudainement, lui assena un coup à la tête.
 
-          Aie ! Mais …
-          Tu as sacrifié ton bras, t’es malade ou quoi ? Tu ne pouvais pas lui lancer la bombe dans la gueule, môssieur le Pokéathlète ?
-          Je … je voulais juste être sûr qu’elle exploserait dans sa gueule.
 
Blanche fit mine de vouloir le frapper à nouveau, mais se retint. Puis elle fondit en larme.
 
-          J’ai eu si peur quand ils t’ont ramené en sang …
-          Tuer ce monstre a ramené toutes les personnes tombées dans le Monde Distorsion, intervint Ludwig.
-          Il y en avait beaucoup ?
-          D’après les témoignages, plusieurs milliers d’humains à travers le monde, sans oublier les Pokémons, dit Edith.
-          Et Marie et Hector ? Les hypnotisés ?
-          Le Directeur n’est pas réapparu, dit Eden. Toutes les victimes ont pourtant été renvoyées exactement là où ils avaient disparu, mais pas lui… Et son Hypnose est toujours active.
 
Henry serra le poing gauche en fronçant les sourcils. Il enrageait contre ce monstre, qui n’était pas réapparu mais laissait le monde dans le même état…
 
-          Cependant, commença Blanche, regarde ce que j’ai trouvé tout à l’heure au cou de ta fille.
 
Elle fouilla dans ses poches et en sortit le Pendule noir du Directeur.
 
-          Elle ne l’avait pas en sortant de la Grotte Retour, mais nous l’avons. On peut peut-être …
-          Cisayox !
 
Cisayox trancha en deux Pendule avec Tranche-nuit alors que Blanche le tenait toujours. Surprise, elle tomba sur les fesses.
 
-          Maiiiiis ! Tu pourrais prévenir !
-          Papa ? dit une petite voix.
 
Marie, qui était assise dans un coin de la salle avec Hector, semblait s’être subitement réveillée et regardait son père dans un lit, entouré d’inconnus. Hector, lui aussi, venait de sortir de sa torpeur et haletait comme s’il avait fait un mauvais rêve. Henry chuchota le nom de sa fille, les yeux remplis de larmes. Puis Marie se précipita vers lui et il la serra contre lui, pour la première fois depuis bien longtemps…
 

 
Deux mois après ces évènements, la situation s’est entièrement rétablie à Sinnoh. L’Hypnose a cessé de fonctionner à l’instant ou le Pendule fut brisé et le calme revint. Cependant, la Justice restait débordée, car on ne savait comment juger certaines personnes qui s’étaient rendues coupables de crimes atroces…
 
Ludwig et Eden Stones sont repartis à Hoenn avec leur fille. Celle-ci entraine actuellement un nouveau Roselia, déniché pour elle par son père, pour les Concours. Malgré tout, la jeune fille reste très affectée par la mort de son précédent pokémon. Elle peut tout de même compter sur le soutient de ses parents.
 
Estelle a retrouvé son père à Unys, enfin rétabli, ou presque. Elle s’amuse toujours comme avant avec le Smogo de son père qui profite de ses congés maladie et de la restauration de son Usine pour passer du temps avec elle.
 
Les parents d’Emma ayant été tués par le Mackogneur de la Troupe, celle-ci se retrouvait orpheline. C’était sans compter sur Agatha qui l’élève comme sa petite fille. Edith, d’ailleurs, est enfin partie à l’aventure, après avoir convaincu Agatha. Elle a déjà récolté plusieurs badges à Jotho, région qu’elle a décidé de visiter pour sa première aventure.
 
Le Major Bob est retourné à Carmin-sur-mer, d’où il est constamment harcelé par Blanche qui ne cesse de l’appeler via PokéMatos, pour l’embêter. La championne a repris sa place à Doublonville, tout comme Hector à Ecorcia.
 
Marie ne se souvient de rien. Elle ne sait pas ce que le Directeur lui a fait subir pendant qu’elle était sous Hypnose. Il en va de même pour Hector. Malgré cela, ils sont tous les deux suivis par un psy, par précaution, car il pourrait s’agir d’un Refoulement, un mécanisme de défense de leur moi profond. Enfin, ça, c’est ce qu’en dit le psy.
 
Henry et sa fille reçoivent souvent de la visite, chez eux, à Doublonville. D’abord de Blanche, qui passe tous les soirs. Mais aussi d’Hector, qui passe une fois par semaine environ. Edith, elle aussi, essaye de venir les voir dés qu’elle passe dans le coin, quitte à perdre un jour ou deux en leur compagnie. Ils ont aussi eu la surprise de voir débarquer un jour les Stones qui voulaient prendre de leurs nouvelles. Même Agatha a eu envie de voir comment ils se débrouillaient depuis l’épisode Madyapno. Henry, malgré la perte d’une partie de son bras, a repris le Pokéathlon avec Elektek et Caninos. Grodoudou, elle, reste avec Marie pour les encourager depuis les gradins. Elle porte toujours son masque, afin de ne pas effrayer la petite. Grodoudou a d’ailleurs appris que c’était le Directeur lui-même qui l’avait vitriolée avant de l’hypnotiser, mais elle n’en avait encore parlé à personne, pas même Scalproie, qui s’était joint lui aussi à l’équipe d’Henry.
 
Xatu a retrouvé le reste de la Troupe. Bien qu’ils ne soient plus très nombreux, ils ont décidé de remonter le Cirque, la seule chose qui les rendait heureux. Mais il n’y a plus de Directeur, ils sont tous ensemble pour prendre les décisions, et ils recrutent parmi les pokémon sauvages, en exécutant des numéros devant eux. Seuls les Mélancolux semblent avoir disparus de la Troupe.       
 
Pour Noël, Henry a déjà invité pas mal de monde pour venir passer le réveillon chez eux. Son frère Hector, Blanche, le Major, Edith, les Stones, les Hamers, Agatha et Emma. Il espérait qu’il aurait assez de nourriture pour que tout le monde puisse assez manger. Après tout, la faim est une bien mauvaise conseillère.
 

Fin

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12


Dernière édition par unpuis le Jeu 20 Nov - 20:12, édité 2 fois
Membre Perle
Iggy Spring 
Membre Perle 

Messages : 859
Age : 17

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 20 Nov - 18:08

Excellent ! Du très bon boulot, je t'applaudis ! La fin est à la hauteur de ta fic ! Un gros GG à toi !

_____________________________________________



images bg:
 
Membre Noir
SimiaK 
Membre Noir 

Messages : 2947
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 20 Nov - 18:32

Félicitations, très sincèrement je ne peut qu'admirer.
J'ai adoré, j'ai frissonné et j'ai espéré avec les personnages, j'était ancré dans l'histoire, entrain de la vivre chaque fois que je la lisait.
Et ce chapitre... cette fin... mais quelle fin! J'ai a-do-ré. J'était dans un état de bonheur idiot pendant toute la fin de ce chapitre. Giratina, la faim, le résumé de la vie des personnages après l'aventure (la fuite des Mélancolux omg j'adore on peut imaginer une suite)...
Un immense bravo à toi, cette fic m'as transporté du début à la fin, elle m'as rendue heureux chaque fois que je la lisait.
Alors encore une fois bravo, et surtout un grand merci à toi, unpuis.

_____________________________________________

Tout est relatif sauf ce qui ne l'est pas

Je ne jures que par trois choses.
La Folie                                                          La Dépression


et la manière incroyable qu'on a de pouvoir se foutre de ce qui ne nous intéresse pas


 
Membre Noir
Viktyny 
Membre Noir 

Messages : 2087
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 20 Nov - 18:36

La morale est excellente
La mort d'Estom est super
Celle du directeur aussi
J'adore la fin
Mais un petit truc me gène : Seuls les Mélancolux semblent avoir disparus de la Troupe. (ça fait peur O_O)

Ha, et : "Cisayox trancha en deux Pendule avec Tranche-nuit" , ton correcteur est bien piètre...

_____________________________________________

Nous avons peut-être le même arrière-arrière-arrière-grand-père en commun ! Tu as fouillé dans tes archives récement ? 





Membre Platine
Libra 
Membre Platine 

Messages : 1318
Age : 17

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 20 Nov - 18:52

VikTyNy a écrit:
Ha, et : "Cisayox trancha en deux Pendule avec Tranche-nuit" , ton correcteur est bien piètre...
-> Chut j'étais dans le noir et j'étais fatigué, t'aurais pas fait mieux dans ces conditions :c
Pis t'as vu la longueur des chapitres srx c'est impossible de tout choper.

Sinon j'ai rarement lu de fics aussi bien ficelée et si attrayante, j'ai adoré de bout en bout ! Puis ça a été un plaisir de te corriger surtout pour pouvoir lire les chapitres avant tout le monde

_____________________________________________




J'aime trop ce forum <3:
 
Membre Emeraude
Adnihilis 
Membre Emeraude 

Messages : 482
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 20 Nov - 20:08

BORDEL DE *****, c'était génial !
J'ai rien d'autre à dire. J'ai adoré, de A à Z.
Ce chapitre final était une tuerie.
Et c'était bien sympa de mettre un épilogue, pour chacun ! ^^
Et avec la disparition des Melancolux, je suppose qu'on peut espérer une suite...

_____________________________________________

(Merci Mirror !)
Membre Noir
Viktyny 
Membre Noir 

Messages : 2087
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Ven 21 Nov - 17:12

Le cirque Madyapno
Chapitre 1, partie 2:
 

J'ai envie de dire : ENFIN !
Certains d'entre vous l'avez peut être même oublié tellement ça fait longtemps que j'ai posté la première, mais je continu bel et bien ce projet, en espérant qu'il vous plaira (pas autant que la fic, c'est impossible, mais voilà quoi) .

Je m'excuse encore pour le grand vide, ou plutôt devrai-je dire retard, que j'ai eu, ça doit bien faire 2 semaines que je n'ai rien posté, si ce n'est plus...

_____________________________________________

Nous avons peut-être le même arrière-arrière-arrière-grand-père en commun ! Tu as fouillé dans tes archives récement ? 





Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Sam 22 Nov - 12:59

Superbe Vik! 
Un petit bémol, c'est juste qu'on arrive pas à tout lire :-/ Mais sinon, superbe!

(T'en a pour 5 ans à faire tout x) )


Et merci à tous pour vos commentaire et ... à bientôt pour une petite surprise!

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12
Membre Platine
Cheshire 
Membre Platine 

Messages : 1408
Age : 18

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Sam 22 Nov - 13:10

GGWC unpuis tu as vraiment du talent ! Bon les autres ont tout dis donc du coup bravo en espérant que tu écrira d'autres fictions ! Je ne serais pas à la hauteur de la tienne mais je vais tout faire pour rivaliser avec toi !

_____________________________________________

Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Lun 22 Déc - 20:25

Vous pensiez que c'était fini? 
Hé ben non 8D 
Merci Libra pour la correction :3  


La Secte Chapitre 1 : Le Pokéathlète … et le Geôlier.
 
Henry est un pokéathlète de la région de Jotho. Il habite à Doublonville, à deux pas du Dôme Pokéathlon. Grand détenteur de la médaille d’or du Parcours vitesse lors du dernier championnat inter-région, il possède aussi une particularité que ses autres collègues n’ont pas et ne voudraient jamais avoir : Henry est manchot. En effet, huit ans auparavant, le pauvre homme a perdu la moitié de son bras droit. Dans le monde du sport, il a prétexté un simple accident. Mais ses amis proches savent que l’origine du moignon est tout autre…
 
Car il y a huit ans, Marie, la fille d’Henry, a été kidnappée par une troupe de Cirque. Henry n’a eu de cesse de rechercher sa fille, aidé de son frère Hector et de son amie Blanche, tous deux champions à l’époque. Suite à divers événements et à une multitude de pertes humaines et pokémons, Henry avait sacrifié son bras pour vaincre un monstre qui s’était accaparé les pouvoir d’un Pokémon légendaire…
 
Mais ça, c’est une autre histoire …
 
Après ces tragiques évènements, Henry avait récupéré sa fille et s’était fait de nouveaux compagnons et amis. Il avait gardé contact avec plusieurs personnes impliquées dans cette sombre histoire et ils se retrouvaient ensemble plusieurs fois l’année.
 
Depuis deux mois, cependant, Henry se sent bien seul. Marie n’est plus une enfant et a fini par partir à l’aventure, comme tous les jeunes de son âge. Henry sait que le monde extérieur peut se montrer parfois hostile… Mais il a confiance en sa fille. Marie est raisonnable, et, surtout, elle est bien accompagnée. Henry a en effet insisté pour qu’elle soit accompagnée de Grodoudou, qui autrefois faisait partie de la Troupe du Cirque. Il sait qu’elle veillera sur sa fille, quoiqu’il arrive. De plus, l’an passé, il lui a offert un œuf dont est sorti son premier pokémon : Un Chinchidou femelle, affectueusement surnommée Kaede.
Il reçoit de temps en temps des nouvelles de Marie. Aussi sait-il qu’elle possède déjà 3 badges, ceux d’Ecorcia, Rosalia et Mauville. Elle doit d’ailleurs bientôt se rendre à Doublonville pour combattre Blanche, toujours Championne après ces huit années. Henry est donc impatient de retrouver sa fille après une longue absence et il s’active du mieux qu’il peut en cuisine pour préparer un bon repas. Mais comme il a commencé depuis trois jours, il a énormément de nourriture en trop, au grand dam de Blanche à qui il donne les restes.
 
Aujourd’hui, il revient d’un entrainement harassant avec Elekable, Arcanin et Scalproie, ses Pokémons. Alors qu’il ouvre la porte de sa maison, il aperçoit une enveloppe noire parsemée de pointillés bleus. Il la ramasse machinalement et la confie à Scalproie pour qu’il lui ouvre pendant qu’il va chercher des bouteilles d’Eau fraîche pour lui et ses compagnons. Il fait boire Arcanin avant de lancer les bouteilles aux deux autres Pokémon. Il boit quelques gorgées et pousse un grand soupir. Scalproie lui tend la lettre.
 
-          Merci Scalproie, dit-il en attrapant celle-ci.
 
Henry entame alors sa lecture. Mais à peine a-t-il commencé que son visage devient aussi pâle qu’un cadavre. Ses Pokémons, sentant que quelque chose cloche, le regarde d’un air inquiet. Puis il tomba brusquement à genoux, le visage crispé.
 
- BORDEL ! cria-t-il en jetant la feuille à terre avec une rage que ses Pokémons ne lui avaient plus vue depuis … huit ans exactement.
 

 
Cher monsieur,
                           Nous tenions à vous avertir que nous avions rencontré récemment votre fille, Marie. Une personne délicieuse, il n’en fait aucun doute. Aussi avons-nous pensé qu’il serait bon pour notre commerce de la priver de sa liberté en l’attente d’une vente au plus offrant, loin de Jotho, il va de soi. Elle s’est débattue, certes, mais même son Grodoudou n’aura rien pu faire face à nous.
 
                           Cependant, un peu de curiosité de notre part aura suffit pour en apprendre plus à votre sujet. Votre situation de champion sportif pourrait sauver la liberté de votre fille ! En effet, nous sommes prêts à vous la rendre, contre le versement d’une petite rentrée d’argent. Nous vous demandons simplement 3 millions de pokédollars, ce qui, vous en conviendrez certainement, est une somme raisonnable pour une spécimen aussi bien portante que votre fille. 
 
                           Si vous acceptez le marché, nous vous prions de vous rendre au Parc Naturel de Doublonville à 22h précise, ce soir même, avec la somme demandée. Inutile de préciser que si vous contactez la police, nous ne daignerons pas nous montrer et quitterons Jotho prestement.
 
                           Sur ce, avec l’espoir de vous revoir ce soir et avec tous nos sentiments distingués, nous vous souhaitons une excellente journée.
XXX
 
 Blanche venait de terminer la lettre. Elle donna un coup de poing sur la table et poussa quelques jurons que la bienséance n’accepterait pas
-          Misérable enfoirés de foutre catin de saloperies de bordel de fils de catin de merde !
-          C’est étrange, j’ai pensé la même chose, grogna Henry, la tête dans la main, assis dans un fauteuil rose de la Championne de Doublonville.
-          Pourquoi est-ce que tous les connards de l’Univers en ont après ta fille ?
-          Si seulement je le savais, soupira Henry.
 
Un silence s’en suit. Blanche examinait la lettre, les sourcils froncés. Henry, lui, l’avait déjà tellement regardée qu’il aurait été capable de la réécrire, à la virgule près.
 
-          Que comptes-tu faire ? demanda-t-elle finalement.
-          Je n’ai pas trop le choix… J’ai l’argent, même si je serai sur la paille. Je n’aurai qu’à mettre ma médaille d’or de l’an dernier en gage pour récupérer de quoi vivre….
-          Tu vas franchement te laisser faire ? dit Blanche en plissant les yeux.
-          Je ne veux pas prendre de risque… On m’a déjà privé de Marie une fois, et ça m’a amplement suffit… Je ne ferai pas appel à la police.
-          Oui, mais moi, je ne suis pas de la police, murmura la championne d’un air malicieux.
-          Non ! dit Henry précipitamment. Je t’ai déjà embarquée dans une histoire qui ne te concernait pas la dernière fois…
-          Et en venant me montrer cette lettre, tu as recommencé. Je viendrai avec toi ce soir, que tu le veuilles ou non.
-          Je suppose que je ne te ferai pas changer d’avis, sourit tristement Henry.
-          Nope !
-          Tu es vraiment une tête de mule, Blanche !  
 

 
Ainsi, Henry et Blanche passèrent le reste de la journée à se préparer. Henry avait récupéré l’argent réclamé par les ravisseurs à sa banque puis ils avaient sonné à Hector, le petit frère d’Henry qui avait récemment intégré le Conseil 4 du Plateau Indigo, pour le mettre au courant de la situation. Tout comme Blanche, il souhaitait se joindre aux festivités. Malheureusement, il était actuellement à Kanto et ne pourrait revenir assez vite. Il promit néanmoins d’être présent dés demain pour tenter de traquer les ravisseurs.
 
Le plan était simple. Henry ne voulait prendre aucun risque. Aussi allait-il donner l’argent sans faire d’histoire, mais après avoir réclamé de voir sa fille. S’ils ne lui rendaient pas sa fille, alors, lui, Blanche et leurs Pokémons attaqueraient. Scalproie s’était entrainé toute la journée à lancer des couteaux. Il n’avait rien perdu de son talent d’antan.
 
Une heure avant l’heure prévue, Henry et Blanche se rendirent au Parc naturel. Leurs Pokémons étaient dans leurs balls, afin de ne pas effrayer les malfaiteurs. Le parc était désert quand ils arrivèrent, un peu en avance. Aussi patientèrent-ils.
 
Alors que leurs montres indiquaient pile 22 heure, ils entendirent l’herbe bouger derrière eux. Ils se retournèrent et tombèrent nez à nez avec un homme d’environ 35 ans. Avec la nuit tombée, ils ne pouvaient le distinguer que grâce aux rayons de la lune. Il avait des cheveux courts, surement blonds, et affichait une mine renfrognée. Il portait un imperméable noir et avait les mains dans les poches. Il était aussi accompagné d’un imposant sarcophage dont sortaient quatre bras noirs qui se perdaient dans la noirceur de la nuit : Un Tutankafer. Lui et le pokémon étaient apparus sans crier gare, comme téléportés juste là.
 
-          Vous êtes Henry ? demanda l’homme d’une voix sèche.
-          Oui, répondit le concerné. Je veux voir ma fille.
-          Il me semble que nous vous avions demandé de venir seul, dit l’homme.
-          Vous m’aviez juste parlé de la police et ça tombe bien, elle n’en fait pas partie.
 
L’homme se tut. Il adressa un regard interrogateur vers le Tutankafer. Mais celui-ci avait le visage caché derrière un masque d’or, légèrement fendu tout près des yeux. Blanche avait la désagréable sensation que ce pokémon les évaluait.
 
-          Je veux voir ma fille, répéta Henry. Je ne vous donnerai pas l’argent avant d’être sûr qu’elle va bien.
-          C’est impossible, dit l’homme.
-          Comment ça impossible ? répondit brusquement Blanche.
 
L’homme voulut répondre mais alors qu’il ouvrait la bouche, le Tutankafer éclata de rire. Un rire étrange, étouffé par le masque, mais désagréablement moqueur.
 
-          C’est impossible car nous ne l’avons jamais kidnappée ! lança soudainement le pokémon d’une voix fluette.
 
Blanche et Henry fixaient le Pokémon spectre avec une expression de surprise. Par le passé, ils avaient déjà rencontré des Pokémons capables de parler le langage humain, mais ceux-ci étaient morts depuis longtemps… Mais ce qui dérangeait le plus Henry, c’était ce que ce Pokémon venait d’annoncer. Ils n’avaient pas sa fille ? Mais alors, que faisaient-ils là ? 
-          Que voulez-vous dire ? demanda-t-il.
-          Nous voulions juste vous attirer ici, comme on attire un Roucool avec un peu de graines. Et ça a marché, puisque vous êtes présent.
-          Attendez, ça veut dire que Marie …
-          Nous n’avons pas touché à votre fille, intervint l’homme.
 
Henry était soulagé. Il s’était fait un sang d’encre en pensant à elle. Finalement, ce n’était qu’un canular ! Il baissa les yeux en souriant. Il avait presque envie de rire. Blanche, elle, ne goûtait pas à la plaisanterie.
 
-          Et pourquoi est-ce que vous deviez attirer Henry ici ?
-          Parce que c’est lui que nous voulons kidnapper, répondit le Tutankafer d’un air enjoué.
 
Henry releva brusquement la tête, exprimant sa surprise. Blanche poussa une légère exclamation de surprise.
 
-          Moi ? Pour quelle raison ?
-          Notre Guide a besoin de vous. Il souhaite en effet assouvir une vieille vengeance.
-          Votre guide ? répéta Blanche.
-          Nous en avons trop dit ! s’exclama Tutankafer. Overein, tu te charges de la jeune fille.
 
Sans attendre plus longtemps, les quatre bras du spectre attrapèrent Henry et le projetèrent à une dizaine de mètres. Il retomba dans un bruit sourd, mais le pokéathlète avait appris à amortir ses chutes depuis la dernière fois qu’un pokémon l’avait lancé, lui brisant le bras gauche. Aussi cette fois-ci n’était-il pas blessé. Blanche voulut le rejoindre, mais un Granbull et un Ninjask lui barraient la route, commandés par le dénommé Overein. Le Tutankafer se dirigeait vers Henry.
 
-          Je n’ai pas encore eu l’occasion de me présenter, lança joyeusement celui-ci alors qu’Henry se relevait. Je me nomme Oscar et je suis l’un des 5 Seigneurs de Felicae.
-          Je connais pas, cracha vivement Henry. Mais si vous cherchez la baston, alors vous allez l’avoir !
Sans se faire prier, le pokéathlète invoqua ses trois Pokémons. Arcanin et Elekable joignirent leurs attaques pour atteindre le spectre tandis que Scalproie lui lançait quelques couteaux. Malheureusement, les attaques semblaient sans dommage. Son sarcophage ne semblait pas le moins du monde abimé et les couteaux ricochaient sur ce dernier. Puis ce fut à son tour d’attaquer, à coup de Ball’ombre.
Pendant ce temps, Blanche combattait Overein. Echremeuh était de sortie et mit Granbull KO à coups de Roulades. Mais pour Ninjask, c’était autre chose. Il était extrêmement rapide et esquivait les attaques. Blanche aurait voulu rejoindre Henry, mais Overein et son insecte bloquaient le chemin.
 
Oscar le Tutankafer, lui, n’avait pas à esquiver les attaques. Il se rapprochait de plus en plus d’Henry, encaissant les coups en riant. Henry n’avait pas envie de le voir de plus près et il recula de quelques pas, par précaution. Ses Pokémons continuaient à attaquer sans cesse, mais c’était inutile.
 
Puis soudain Oscar réattaqua avec ses Ball’Ombre. Scalproie et Arcanin furent touchés et envoyés quelques mètres plus loin, faces contre terre. Elekable, lui, semblait avoir encaissé, mais les bras du Tutankafer l’attrapèrent comme il l’avait fait avec Henry et il l’envoya rejoindre les deux autres. Oscar faisait désormais face à Henry.
 
Celui-ci se retourna pour rejoindre ses compagnons, mais comme il souhaitait courir, il se sentit lourd, très lourd. Quelques chose entravait ses mouvements, le rendait lent. En un battement de cils, Oscar était à nouveau devant lui, rapide comme l’éclair.
 
-          Saisissante, mon attaque Distorsion, n’est-il pas ? dit le Pokémon.
 
Puis, sans attendre de réponses, son sarcophage s’ouvrit et ses bras se saisirent d’Henry pour l’y plonger. Il se referma dans un claquement sourd. Depuis l’intérieur, on entendait Henry taper sur les parois du cercueil.
 
-          Quelle ironie que ce soit cette attaque qui cause votre perte ! Bon, c’est pas tout ça, mais notre Guide attend son présent.
 
Une faille noire s’ouvrit brusquement derrière Oscar. Scalproie, qui venait de se relever, lui lança désespérément plusieurs couteaux, mais sans effet, aucun. Oscar lui fit un signe du bras, comme pour s’incliner, puis entra dans la faille et y disparut.
 
 Overein se mit à courir pour rejoindre la faille, abandonnant derrière lui ses deux Pokémons. Mais Echremeuh changea rapidement de cible sur ordre de sa dresseuse et il dut encaisser une puissante attaque Roulade avant de tomber, évanoui, dans les herbes du Parc Naturel.
 
-          Henry ! cria Blanche en se précipitant vers la faille.
 

Elle et Scalproie se jetèrent pour y plonger. Mais alors qu’ils y étaient presque, celle-ci disparut. 

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12


Dernière édition par unpuis le Ven 28 Aoû - 16:26, édité 1 fois
Membre Rouge
SweetNioki 
Membre Rouge 

Messages : 11

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Mar 23 Déc - 0:09

N'empêche, Blanche elle a pas un peu légèrement grandi, en 8 ans..? Non ? x)

Sinon, je maintiens le fait que ce mec est le gars le plus malchanceux de toute la planète. Sa fille se fait enlever et martyriser par des pokémons (et deux trucs zarbi) un poil pervers, il se fait blesser sans arrêt, torturer, il perd son bras, et quand il a enfin la paix, BAH NON, UN MEC SORTI DE NULLE PART L’EMMÈNE DANS UNE DIMENSION PARALLÈLE EN MODE NORMAL.

*tousse*

Sinon c'était très bien.
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Mar 23 Déc - 10:15

Evidemment qu'elle a grandit. mais elle est resté la même niveau tempérament et folie ^_^ j'ai jamais donné son âge dans la première partie mais je pensais à environ 18 ans (un peu plus qu'Hector) donc 26 ans. Je connais des gens de 26 ans encore plus fous que Blanche ici :P 

Alors oui, Henry a pas de chance. M'faut bien un bouc émissaire

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12
Membre Noir
Viktyny 
Membre Noir 

Messages : 2087
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Mar 23 Déc - 12:10

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii :DDDDDDDDDDDDD
Ha ha ! oui ! ^^ hahaha ! (je ne sais pas comment exprimer ma joie...)

Bon, j'arrête la BD, c'était une mauvaise idée, ça va trèèèèèès lentement et la fic se suffit à elle même je savais bien que j'aurai jamais du...


Mais bref, exellente suite ! (ou du moins début de suite) je n'aime déjà pas le tutankafer...

_____________________________________________

Nous avons peut-être le même arrière-arrière-arrière-grand-père en commun ! Tu as fouillé dans tes archives récement ? 





Membre Noir
SimiaK 
Membre Noir 

Messages : 2947
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Mar 23 Déc - 13:33

J'aime beaucoup le Tutankafer

J'espère qu'on aura la chance de revoir la Troupe

_____________________________________________

Tout est relatif sauf ce qui ne l'est pas

Je ne jures que par trois choses.
La Folie                                                          La Dépression


et la manière incroyable qu'on a de pouvoir se foutre de ce qui ne nous intéresse pas


 
Membre Platine
Cheshire 
Membre Platine 

Messages : 1408
Age : 18

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Mar 23 Déc - 19:44

Super début de suite ( oui c'est pas logique ) 

Je suis agréablement surpris, et Oscar me plait déjà. Il y a juste une chose qui me chiffonne. Sclaproie est un Pokémon de type Ténèbres, il est censé pouvoir utiliser des attaques du style Tranche-Nuit sur Oscar non ? Après je comprend que ce soit voulu pour faire avancer l'histoire. 

Bonne continuation en tout cas je lirais cette suite avec autant d'attention que la première.

_____________________________________________

Membre Emeraude
Adnihilis 
Membre Emeraude 

Messages : 482
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Mer 24 Déc - 12:41

*danse en voyant qu'il y a une suite à la fic*
*lit le chapitre*
*hésite entre danser parce que c'est toujours aussi génial, plaindre Henry le poissard ultime ou s'acheter un poster d'Oscar* *fait les trois en même temps, ce qui donne un spectacle assez étrange xD*

Bref, j'adore ce chapitre 1, et j'ai hâte de lire la suite ! ^^ (En espérant revoir le reste de la Troupe...)


_____________________________________________

(Merci Mirror !)
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Dim 28 Déc - 19:59

Fédéon, l’ombre de la Secte
 
Il est environ neuf heure du matin lorsque Marie se décida enfin à se réveiller. La jeune dresseuse se redressa en se frottant les yeux. Kaede, son Chinchidou, tomba de sa tête, encore à moitié endormie. Marie s’extirpa ensuite de son sac de couchage comme un papillon de sa chrysalide puis sortit de la tente. Grodoudou était déjà debout depuis un moment et s’était attelée à la préparation du petit déjeuner en allant récolter quelques fruits. Sous son masque, la Chanteuse fredonnait une chanson mystérieuse. Marie la salua et, tout sourire, le Pokémon lui proposa une pomme.
 
Après un bon petit déjeuner en compagnie de Kaede et de Grodoudou, Marie replia sa tente, avec autant de difficulté, sinon plus, que le premier jour. Ce n’était décidément pas son fort et elle perdait toujours 10 bonnes minutes à le faire tous les matins. Elle vérifia qu’elle n’avait rien oublié puis se remit en route, Kaede sur les épaules et Grodoudou sur les talons.
 
Marie avait récemment vaincu Mortimer, le Champion de Rosalia. Elle en était donc à trois badges de la région de Jotho, avec celui d’Ecorcia et celui de Mauville. Elle se dirigeait en ce moment-même vers Doublonville, sa cité natale, dans le but d’affronter Blanche. Marie connait la championne depuis qu’elle est petite car il s’agit d’une grande amie de son père, qui l’a aidé dans les pires moments. Elle sait qu’elle est aussi redoutable au combat, mais la jeune fille reste confiante. Malgré qu’elle soit plus âgée que Marie, Blanche avait les mêmes attitudes qu’une fille de 16 ans, la même folie douce de la jeunesse.
 
Comme elle passait à Doublonville, Marie voulait en profiter pour passer quelques jours avec son père. Elle l’avait déjà prévenu de son arrivée future, bien qu’elle ait pris un peu de retard sur la route. Connaissant son père, il aura préparé tout le confort nécessaire pour accueillir sa fille ces quelques jours. Elle sait que son père l’aime énormément, et c’est un sentiment réciproque. Pas comme sa mère, dont Marie ne voulait juste plus entendre parler. C’est donc avec un pas plein d’entrain que Marie arrive aux abords de Doublonville. Celle-ci passa d’abord par le Parc Naturel, un lieu rempli d’insectes où elle-même avait capturé un Chenipan au tout début de son aventure. Le Dôme Pokéathlon, le lieu d’entrainement de son père, était à deux pas. Aussi Marie choisit-elle de passer voir s’il ne s’y entrainait pas en ce moment. Elle y rencontra quelques autres athlètes qu’elle connaissait un peu et qui lui annoncèrent qu’ils n’avaient pas vu Henry depuis hier. Marie haussa les épaules, les remercia, et se dirigea vers la maison de son enfance.
 
Il faisait un temps magnifique. Marie était de plus en plus impatiente de revoir son père au fur et à mesure qu’elle marchait. Enfin, après un petit moment de marche, elle arriva devant sa maison.
 
Marie frappa à la porte. Mais ce ne fut pas son père qui lui ouvrit. C’était un jeune homme d’environ 23 ans, les cheveux violets. Il portait un sweet vert et un short de la même couleur, malgré qu’il ne soit plus un gamin. Hector, l’oncle de Marie, frère d’Henry et membre du Conseil 4 du Plateau Indigo.
 
-          Salut tonton, dit Marie, agréablement surprise.
-          Ha Marie …
 
La jeune fille fut surprise de voir la mine triste de son oncle. Hector est habituellement du genre sérieux, mais souriant. Ici, il avait le visage grave.
 
-          Il y a un problème ? s’enquit-elle de demander. Où est mon père ?
-          Justement … c’est une excellente question.
 

 
La Mont Mémoria d’Hoenn est un lieu de recueillement pour les hommes et Pokémons défunts. On y trouve la plus grande concentration de tombes de la région. Et qui dit tombes dit spectres. Les Pokémons fantômes y sont très nombreux. On y retrouve surtout des Skelénox et autres Polichombr. Mais ce soir-là, c’est un imposant Tutankafer qui se ballade au sommet du Mont Mémoria. Les bras d’Oscar longent les parois, à la recherche de quelque chose. Enfin, le Sarcophage pousse un petit cri de victoire, ayant trouvé ce qu’il cherchait  malgré la pénombre de la nuit. Il tira sur la clinche d’une porte invisible et traversa un faux mur, pourtant fort réaliste.
 
Oscar entra ainsi dans une gigantesque base aménagée là-bas dans le secret le plus total. Des hommes priaient et se recueillaient silencieusement, dans d’étranges positions de Yoga. Certains d’entre eux jetèrent un  regard curieux sur Oscar. Celui-ci ne faisait pas attention et se dirigea de suite vers une des portes, cette-fois bien visibles, qui parsemaient la pièce. Il s’embarqua ainsi dans un petit souterrain, s’enfonçant de plus en plus dans les tréfonds du mont Mémoria. Il parvint enfin à une nouvelle porte, qui s’ouvrit à lui sans même qu’il n’y touche.
 
-           Bienvenue à vous, Oscar, Seigneur de Felicae, dit une voix.
-          Je vous remercie, votre Grandeur, dit Oscar en s’inclinant.
 
La voix provenait d’un homme blond, âgé d’une trentaine d’années et vêtu d’une toge noire et bleue, assis sur un grand siège, semblable à un trône. Au dessus de lui flottaient les lumières bleutées de quatre Mélancolux. A sa droite, une jeune fille, vêtue d’une jupe rudimentaire et d’un simple soutien-gorge, avec deux grandes fleurs rouges sang dans les cheveux, se tenait debout, souriante.  Il y avait aussi 5 autres sièges, qui formaient un Pentacle, au centre de la pièce. Deux des sièges étaient respectivement occupés par un Aquali et un Cacturne, qui jetaient des regards mauvais vers Oscar.
 
-          Comment s’est déroulée la mission que je t’avais confiée ? demanda l’homme.
-          Comme prévu, j’ai capturé la cible, dit Oscar tout en prenant place sur le siège qui faisait face à l’homme. Il dort en ce moment même à l’intérieur de moi.
-          Parfait, je te remercie, Oscar. 
-          Cependant, je crains ne pas avoir pu revenir avec l’agent qui m’avait été attribué, continua Oscar. Il a subit une attaque avant de me rejoindre et une amie de la Cible a du le faire prisonnier.
-          Je vois, dit l’homme. Ce n’est pas bien grave, ainsi l’équilibre est sauvegardé. En l’échange d’un homme nous en avons laissé un.
-          Si je puis me permettre, Maitre Lumen, intervint l’Aquali d’une voix hautaine, il serait préférable que notre agent ne raconte rien de compromettant.
-          Il est vrai que la Société ne voit pas Felicae d’un bon œil, dit l’homme avec amertume.
 
Le Cacturne éclata de rire. Un rire cruel et moqueur qui suscita l’expression outrée d’Aquali. Puis il se leva de son siège et fit face à celui qui se faisait appelé « Maitre Lumen ».
 
-          Je me propose d’aller sur le champ sur place afin d’empêcher cet homme d’en raconter trop, Maitre.
-          Inutile, Seigneur Joking, lui répondit la jeune femme.
-          Et pourquoi cela ?
-          Parce qu’il s’agit d’une tâche indigne de votre rang, répondit une voix fatiguée.
 
Le Cacturne se retourna. Devant la porte qu’avait franchit Oscar quelques minutes avant se trouvait un majordome, d’apparence âgé, qui se tenait debout à l’aide d’une canne.
 
-          Si notre Guide le veut bien, je me rendrai mordicus à Doublonville pour régler ce petit tracas.
-          Ho, vous, Fédéon, je ne vous ai pas sonné ! s’exclama Cacturne d’un air menaçant.
-          Il suffit, dit calmement l’homme qui siégeait la scène. Seigneur Joking, je sais que vous avez besoin de vous dégourdir les racines, mais il serait préférable que Fédéon se charge de cette histoire. Lui, au moins, restera discret.
 
Cacturne jeta un regard noir sur le vieux majordome puis se rassit à son siège, la mine boudeuse. Aquali  le regardait d’un air moqueur. Puis le vieillard s’inclina prestement et tourna les talons, en direction de sa nouvelle mission.
 


 
Marie s’écroula dans un fauteuil, les yeux fixant le sol. Blanche venait de lui raconter ce qu’il s’était produit le soir précédent. Son père avait été enlevé par un mystérieux Tutankafer doué de parole. En outre, celui-ci s’était servi d’un faux prétexte mettant en scène le kidnapping de Marie pour parvenir à ses fins. La jeune fille était atterrée, au même niveau que Grodoudou qui était restée debout et qui serrait fort la main de Scalproie.
 
-          Pourquoi ? souffla-t-elle. Pourquoi est-ce qu’il a kidnappé mon père ?
-          Nous n’en avons aucune idée, soupira Hector.
-          Le Tutankafer a fait allusion à un guide et une histoire de vengeance, dit Blanche. Mais on n’en sait toujours pas plus.
-          Qui en voudrait autant à mon père ? Il est gentil et serviable, je ne comprends pas…
-          J’aurai bien eu des candidats, dit la championne de Doublonville. Mais ils sont morts, et heureusement !
-          Néanmoins, lança Hector, nous aurons peut-être bientôt une piste à explorer.
-          Comment ça ? demanda Marie en relevant la tête. 
-          Blanche n’a peut-être pas empêché le drame d’arriver, mais elle a réussi à capturer le complice du Tutankafer.
-          Vraiment ? s’exclama Marie en se relevant précipitamment. Où est-il ?
 
Pour toute réponse, Hector montra le plafond du doigt. Overein, l’homme que Blanche avait intercepté, était en effet soigneusement ligoté et bâillonné sur une chaise dans la salle de bain.
 
-          On a déjà essayé de l’interroger, mais il a refusé de parler, dit Blanche. Alors on l’a laissé mijoter pour le moment. Elekable et Arcanin le surveillent.
-          Qu’est-ce que vous attendez pour aller le torturer ? lança Marie.
 
Blanche et Hector furent surpris. Marie était quelqu’un de très doux, aussi il était rare de la voir parler de torture et autre forme de violence. Mais la jeune fille n’était pas dans son état normal. Une petite larme perlait à ses yeux et elle avait le visage crispé par l’inquiétude. Hector déglutit puis, se dirigeant vers l’escalier, fit signe aux deux filles de le rejoindre.
 
Grodoudou et Scalproie suivaient derrière eux. Ils pénétrèrent ensemble dans la salle de bain, mais comme ils étaient trop serrés, il décidèrent de descendre Overein, toujours ligoté, dans le salon, afin de procéder à un interrogatoire. En déplaçant la chaise, Blanche la lâche délibérément, provoquant un petit choc sur la main du prisonnier. Puis, une fois qu’ils l’eurent installé au centre de la pièce, Hector lui arracha le bâillon d’un coup sec.
 
-          Bon, tu t’es décidé à parler ? demanda Hector.
 
Pour toute réponse, Overein le regarda avec un sourire narquois. Il ne vit pas venir la gifle vigoureuse que lui donna Marie.
 
-          On t’a posé une question ! cria-t-elle.
-          Allez vous faire voir.
-          Mauvaise réponse ! Kaede, Plumo-Queue !
 
Chinchidou fut surprise par l’ordre de sa dresseuse, mais obéit néanmoins et asséna à l’homme une série de coups de queue puissants dans le visage. Lorsqu’elle eut terminé, Overein saignait du nez.
 
-          Vous êtes malade ? s’écria-t-il, indigné. J’suis pas un Pokémon, merde !
-          Alors parle ! Où est mon père ?
-          Je ne peux pas parler … répondit-il embarrassé, le sang coulant toujours de ses narines.
 
Marie voulut le frapper à nouveau, mais Hector attrapa son bras avant qu’elle n’atteigne sa cible.
 
-          Ce n’est pas en le frappant comme ça qu’on obtiendra quelque chose de lui, dit-il.
-          Et comment tu veux qu’il parle, alors ? Il refuse !
-          C’est parce que tu ne frappes pas assez fort, dit-il sombrement.
 
Overein prit une expression de stupeur en entendant Hector. Blanche et Marie, elles aussi, furent surprises par les mots du Spécialiste des insectes. Sans rien ajouter, celui-ci invoqua son fidèle Cisayox.
 
-          Nous allons lui briser tous les os, jusqu’à ce qu’il parle.
-          Hey, vous plaisantez ? s’exclama Overein.
 
Hector n’exprimait aucun sentiment. Cisayox s’approcha lentement d’Overein et plaça les bras de celui-ci entre ses puissantes pinces.
 
-          Stop ! s’écria-t-il. Je vais parler ! Je dirai tout !
-          Si jamais nous avons l’impression que vous mentez, j’ordonne à Cisayox de vous brisez les deux bras.
-          Je … bien…
 
Overein suait à grosse gouttes. Il n’était en rien rassuré par le froid des pinces de Cisayox sur sa peau.  Blanche ne disait rien, apparemment choquée. Marie, quant à elle, fut la première à continuer l’interrogatoire.
 
-          Pour qui vous travaillez ? lança-t-elle en serrant les poings.
-          Je suis un disciple de Felicae, commença-t-il. Nous sommes une communauté éparpillée dans plusieurs régions. C’est notre Guide, Maitre Lumen, qui m’a demandé d’accompagner le Seigneur Oscar pour une mission. C’est lui qui m’a briefé mais sans me dire à quoi servirait nos actes…   
-          En quoi consiste Felicae, exactement ? demanda Hector.
-          Nous partageons une certaine idéologie, que nous dicte en partie Maitre Lumen.
-          C’est dans votre idéologie de kidnapper des gens ? s’écria Marie.
-          Non, ça m’a surpris aussi… Nous sommes réunis ensemble pour construire un monde juste… Un monde sans inégalité, qu’on soit humain ou Pokémon. Ou chacun assume ses responsabilités. Et je me dois d’assumer les miennes…
-          Le Tutankafer a dit être un des cinq barons ou je sais plus quoi, intervint enfin Blanche. C’est quoi exactement ?
-          Les cinq Seigneurs de Felicae, précisa Overein, sont 5 Pokémons doués de parole qui aident notre Guide. Ce sont les plus hauts responsables de notre communauté après Maitre Lumen.
-          Qui sont-ils ?
-          Je ne les connais que de noms … J’ai juste rencontré le Seigneur Poutine, qui dirige notre implantation à Kalos, près d’Illumis, et le Seigneur Oscar. 
-          Dernière question, dit Hector. Où avez-vous emmené Henry ?
-          Je … je ne sais pas… je ne connais que notre implantation à Kalos… je vous en prie, ne me brisez pas les bras !
-          Je n’en ai jamais eu l’intention, répondit Hector, un petit sourire  aux lèvres.
 
Overein le regarda avec de grands yeux ronds, la bouche grande ouverte, sans un mot. Cisayox s’éloigna de lui silencieusement.
 
-          On va aller réfléchir, continua le membre du Conseil des 4. On vous laisse faire de même.
 
Il fit signe à Marie et à Blanche de les suivre et ils montèrent tous les trois, suivis par les Pokémon, laissant Overein seul.
 
-          J’ai vraiment cru que tu allais le torturer, dit Blanche.
-          Tu sais bien que ce n’est pas mon genre. Il suffisait juste que lui le croit.
-          Qu’est-ce qu’on fait ? dit Marie une fois qu’ils furent tous arrivés dans la chambre d’Henry, une grande pièce qui avait été aménagée pour qu’Elekable, Arcanin, Scalproie et d’autres Pokémons puissent aussi y dormir sans que quiconque ne se sente serré.
-          On n’a pas énormément d’infos… dit Hector. Je vais essayer de me rendre à Kalos pour enquêter et…
-          Tu n’iras pas seul, je viens avec toi, dit Blanche.
-          Mais ce sera peut-être dangereux et …
-          La dernière fois qu’y avait un truc dangereux, on t’a laissé seul et ça s’est mal passé, rappela Blanche. Pas deux fois.
 
Hector déglutit. Les souvenirs que Blanche venait d’évoquer étaient encore très douloureux pour lui. 
 
-          Hey ! lança Marie. C’est mon père qui est en danger ! Je viens aussi. 
-          Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée… Ces gens sont apparemment dangereux. La description qu’il a donné, cette communauté… on aurait dit une …
-          Une secte ? dit Blanche.
-          C’est ça. 
-          C’est pas une question ! Je suis sûre que mon père aurait fait pareil pour moi !
 
Les regards d’Hector et de Blanche se croisèrent. Marie n’avait aucun souvenir de son propre enlèvement, du fait qu’elle était sous hypnose pendant tout ce temps. Hector lui-même avait subit un sort comparable. Sans la détermination d’Henry, ils ne seraient plus là tous les deux.
 
-          Bon d’accord… On va s’organiser.
 

 
Pendant que le trio réfléchissait à la manière de se rendre à Kalos et d’enquêter, Overein attendait, seul, ligoté à sa chaise, dans le salon d’Henry. Il avait eu la peur de sa vie, mais Hector l’avait bien embobiné. Il n’entendait rien de ce qu’il se tramait en haut. Puis, d’un coup, un petit bruit retentit.
 
C’était un Roucool qui tapotait à la fenêtre. Celle-ci était entrouverte, mais pas assez pour permettre à l’oiseau d’entrer. Overein lui jeta un regard indifférent. Puis soudain, sous ses yeux ébahis, le corps du Roucool sembla se liquéfier. L’étrange matière dont il était composé était prise d’étranges soubresauts et prit la forme d’un Statitik, qui entra aisément à l’intérieur de la pièce. Overein regarda, stupéfait, le petit Pokémon se déplacer jusqu’à lui avec agilité puis à nouveau se liquéfier. Le corps du pokémon sembla soudainement grandir, comme s’il gagnait en matière. Matière qui modula rapidement une forme humanoïde. En une vingtaine de seconde, un vieux majordome faisait face à Overein, monocle sur l’œil droit et costume en queue de pie. Le prisonnier était ébahi par le spectacle peu commun d’une telle métamorphose. Puis il reconnu l’homme et, comme il voulait parler, celui-ci mit son doigt devant ses lèvres.
-          Restez silencieux et répondez en bougeant la tête, susurra le majordome. Avez-vous parlé de notre Communauté ?
 
Overein déglutit et hocha la tête. Le visage fatigué du majordome, tout comme celui d’Hector auparavant, n’exprimait aucun sentiment.  
 
-          Vous leur avez indiqué la situation d’une de nos bases ?
-          Je n’ai pas parlé du Mont Mémoria ! chuchota Overein.
-          Mais bien de celle que vous occupiez ?
 
Overein resta silencieux, gêné. Il hocha lentement la tête.
 
-          Vous êtes là pour me libérer ?
-          En quelque sorte. Je vous demanderai de rester silencieux pour le reste de l’opération.
 
Overein sourit, soulagé. Mais son expression changea quand la main droite du majordome se métamorphosa en une sorte de long couteau. Sans attendre qu’il ne laisse échapper un bruit, Fédéon, l’assassin de Felicae, plongea son autre main dans la bouche de sa cible.
 
-          Dans notre communauté, assumer la responsabilité de nos actes est une priorité absolue. C’est pour vous aider à vous pardonner votre échec que je suis là.
 
Overein le regardait avec des yeux remplis de larmes. Mais sans la moindre pitié, Fédéon enfonça sa lame dans son ventre. Cela aurait put suffire, mais il entreprit ensuite de métamorphoser sa main à l’intérieur même des entrailles du pauvre Overein. D’un simple couteau, il la changea en hachoir, puis en trident, en passant par la faux. Ces métamorphoses répétées écrasaient, déchiquetaient les organes d’Overein de l’intérieur. La douleur était insupportable et s’il en avait eu la possibilité, il aurait crié assez fort pour que tout Doublonville l’entende. Enfin Fédéon se décida à l’achever en perçant son cœur. Il regarda la dernière étincelle de vie s’échapper du regard de sa victime, sans le moindre remord, sans aucune pitié.
 

    
 

Marie, Blanche et Hector étaient arrivés d’accord. Ils allaient prendre contact avec Frederick et Estelle Hamers  puis les rejoindre à Kalos pour rechercher Henry dans cette fameuse base dont avait parlé Overein. Concernant ce dernier, ils voulaient le remettre aux autorités.  Mais quand ils descendirent pour lui annoncer, Marie poussa un cri d’horreur. Il y avait une mare de sang aux pieds de la chaise. Le visage du cadavre exprimait la peur et l’angoisse, comme si sa dernière expression avait été fossilisée.  Un trou béant d’où sortaient quelques tripes et d’où coulait encore le sang était largement visible au niveau de son ventre. Personne ne fit attention au Roucool qui observait la scène depuis la fenêtre.  

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12


Dernière édition par unpuis le Ven 28 Aoû - 16:27, édité 1 fois
Membre Platine
Cheshire 
Membre Platine 

Messages : 1408
Age : 18

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Dim 28 Déc - 20:50

Super chapitre comme d'habitude, vivement la suite
Pour unpuis:
 

_____________________________________________

Membre Rouge
SweetNioki 
Membre Rouge 

Messages : 11

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Dim 28 Déc - 21:23

Maître Lumen...
...
...
Il est pas censé mourir en premier lui ?!
Membre Emeraude
Adnihilis 
Membre Emeraude 

Messages : 482
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Lun 29 Déc - 11:30

Tiens, on revoit les Mélancolux !

Super suite, en tout cas !

_____________________________________________

(Merci Mirror !)
Membre Noir
SimiaK 
Membre Noir 

Messages : 2947
Age : 16

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Lun 29 Déc - 15:44

Je te jure, unpuis, que si tu à l'intention de tuer cacturne, je... je...
M'enfin, cette suite est carrément à la hauteur de Madyapno, j'ai simplement adoré !
Continue à nous faire rêver comme ça ;)

_____________________________________________

Tout est relatif sauf ce qui ne l'est pas

Je ne jures que par trois choses.
La Folie                                                          La Dépression


et la manière incroyable qu'on a de pouvoir se foutre de ce qui ne nous intéresse pas


 
Membre Perle
unpuis 
Membre Perle 

Messages : 824
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fic] Le Cirque Madyapno - Jeu 1 Jan - 18:59

Chapitre 3 : Poutine, Gloire à Felicae !
 
-          Hélas, dix fois hélas, je suis arrivé trop tard sur place.
 
Le majordome regardait par terre, incliné en signe de soumission devant son Maître, François Lumen, le Guide de Felicae. Il venait de rentrer de sa mission et donnait son rapport. Derrière lui, les mêmes Pokémon que lorsqu’il avait quitté la pièce la dernière fois occupaient les mêmes sièges. Seule la jeune femme était absente. Les quatre Mélancolux étaient immobiles au-dessus de la tête de l’homme sur son trône. Seules les lueurs de leurs flammes semblaient danser à un rythme inaudible.
 
-          C’est dommage, mais pas si grave, répondit le Guide. Sais-tu de quoi mon disciple avait parlé ?
-          Il leur a révélé l’emplacement d’une de nos bases.
-          Il n’a pas parlé d’ici, rassurez-moi ? demanda l’Aquali en levant la tête de ce qui semblait être un plateau de jeu d’échec.
-          Non, il leur a juste parlé de la base qu’il occupait précédemment, à Kalos. C’est d’ailleurs là-bas qu’ils vont se rendre.
-          Si j’avais été envoyé sur place, j’aurai aussi pu m’occuper d’eux, lança la voix malveillante du Cacturne. Nous n’aurions pas eu de problèmes.
-          C’est justement en partie pour cela que je ne vous ai pas confié cette mission, Seigneur Joking, dit François Lumen, avec une pointe d’impatience.
-          Je ne comprends pas, dit Joking.
-          Il se trouve qu’il est préférable de garder ces jeunes gens en vie, répondit joyeusement le Tutankafer. Du moins le temps qu’ils nous guident jusqu’à nos objectifs.
-          Nous seront-ils vraiment d’une quelconque utilité ? demanda l’Aquali en déplaçant trois pions blancs devant un Cavalier noir.
-          J’en suis persuadé, dit calmement le Guide. Ils vont donc se diriger vers la base du Seigneur Poutine.
-          On peut compter sur le Seigneur Poutine pour bien les accueillir ! dit Oscar.
 

 
Marie, Hector et Blanche sortirent du train à la gare d’Illumis. Il ne fallut pas longtemps à Blanche pour repérer Frederick Hamers et sa fille, Estelle, qui avait le même âge que Marie. Ils étaient accompagnés d’un Smogogo qui flottait derrière eux. Elle leur fit signe puis le trio se dirigea vers eux. Ils décidèrent de se rendre directement chez eux, afin d’être au calme pour discuter.
 
Tout comme il y a huit ans, les Hamers occupaient une chambre du Crésus, un hôtel de luxe très réputé. Ils prirent ensemble l’ascenseur, quoiqu’étant un peu à l’étroit, puis passèrent la porte indiquée par Frederick. Cette chambre était payée par la riche société qui embauchait Frederick en tant qu’ingénieur dans la recherche de nouvelles sources d’énergie.
 
-          Alors, qu’est-ce qui vous amène à Kalos exactement ? demanda l’ingénieur en s’asseyant sur une chaise. Vous avez été vagues au téléphone… Henry a des problèmes, c’est ça ?
-          C’est une longue histoire, dit Hector. En gros, ça concerne une sorte de communauté qui s’appelle Folicat… ou un truc du genre.
-          Vous voulez parler de Felicae ? demanda Estelle.
-          Heu, ça doit être ça, dit Hector en rougissant.
-          Vous les connaissez ? demanda Blanche.
-          De nom, dit sombrement Frederick. C’est une secte, et ses membres vivent reclus dans de petites communautés. Parfois, certains sortent pour prêcher la bonne nouvelle. Mais ce sont tous des marionnettes aux mains de leurs chefs, c’est évident. Ils n’ont pas de libre pensée. Et donc, Henry a des problèmes avec eux ? Il ne les a pas rejoints quand même ?
-          Non, il a été kidnappé, dit Marie.
-          QUOI ? s’exclamèrent ensemble père et fille.
-          C’est un Tutankafer qui l’a enfermé à l’intérieur de son sarcophage avant de disparaitre dans une sorte de faille, précisa Blanche.
-          Mais pourquoi ? Pourquoi avoir kidnappé Henry ? demanda l’ingénieur.
-          On ne sait pas vraiment, le gars qu’on avait capturé ne savait rien, dit Hector. 
-          Qui ça ?
 
Hector entreprit de tout raconter aux Hamers. Ils furent particulièrement choqués en apprenant ce qu’il était advenu du fameux prisonnier alors qu’ils l’avaient laissé sans surveillance.
 
-          Du coup, le seul indice qu’on a, c’est leur implantation à Kalos, dit Marie.
-          Je sais où se trouve leur communauté, dit Estelle. C’est sur le chemin vers La Frescale.
-          Dans ce cas, on va s’y rendre sans tarder, dit Marie en se levant.
-          Je viens avec vous, dit Frederick. J’ai une dette envers ton père.
 
Frederick avait rencontré Henry huit ans auparavant. Il n’avait jamais oublié avec quelle hargne le pokéathlète avait protégé sa fille face à un terrible Pingoléon aux ailes tranchantes, alors qu’ils ne se connaissaient même pas. Il avait ensuite mis Estelle en sécurité pendant que lui-même était à l’hôpital. Il lui en était à jamais reconnaissant.
  
-          Nous venons aussi, dit Blanche en attrapant la main d’Hector.
-          Et moi aussi ! dit Estelle.
-          Non, toi tu restes ici, lui dit son père.
-          Mais papa…
-          Ce sera peut-être dangereux, alors tu ne bouges pas et tu nous attends.
-          Mais…
-          Pas de mais !
-          Tu sais où ça se trouve sur la Route 16 au moins ?
 
Son père se tut. Contrairement à sa fille, il ne savait pas du tout où se trouvait cette fameuse communauté exactement.
 
-          Si je ne viens pas, vous allez devoir chercher pendant des heures !
-          Bon… d’accord. Mais je ne veux pas que tu prennes de risques !
 
Marie regardait la scène avec un pincement au cœur. Voilà qui lui rappelait énormément son propre père. La main d’Hector se posa sur ses épaules, comme s’il savait à quoi pensait sa nièce. De même, Blanche lui accorda un sourire bienveillant.
 
-          On va le libérer, ton père, assura la championne.
-          S’il est bien là-bas, répondit sombrement Marie.
-          Bon, on se met en route ? lança Estelle, l’air un peu plus enjoué d’avoir convaincu son père. C’est pas la porte d’à côté !
 

 
Il leur fallut un bon moment de marche sur la route 16, aussi appelée Chemin Tristesse. Ils étaient guidés par Estelle, qui avait invoqué son Nidorina pour les accompagner. Tout le monde l’avait imitée en faisant appel à un Pokémon, par prudence. Ainsi, Smogogo côtoyait Cisayox et Echremeuh. Alors qu’ils étaient à Jotho, Marie avait décidé de prendre avec elle Scalproie en plus de Grodoudou. Les deux Pokémon, qui se connaissaient depuis de longues années, fermaient la marche. Le tout formait un défilé assez peu courant, mais il n’y avait guère beaucoup de passants pour s’en étonner.
 
Enfin, après avoir quitté le chemin habituel sous les indications d’Estelle, ils arrivèrent devant une grande haie. Celle-ci entourait un gigantesque terrain. Ils durent encore marcher un moment avant d’atteindre l’entrée, qui consistait en une grande allée au bout de laquelle un grand chalet en bois trônait. En marchant vers celui-ci, le groupe put voir plus précisément le reste de la propriété. Il y avait plusieurs autres chalets, plus petits. Mais surtout il y avait un grand nombre d’étranges constructions auxquelles s’attelait des hommes, des femmes et des Pokémons. Il s’agissait de parcours militaires, destinés aux entrainements. Hector déglutit. Cela ne présageait rien de bon. Ils auraient peut-être bien eu besoin du Major Bob. 
 
Enfin arrivés devant le grand chalet, ils frappèrent à la porte. Celle-ci ne tarda pas à s’ouvrir sur un homme accompagné d’un Canarticho. Le Pokémon les regardait avec un air méfiant, mais l’homme était plus  souriant.
 
-          Bienvenue à la Résidence du Goulag de Felicae, dit l’homme. En quoi puis-je vous être utile, mes frères et sœurs ?
-          Nous ne sommes pas des vôtres, répondit sèchement et précipitamment Marie.
 
Le sourire de l’homme se dissipa. Il semblait cette fois un peu mal à l’aise. Le Canarticho, sans demander son reste, leur tourna le dos et disparut de leur vue rapidement.
 
-          Vous n’êtes pas de Felicae ? Mais vous souhaitez vous joindre à nous, c’est ça ?
-          Plutôt crever, dit Marie.
-          Ce que ma nièce veut dire, lança Hector, c’est que nous avons une affaire à régler avec vous.
-          Quel genre d’affaire ? demanda l’homme, l’air de plus en plus inquiet.
-          Vous avez kidnappé mon père ! cria Marie en serrant les poings.
-          Vous devez faire erreur…
-          L’homme que nous avons capturé nous a pourtant parlé de cette base, dit Blanche. Il a agit avec le Tutankafer parlant.
-          Je … je ne comprends pas… répondit l’homme d’une voix tremblante.
-          Il s’appelait Overein, ajouta la Championne.
 
Au nom du défunt, le teint de l’homme prit la même couleur qu’un cadavre.
 
-          Vous… vous avez capturé Overein ?
-          Ne faites pas l’innocent, il est mort, annonça directement Hector. Vous avez envoyé quelqu’un l’assassiner pour ne pas qu’il parle, mais c’était trop tard.
-          Non ! Nous n’avons jamais commandité un tel acte !
-          Vous peut-être pas, dit Frederick. Mais votre Chef que vous adorez, lui, c’est autre chose.
-          Notre Guide n’aurait jamais … commença l’homme, désemparé.
-          IL SUFFIT ! rugit une voix puissante.
 
L’homme sursauta et fit une sorte de salut militaire en se retournant. Derrière lui, quatre Pokémon venaient d’apparaitre. Le plus imposant d’entre eux était un Polagriff affublé d’un casque militaire. Le Canarticho était là, lui aussi, armé de son Bâton. Il y avait aussi un Insolourdo, qui portait par ailleurs le même casque que Polagriff, bien qu’un peu trop grand pour sa tête. Enfin, au centre, un Spinda se tenait là, droit, les mains dans le dos, le regard rude et sévère, affublé d’un uniforme militaire parsemé de plusieurs médailles.
 
-          S… Seigneur Poutine… dit l’homme. Ces gens prétendent…
-          J’ai entendu, lança le Spinda en s’avançant. Ainsi donc, vous portez de graves accusations envers Felicae et envers notre Guide, Maitre Lumen ?
-          Ce que nous racontons là est la vérité ! s’énerva Marie. Vous allez libérer mon père de suite !
-          Si Maitre Lumen a vraiment commandité son enlèvement, c’est que votre père le méritait, et qu’il allait gêner d’une façon ou d’une autre l’équilibre de Felicae.
-          On ne connaissait même pas votre secte avant ça, lança Blanche.
-          Une Secte ? s’indigna le Spinda. Comment osez-vous traiter ainsi Felicae !? Je vous ordonne de partir sur le champ, je ne veux plus vous revoir !
-          Nous ne partirons pas sans Henry, dirent ensemble Hector et Frederick.
-          Nous resterons le temps qu’il faudra, dit Estelle.
 
Le Spinda les regardait d’un œil mauvais, sévère. Il n’aimait pas qu’on compare Felicae avec une association criminelle. Ces jeunes gens, par ailleurs semblaient excessivement bornés. Il soupira.
 
-          Occupez-vous d’eux, dit-il.
 
Sans attendre, Polagriff chargea vers eux, prêt à asséner un puissant coup de patte à Nidorina. Mais Cisayox fut plus rapide et l’intercepta de ses puissantes pinces et le combat entre ces deux-là s’engagea. Canarticho, lui, tel un escrimeur, menaça Marie. Mal lui en prit, car Scalproie, lui lança alors plusieurs couteaux qu’il esquiva difficilement à l’aide de son Bâton avant que Grodoudou ne le projette contre le mur avec Mégaphone. Insolourdo attaqua à son tour et lui et Nidorina se livrèrent à une lutte acharnée.
 
Même si les trois Pokémon de Felicae se battaient bien, ils ne pouvaient rivaliser avec le groupe, qui leur était de loin supérieur numériquement parlant. Le Spinda, lui, regardait la scène, comme s’il analysait les mouvements des combattants. Rapidement, Cisayox mit à terre Polagriff avec Surpuissance, au même moment où Canarticho était désarmé par Scalproie et menacé de ses couteaux. Seul Insolourdo et Nidorina continuaient à se battre. Le reste fixait le Pokémon en uniforme.
 
-          Il vous en faudra plus pour nous battre, dit Blanche, dont Ecremeuh n’avait même pas eu besoin de combattre. On pourrait régler ça sans violence.
-          Si vous nous disiez où se trouve Henry, ça irait plus vite et personne ne serait blessé, dit Hector.
-          Vous voudriez que je trahisse la confiance que m’accorde Maitre Lumen ? dit le Pokémon. Jamais je ne trahirai les miens !
-          Nous voulons juste récupérer notre ami, dit Frederick. Nous vous laisserons tranquilles dès que ce sera fait.
-          Vous pensez que vous me faites peur ? A moi, le Seigneur Poutine, Général des Armées de Felicae ? Vous vous mettez le doigt dans l’œil !
-          Vos subordonnés ne nous ont pas causé trop de mal, dit Estelle, satisfaite, alors que Nidorina mettait à terre Insolourdo.
-          Vous avez peut-être battu mes compagnons d’armes, mais ce n’est pas pour rien que je suis leur Général, dit Poutine. Mais puisque vous menacez toute ma communauté, je me vois dans l’obligation…
 
En un éclair, le Spinda fonça devant Nidorina et lui assena un puissant Ultimapoing qui envoya voler le Pokémon Poison à environ 10 mètres de là. Estelle cria et se précipita vers elle. Nidorina était encore en vie, mais la puissance du coup l’avait évanouie.
 
-          De vous mettre hors d’état de nous nuire !
 
Il fallut quelques secondes au groupe avant de se ressaisir de leur surprise. Ce furent Hector et Blanche qui réagirent le plus vite.  Echremeuh se roula en boule et commença sa Roulade, suivie dans son élan de Cisayox. Mais Poutine les esquiva facilement de ses mouvements désordonnés, tout en donnant un autre coup au Pokémon insecte. Poutine s’acharna à coups de poings sur Cisayox qui n’arrivait toujours pas à l’atteindre avant de le mettre à terre. Le Pokémon de Blanche vint à la rescousse, mais les gestes confus du Seigneur de Felicae rendaient la visée compliquée. Il ne fallut guère longtemps pour qu’elle se retrouve elle aussi face contre terre.
 
Marie cria ses ordres aux Pokémons de son père. Ils étaient clairs, que Poutine survive ou non, cela ne l’intéressait pas. Seul lui importait de vaincre cette Secte pour récupérer son père. Aussi, pour la première fois depuis de longues années, c’est dans le but de tuer que Scalproie attrapa ses couteaux et les projeta en direction du Spinda en uniforme. La puissance de ses jets était accentuée par les Mégaphones de Grodoudou, pour être plus rapides et plus pénétrants.
 
Malheureusement, le Seigneur Poutine avait une arme très particulière. Ses mouvements rapides et désordonnés. Aussi, malgré la précision des lancers, aucun couteau ne parvint à le toucher alors qu’il se rapprochait en zigzagant de manière apparemment complètement aléatoire. Enfin, il parvint à hauteur de Scalproie et lui assena à lui aussi un puissant coup de poing, l’envoyant promener plus loin. Grodoudou en profita pour lancer un Mégaphone, ce qui le fit reculer de quelques centimètres avant qu’il ne lui donne aussi un coup dans le visage, faisant tomber son masque et dévoilant son visage déformé au Vitriol.
 
-          Diantre ! cria-t-il, surpris par la vision d’horreur.
 
Grodoudou lui adressa un regard de défis. Mais le Seigneur Poutine, à la surprise de tous, se baissa et ramassa le masque, le tendant vers la Chanteuse. Elle hésita puis le reprit et le remit à son visage. A peine l’avait-elle récupéré que Poutine s’était détourné d’elle pour reprendre le combat.
 
Kaede essaya de l’attaquer avec Plumo-queue. Malheureusement, la jeune Pokémon était encore une novice au combat et le Spinda parlant l’attrapa facilement par la queue avant dans la lancer sur Marie.
 
-          Smogogo, Purédpois ! cria Frederick.
 
Le Pokémon obéit et Poutine disparut dans un gaz nauséabond. On l’entendit tousser un moment, puis Smogogo envoya des Feux Follets à l’intérieur du nuage sombre. Mais Poutine en sortit subitement avant que les flammes n’y pénètrent et sauta à la hauteur du Pokémon de Frederick. Il lui donna un puissant coup  sur ses deux fronts, le faisant rejoindre le plancher des vaches alors que lui-même atterrissait sans dommage.
 
Scalproie, Cisayox et Echremeuh s’étaient relevés et, avec Grodoudou, ils faisaient face au Spinda. Celui-ci les regarda, haletants, blessés et fatigués, puis éclata de rire.
 
-          Je dois dire que ça fait longtemps que je ne m’étais pas battu comme ça ! lança-t-il avec une bien meilleure humeur qu’au début du combat.  
 
Polagriff, Canarticho et Insolourdo s’étaient eux aussi relevés de leur combat et venaient de rejoindre Poutine, se tenant derrière lui. Marie avait les larmes aux yeux. Même les Pokémons d’Hector, Blanche et son père ne pouvaient rivaliser avec ce Spinda. Ils l’avaient à peine touché, puisqu’il esquivait toutes les attaques avec simplicité. Ce Pokémon semblait être forgé pour le combat. On voyait d’ailleurs qu’il en ressortissait un certain plaisir. Hector serrait le poing. Il avait d’autres Pokémons en réserve, mais si Cisayox ne parvenait même pas à le toucher, cela risquait de ne pas suffire. De plus, ses trois compères, même s’ils n’arrivaient pas à la cheville de Poutine, venaient de se relever eux aussi. La situation virait à la catastrophe. Frederick et Blanche enrageaient intérieurement. Estelle, elle, était toujours avec son Nidorina, qu’elle tentait de soigner.
 
-          Je dois avouer que je m’amuse beaucoup, au final ! Mais voyez, vous n’avez pas de quoi rivaliser avec Felicae. Ce que j’ai montré ici n’est qu’un aperçu de notre Force ! La force de Felicae ! Gloire à Felicae !
-          Gloire à Felicae ! Gloire à Maitre Lumen ! Gloire au Seigneur Poutine !
 
Le groupe ne les avait pas remarqués mais plusieurs hommes, femmes, enfants et Pokémons avaient rejoint l’homme à l’entrée du Chalet. Tous faisaient le même salut militaire en clamant leurs pensées, endoctrinés qu’ils étaient par la Secte de Felicae. Poutine souriait, enorgueillit par les paroles de ses compagnons.
 
-          Je… je veux juste récupérer mon père ! cria Marie en laissant s’échapper des larmes.
-          Il n’est pas ici, dit Poutine. Et je doute franchement que Maitre Lumen ait commandité un Kidnapping, ce n’est pas son genre. Notre Maitre est quelqu’un de bon, de juste. Si vraiment nous nous en sommes pris à votre père, petite, c’est qu’il ne devait pas être si gentil que ça !
-          VOUS MENTEZ ! hurla Marie, en pleur.
-          Petite effrontée ! Tu mériterais que je
 
Poutine ne termina pas sa phrase. Il venait d’apercevoir un Eoko ainsi qu’un Grodrive qui, portés par le vent, se dirigeaient vers lui, sans se soucier du groupe. Tout le monde se tut et même Marie regarda la scène, intriguée, malgré quelques larmes. L’Eoko tendit une lettre à Poutine, qui l’attrapa. Il la lut et poussa un cri de victoire avant d’attraper le Grodrive et de lâcher le morceau de papier.
 
-          Je suis désolé de devoir partir, mais j’ai des choses urgentes à régler, dit-il en s’élevant de plus en plus dans les airs. Comme je vous l’ai dit, l’homme que vous cherchez n’est pas ici ! Je vous conseille donc de partir d’ici au plus vite, ou toute notre communauté s’y mettra pour vous mettre dehors. Je vous souhaite tout de même une agréable fin de journée.
 
Alors qu’il finissait de parler, il montait de plus en plus haut avec Grodrive. Eoko, lui aussi, les suivait. Canarticho, Polagriff et Insolourdo regardèrent un instant le groupe, puis s’éloignèrent sans demander leur reste. Seuls les gens à l’entrée du Chalet étaient encore là, attendant la réaction du groupe.
 
-          On s’en va, dit Hector.
-          Mais … et papa ? dit Marie.
-          Je crains qu’il ne soit pas là, dit Blanche avec tristesse. Viens, il vaut mieux s’éloigner…
-          J… d’accord, dit Marie à contrecœur.
-          Deux minutes ! dit Estelle.
 
Nidorina était de nouveau debout, quoiqu’elle boitait légèrement. Estelle se dirigea vers l’endroit d’où Poutine s’était élevé et ramassa le papier, le fourrant dans sa poche. Un homme du Chalet voulu réagir, mais un couteau de Scalproie vint se planter dans la porte, comme une menace.
 
-          On peut y aller.
 

Ainsi le groupe repartit en direction du Crésus. Le soleil se couchait sur le Chemin Tristesse qui avait rarement aussi bien porté son nom que ce jour-là. Pourtant, plus loin, Poutine, lui, jubilait. Il passait vraiment une excellente journée.  
Spoil:
 
Prochain chapitre pas avant un petit moment, j'ai une semaine d'examen avant x)

_____________________________________________

Ma Fiction:Le Cirque Madyapno. Chapitre 12/12


Dernière édition par unpuis le Ven 28 Aoû - 16:29, édité 1 fois

[Fic] Le Cirque Madyapno

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 5 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

 :: Pokéworld :: Discussions Pokémon-